Votez sur les tops !






Wanted


Derniers Sujets

OST



Black Out

Fate Stay Night RPG
Forum RPG 16+ - Fate Zero - Fate/stay night - Tsukihime - Nasuverse
Fantasy - Fantastique - SF - Magie - Mangas
Le forum recherche en priorité des Servants Assassins et Rider et les prédéfinis.
[Event] Les ombres de Kyoto : tous les détails ici

Dim 1 Juil - 15:43

ORPHEE

Age : 24 ans
Nationalité : Grecque
Organisation : Les Argonautes
Fonction : Aède



Crédit : Kamui Gakupo

CARACTÉRISTIQUES

Type : Servant
Classe : Caster
Alignement : Neutre bon

Statistiques :
STR : E
END : E
AGI : C
MAG : A
LCK : B



CAPACITÉ(S) DE CLASSE

Territory creation [Rang B] :
Création d'une zone de 250m, -2 actions pour incanter dans le domaine du caster.
Item construction [Rang B] :  
Confère les capacités Crafteur (pouvant crafter des MC au rang max du rang d'Item Creation) et Puppet Master (pouvant créer des familiers au rang max du rang d'Item Creation) et Puppet master, incantation -1 et une augmentation de Mana de : 800.


EQUIPEMENT


Objet : Lyra, la harpe à neuf cordes.
Présent du dieu Apollon pour le plus grand aède de son temps, une harpe à sept cordes perfectionné par Orphée lui même, en ajoutant deux autres cordes. Neuf cordes, pour les neuf muses.


SORTS



Chant d'Amour [Démoniaque - Malediction - Rang B] :

Malédiction que l'amour, ce lien qui vous détruit si l'être aimé souffre. Amour, le sort qui permet de lier deux êtres. Une partie des maux infligés à un être lié se trouve alors communiqué au deuxième être lié par Amour. Les cibles de cette malédiction peuvent être des animaux, des hommes, des esprits ou des choses inanimés.

=> Deux éléments sont liés, si l'un reçoit des dégâts une partie est transférée au second élément lié et réciproquement. La malédiction Amour s'arrête si le lanceur du sort le décide (action rapide), quand un des éléments lié est détruit ou enfin lorsque l'effet du sort est dissipé par le temps.


Chant de Folie [Malédiction - Rang B] :

Sort qui permet l'affaiblissement des défenses mentales d'une cible.

=> Diminution de la protection mentale de rang B.



Chant de Morphée [Démoniaque - Malediction - Rang B] :

Une fois lancée la musique de l'artiste attire ceux qui l'écoutent dans le monde du sommeil. Une résistance mentale est cependant possible pour ne pas céder à la fatigue.

=>  Sommeil


Chant de Bravoure [Démoniaque - Renforcement - Rang B] :

Aux alliés d'Orphée qui écoutent ces notes, ces derniers se voient octroyer d'un bonus à la force de rang B

Chant de Vie [Ether - Soutien - Rang B] :

Mélodie qui vient soigner le corps de ses maux, sort de guérison de rang A pour une seule cible.

Chant de Dévotion [Ether - Barrière - Rang B] :

Barrière de son qui protège et crée un barrage.

Chant de l’Âme [Ether - Soutien - Rang C] :

Chant qui permet de sonder les âmes, permettant ainsi à Orphée durant l'évocation de ce sort à percevoir les sentiments des personnes qui l’entourent.

Chant de ruine [Terre - Malédiction - Rang B] :

Musique qui effrite les défenses et détruit les objets. Un son particulier qui érode les structures, une mélodie de destruction.

=> Diminution d'une défense de rang A (Mur, protection magique ou physique)
=> Destruction d'un objet non magique, affaiblissement de la structure d'un objet magique, pouvant aller jusqu'à la destruction si de faible rang.


Chant de liberté [Ether - Soutien - Rang B] :

Musique qui permet de s'affranchir des contraintes physiques. Avec ce chant les obstacles au musicien se dissipent, les prisons disparaissent, les chaînes se brisent.

Chant du rossignol [Rituel - Invocation - Rang B] :

Un chant d'une heure qui appelle une myriade de rossignol (10). Ces oiseaux considérés comme des familiers inférieurs au rang E sont appréciés pour leur chant mais aussi leurs capacités à servir de gardiens pour le musicien. Une fois invoqués ces oiseaux ne disparaissent qu'au crépuscule.


POUVOIRS


Protection of the music god [Rang A - passif] :
Fils de la muse Calliope, élève d'Apollon, Orphée depuis sa naissance est protégé des muses, guidé dans sa musique par le dieu des arts. Le don offert par les muses donne à Orphée un talent merveilleux pour la musique, égalant les dieux sur ce domaine.
=> Orphée dispose de la capacité à reconnaître/identifier tous les sons. [Effet Rp]
=> Toute magie musicale interprétée par Orphée au chant, ou à la lyre, se voit renforcer d'un bonus de rang A (pour l'effet souhaité).


Divinity [Rang B - passif] :
Orphée est le fils de la muse Calliope, son père est selon certaines voix le dieu Apollon lui même. Orphée était oracle du Dieu de la beauté, Orphée a été adoré après sa mort il est assurément marqué par le divin.

=>
Permet d'ignorer toutes protections basées sur la foi de rang inférieur ou égal à Divinity.
Diminue d'un rang les protections basées sur la foi de rang supérieur ou égal à Divinity.
Accorde une protection du rang de Divinity contre l’élément principal du personnage : L'Ether
Détenu au rang B accorde un renforcement passif de rang C sur la caractéristique principale du personnage.


Eye for Art [Rang A - passif] :
Artiste prodigieux, Orphée est accompagné des voix des muses, son talent dans le domaine des arts lui permet de remarquer et de reconnaitre les objets d'art.

=> Le possesseur de cette capacité à l'oeil pour reconnaître les œuvres artistiques et les identifier plus facilement, y compris les attributs d'un Servant relevant du domaine artistique.



