Votez sur les tops !






Wanted


Derniers Sujets

OST



Black Out

Fate Stay Night RPG
Forum RPG 16+ - Fate Zero - Fate/stay night - Tsukihime - Nasuverse
Fantasy - Fantastique - SF - Magie - Mangas
Le forum recherche en priorité des Servants Assassins et Berserker et les prédéfinis.
[Event] Les ombres de Kyoto : tous les détails ici

Hruotland, Roland le preux "The true knight"

 :: Avant de débuter :: Présentations :: Servants validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 18 Déc - 13:46

HRUOTLAND

Age : 29
Nationalité : Européen, née à Trèves
Organisation : Paladins de Charlemagne.
Fonction : Chevalier et chef des douze Paladins.




Crédit avatar

CARACTÉRISTIQUES

Type : Servant
Classe : Saber
Alignement : Lawful Good

Statistiques :
STR : B
END : A
AGI : C
MAG : E
LCK : C



CAPACITÉ(S) DE CLASSE

Capacité: Magic Resistance [Rang: C ] :
confère une résistance à la magie.

EQUIPEMENT

Arme : Durandal, l'épée de Roland



Voici la sainte épée Durandal. La fameuse lame de Roland, donné par Charlemagne au début de son règne. Cette épée forgée dans un métal sombre est d'une incroyable résistance, rien n'a su la briser ou l'émousser. Ce maniant à deux mains et pesant poids titanesque, la manier demanderait d'un vrai miracle, mais quand Charlemagne à confier cette épée à Roland, il savait parfaitement que seul lui pourrait manier la sainte épée.


Armure lourde : Black Knights armor



Même si Roland faisait partie des paladins, il décida de porter une armure noire ayant déjà faites ses preuves au combat. Roland l'a récupéré sur un chevalier qui avait réussi à lui tenir tête. Cette armure est la deuxième meilleure défense de Roland après son épée indestructible.

Objet : Le cor de l'empereur

Cet objet est en réalité le cor qu'a servit longuement Roland, notamment lors de batailles, surtout celle de Ronceveaux. Alors que ses soldats se faisaient submerger, Roland refusa de tomber dans la honte et ne sonna que son cor dans ses derniers instants pour prévenir son roi de l'arriver des Sarrasins.

POUVOIRS

Battle Continuation[Rang : C - passif/actif] :
permet après une blessure fatale de puiser dans d’ultimes ressources pour finir le combat. Rang C => regagne +3 états de santé à partir de l'état "mort"


Guardian Knight [Rang : A - passif] :
Lorsque le Servant protège quelqu'un d'autre (par ex. son Master), cette capacité lui accorde un bonus défensif.

Protection from arrows  [Rang : B - passif] :
Cette capacité offre une meilleure défense contre les attaques à distance par le biais de méthode extraordinaire comme d'entendre l'air fendu par le projectile ou en sentant les instincts meurtriers de son adversaire.

NOBLE PHANTASMS

Durandal, l'épée sans rivale[Anti-unité personnel - Rang : A - Passif] :
Sentant sa fin approcher, Roland tenta de briser Durandal sur un rocher, pour éviter qu'elle ne soit prise par l'ennemi. Mais la lame flamboyante resta intacte et fit éclater la roche sans même s'ébrécher, ouvrant la Brèche de Roland. Peu importe la puissance ou la force de l'ennemie, cette lame ne peut pas être briser. (à par si l'ennemi utilise un anti-world. Ex: Gilgamesh avec Enuma Elish)

Durandal: Ultimate Unbroken Hallow [Anti-forteresse - Rang : A - Actif] :
La légende veut que Roland ait alors appelé l'archange Saint Michel à l'aide, qui lui répondit en l'aidant à lancer son épée, miraculeusement, plusieurs centaines de kilomètres avant de se ficher dans le rocher de Notre-Dame de Rocamadour, grâce à l'archange qui lui avait donné une puissance inouie. Mais cette épée à 3 miracles et ce jour fatidique le troisième miracle n'arriva pas. Le premier est qu'il peut traverser n'importe quel distance, le deuxième est que l'épée atteindra toujours l'endroit ou la personne voulu, le troisième est que si Roland est toujours en vie l'épée reviendra d'elle même vers lui.

