Votez sur les tops !






Wanted


Derniers Sujets

OST



Black Out

Fate Stay Night RPG
Forum RPG 16+ - Fate Zero - Fate/stay night - Tsukihime - Nasuverse
Fantasy - Fantastique - SF - Magie - Mangas
Le forum recherche en priorité des Masters et les prédéfinis.
[Event] Les ombres de Kyoto : tous les détails ici

Aucune énigme ne peut me résister. - S.H [100%]

 :: Avant de débuter :: Présentations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Jeu 1 Mar - 22:34

Sherlock Holmes

Age : 32
Nationalité : Anglais
Organisation : Aucune
Fonction : Inspecteur/Détective


























Crédit avatar

CARACTÉRISTIQUES

Type : Servant
Classe : Saber
Alignement : Neutre - Bon

Statistiques :
STR : D
END : C
AGI : B
MAG : B
LCK : A



CAPACITÉ(S) DE CLASSE

Résistance Magique :
Confère une résistance à la magie.


EQUIPEMENT


Manteau d'Inspecteur :
Un manteau aux allures simples. Il est long, tombant jusqu'au genoux. Il y à des renforcements placés, léger et dissimulée dans le tissu au niveau des épaules, du cou ainsi qu'aux articulations des bras. Cela permet à son manteau favori de subir des coups sans forcement être taillée en pièce tout en protégeant des points pouvant neutraliser ses capacités de combat. Il est imbibée de magie, permettant de résister à quelques sorts magiques.

Vérité :
Vérité est l'arme de Holmes.
Vérité est une lame légère, fine comme une lame de rasoir. Elle est dissimulée dans un fourreau bien particulier. Il s'agit d'une canne. L'extérieur de la canne est en bois d'ébène, l'intérieur ouvert permettant à la lame d'y être rangée, un revêtement de cuir y est installé afin de ne pas abîmée l'épée ainsi que la canne. De près comme de loin, il est impossible de distinguer la différence entre canne normale et l'étui qu'est cet objet que ce soit visuel où par le poids. Seul Sherlock connaît le mécanisme pour déloger son arme.




SORTS


Sorts[ Element - Type - Rang] :
Description et effet

POUVOIRS


Natural Insight [A  - Actif] :
Grâce a ses yeux observateurs, Holmes peut percevoir la vraie nature des choses, rien ne peut lui échappé, pas le moindre détail ne semble évader son regard investigateur. Malgré que leurs principes soient différents, ce pouvoir est similaire a Clairvoyance. La possibilité d'entrevoir un futur proche, effrayant, n'est-ce pas?

Baritsu [ B - Actif ]:
Une forme de combat utilisant des techniques de frappes comparable à la boxe en plus d'avoir des prises de projections et de contre. Il s'agit d'un art que Sherlock Holmes à perfectionnée afin de pouvoir l'utiliser autant à mains nue qu'avec une arme. Malgré tout, cet art est plus facile à utiliser à mains nues qu'avec une arme.


Deductive Reasoning [ A - Actif ]:
Holmes est capable déduire des solutions via ses raisonnements. Ce qui lui permet de trouver des faiblesses.


NOBLE PHANTASMS




Empty House [Anti-Unité - B - Actif] :
Holmes peut imiter l'apparence de n'importe qui. Qu'il soit un esprit Héroïque, humain ou autre. Ce n'est pas une imitation parfaite, car les paramètres qu'il imite ne peuvent pas dépasser ses propres valeurs, et il ne peut pas utiliser les compétences et les Nobles Phantasmes associés aux Esprits Héroïques qu'il imite.


Elementary, My Dear [Anti-Unité/Anti-Monde - B - Actif] :
Même si une énigme ou adversaire ne semble pouvoir être battu, une route invisible le mènera à la vérité lui permettant de répondre à l'énigme ou a la solution pour se débarrasser de ses/son ennemi sans aucune exception à la règle. Bien qu'il lui faut l'oeil afin de percevoir et de trouver les indices vu que ceux-ci ne vont pas lui apparaître dans la main comme une bouchée de pain qu'on donne à un sans-abri.