NOBLE PHANTASMS



Father of songs [Anti-Mind - Rang A - Actif] :

La musique, son art et son don. Le cœur de sa légende, c'est la musique du poète. Un génie qui façonna le premier la beauté. Il lui donna une scène, un souffle, un envol. Orphée est le père des musiques, l'enfant béni par Apollon. On disait que nul être ne pouvait se soustraire aux charmes de son art. Les hommes, les animaux, les choses inanimées, les éléments, même les Dieux. Tout un monde voulait entendre, tout un monde avait aimé sa musique. Pour parfaire son art, on lui donna Lyra, présent du dieu Apollon. Instrument à sept cordes, Orphée ajouta à cet instrument deux cordes, pour que chaque muse puisse s'exprimer à travers sa musique. D'abord sa propre mère, Calliope, pour la poésie épique ainsi que l'éloquence, ensuite Clio pour l'histoire, Erato pour la poésie érotique et lyrique, Euterpe pour la musique, Melpomène pour le chant, Polymnie pour la rhétorique, Terpsichore pour la danse, Thalie pour la comédie et enfin Uranie pour l'astronomie.

Par cet instrument, par sa voix, l'Aède exprime la beauté et la perfection des Muses. Son talent donne vie aux sentiments. Il apaise le cœur emprisonné de folie, il inspire la bravoure aux soldats, il attire à lui toute une faune amoureuse. La terre tremble si on ose le toucher, les pierres n'osent le blesser, le vent gronde sur ses ennemis...

=> Charme opérant sur les hommes, les dieux, les animaux, les choses inanimées, les éléments. Pour cinq actions.
=> La musique jouée par l'Aède fonctionne comme un envoutement, un charme puissant qui agit directement sur le mental de ceux qui écoutent. A travers les notes, ce sont aussi les muses qui s'expriment et transcendent les cœurs. Par cet instrument, la musique d'Orphée touche les hommes, les animaux, les choses inanimées, les éléments et même les dieux. Il est impossible d'échapper à cette musique en se couvrant les oreilles, la musique touche directement le cœur. Orphée, par l'envoutement, impose un sentiment, à son auditoire ou à une cible particulière. Le charme ne dure que le temps de la mélodie.


In the Underworld [Reality marble - Rang Ex - Actif] :

Le désespoir, la fin, toute une vie qui s'écroule... Le monde s'éteint, le monde s'enflamme, le monde peut bien mourir... Il est là ce rire, ce rire qui à tant coûté, Hadès maître de ces lieux. Le témoin de la chute, ce que l'on retient d'une tragédie. La descente aux Enfers...

Il y une plaine aride, sans vie, un ciel de sang, un horizon de douleur. Il a goûté ici au désespoir, de sa musique désormais résonne le requiem. S'avance alors charmé, Cerbère, le gardien des enfers. Les intrus doivent périr, le musicien en sera témoin...

A jamais ce monde fera désormais parti de l'Aède, la descente aux enfers d'Orphée. Ici les blessures sont faites directement à l'âme, et plus l'âme se fragilise, plus l'humanité s'étiole. Chaque blessure à l'âme provoque un oubli, les hommes et les servants oublient les désirs, les souvenirs, les sentiments.

=> Au sein du RM, invocation de Cerbère charmé par Orphée (servant rang B)
=> En ce RM, les blessures sont directement faites à l'âme. Plus un personnage est blessé, plus il va perdre de son humanité (volonté, désir, souvenir).
=> Toute action affecte directement l'âme.
=> Possibilité de maintenir le RM.




PHYSIQUE



L'allure d'un artiste et surement pas d'un guerrier. C'est là la première réflexion dont on me gratifie. J'aurais pu souffrir de tels remarques dans ce monde où l'on porte à la postérité la virilité. Mais nul gloire pour les héros sans moi et mes compagnons aèdes. Honoré, apprécié, cherché, j'ai toujours été en grâce auprès de ceux qui m'ont écouté, de ceux qui me contaient leurs périples afin que je chante leurs louanges.

Fin, aux yeux clairs, je contraste décidément toujours avec mes contemporains. Nulle barbe, mon torse est imberbe et mes muscles sous-développés, à peine une esquisse dû à mon agilité. La juvénilité caractérise mon visage à peine hâlé par une vie passée au soleil. Néanmoins agile, je ne fais point preuve de force et c'est par mon adresse que je peux parfois me tirer de quelques situations inconfortables, lorsque mon fidèle instrument n'est pas à portée. L'absence de cicatrices sur mon corps et de signe de vieillesse me font parfois ressembler à une statue, mais souligne surtout mon manque de connaissance sur le monde, ses guerres, ses épreuves, sa souffrance. Et pourtant, ma souffrance fut de celle qui déchire votre âme et vous enlève toute volonté de vivre, bien qu'elle ne laissa aucune marque sur mon délicat corps.

La rêverie de mon regard d'autrefois a laissé la place à une profonde mélancolie, un immense désespoir que rien ne saurait guérir. Mon sourire, ma jovialité se sont depuis longtemps effacés, faisant apparaître une gravité et un air perdu.

Mes vêtements sont ceux des voyageurs grecs, une toge courte, aux motifs simples, retenu par une broche en or et sa fidèle ceinture assortie. Toujours accompagné de ma fidèle lyre aux neufs cordes, si atypiques, je parcourais les chemins avec de solides sandales et sac des plus pratiques.

Mes doigts sont agiles et longs, utiles pour l'exercice de mon art. Mes mains portent la rugosité d'une longue pratique de mon instrument. Ma voix est surement ce qui est le plus prégnant chez moi. Qui n'est pas charmé par elle n'existe pas. En effet, j'ai vu des dieux, des arbres, des animaux féroces et des pierres se laisser emporter par l'émotion qu'elle procure.



CARACTÈRE



Autrefois, avant, j'étais un jeune homme enjoué, rêveur. L'optimisme était ancré dans ma personnalité. J'accordais une totale confiance et une bienveillance à toute épreuve à mon prochain. D'aucuns auraient pu médire de moi et m'apposer le terme de naïf et de grand crédule. Que m'importe l'opinion d'autrui ! Généreux, altruiste, la misère et la tristesse du monde était le plus grand fléau du monde à mes yeux, que j'éradiquais de mes chants. Toujours là pour venir en aide aux plus malchanceux, ceux qui n'avaient pas eu la chance d'avoir ma condition. Humble, modeste, discret, seul ma musique, ma beauté, mes chants attiraient les regards sur ma personne. J'aimais la solitude, avant elle, pour cette douce mélodie que la nature offrait. J'aimais l'aspect bucolique et toujours cela inspirait ma créativité.