Explication : Roland lance son épée comme une lance (Gáe Bolg like). L'épée fonce sur l'ennemie pour se planter en eux, comme l'épée s'est plantée dans la falaise de Rocamadour. La seule autre exception à part le fait que Roland doit être gravement blessé pour lancer son épée, est le fait qu'il doit avoir au moins vu correctement son adversaire.

Restriction: Roland ne peut utiliser que ce noble phantasm en étant dans l'état "Gravement Blessé". Et il doit avoir correctement vu son adversaire.




PHYSIQUE


Roland est très sportif. Mesurant près de deux mètres, aux cheveux noirs et aux yeux bruns, malgré son jeune âge, les entrainements, les combats et la guerre ont forgé son visage, un visage dur et froid comme l'acier, surtout depuis qu'une lame à frôler son visage et lui a déposé une longue cicatrice sous les yeux.. Son corps grand est musculeux et recouvert de cicatrices, une véritable armoire à glace.
En temps normal, il porte des vêtements simples pour être à l'aise, souvent sombres. Lorsqu'il doit se battre, il revêt l'armure du chevalier noir. Une épaisse armure qu'il a décidé de prendre à la place de son armure de paladin. Cette immense armure ne comprend malheureusement pas de casque, le casque de base ayant été broyer par un coup de Durandal. Cette armure entièrement noire, est recouverte à différents endroits par des joyaux rouges. Et comme les armures de plaques, l'armure avait beau être très lourde, elle ne bloquait aucun mouvement. Roland avait aussi la drôle de manie d'utiliser le poids de son armure à son avantage pour donner des coups plus puissant ou aplatir son adversaire.
De plus, Roland n'a pas de problème de poids, et est d'ailleurs plutôt lourd avec ses 97 kg. Très endurant, il ne perdra pas son souffle facilement. Sa force est, quant à elle, extra-ordinaire, il pouvait tenir debout toute une journée avec son armure et son épée sainte sans éprouver la moindre fatigue. Au combat la puissance de ses coups était dévastatrice. Roland est un chevalier aussi puissant et résistant que sa lame, Durandal.


CARACTÈRE


Roland est un chevalier sacré. Il ne peut pas se permettre de faire du mal à des innocents puisque son devoir est de garantir la paix. Il est très dévoué et fidèle, accordant une totale confiance à son suzerain (ou son Master). Pour lui, les titres ne valent rien, et seuls les actes permettent de savoir la pureté d'un cœur.
Il ne tolère pas le blasphème ou les insultes envers ceux qui lui sont chers, osé insulter son suzerain et vous vous en mordrez les doigts. Il possède son propre honneur, il ne tuera que si la personne se rend et ne s'oppose plus à lui. Roland sait se montrer galant, mais sur un champ de bataille, hommes et femmes sont des guerriers, donc il ne fera aucune différence, ne pas affronter une femme car ce n'est qu'une femme est un acte honteux et indigne d'un chevalier. Il fera également preuve d'une abnégation peu commune. Intelligent et bon stratège, il sait reconnaître des situations à risques mais n'hésitera pas à risquer sa vie pour ceux qui lui sont chers, faisant passer leur vie avant la sienne. Une autre chose qu'il fait passer avant sa vie est son épée. Un paladin ne vit que par, pour et avec son épée. C'est la règle que s'est fixée Roland en devenant Servant. Seule l'utilisation de marques de commande pourrait lui faire abandonner son épée et encore, il pourrait bien y résister.

Tant qu'on lui montre du respect, Roland sera très sociable et très serviable. Il n'a rien perdu des bonnes manières qu'on lui a inculquées à la cour de Charlemagnes et sait rester pudique et discret. Ses goûts vestimentaires, culinaires et ses loisirs sont simples mais quelques peu raffinés. Roland aime l'action et le grand air. Mais chacune de ses actions est mûrement réfléchie. Très brave, il est sûr de lui et déteste fuir un combat, surtout lorsque son honneur ou l'honneur de son maître est en jeu. Mais la vengeance est un plat qui se mange froid, et Roland sait attendre et refroidir ses ardeurs pour agir le moment voulu.
Sa voix n'est pas celle d'un charmeur de la cour, ou d'un homme sans pitié. Elle est celle d'un leader, une voix si forte pouvant être si douce quel arriverait à trouver la moindre petite once de courage dans le coeur d'un homme désespérée et l'amplifier par des centaines. Ses hommes l'avaient suivi dans un combat suicidaire contre les Sarrasins. Il avait su trouver les mots pour les encourager et chacun des chevaliers suivirent Roland, pousser par leur volonté inébranlable et courage invincible. Au fond de Roland sommeille une véritable âme pure, il n'est pas le maitre des chevaliers, ou même le roi des chevaliers. Roland est le vrai chevalier. Celui qui va affronter les ennemies non par pour gagner, non pas pour tuer, non pas pour vaincre et écraser l'ennemi, mais pour défendre ce qui lui tient à cœur, pour défendre ce qu'il aime.