PHYSIQUE





Je suis un homme. Je mesure un mètre quatre-vingts trois et pèse soixante-cinq kilogrammes.
Je me présente sous le nom de Sherlock Holmes. Un détective connu pour avoir résolu des enquêtes difficile voir impossible à résoudre.
C'est peut-être à cause de ça, que ma posture droite, me donne un air hautain, fier et froid. Je dirais plutôt que j'en impose par ma carrure sevlte et élégante, montrant mes atouts masculins, mes membres sont élancés et légèrement musclés, je prend soin de faire du sports quand je le peux.
Ma démarche lente et assurée, montre que je mesure chaque pas avec intérêt et que je ne suis pas forcément quelqu'un qui aime me déplacé pour rien. Contrairement à quand je suis intéressé où mes mouvements distingués se font plus vifs et lourd.


Mon visage à la forme rectangulaire couplé à d'un menton légèrement pointu, mes traits sont harmonieux mettant en valeur mes yeux, ma bouche et mon nez malgré le côté sérieux qui semble être une expression qui quitte rarement ma face.
En parlant de mes yeux amandes sont perçant et scrutateur, malgré l'éclat brillant et clair de la couleur émeraude qui addoucit mon regard, pouvant, parfois, lorsque je suis présent dans des endroits sombres et peu éclairée, devenir d'un bleu pâle.
Mes lèvres sont étroites et sensuelles, bien que je ne le trouve aucun charme particulier je me fie à l'avis des autres à ce sujet. Quant à mon nez, juste au-dessus, il est mince et allongé, il pourrait presque passer inaperçu vu sa petite taille.
Mon front est dégagé et large, j'empêche toutes les mèches de venir se poser dessus même si l'une d'elle est assez rebelle pour tomber devant.
En parlant de mèches, mes cheveux sont d'une couleur sombre couplé à quelques reflets bleuté, ils sont épais mais, toujours coiffés, plaqués en arrière.
Pour finir, je suis imberbe, aucune trace de barde ou de moustache même si l'idée d'en avoir une m'a plusieurs fois tenté, je n'ai jamais eu le chance de voir le moindre poil installée son territoire sur mon visage.


Mes gestes sont toujours mesurés. Parfois vifs, parfois les deux. J'aime prendre mon temps. Si je fais quelque chose dont j'ai l'habitude, je suis un peu plus rapide... Et si jamais je dois me battre, les deux s'accordent parfaitement pour surprendre mes adversaires.
Ma voix est suave et posée. Mes cordes vocals sont suffisamment puissantes pour pouvoir me faire entendre si besoin bien qu'il m'est très rare de devoir crier, les personnes qui m'écoutent semble être captivé par le timbre mélodieux même si, je m'exprime avec aisance, je me trouve souvent très froid dans mes mots.





CARACTÈRE




J'ai mes qualités, mes défauts et mes mimiques.
Comme tout le monde j'éprouve divers sentiments en fonction des situations bien que, je trouve cela assez dérangeant, ils ont un côté peu pratique mais, sans ça, je serais sans doute la personne avec le moins de personnalité au monde.

Ce que je peux affirmer, est, ceci, je suis quelqu'un de déterminé. Un objectif ? Pas de problème, je l'accomplirais. Rien ne m'empêchera de venir à bout de ma quête, je respecterais les règles même si il peut m'arriver de détourner celle-ci en ma faveur, je ne suis pas du genre à vouloir du mal aux autres donc, si je peux les faire jouer en ma faveur sans forcément avoir des innocents pris dans le feu de l'action, je le ferais.

En parlant d'être déterminé... Il est possible aussi que je fasse preuve du contraire total. Il est très difficile de réussir à me motivé. Si je sens que la tâche que je vais accomplir n'est pas à la hauteur de mon intelligence où trop facile, je vais sûrement en pâtir avec une légère déprime et éviter de m'occuper de ça. Afin de pas me laisser submergée par ça, jouerais d'un instrument de musique que la sensation s'envole.