J'ai toujours été également curieux, aventureux, certains diraient même courageux. Cela je ne saurais le dire, j'ai toujours suivi mon cœur, poursuivi mes convictions. Profondément pour la vie, sous toute ces formes, respectueux de la nature et de ces beautés, je suis un être d'une extrême sensibilité, empathique à ce qui m'entoure. Je suis pacifiste dans l'âme et ne souhaite goûter aucun sang. Jamais je n'aurais supporter qu'un animal meure pour me nourrir, qu'un être soit sacrifié pour me sauver. La violence est un domaine auquel je ne me résoudrais jamais. Et si j'apprécie la beauté épique des faits héroïques, que j'aime à retranscrire dans toute leur intensité, il ne me viendrait jamais l'idée d'y avoir recours. Le pincement de la corde vainc l'épée. Les mots sont plus forts que la force. Ils sont plus puissants que la mort. La beauté et l'art sont mes plus précieux alliés.

Et puis, il y a eu cette journée. Et mon monde s'est écroulé. Adieu, ô optimisme, ô joie, ô bonheur. Désormais, ma vie se résumait à la mélancolie. La tristesse infinie se lisait sur mes traits, et sur mon caractère. La trahison m'a rendu méfiant. Le désespoir m'a rendu indifférent au malheur du monde. Seul comptait le mien. Je suis devenu renfermé, téméraire, apathique. Sur mon corps, l'éternelle jeunesse, dans mes yeux, la vieillesse, l'expérience, le regard de celui qui a tant vécu, trop souffert, plus rien à perdre. Nul ne parvenait à me consoler. Beaucoup m'ont fui de peur d'être poussé au suicide en écoutant mes chants. La solitude que je chérissais est devenu nécessaire, vitale. De toute façon, j'étais seul parmi la foule, j'étais seul à jamais au milieu de ceux qui étaient ignorants. Ma souffrance me guidait vers les extrêmes auquel nul ne songe ! Le seul espoir qui m'animait était une folie sans nom pour la plupart des mortels. Mais l'amour n'était-il pas plus fort que tout ? Plus fort que la mort ? Que la sienne ? Que la mienne ?



A PROPOS DE VOUS



Âge : 30 ans
Expérience RP : Forte
Les animes/jeux Fate que vous connaissez : Fate Zero, Fate Stay Night, UBW, HF, Fate Apocrypha (pas fini)
Comment avez-vous connu le forum ? Tel un fantôme, me revoilà...
Quelque chose à ajouter ? : Décidément, je ne quitte pas la mythologie grecque !
avatar
Nombre de messages : 261
Master de : Misery
Date d'inscription : 21/02/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 1 Juil - 15:45

HISTOIRE


Si on naît loin du monde, loin de la souffrance, de la violence, de la mort, de la vieillesse, de la guerre, que tout est art, tout est beauté, tout est nature, alors le monde est ainsi à vos yeux. Sans élément de comparaison, comment croire qu'ailleurs il y ait un autre univers ? Je fais partie de ces privilégiés, rares s'il en est. Fils de la muse Calliope, vivant au milieu de ses sœurs de la même condition, visité par les Divinités, côtoyant en permanence des nymphes et des êtres surnaturels, que croire sinon que c'est ce qu'il y a de plus quotidien ? Isolé sur mon île, j'ai vécu une enfance des plus bénis. Adoré par Apollon, celui-ci me fit des dons dont bien des mortels ne comprendrait la valeur. Une lyre taillée dans un bois touché par les dieux, du plus bel acabit, avec sept cordes incassables et souples à la fois. Sculpté par Apollon lui-même. Nul cadeau ne me fut plus précieux dans toute ma vie que celui-ci. J'y ajouta deux autres cordes, pour rendre hommage aux 9 Muses que sont ma mère et mes tantes. Le dieu lumineux m'accorda également un compagnon, un ami pour la vie, qui accompagnerait mes chants tout au long de ma vie, un rossignol, éternellement lié à moi.

Mes jours furent heureux, nulle tristesse ne se faisait sentir en moi. Le concept même m'était étranger. Mes tantes et ma mère m'initièrent aux arts, en compagnie de mon bienfaiteur divin et c'est tout naturellement, touché par la grâce, qu'à mon tour, je les charmais tous, même les immortels. Tout était prétexte à un chant : le chaud soleil qui filtrait à travers les feuilles vertes des arbres, le doux chant du ruisseau qui atterrissait sur les cailloux ronds et gris, la pluie qui faisait retentir ses clapotis de façon élégante sur la nature qui nous protégeait, les gouttes qui faisaient apparaître comme par magie des dizaines de cercle s'éloignant et s'estompant, dans l'eau de la rivière, le sable qui voletait sous une main invisible sur la place, le pépiement des oiseaux, la danse des Muses, des nymphes et des dryades... Quel plaisir ! Quel délice !

Jusqu'à ce jour, où ils arrivèrent, guidé par je ne sais quel divinité. Jason et ses Argonautes. De fiers hommes, s'il en est. Des forces brutes de la nature, des roublards, des talentueux stratèges, des savants. Un navire immense, doté de rames de la taille d'un arbre. Leur désir ? M'emporter loin de mon île, loin de ma vie, de mon enfance. Les aider dans leur quête. Si ma mère souhaita s'y opposer, Apollon la rassura vite. Ou la convainquit-il ? Toujours est-il que ma curiosité, mon envie d'écrire de nouvelles chansons, mon optimisme, mon désir de connaître le monde et les hommes allaient dans le même sens que les héros. Et ainsi commença notre périple. Enthousiaste, mes chants se firent épiques, retentissant, accompagnant par le rythme celui des mouvements des rameurs. Improvisant, je louais leur gloire et la bonne fortune qui nous attendait. J'évoquais les dangers de la mer, les aventures périlleuses, le sang et la violence. Des concepts qui m'étaient totalement étrangers. Cela paraissait barbare, cela paraissait mauvais. Mais c'était leur vie et notre avenir, alors j'édulcorais d'espoir et de beauté toutes ces mélodies sanglantes.

