Votez sur les tops !






Wanted


Derniers Sujets

OST



Black Out

Fate Stay Night RPG
Forum RPG 16+ - Fate Zero - Fate/stay night - Tsukihime - Nasuverse
Fantasy - Fantastique - SF - Magie - Mangas
Le forum recherche en priorité des Masters et les prédéfinis.
[Event] Les ombres de Kyoto : tous les détails ici

Mar 23 Jan - 13:52

KAY

Age : 52 ans
Nationalité : Breton
Organisation : Ex-chevalier de la table ronde
Fonction : Ex-Sénéchal de Camelot



Portrait offi. du Kay de Type-moon

CARACTÉRISTIQUES

Type : Servant
Classe : Saber
Alignement : Neutre bon

Statistiques :
STR : A
END : A
AGI : C
MAG : C
LCK : B



CAPACITÉ(S) DE CLASSE


Magic Resistance - Rang B [passif] : Offre une protection au servant face à la magie, ce qui annule tous les sorts correspondant à un rang inférieur à B est réduit les effets néfastes des sorts de rang égale ou supérieurs à celui de la compétence.



EQUIPEMENT

Objet :
Description et effet

Objet :
Description et effet

Objet :
Description et effet


POUVOIRS

Dignity of Readguard – Rang X [passif] : C'est la capacité des servants à pouvoir contenir, voir renverser les situations désavantageuses voir dangereuses pour lui et ses alliées durant une bataille. Les arrière-gardes sont des groupes d'unités expérimentées disposant d'un véritable moral d'acier et d'une forte cohésion se déplaçant la plupart du temps après l'armée pour assurer la défense des lignes de front, sécuriser tout ralliement des troupes et contrer toutes prises à revers de l'ennemie. Kay ayant été en charge des arrières gardes, ce dernier est parvenu plus d'une fois à renverser les attaques et contre-attaques ennemis et ainsi permettre à Arthuria de se sortir victorieuse d'une bataille désavantageuse pour elle.

Effet :Confère un bonus au statistiques physiques de rang E à X selon le degré de gravité d'une situation désavantageuse (malus subit, état d'infériorité numérique, effets bonus avantageux pour l'ennemie, état de blessures graves, etc...).



Eye of Mind (False) – Rang X [passif] : C'est la capacité naturelle de certain à éviter le danger, une sorte d'intuition ou de sixième sens qui guide le servant pendant une bataille et lui permet d'esquiver certaines attaques même lorsque la visibilité n'est pas bonne. Parce qu’il a acquis une forme de perception auditive apte à combler son manque d’acuité visuelle suite à sa blessure à l’œil, Kay a pu acquérir une expérience certaine à gérer les combats avec un champ de vision constamment réduit.

Effet : Permet de disposer de réflexes qui permettent d'anticiper les attaques ennemies même si elles viennent d’un angle mort (Effet similaire à Instinct rang X).



Human Observation – Rang A [passif] : C'est une compétence permettant d’observer et de comprendre les personnes. Lorsqu’elle est de haut rang, cette compétence ne sert pas qu’à observer, mais aussi à rendre le servant capable d'émettre des hypothèses sur ses propres moyens de subsistance et de préférences, ainsi que sur la vie de personnes dont le nom semble lui être ou non inconnu. Parce que Kay à été capable de développer un très haut degré de compréhension humaine, son tempérament propre à lui-même fait qu’il détient une puissance argumentative capable de faire fuir de honte un dragon de feu.

Effet : Permet d’établir le profil d’une personne au point d’être capable d’en influencer son alignement lors d’un échange verbal avec celui-ci. Si le servant possède un caractère « trashtalk », la personne ciblée peut s'en retrouver lourdement déstabilisée voir perturbé.


NOBLE PHANTASMS

Camelot Image: Fleeting Forgotten Castle

Barrier - Rang B [Actif]



Basé sur la fondation de Camelot qui est un "rêve utopique" qu'il a tenté de rendre réalité et qu'il a poursuivi en tant que sénéchal, il s'agit un noble phantasm qui permet à qui qu'on que de voir et d'atteindre son idéal tel qu'il est même le plus insoupçonné sans jamais pouvoir l'atteindre car toujours anéanti par la réalité tel un rêve éphémère juste avant qu'il se retrouve "écrasé" par le contre-idéal de Kay.