J'ai tendance à me mêler de tout mais, tout comme je peux me mêler de tout, j'ai aussi, un côté je m'en foutisme. C'est la curiosité qui va mener mes pas. La joie et l'excitation de l'enquête arrive ensuite mais, je dois reconnaître que la plupart du temps, je me fiche un peu de tout.
Cependant, cela ne veut pas dire que je n'aime pas parfois apporter mon grain de sel dans l'équation.

Il y à quelque fois où... Je ne suis pas distant, ni froid, ni trop... Formel. Il est très rare que je sois ainsi bien que je chérisse ce genre de moment, j'espère que mes compagnons me voyant ainsi, en profite autant que moi. Si vous me voyez ainsi, vous êtes sûrement les rares personnes avoir réussi à franchir mon cercle d'amis. J'en ai pas beaucoup et cela est une pour une bonne raison.

Sinon, vous vous heurterez un mur, formel et impassible. Pourtant, j'arrive parfois à briser cette image de muraille pour quelqu'un de tout à fait normal. Peut-être que cela m'arrive uniquement lorsque je suis en train de jouer un rôle. Je n'ai aucun problème à imiter quelqu'un, à me dissimuler, à être ce que je ne suis pas. Peut-être est-ce pour cette raison que je me perds parfois dans mon rôle de détective impassible. Alors que je sais, que même si je trouve mon comportement très froid. J'en reste néanmoins un être humain comme tout le monde.

J'aime, je souris, je ris et j'en passe.
Mais, est-ce que j'ai besoin de le montrer pour être appréciée ? J'en doute, ceux qui m'apprécieront seront peu comme ceux qui ne m'aimeront pas.

Il y à... Peut-être, un seul détail intéressant sur ma personne. Lorsque je suis dans une réflexion intensive, il m'arrive de parler tout seul à voix haute ou... Mon front se plisse, quelqu'un qui me sort de cet état peut bien souvent me voir décontenancé ou très énervé tout dépend ce dont à quoi je pensais.

Une dernière chose, les idiots où simple d'esprit ont tendance à m'énerver... Je dirais pas au point d'être en colère mais, je n'aime pas beaucoup devoir m'expliquer deux fois. Sauf si nécessaire.





HISTOIRE




Avant que mon nom ne devienne légendaire et qu'ils donnent des frissons à la moindre fripouille, je n'étais qu'un homme parmi tant d'autres.
Lors des mes études, des camarades, notamment le père de l'un d'entre eux m'a fait découvrir les joies de la déduction et de l'observation.
Par la suite, après avoir fini mes études, je deviens détective consultant.

Je voulais emménager dans le 221B Baker Streets. Je recevais mes clients ainsi que des membres de Scottland Yards pour divers enquêtes via des lettres. Mes débuts n'ont été que des délits mineurs, je me contentais vu que je commençais tout juste. Je profitais du temps libre que j'avais à cet époque pour nourrir mon cerveau d'informations, que ce soit de la psychologie, de la physiologie, la science, l'astronomie et la physique, tout passait sous mes yeux avides de savoir. Je m'amusais même a pratiquer quelques instruments de musiques.

Après avoir eu un petit nom dans mon métier, je me faisais plus difficile pour le choix des mes enquêtes. Je refusais la plupart d'entre elle car, elle n’intéresserait pas mon brillant esprit, elles étaient beaucoup de trop facile.

En 1881, j’éprouvais des difficultés financières. Je fini par chercher un colocataire afin de pouvoir utiliser l'appartement dont je rêvais. Mon futur colocataire ne fut autre que le Dr John H. Watson, un homme intelligent, un médecin et chirurgien d'excellence ! Bien qu'un peu trop sentimental.