Comment décrire un tel voyage, de ceux qui vous forgent l'âme ? La promiscuité de toute cette virilité, ces hommes dont les muscles saillaient à travers leurs toges, leurs rires francs et joyeux, leurs grognements lors des corvées, la force massive qui se dégageait de chaque mouvement saccadé pour ramer en rythme de mes chants... Comment décrire la camaraderie, la fraternité qui rapproche les héros et les hommes d'équipages dans une même aventure folle ? Et la Mer, la Mer ! Les oiseaux plaintifs qui volent au-dessus des flots cherchant à nourrir leurs estomacs vides, les remous qui agitaient sans discontinuité le fier bateau, le silence vertigineux des nuits étoilés, la Terre qu'on apercevait comme une nouvelle aventure à aborder... Nous passâmes à l'Île de Lemnos où mes camarades unirent leurs chairs à celle de femmes meurtrières, qui s'étaient débarrassés de leurs maris qui les délaissaient. L'Amour était-il toujours si sanglant ? Mes Argonautes repeuplèrent cette île de par leurs ébats pendant deux ans. Je les emmenais ensuite à Samothrace, les initiant aux Mystères.

Nous vécûmes bien d'autres aventures, et il m'arriva d'en être une fois le héros ! Les sirènes, ces dangereuses créatures. Par mon chant, j'ai évité la mort elle-même pour moi et mes camarades. La violence n'aurait rien résolu. Seul l'art, les mots ont su passer ce périple ! Volant de leurs ailes menaçantes, elles entonnèrent à portée de notre vaisseau, leur mortel chant. Pour les profanes, la mélodie semble les appeler, pleine de désir, de promesses et d'amour. Un chant superficiel mais efficace, tant elle parle au corps. Néanmoins, j'entonnais un chant touchant le cœur, l'âme de mes compagnons. J'évoquais leurs patries, leurs familles, la beauté, l'authenticité, l'innocence de leurs premiers amours, je chantonnais la gloire qui rejaillirait sur eux de ne pas céder à la chair trompeuse de créatures monstrueuses !

Ce que nous avons vécus en Colchide dépasse l'entendement ! L'aventure fut encore plus mouvementé ! Un dragon ! Un merveilleux trésor ! Des guerriers ! Des taureaux soufflant du feu ! J'eus de nouvelles histoires à composer et celle de l'amour de Médée pour Jason ne fut pas la moindre. Ce sentiment incroyable liant deux êtres... Il me fallait en voir encore plus de ce monde et surtout... m'éloigner de celle qui avait été prête à sacrifier sa propre chair pour l'amour qu'elle portait au capitaine de notre expédition. Cela m'intriguait et m'effrayait. Pouvait-on aller si loin par amour ? N'était-ce pas se damner ?

Après la violence, le sang, les meurtres, je fus confronté à la pauvreté, la faim, la vieillesse, le handicap, le rejet. Et si mon premier mouvement fut la peur et la tristesse, mon second fut la détermination, l'espoir. Oui, l'art pouvait apporter l'espoir et le bonheur ! La musique pouvait effacer la peine de leur cœur, le chagrin de leur esprit. Ma réputation me précéda. Les dirigeants de toutes les villes voulaient m'écouter, prêt à mettre le prix. Toujours j'acceptais, quelque soit le passé de ces rois, et en leur cœur, je donnais la sagesse, la volonté de faire au mieux dans cette vie, l'altruisme. Je redistribuais auprès de leur peuple les richesses qu'on m'octroyait. Parfois, je faisais une prédiction. Ma clairvoyance attisait les désirs mais inquiétait également. Quand elle était comprise. Telle la Pythie, mes réponses étaient nébuleuses. Apollon avait encore frappé, pensais-je amusé. Et puis, à quoi bon distiller l'avenir à mes semblables ? Toujours fuyant le destin, ils s'y précipitaient !

Un jour vint où le mal du pays me prit. L'envie de me ressourcer pour apporter encore plus de joie au monde. L'accueil sur le paradis de mon enfance me parut encore plus divin que dans mon souvenir. Les chants, les poèmes, les pas de danse résonnèrent sur la terre et entre les arbres. Bien que la soirée fut d'une beauté sans pareille, elle ne pouvait surpasser celle d'Eurydice. La dryade avec laquelle je jouais enfant était d'une douceur ! D'un charme éclatant ! Je crus Aphrodite naissante. Mes yeux ne pouvait quitter l'élégance de ses traits, l'harmonie de ses courbes. Nul poème ne pourrait jamais lui rendre grâce. N'était-elle pas divine ? Mon rossignol, fidèle compagnon, entonna un chant, qui fit rougir la belle. Son cœur fut mien dès l'instant où je lui ai donné celui qui palpitait à chaque fois que je pensais à elle, à chaque fois que mon regard se posait sur elle, ma douce et merveilleuses Eurydice.

Les jours passaient et rien n’entachait le doux soleil qui illuminait mes jours. Mes nuits étaient toutes aussi douces. Mon bonheur et mon amour n'avaient d'égales que la passion des dieux. Je n'avais plus qu'un désir, vivre chaque minute auprès d'elle. La faire mienne. Et c'est plus jeune qu'un homme ne devrait se marier, et plus vieille qu'une femme ne le devrait que nous choisîmes d'unir nos destins, nos cœurs, nos vies. Tous nos amis étaient présent, beaucoup de Dieux l'étaient également. J'avais fait le choix de ne sacrifier aucun animal pour célébrer notre union. Nul sang ne devait couler en ce jour béni. Juste le vin et les chants. Était-ce une erreur ? Les dieux m'ont-ils punis de déroger à la règle sacrée ?

Je n'étais pas inquiet. Seule la satisfaction émanait de mon être quand je la vis dans sa toge qui épousait chacune de ses glorieuses formes, des fleurs rouges perlant dans ses cheveux soyeux et dorés. Le blanc se trouvait dans les colonnes immenses des temples et habitations de l'île, dans les toges des invités, dans la robe de la mariée. Les roses parsemées en une couronne mes cheveux blonds. Il n'y avait que des sourires en cet après-midi de célébration. Le soir venu, des flambeaux illuminaient cette nuit chaude. Le vin était réclamé avidement et les rires éclataient au milieu des notes de musique que je jouais. Je ne voulais voir nul visage malheureux le jour de mes épousailles. Eurydice dansait, dansait, dansait au milieu des convives, éclipsant par sa beauté et son dynamisme les autres femmes, divinités ou non. Je souriais heureux et donnait sans compter à mon art, chantant mon bonheur, notre avenir. Je ne vis pas notre ami Aristée, fils d'Apollon, éloigner ma douce compagne loin des regards. Les rires, les bavardages, ma musique m’empêchèrent d'entendre ses cris et ses sanglots quand il la poursuivit. Et c'est devant son regard affolé et ses cris à lui, celui que je pensais être mon ami, que je compris l'horreur qui s'était produite. Là-bas, à quelques mètres plus loin, dans les herbes hautes gisait le corps tiède de ma bien-aimée, qui venait de se faire ôter la vie par un serpent. Elle était sans vie. Une coquille vide, toujours si belle, pourtant. Mais plus mienne. Plus jamais. Les larmes chaudes coulèrent le long de mes joues. Mon sourire disparut à jamais ce jour-là. Plus de joie. Plus de bonheur. On venait de m'arracher mon avenir le jour où il commençait. On venait de déchirer la moitié de mon être, de mon âme. Rien ne pouvait me consoler en ce jour funeste qui aurait du être béni.