Kay avait quelque part toujours crus en les idéaux d'Arthuria en dépit d'être conscient qu’en raison de la situation de celle-ci à vouloir se sacrifier pour cette cause ne lui permettrait pas de vivre ces idéaux éternellement pas plus qu'un règne ne peut être immortel.

De ce fait, et ce en raison de sa compréhension profonde pour ce qui relève de l'état d'esprit des hommes, Kay avait alors édifié l'architecture de la cité pour en faire aux yeux du présent et de l'avenir comme étant la cité de l'utopie incarné dans les cœurs des gens et par-delà toutes générations.

Lorsqu’il déploie son Noble Phantasme, Kay dresse une illusion gigantesque au travers d’un Boundary Field manifestant l’intérieur d’un château de 7 hectares avec un panorama reflétant la cité de Camelot dans toute sa splendeur d’antan et baignant dans une lumière pure qui fut bâtît à Saint David sur plus de la moitié de la région environnante.


Effets :
- Le Boundary Field dure X tours.
-


Cynedeff : The Enchanting Knight  

Anti-unité Personnel : rang B [Passif/Actif]



En raison d’être le descendant d’un saint par lien de sang avec sa mère, Kay est né avec un corps d'une robustesse hors du commun et une âme ayant des circuits magiques d’un niveau de constitution assez élevé lui confèrent plusieurs particularités magiques connu sous le terme gallois de Cynedeff.

En effet, Kay est reconnu comme étant l'un des trois chevalier enchanteurs de la Grande-Bretagne. Il peut rester en apnée pendant 9 jours et nuits, tenir une semaine sans boire, ni manger, ni dormir, vaincre 100 homme à lui seul, se rendre aussi grand que le plus grand des arbres, son corps peut produire une grande chaleur qui sèches toutes les choses autour de lui même sous la pluie, et de manier une épée qui provoque sept blessures quand on la retire et qu'aucun médecin ne peut guérir.

Si ce NP lui permet de pouvoir générer du mana sous la forme d’une énergie brute capable de faire rentrer l’air combustion la plupart du temps, il permet également à Kay de pouvoir revêtir l’aspect d’une armure de guerrier géant doté d’une épée à deux mains éthéré adapté à sa taille et détenant les fameux effets de la lame maudite de Kay.


Effets Passifs :
+ Confère le pouvoir actif Mana Burst Flame rang X

Effects Actifs :
- Demande un coût d'activation NP de rang A
- Scelle Mana Burst Flame durant toute la durée active du NP
+ Confère un bonus de rang X aux states physiques.
+ L’épée éthérée inflige 7 blessures au lieu d’une seule quand elle touche sa cible
+ Les dommages causés par l’épée éthérée scellent les états de santés sur toute la durée du combat
+ La portée de l’épée est de X mètres par rang MAG
-/+ Le NP dure X tours et peux être maintenus plus longtemps contre une dépense de X points de mana par tours supplémentaires prolongés.



PHYSIQUE


Texte

CARACTÈRE


Texte

HISTOIRE


Histoire :

Kay l’imbécile, Kay le malpoli, pfff…quelles foutaises…

Est-ce donc ce que vous qui pensez cela de moi Troyens de basse campagne ?

Ha ha, sachez humbles plaisantins que les Gallois étaient bien plus proche de la vérité que tout autres choses même si certains passages me semblent encore mal placé sur ma personnel.

Vous ne savez rien de la grosse blague qui se cache sous cette belle fable qui en ont bercé plus d’un et de ce que fut vraiment l’histoire de la table ronde.

En vérité, de mon vivant, j’étais au départ le croisement d’un chevalier et de la fille d’un thaumaturgiste et qui à mon trépas est devenu l’un des désespoirs de l’humanité pour avoir défié l’une de leurs calamités monstrueuses, celle que vous semblez connaître sous le nom de Primat Murder, mais que moi j’ai connu comme étant Cath Palug.

*soupir*

En général je n’aime pas parler du passé, ni de perdre mon temps à écouter gémir celui des autres, mais puisque nul ne connaît ma véritable mort au point de l’avoir inventée et réinventée plusieurs fois, alors je vais vous donner les récits de mon histoire telle qu’elle fut vraiment.

En revanche, ce sera à vous seul d’en juger ce qui sera vrais ou sera faux de tout ce que je vous dirais sur moi car je ne me répéterais pas c’est bien compris ?