Nous nous sommes rencontré grâce à Stamford, dans un labo. J'expérimentais avec un réactif afin de prouver l'intérêt des tâches de sang pour les futurs procès. nous serions la main, j'ai perçu tout de suite qu'il revenait d'Afghanistan, j'en fis la remarque l'air de rien sans répondre à l'incroyable surprise qui se lisait sur son visage. Nous finîmes par nous mettre d'accord et nous vivions désormais ensemble.

Je pouvais, enfin recevoir mes clients dans un lieu un peu plus approprié, j'étais impatient. Bien qu'au bout d'un moment, l'ennuie prit le dessus, heureusement que ce bon Waston était la. D'ailleurs, il semblait curieux des visites que je recevais. Il croyait sincèrement que mes visiteurs étaient des malfrats voir... Que j'étais un gigolo. Malheureusement, j'avais beau lui expliquer, il restait sceptique, je dus le convaincre en analysant la première personne que je vu.

J'observais méticuleusement l'homme en question, sa façon de se mouvoir, d'être droit comme un I. J'en déduis qu'il était un ancien sergent de la Marine ainsi qu'un messager pour Scottland Yards ce qu'il confirma. Les doutes de mon colocataire s'envoleraient aussitôt. Je n'ai jamais vu un visage exprimée aussi facilement la surprise.

Par la suite, la première enquête que nous vivions ensemble arriva. Il tenait désespéramment à ce que nous occupions d'un meurtre dont, la résolution de celle-ci donnerait tout le crédit aux officiels. Je n'allais recevoir aucun mérite pour ce travail, raison de plus pour ne pas vouloir la faire mais, l'insistance du Docteur. Je soupire. J'accepte et l'incite à m'accompagner. Je pourrais ainsi lui faire comprendre mon refus sur ce genre de requête.

On se dirige vers Brixton Road, où nous rejoignons Gregson et Lestrade, ensemble, nous observons la scène du crime. Grâce à une loupe et à un mètre, je récupère quelques indices précieux. Nous identifions la victime, comme étant Enoch Drebber, un homme riche dont, son cadavre ne présente aucune blessure apparente. Des documents trouvée sur lui, nous donne le nom de son secrétaire, l'accompagnant Joesph Stangerson. Sur le mur, le mot "RACHE" y est inscrit. Je corrige mon collègue sur sa théorie. Rache signifie Vengeance en Allemand.

Je sais la victime à été empoisonnée et que le mot inscrit sur le mur, n'est qu'une ruse pour mener la police sur la mauvaise piste. Ingénieux, je le reconnais mais, pas assez pour me tromper. Lorsque nous déplacions le corps, nous trouvons une bague de mariage en or. Peu après, nous visitions l'homme ayant découvert le défunt mais, aucune information que nous sachions pas déjà sauf qu'un homme aux allures ivre aurait tenter de s'approcher de la scène. Je lâche un soupire, agacé, je réprimande l'officier n'ayant pas interpeller l'individu en expliquant que celui-ci était le meurtrier déguisé ayant oublier la bague de mariage.

Par la suite, j'envoie quelques télégrammes y compris un avis pour la bague dans un journal, j'achète une contrefaçon de celle-ci, après tout, il reviendra forcément chercher cet objet de valeur sentimental. Qu'est-ce que les sentiments peuvent être idiot. Mon avis reçoit une réponse d'une vielle dame assurant que la bague appartient à sa fille. Je lui donne la contrefaçon et saute à l'arrière du taxi, réalisant que celle-ci avait disparu. Forcément un complice du meurtrier. Quel poisse.
Un jour, plus tard, Gregson nous rend visite, nous apprenant qu'il à arrêter un suspect. Celui-ci aurait fait du grabuge chez la pension de famille de Madame Charpentier, là où Drebber et Stangerson se sont reposé avant le meutre.
On apprend qu'un homme ivre aurait tenter d'embrasser la fille de Madame Charpentiers ce qui à causé son expulsion, cependant, il serait revenu plus tard pour kidnapper Alice, provoquant une altercation avec son grand-frère qui perdra la vue de l'individu. Malheureusement, l'individu en question n'était autre que Drebber. Lestrade arrive peu après, nous informant de la mort de Stangerson, poignardé en plein cœur.