Nulle vengeance ne parcourut pourtant mon cœur. Seule l'indifférence et la tristesse. Me salir les mains du sang d'Aristée ramènerait-il ma fidèle amie ? Absolument pas. Et il regrettait son erreur. L'erreur qui avait coûté deux vies. Celle d'Eurydice et la mienne. J'observais d'une haute falaise le bûcher qui brûla le corps inanimé de la dryade. La fumée monta aux cieux, tandis que mon chant endeuillé émouvait toutes choses à portée de voix. Les arbres, les plantes, les fleurs cessèrent de croître, certaines se fanèrent. Les animaux s'arrêtèrent dans leurs activités et pleurèrent silencieusement. Quelques uns se couchèrent et moururent de tristesse. Les humains et immortels venus rendre hommage à ma belle s'arrachèrent les cheveux de désespoir, hurlant la tristesse qui les étranglait, leurs sanglots s'échappant incontrôlables, ils frappèrent le sol de leur poing face à l'injustice d'un tel destin. Ils crièrent qu'Hadès et Perséphone auraient la chance de compter une telle âme dans leur royaume. J'arrêtais mes cordes du plat de la main. Bien sûr ! Elle était aux Enfers ! Je pouvais la rejoindre ! Seul la mort pourrait nous réunir. Je m'apprêtais à quitter cette vie qui n'avait plus rien à m'apporter et à retrouver le doux visage d'Eurydice, quand quelque chose m'arrêta. Était-ce une volonté née soudain en moi ? Une aide divine ? Toujours est-il que l'espoir parcourut mon corps et l'anima de vie. Pourrais-je... Les convaincre de me la rendre ? Les dieux des Enfers pourraient-ils comprendre que mon amour ne souffrait aucune frontière ?

C'est d'un pas décidé, déterminé que je parcourus le royaume à la recherche d'une entrée vers l'endroit où aucun mortel ne va, où aucune âme ne revient. Après plusieurs renseignements, j'appris que l'entrée se trouvait à Taeranum, au sud de l'Hellade. Je parcourus les cités, apportant une mélancolie emplie d'un rêve éveillé, d'espoir et de folie. Les grecs me donnait volontiers un abri et de quoi me sustenter, bien que je n'avais guère faim. On vantait mon courage et ma témérité, prédisant ma mort. Mais tous était admiratif de mon absence d'armes dans ce périlleux voyage. Je n'avais que ma lyre et ma prose. Et ma volonté inébranlable.

J'arrivais après des mois au pied d'une caverne s'engouffrant dans la montagne, après avoir marché sur des rochers glissants formant un long chemin fin, au milieu des eaux déchaînés et froides. De la vapeur s'échappait vivement de l'entrée du royaume d'en bas. Mais je n'avais qu'une crainte, ne jamais revoir Eurydice. Les périples qui m'attendaient n'étaient que des obstacles entre elle et moi. Je marcha sur des chemins escarpés, entourés de falaises, ou au bord de précipices. Le silence, le froid, l'air vicié étaient mes seuls compagnons. Mon rossignol adoré m'attendait sagement sur un arbre au royaume des vivants. Je parvins à un étroit escalier, mal taillé et interminable. Il conduisait à un fleuve, le Styx, où attendait une barque et un homme dans la brume qui couvrait les eaux noires. Le vieil homme trancha le silence d'une voix rocailleuse et lasse, quoique surprise.


"Tu n'es pas mort."

"Maître Charon, laissez-moi parvenir jusqu'à vos souverains. Je souhaite m'entretenir avec eux. Voici une branche de gui comme présent de l'Oracle de Delphes."

Charon prit l'or sacré, paiement des vivants tandis que les morts payaient une piécette. Il accepta que je monte dans sa barque et me demanda de chanter. Je ne me fis pas prier et conter mon histoire. Je le vis pleurer doucement mais il me demanda de continuer. Il repartit, les yeux brillants, après m'avoir déposé sur la berge boueuse, m'avertissant de l'autre gardien des lieux. La silhouette de Cerbère, le célèbre chien à trois têtes, infaillible depuis la nuit des temps, se dessina sur l'immense paroi rocheuse. Ma voix s'éclaircit et je chantais une mélodie sur mon amour bienheureux, avec toute l'intensité que je pouvais. Cerbère couina et posa ses têtes sur le sol, apaisé de sa colère éternelle. Il me laissa passer sans le moindre mal.

Je traversais des plaines immenses emplis d'âmes impalpables. Nulle trace de ma Eurydice dans cette foule. Deux spectaculaires trônes étaient visibles au loin et je me frayais donc un chemin jusqu'à eux. Nul bruit, juste la pesanteur des regards vides de mes anciens semblables. Où était Eurydice ? Je parvins aux pieds des deux divinités que je saluais. Je commença à plaider ma cause, rappelant tout l'amour qui unissait mon âme à celle de la dryade, dont le destin n'était pas de mourir si tôt, je chantais mon désespoir, ma souffrance, suppliais de me la rendre le temps d'une vie mortelle ou de garder mon âme en ces lieux, car la séparation était impossible à vivre pour moi. Je vis les âmes pleurer et s'agiter autour de moi. Plus loin, Tantale n'eut plus le désir de vouloir satisfaire sa faim. Les vautours cessèrent de déchiqueter le foie de Tityos, Sisyphe arrêta de rouler son rocher. Les Danaïdes ne cherchèrent plus à remplir leur baquet infiniment. Les Érinyes elles-mêmes sanglotèrent de chaudes larmes.