…Tsss…décidément je dois avoir développé une aversion profonde pour le mensonge en retrouvant la paix et pour vous parler ainsi…

Très bien, voilà toute l’histoire, l’histoire d’un homme qui a vu sa sœur de lait devenir un monstre égoïste par les griffes fourchue d’une prophétie mensongère.

L’histoire d’un homme qui pour la seule et unique fois de sa vie à fuit son rôle non pas par devoir envers son seigneur, mais pour sauver tout ce qui restait de son honneur fraternel des ressentiments coléreux qui le rongeait au point de s’en être lassé…

…Cette histoire qui fut la mienne et qu’en mon propre nom sur le seuil de la mort je vous la confesse…

Yare Yare Daze**…les blagues les plus courtes sont les meilleurs…

(**clin d’œil a Jotaro Kujo de Jojo)

Chapitre 1 : A l’aube de la nomination…

Alors qu’elle n’avait déjà que quelques mois seulement, elle fut confiée par ce vieux gigolo de Merlin à mon père Sir Ector Ceinfarfog,l'un des nombreux guerriers immigrants irlandais qui ont colonisé Dyfed au milieu du 5ème siècle.

Ma mère quand à elle se nommait Sefin, fille non-légitime de St. Brychan , roi de Brycheiniog et contrairement à elle, j'étais né avec des circuits magiques dignes d'un saint ce qui fit d'Arthuria sa favorite, me délaissant fréquemment à une nourrisse par jalousie envers moi, son propre fils.

Malgré cela, une fois âgée de 5 ans que je l’avais finalement considéré comme étant réellement un membre de ma famille alors que Merlin avait commencé à m’initier à la magie sur la demande retenue de mon père en raison du fait que j'avais commencé à développer plusieurs particularités magiques.

Ces 5 ans n’était pas mon âge à moi mais les siens, ceux de Arthuria Pendragon fille de Uter Pendragon.

Lorsque j'ai eut mes 10 ans et que j’avais réaliser qu’avec le temps Arthuria aurait pu devenir l’une des plus grandes beautés que la grande bretagne aurait pu connaître, une beauté emplie de pureté et plus tard promue à s’unir avec un grand seigneur bienveillant du pays.

Cependant, au lieu de cela, mon père Sir Ector m’ordonna de la traiter comme un garçon et cela me couta même l’imposition d’un « Mei » venant de sa part sur les recommandations de Merlin le jour où je devins fraîchement chevalier, bien que je susse que quelque part cela devait rester secret.

Hum…quoi ? Vous tenez à savoir ce qu’est un Mei ? Hé bien c’est l’équivalent d’un Geis, la différence étant que le Mei disparaît lorsque l’une des conditions nécessaires à la poursuite du contrat ne soit plus, en somme…le trépas de ma sœur plus tard connu comme étant le roi Arthur Pendragon.

Malgré cela, je pouvais comprendre d’une part la décision de mon père et de mon ancien enseignant thaumaturgiste en raison de mon avis personnel sur ce destin auquel était soi-disant prédestinée ma sœur.

Elle qui avait tout eut dès la naissance avant même d’être en âge de décider quoi que ce soit, devais-je la maudire pour cela ?

Clairement non… du moins au tout début, à mes yeux elle était plus une victime de cette fichue mascarade qu’était celle d’une enfant « pré-gâté » né par le devoir d’une « prophétie » et non d’une relation amoureuse étant donné qu’en réalité, il n’y avait jamais eu de sentiment de ce genre-là entre Uther et Ygraine.

Hein ?

(*rire cynique*)

Vous pensiez vraiment que Ygraine à aimait son roi pour s’être marier avec lui après qu'il est profité de sa couche en portant un déguisement thaumaturgique ?

Vous ne savez donc pas courtiser passionnellement une femme avec douceur ma parole…

C’était d’ailleurs exactement pour ce genre de choses que j’avais moultes fois fait remarquer à Merlin au combien il était un être inhumain…

Le roi Uther était certes un homme au-dessus des hommes, mais toujours est-t-il qu’il mourut comme un simple homme parmi les hommes. Il savait probablement qu'il perdrait contre les Pictes dans le Nord et dans la bataille à venir contre Vortigern, sans même avoir besoin de vous parler des Saxons.