Nous trouvons un télégramme disant que " J.H se trouve en Europe " et une petite boite contenant deux pilules. Je rentre à notre appartement et teste les deux pilules sur un vieux terrier écossais, la première n'a aucun effet, la deuxième le tue sur le coup. L'un était un poison mortel, l'autre était inoffensif.
A ce moment la, le jeune Wiggins m'informe que mon taxi est prêt, j'esquisse un grand sourire, je l'envoie chercher le conducteur avec l'excuse que j'aurais besoin d'aide avec mes bagages, lorsque celui-ci monte, j'attends qu'il se penche pour saisir le coffre avant de le menotter et d'informe que l'homme est Jefferson Hope, le meurtrier de Drebber et Stangerson.
Il nous raconte son histoire, qui m'intéresse peu même si Waston semble intrigué. Une fois l'affaire terminée, nous retournons chez nous et je montre à mon associé le résultats de notre dur labeur via le journal. Lestrade et Gregson recevaient tout le mérite de cette affaire. Waston outragé, me fait lâche un rire. Son idée bien que plaisante ne m'intéresse pas. Il décide d'écrire toutes mes futurs aventures dans un livre et de le publier.

Durant quelques enquêtes, je mentionne mon Némésis à mon ami et associé. Le Professeur James Moriarty, le Napoléon du crime. Cet homme organise le mal et passe inaperçu dans la grande ville de Londre. Je reconnais l'intelligence de mon ennemi même si sa philosophie et ses pensées sont abstraie. Il en reste un génie. Il tire ses ficelles tel un marionnettiste et sait ce que font chacune d'entre elle. Un pur génie. Malgré tout, je met en garde mon compagnon, en lui faisant comprendre qu'un jour nous l'aurons.
Lui et moi, continuerons de faire de nombreuses enquêtes, de nous amuser à chasser les criminels. A nous supporter mutuellement dans le bonheur et le malheur même si son mariage ne m’enchantait pas, je perdais mon seul et meilleur ami.
Finalement, la conclusion. La solution à ce problème. Moriarty.

Un soir. Je vais chez John. J'étais agité, les mains en sang, à la plus grande surprise de mon associé, qu'est-ce que j'aime lire la surprise sur son visage cela me rappelle les premières fois où nous nous sommes découverts. Je lui apprend avoir échappé à trois tentative de meurtre à mon égard suite à une visite de Moriarty, m'incitant vivement à ne plus le poursuivre pour le traduire en justice.
Je lui explique les tentatives. La première fut un taxi ayant essayer de m'écraser, je l'ai esquivé de justesse. La deuxième fut une brique, elle avait failli me fendre le crâne en deux, heureusement, le coup avait été mal jaugé, je fis venir la police mais, leurs recherches fut vaines et la troisième... Je venais voir mon ami et un vulgaire voleur armée d'une matraque m'avait attaquer. J'ai réussi à me débarrasser de lui, le livrant à la police avec le goût amer de ne jamais pouvoir prouver qu'il faisait parti du réseau de notre "Bon Napoléon."

Je lui apprend que cela faisait des mois que je traquais les agents de Moriarty et que j'étais sur la verge de les avoir mais... Le clash de deux génies ne mène à rien. Nous nous tournons autour sans pouvoir se saisir fermement. J'indique à mon ami les requêtes qu'il doit suivre afin de couvrir ses traces pour me rejoindre sur le continent afin d'appréhender le génie du crime. Par peur d'avoir été suivi, je fuis par son jardin, escaladant le mur.
Je le rejoins le lendemain, dans le train, déguisée comme un vieux prêtre italien. Malgré mes précautions, j'aperçois Moriarty en train de tenter de stopper le train. Je mord la lèvre, excité, j'avais prédis qu'il ferait ça mais, cela nous force à nous cacher à l'arrière avec les bagages. Une fois avoir réussir à atteindre Strasbourg via Brussels, on reçoit un message affirmant l'appréhension presque total du gang de Moriarty sauf le dit criminel, bien que le message indiquait que je pouvais être dangereux, je rigole de bon coeur en voyant mon ami rester à mes côtés pour cette épreuve. Nous l'arrêterons ensemble.