"Cela suffit, Aède Orphée"
, s'exprima d'une voix calme le souverain des lieux.
"Nous entendons ton malheur mais tu désordonnes l'ordre des Enfers. Tu ne peux rester ici, car tu es vivant."


Perséphone me contemple silencieuse, avant de proclamer solennellement :


"Tu as fais pleurer les Érinyes, Orphée. Elles ne te le pardonneront jamais."

Je n'avais que faire des conséquences. Eurydice obnubilait mon esprit telle une obsession, bien pire que la folie dont pourrait user les déesses infernales qui châtie les criminels.

"Tu peux repartir avec ta bien-aimée, poète. Mais à une seule condition. Tu devras emprunter ce chemin sur ta droite. Il te ramènera à la surface. Eurydice te suivra comme une ombre. Il ne te faudra pas te retourner une seule fois pour voir son visage, avant que tu n'es rejoins l'endroit où tu appartiens. Va, maintenant, et cesse de créer le chaos chez les défunts."

Et le rire d'Hadès retentit et me poursuivit pendant ma longue remontée. Parfois, il n'y avait que le silence, et toujours l'obscurité. Je serrais ma lyre, impatient de revoir celle que j'aimais plus que la vie elle-même. Mon périple dura des heures, des journées. Comment savoir dans ce lieu étrange et inhabituel ? Soudain, le doute commença à s'installer ! Pourquoi ce rire ? Quel preuve avais-je qu'Eurydice était bien derrière moi ? Qu'Hadès ne s'était pas moqué de moi ? Peut-être m'avait-il tendu un piège ou voulait-il seulement s'amuser ? Ou me faire partir parce que je dérangeais ? C'était si silencieux. Seul le martèlement de mes pas se faisait entendre. J'étais tiraillé. Fallait-il faire confiance au Roi des morts ? Le rire du dieu se fit de nouveau entendre alors que j'atteignais quasiment la surface. Je vis mon rossignol, m'attendant paisiblement sur un arbre non loin. Je n'y tins plus, rongé par le doute et la méfiance, je me retourna. La joie éphémère de voir le visage tant manqué d'Eurydice fit place à la douleur éternelle de la voir, triste et silencieuse, glisser en arrière, comme happé par les Enfers. Eurydice tenta comme moi d'attraper les mains l'un de l'autre mais je ne rencontra rien que le vide. Elle disparut pour toujours. Et mon cœur se fendit.

Je m'écroulais au sol, pleurant ma stupidité, pleurant cet amour que je ne verrais plus. Mon rossignol cessa de vivre et chuta au pied de l'arbre où il se tenait. Le lien divin qui nous liait venait de se rompre avec ma mort spirituelle. Je resta là, recroquevillé des jours durant, à l'agonie. Je n'avais plus de raison de vivre. Mère Calliope vint me chercher et chercha à me redonner goût à la vie, en vain. Je n'étais plus qu'un cadavre respirant, marchant, mangeant. Mes cheveux poussèrent, atteignant le bas de mon dos. Ma musique seul m'apaisait et c'est entouré d'une faune et d'une flore désespérée que je passais mes journées, inconsolable.

Puis un jour, une procession vint sur mon île de Lesbos. Des femmes à moitié nues, sauvages, folles, échevelées, débraillées, couvertes de terre, de vin et de feuilles. Les Bacchantes. Elles semblaient plus déchaînées que dans la rumeur qui dépeignait leurs orgies. Elles dansaient et tentèrent de me séduire, voulant faire l'amour. Je déclinais leur proposition, poliment, leur expliquant que je n'appartenais qu'à une seule femme. Je pus voir une fraction de seconde les Érinyes qui se tenaient non loin, furieuses, le regard plein de haine à mon encontre et souriant cruellement. Les Bacchantes, soumises à leur influence, se révélèrent meurtrières, en voyant ma fidélité à ma chère disparue. Elles m'empoignèrent et commencèrent à me mordre, me déchiqueter de leurs dents. Je ne fis rien pour les empêcher. Le sang ruisselait partout. La fin fut douloureuse mais une seule pensée me vint, bienheureuse. J'allais la rejoindre.


"Eurydice."
avatar
Nombre de messages : 261
Master de : Misery
Date d'inscription : 21/02/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 24 Aoû - 1:27
Terminé ! (enfin, vous avez le droit de dire !) Dsl
avatar
Nombre de messages : 261
Master de : Misery
Date d'inscription : 21/02/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 31 Aoû - 0:42
Bonjour Aede, c'est bien a moi de m'occuper de ta fiche et il est l'heure de voir cela. Je m'excuse encore du retard que j'ai pris.

Sur ce allons y Index


Statistiques: Elles ne conviennent pas, si le A en Mag est justifié, le D en For et surtout le C en End sont problématique, de un tu es un caster une classe qui ne brille pas pour sa résistance physique et de surcroît tu n'es pas un guerrier comme tu le précises dès le début et tu te distingues pas par ton endurance physique. Je te demanderais donc de passer ta force et ton endurance rang E, peut être seront elles augmentées rang D par la validation admin mais le rang C te sera je pense inatteignable.

Capacités de classe: Si territory creation est a un rang que je trouve bon, je te demanderais de baisser d'un rang item construction. Je m'explique, Orphée ne montre pas a l'instar de Médée de capacités incroyable pour la concoction de n'importe quelle potion, objet magique ou autre assimilés. C'est pour cette raison que je te demanderais de le passer au rang B.

Sorts:

Chant d'Amour: Sort très intéressant et bien dans le thème que j'aime bien, néanmoins je t'apporte des précisions pour te dire que ce sort reste soumis a la résistance magique donc tu ne peux lier des servants disposant d'une capacité de résistance magique égale au rang du sort. De plus le lien dure 2 actions, a toi de choisir si tu veux maintenir le lien puissant ou prendre le risque de moins affecter de gens disposant d'une bonne résistance magique et de durer plus longtemps.

Caprice, la mélodie du retour: La catégorie "true magic" me gêne dans l'idée ou même Médée dans l'anime ne peut en utiliser que dans son atelier. Néanmoins, au vu des contraintes imposées je ne vois pas d'inconvénients a son utilisation telle que décrite a voir ce qu'en penseras le rouge qui viendra ensuite. Néanmoins, n'étant pas un expert en nasuverse, j'ignore si ton territoire sera capable de dissimuler l'utilisation d'un rituel de vraie magie si puissant si tu t'en sers dans une situation d'urgence, cela sera donc un point a régler (et si la marque est hors territoire tu lâcherais limite un gros point rouge "Attaquez ici il y a quelqu'un" sans oublier qu'elle serait détectable et destructible). De plus tu ne pourrais avoir qu'une seule marque a la fois.