Ils avaient appelé ça « la fécondité conceptuelle » pour créer la définition du terme magique approprié, mais pour moi, j’avais beau l’entendre en tant que thaumaturgiste, en tant que chevalier j’étais toujours autant réticents quant à la « propreté » de cette méthode.

Mettre les capacités d'un dragon dans un humain sans altérer la croissance de celui-ci afin de le faire devenir quelque chose qui se tient encore plus haut qu’un surhomme au point d’être l’équivalent d’un élu de dieu.

C’est ainsi que Arth…que le roi Arthur est né…

Au tout début et ce en raison de la situation calomnieuse du pays, cette « simple » idée avait rempli mon enfance d’espoir, aujourd’hui taris par la réalité du monde des adultes, car toute façon, personne ne pouvait grandir normalement après avoir subi tout cela.

Cependant, même à ce moment-là, elle était déjà bien différente de l’idée général que pouvait bien se faire les autres sur son compte à cette époque.

Elle était vu comme un écuyer prometteur, tout comme je la voyais comme étant faite pour mener une vie autre que celle voué aux champs de bataille.

Quant à moi, bien qu’étant encore à mes débuts de chevalier, j’étais déjà plus doué dans les arts de la magie et que les arts de l’épée ce que mon père n’approuvait pas en stipulant et que je devais d’avantage primer sur l’escrime pour « combler » ce manque de discipline militaire, et donc de devoir passer moins de temps à lire les ouvrages de Merlin.

Comme faute de givre on mange du merle, j’avais accepté ces conditions de vie avec tout ce que je pouvais apprendre et prendre pour acquis auprès de l’enchanteur en dépit d’avoir été souvent en désaccord avec lui concernant le train de vie de Arthuria qui bien qu’elle eût beau ne pas connaître grand-chose là-dessus, possédait suffisamment de talent à l’épée pour se retrouver priver des sermons de père.

Ce fut probablement l’une des raisons majeures pour lesquelles j’enviais ma sœur et par obstination de ne rien vouloir lui céder pour ne pas me sentir inférieur à elle, il m’arrivait de temps à autre de lui donner des tâches ingrates faute de ne pas pouvoir lui confesser clairement cette « fière jalousie » que peuvent subir certains aînés envers les prodigieux talents de leurs cadets.

Pfff mais bon, face à moi, elle n’avait jamais eu l’âme d’une gagnante qui sait s’assumer, préférant me laisser lui déballer au visage de « fausses vérités », plutôt que de les contester et défendre les faits de ses propres victoires lors de nos duels d’entraînements.

Je me rappelle le jour où elle me désarma pour la première fois et à cela je lui rétorquai que je n’avais pas perdu en lui déballant comme excuse d’avoir jeté son fourreau à terre dès le début du combat et vous voulez vraiment savoir ce qu’elle m’a répondu ?

« Bien grand-frère, tu as gagné dans ce cas… »

Avec un ton d’un vide à faire pleurer les morts, alors que deux minutes plutôt elle me souriait à l’idée que je l’entraîne… « C’est sûrement parce que tu l’as traité de perdante » me reprocheriez-vous, eh bien, peut-être…humf, allez savoir… de toute façon je ne pouvais pas me battre sérieusement contre elle, faute de pas vouloir risquer de lui abîmer son visage.

Pourquoi ça me demanderiez-vous ?

Ben s’est simple : je n’étais pas aussi talentueux que Lancelot ou encore Gauvain à l’escrime, mais je finissais le plus souvent par mettre K.O mon opposant à coup d’écu et à parade d’épée plutôt que l’inverse et le résultat sur le plan esthétique du faciès de mes adversaires d’entrainement était plutôt…heu…déformer…bref passons….

Pour moi, le simple fait de la voir gagner ou de perdre face à quelqu'un n'était pas ce qui me la rendait aussi insupportable à la voir tenir une épée entre ses mains, mais plutôt de partir du principe qu'elle était tout le temps fatigué de devoir subir ses propres faiblesses à se sentir trop au-dessus de tout le monde.

Pourtant, lorsqu'elle était confrontée à la défaite, elle finissait toujours par relever la tête avant de retomber pour se relever encore et toujours de nouveau tel une véritable force de la nature allant toujours de l’avant, mais qui finissait bien trop souvent par se faire blesser facilement.

En toute honnêteté, ce manque d’assurance et ce surplus de gentillesse venant d’elle m’a toujours laissé perplexe sur sa capacité à gouverner au point de m’être souvent inquiété de son propre avenir plutôt que du mien en tant que son futur vassal.