A force de voyager, nous nous retrouvons en Suisse, a Meirigen où nous décidons de marcher pour visiter l'une des merveilles locales, les chutes de Reichenbach. Durant notre petite escapade, un jeune garçon vient nous voir, indiquant qu'une vielle anglaise malade aurait besoin d'un docteur à l’hôtel. Je remarque le canular mais, je ne dis rien. J'esquisse un petit sourire, triste, que je réprimande aussitôt en saluant le départ de mon ami.

Le Napoléon du crime, m'offre un stylo ainsi qu'une lettre où j'écris mes derniers mots à l'égard de mon compagnon, je le remercie avant d'emballer la lettre et de lui décocher un coup en pleine figure. Nous luttons ainsi.. Je dirais avoir eu l'avantage à plusieurs reprises avant... De finalement trébucher avec lui dans les chutes, la mort nous accueillant tout les deux à bras ouvert, dans une étreinte glaciale.




A PROPOS DE VOUS





Âge : 22 ans
Expérience RP : 10ans
Les animes/jeux Fate que vous connaissez : Aucun, je suis un newbie de la série.
Comment avez-vous connu le forum ? Via Yukimura Shintarô
Quelque chose à ajouter ? : HELP MEEEE !
Sherlock Holmes
Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 01/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 16 Mar - 17:02
Bonjour !

Ca fait un moment que je ne suis pas passé sur le forum, ni sur ma fiche.
Non, ne vous inquiétez pas, je ne compte pas abandonner ma fiche, pour l'instant.

Je viens vous faire part des mes inquiétudes vis à vis de la dite fiche.
J'aimerais réussi à le faire seul, afin d'avoir la sensation de comprendre ce que l'on souhaite des Servants, plus précisement de Sherlock.
Mais, je n'y arrivera pas, je bloque sur ma fiche et commence à avoir la flemme de venir passer dessus, je ne mens pas, j'ai littéralement envie de me frapper a cause de mon manque d'enthousiasme.

Bref, je viens lâcher ma dose de frustration vis à vis de ma fiche car, je ne sais pas quoi faire pour l'histoire ainsi que pour les pouvoirs.
Je veux de l'aide mais, je refuse d'en recevoir. (Je suis compliqué, ne cherchez pas) donc voilà !
Sherlock Holmes
Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 01/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Dim 18 Mar - 17:32
Bonjour et merci de nous faire un retour sur où tu en es Smile

J'avouerai ne pas trop savoir quoi te répondre. Le staff est a disposition pour répondre à toutes les questions et aider pour la construction d'une fiche. Mais si tu ne veux pas d'aide... . Tout ce que l'on peut faire c'est te donner des pistes et te laisser ensuite réfléchir tout seul. Mais à part cela, on a plutôt les mains liées par rapport à la manière dont tu veux procéder et tes difficultés Sigh
Valkyrie hjärta
Brynhild
Nombre de messages : 4628
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com



| Fiche
| Journal
| Brynhild's Theme | Brynhild's Battle Theme |
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 14 Fév - 6:24
Bonsoir / Bonjour.

Je pense avoir fini ma fiche.
J'aurais besoin d'un avis afin de savoir ce que je dois modifier où si tout vous convient !

Merci d'avance ! :) ♥️ (désolé pour les fautes, je n'ai pas vérifié si j'en avais fais, vu que j'ai fini ça tard dans la nuit, je n'avais plus les yeux en face des trous !)
Sherlock Holmes
Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 01/03/2018
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Fate Stay Night RPG :: Avant de débuter :: Présentations