Chant d'Ether: Suite a une concertation avec un administrateur ce sort est considéré comme trop puissant pour être un sort alors nous te demandons tout simplement d'en changer.

Chant de Sommeil: Alors le sort est soit une malédiction d'agilité soit une attaque mentale ayant pour but de provoquer le sommeil. Cela peut être un effet rp, que le malus est lié a un état de fatigue proche du sommeil faisant perdre en réflexe etc mais dans ce cas tu n'endormiras personne. A toi de faire ton choix mais garde en tête qu'un sort ne peut avoir qu'un seul effet.

Chant de bravoure: Comme plus haut, un boost en for/end est un sort a double effet ce qui n'est pas possible en terme système ici. A toi de décider si tu booste la force ou l'endurance.

Chant de vie: Un heal de rang A tout ce qu'il y a de plus simple et efficace.

Chant de dissonance: Une protection tout ce qu'il y a de plus simple et efficace.

Chant de l'âme: Un sort de sondage d'émotion logique, néanmoins sonder quelqu'un se joue sur sa résistance mentale: a toi de voir si tu veux augmenter le rang du sort pour avoir plus de cibles potentielles.

Chant de ruine: Le sort est simple et bien décrit et l'effet rp si jamais tu tentes de ruiner quelque chose de non magique est logique. Néanmoins ce sort aura une efficacité plus faible dans le cas ou le mur ou la protection est un noble phantasm ce qui est logique. De plus cela durera que deux actions.

Chant de l'harmonie: Discuté par discord sort a changer par choix du joueur

Pouvoirs:

Protection of the music god: Boost d'intensité sur les sorts liés a la chanson jusque la pas de soucis très bon pouvoir, l'effet rp est logique et le rang me paraît logique pour Orphée.

High speed divine song: Ce type de pouvoirs sont non noté et cela me pose un soucis. Même si Orphée chante en langage des dieux, dans un même langage chanter est plus long que dire un mot comme le fait Médée, c'est pour cette raison que je te demande de descendre a -1 incantation (de toute manière cela ne change rien concrètement a tes capacités d'incantation).

Golden rule soul: Pouvoir encore une fois logique néanmoins je tiens a te rappeler que ce type de pouvoirs jouant sur la perception et le mental sont soumis a la résistance mentale de un et de deux te rappeler que les gens peuvent avoir des raisons surprenante pour tenter de te découper Ouin


Noble phantasm:

Father of songs: Un np d'attaque mental passif lorsque tu te met a chanter pour influencer les gens, subtil et tout a fait dans le thème, j'ignore combien de fois je te l'ai dit mais cela sera encore selon les résistance mentale des gens qui t'entendrons. Le rang me paraît normal pour un chanteur de génie tel qu'Orphée.

The Underworld: Si sur le principe cela me vas, dans la pratique je vais faire quelques précisions:

"Au sein du RM, invocation de Cerbère charmé par Orphée": Cerbère sera un monstre avec des statistiques de rang A (logique pour une créature si puissante).

" En ce RM, les blessures sont directement faites à l'âme. Plus un personnage est blessé, plus il va perdre de son humanité (volonté, désir, souvenir)." " Toute action affecte directement l'âme" => Si la cible de l'attaque est vivante, ce seront sa mana qui sera affectée. Dans le cas d'un servant ce sera des dégâts normaux, étant déjà des esprits (logique tu me diras)

"A la mort, il devient une ombre et rejoint définitivement le royaume d’Hadès." => Non, ton rm n'empêche pas les cs de fonctionner, un master remplissant les conditions de résurrections par le graal reviendra a la vie.

"Possibilité de maintenir le RM." => A voir avec le rouge passant après moi comment ça se passe.



Physique: Bien qu'un peu court on arrive a suffisamment se l'imager. Ce serait bien que tu puisses développer un peu pour le corps en lui même?

Caractère: Très bien décrit, on comprends vite a quel point la mort d'Eurydice l'a poussé dans une tristesse insurmontable contrairement a la joie et la félicité qu'il ressentait avant. Je n'ai pas grand chose a dire a part que c'est très bien et qu'il n'y a rien a changer.

Histoire: Bien écrite et très agréable a lire. Il aurait juste été plaisant d'en savoir un peu plus sur sa période parmi les argonautes que tu survoles plutôt que brièvement.

Sinon la partie aux enfers est très bien décrite bravo Yeah


Voila que des détails mineurs a changer en espérant que ça ne te pose pas trop de problèmes.
avatar
Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 20/04/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Sep - 17:26
Bon deuxième post pour repasser, alors déjà je te demanderais de poster sur le forum lorsque tu édites cela m'aiderais grandement je n'avais pas vu que tu avais édité jusque la.

Bien voyons ça, tout d'abord je tiens a prévenir que mon avis changera beaucoup vis a vis du premier ayant reçu les conseils et explications sur certaines choses de gens plus calés que moi sur le sujet (chose dont on pourra discuter sur discord si tu le sens).

Sorts:

Chant d'Amour: Petit précision en plus de la résistance magique, tu ne peux changer un amour déjà présent et manipuler la cible de cet amour. Si tu l'uses sur un personnage déjà amoureux sa cible sera l'amour qu'il avait déjà au préalable.

Caprice, la mélodie du retour: ton personnage est basé sur le chant et cela n'a... rien a voir avec le domaine du chant. Comme tu l'as dit c'est un sort de vraie magie qui n'a donc rien a faire ici au vu du concept de personnage surtout que n'importe quel sort de déplacement en vraie magie aurait résolu simplement cette épreuve, c'est carrément une catégorie que je te demande de ne pas utiliser.

Chant de Morphée: Aucun soucis avec la nouvelle mouture, néanmoins je te demanderais de baisser au rang B ou C. Il s'avère que le cerbère n'est pas une créature si puissante que je l'avais cru dans le nasuverse, je te donnerais plus de détails par le discord lorsque je me serais renseigné après tout Orphée est loin d'être offensif et une malédiction si forte sur un personnage n'ayant jamais lancé un sort offensif pour se défendre est de trop.