Si vous pensiez encore que je n’ai étais qu’un frère tyrannique, alors voici autre exemple plus conquis pour votre personne du mot attentionné qui fut la fois ou elle s’était réveillée à bout de force et la voyant dans un état encore lamentablement endormi, je l’avais alors interpelé sèchement...

« Hé, tu n’as pas fermé l’œil de la soirée ou quoi ? »

Pour avoir en retour de réponse ceci…

« Ne t’inquiète pas grand-frère, j’ai dormi de l'aube jusqu'au lever du soleil »

Pour note cela fessait moins de 3 heures de sommeil en votre temps et moi je n’appelais déjà pas ça « dormir », mais quand en plus j’ai appris que Merlin lui avait rendu visite dans son rêve pour lui donner des cours du soir, cela me fit saigner la mâchoire au point de vouloir embrasser mon mentor en thaumaturgie avec un couteau pointé sous sa gorge car en réalité, elle n’avait point dormi du tout.

Enfin bon, même si depuis je n’avais eu de cesse de me soucier des rêves qu’elle pouvait bien faire dans son sommeil, le jour ou elle n’avait plus de quoi s’habiller faute d’un manque de temps à gérer le linge de la maison, il fallut que je lui fasse porter une robe de jeune fille appartenant à mère.

Elle avait beau avoir mené la vie d’un garçon, d’un écuyer qui plus est, dans ces vêtements simplistes, elle n’était pas bien différente des autres femmes, c'était une fille de la ville, une simple citadine...

Après avoir vu cela, j’avais perdu toute idée d’assister au jour ou elle viendrait à devoir retirer cette fichue épée du rocher.

Bien sûr, comme tout le monde je m’y étais amusé à tenter de la retirer afin de ne pas passer pour un dégonflé aux yeux des autres puisque je savais d’office que je n’y arriverais pas et que de toute-façon, en raison de tout ce que cela impliquait, je n'en voulais même pas.

Certes, j’aurais pu rester jusque à la fin de la cérémonie et qu’une partie au fond de moi voulait dire à ma sœur « pour ce qui est de tenter ta chance, fait comme tu veux » en raison de sa naïveté idéaliste à avoir tant de fois refermer tendrement et avec tant de mal tout ce qu’elle avait vu d’humain jusque ici.

Après tout, je n’étais pas devin, je n’avais donc pas la moindre raison de vouloir l’arrêter à ce moment-là en dépit de mon aversion envers le fait qu’on lui avait tout donné avant même sa naissance, sans lui laisser réellement de choix propre à son regard sur le monde.

Dès lors je suis parti en lui disant ceci :

« Vu qu’on va devoir en fin de compte organiser un tournois pour décider de qui va devenir roi puisque aucun chevalier ne peut retirer l’épée, soit tu viens et tu t’assume, soit tu retournes auprès de père avant de te reprocher une fois de plus d'avoir un corps féminin si mince que tu ne pourrais pas tenir en temps normal une épée si tu ne bénéficier pas de l’aide du sang des dragons. »

Bien que je la connusse assez pour savoir qu’elle serait prête à tous les sacrifices pour sauver le pays par simple acte de gentillesse au point de ne pas avoir hésité à retirer Caliburn de son socle de pierre, c’était surtout l’idée de la voir devenir un être immortel qui me fessait frémir à sa place.

Voir les siens vieillir, partir et au final, vous vous retrouvez seul à regarder le monde mourir à petit feu, qui donc de résonné et d’humain voudrait porter une couronne pareille ?

J’ai toujours prétexté qu’il était plus facile de venir en aide à ceux ayant des objectifs qui correspondent aux intérêts de soi-même, plutôt que de devenir "un élu de dieu capable de sauver n'importe qui" pour la simple est bonne raison qu'on ne peux pas sauver tout le monde.

Quelle mauvaise farce...

C’est à ce moment-là qu’aller commencer ce que vous voulez tous entendre…

La vraie et sordide histoire de la fable arthurienne…





A PROPOS DE VOUS


Âge :
Expérience RP :
Les animes/jeux Fate que vous connaissez :
Comment avez-vous connu le forum ?
Quelque chose à ajouter ? :
avatar
Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 23/01/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Fate Stay Night RPG :: Avant de débuter :: Présentations