Chant de dissonance: Si dans le concept le fait qu'Orphée défende ses camarades de son chant ne pose pas de soucis, tout étant que le rang baissera aussi car c'est un chanteur plus qu'un type qui déploie des boucliers protecteurs la ou des mages confirmés comme Médée spécialisé dans les sorts l'a rang B, je te le demanderais rang C puisque Orphée n'est pas spécialisé dans le lancement de sorts, je te demanderais de plus changer le nom car il sous entends que Orphée chante... faux, chose qu'il n'est pas possible de faire avec ce personnage.

Chant de Vie: Rien a signaler mais peut être souhaiteras tu baisser son rang par la suite

Chant de bravoure: Pareil que pour le chant de vie

Chant de ruine: Agissant principalement sur les structures et objet, je te demanderais de le passer en terre, de plus encore une fois je te demanderais de le passer rang C, s'il te plaît pour les mêmes raisons que citées ci dessus.

Chant de liberté: Uniquement contre les ennemis sans âmes, sinon comme d'habitude il y a l'opposition et la résistance mentale/magique qui entre en compte, dans le cas d'un objet empli de pouvoirs qui te retiendrait, cela sera une question de rang. Le rang sera a revoir a B je pense.

Chant d'amnésie: Encore une fois tu vas devoir changer de sort puisque ce sort est tient plus d'item creation que des sorts classiques.


Pouvoirs:

Protection of the music god: Il m'aura fallu du temps pour retrouver ce bout de conversation, mais pour un pouvoir de rang A, le boost de Tesla s'est vu amenuisé au rang C par question d'équilibrage, ton pouvoir comprenant un effet de plus, le boost sera minime donc de rang D.

High speed divine songs: Encore une fois je vais devoir te décevoir mais finalement je vais te demander de le retirer. Après longue réflexion, chanter n'est pas un moyen d'incantation plus rapide et faire trois notes et dire un mot n'est pas un chant. Non négociable.

Golden rule soul: Alors après recherche, ton pouvoir ne t'accorde que de la richesse tu ne seras jamais considéré comme malfaisant par qui que ce soit mais si un servant veut t'attaquer pour une raison x ou y il n'y a pas d'ooc ni de résistance mentale qui entre en jeu, il le peut.

Edit: J'ai été surpris de ne pas voir Divinty auquel Orphée est éligible, fils de muse et ayant eu un culte héroïque pré Olympien il pourrait en disposer au rang C voir peut être B. Je sais que ce n'est pas mon rôle de te dire quoi faire, mais il me paraît être un incontournable ce pouvoir logiquement sur Orphée.

Noble phantasm:

Father of songs: Juste pour préciser, cela ne te permet pas d'ignorer les défenses mentales, résistances magiques etc.

In underworld: Alors, après renseignement il s'avère que Cerbère est loin d'être aussi puissant que je le croyais et que sa force dans les mythes dépends de l'authority d'Hadès, chose dont tu ne disposes pas dans le RM. C'est pour cela que je vais te demander de passer les stats de Cerbère au rang C servant.


Histoire: J'aimerais vraiment que tu développes la partie sur les argonautes que tu fais que survoler brièvement.

Voila voila tu y es bientôt ne baisses pas les bras Aède Yatta
avatar
Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 20/04/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 22 Sep - 17:45
Modifié ! Lalala
avatar
Nombre de messages : 261
Master de : Misery
Date d'inscription : 21/02/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 23 Sep - 17:58
Hi Je viens donc jeter un coup d'oeil aux toutes dernières modifications.

Pouvoirs:

Divinity: Cela me semble très bien et le rang B est je pense acceptable pour Orphée. Je laisserais mon collègue rouge trancher sur le rang définitif.

Noble Phantasm:

Father of songs: Après délibération avec le rouge passant après moi, ce noble phantasm n'affecte pas les sorts, sinon c'est validé a part ce détail la.

In the underworld: Après discussion et réflexion, cerbère sera rang B servant avec les deux actions pleines et les actions gratuites en découlant.

Sorts:

Chant du rossignol: Ras, je dirais que tu peux en invoquer dix par sort étant donné qu'ils ne sont même pas équivalent a un rang E. Le rouge confirmera après moi.

Chant de Folie: Pas de soucis, en cas de résistances multiple (par exemple un magic résistance+mag) cela s'appliquera uniquement sur la résistance la plus élevée. Ce sort attisant la folie, il risque par contre d'être contre productif contre des berzerkers (élément qui sera affirmé ou pas par mon collègue mais qui risque d'être pris en compte)

Voila voila, je peux te donner ma première validation confiant que tu feras les toutes petites modifications et laisser mon collègue rouge prendre le relais.
avatar
Nombre de messages : 176
Date d'inscription : 20/04/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 26 Sep - 23:29
Il est donc pour moi de passer en revue la prose de notre aède Smile

Je commence donc par valider les stats et le confirme le rang de Divinity. Je n'ai rien à redire sur les autres pouvoirs, si ce n'est que Protection of the music god ne renforcera pas Father of songs, dans la mesure où cet air est le sommet de l'art d'Orphée (donc en soit Protection of the music god est compris dedans de base).

Pour les NP Father of songs sera actif et aura une durée de 5 actions.

Chant du rossignol : vu que ce sont des familiers temporaires plus faibles que du E on peut dire que 2 réunis font un E donc ce qui en ferait 8. Mais comme les chiffres ronds c'est le bien, 10 est bon Pain

Chant de Folie : comme il a été dit le sort suit les règles des capacités mentales. Pour les zerks ils ont une protection de base avec le Mad, mais si effectivement le sort est plus haut que le Mad, il rendra plus fou que fou  en suivant une logique rp et donc de les attiser.

Physique et caractère : le personnage est bien décrit rien à redire.

Histoire : bien écrite, agréable à lire, je n'ai pas grand chose à redire. Bon allez j'aurai bien aimé voir les autres argonautes mentionnés et le regard de Orphée sur eux, mais je n'en tiendrai pas rigueur car l'ensemble permet de bien suivre le parcours du personnage et toutes ses aventures.

Juste les petits détails donc à préciser et ça sera bon Yay
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4572
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com



| Fiche
| Journal
| Brynhild's Theme | Brynhild's Battle Theme |
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Fate Stay Night RPG :: Avant de débuter :: Présentations