HISTOIRE


En France, en l'an de grâce 753 naquit Roland. Neveu de l'Empereur Charlemagnes et désigné comme l'un des possibles prétendant au trône franc, Roland est dès sa naissance initié à l'art du combat à l'épée et au code de la chevalerie. Alors qu'il avait tout à portée de main, y compris le titre de marquis, Roland ne se comportait pas en enfant gâté mais faisait preuve d'une humilité surprenante. Très vite il renonça à son titre de successeur potentiel de l'Empereur pour se consacrer à la chevalerie. Son sens tactique et ses prouesses lui valurent le titre de Paladin. Charlemagnes lui vouait une grande affection, non seulement parce que Roland était son neveu, mais aussi pour la fidélité et le zèle dont le chevalier faisait preuve: en effet celui-ci avait une très grande fois et ne supportait ni les blasphèmes, ni les insultes envers son seigneur.

Lors de la cérémonie d'adoubement, Charlemagnes lui remit l'épée Durandal, qu'on disait forgée avec des reliques. Roland, ému par cet honneur, pleura pour la première fois de sa vie; ses larmes coulèrent sur sa lame qui se mit à émettre un cantique, reconnaissant ainsi le chevalier.
Adulte, il guida l'armée francque vers la victoire à plusieurs reprises. Roland se lia d'amitié avec le chevalier Olivier, en qui il avait une entière confiance. Ils guerroyèrent ensemble contre les hérétiques.

Roland est le chef paladin des Douze Paladins de Charlemagne. Reconnu comme l'un des Paladins les plus populaires et renommés. On disait que Roland était tombé amoureux de la belle reine Angélique, mais elle rejetait l'idée de tomber amoureuse et de s'enfuir avec un «simple soldat». Cela a fait que Roland devienne fou, jetant tous ses vêtements et se déchaînant alors qu'il était nu. Pendant son saccage, Astolfo et les autres Paladins ont travaillé durs pour le capturer. Astolfo s'est notamment habillé en femme pendant l'épisode, portant de tels vêtements pour calmer et apaiser Roland. Il dit que les ornements de cheveux portés pendant cette période sont une "preuve irrésistible d'amitié" entre les deux. Astolfo lui a finalement apporté une bouteille de raison de la lune et a restauré sa santé mentale.

Roland fut connu pour ses nombreux actes héroïques, des combats épique contre des géants et même un dragon.Mais c'est l'an de grâce 778 qui marqua la fin de la vie de Roland, et le début de sa légende. La grande armée francque avait étendu son territoire, imposant le respect et massacrant les infidèles partout en Europe. Charlemagnes avait alors reporté son attention vers l'Espagne, occupée par les Sarrasins. Là encore, son armée se battit avec fougue en enchaîna les victoires. Un traité de paix fut signé entre l'Espagne et la France. Ceci fait, Charlemagnes reconduisit ses troupes dans son royaume, satisfait.

Le passage des Pyrénées était étroit et sinueux, ce qui obligeait la grande armée francque à se séparer. Charlemagnes confia le commandement de l'arrière-garde au Paladin Roland, secondé par le Chevalier Olivier. L'arrière-garde progressait lentement, afin de s'assurer de ne pas être suivie. Mais elle tomba dans un piège infâme tendu par Ganelon, le beau-frère de Charlemagnes, jaloux de l'attention que portait le monarque à son neveu. Ganelon avait trahi les Francs pour s'allier aux Sarrasins, désireux de s'emparer de tout ce que son beau-frère chérissait, à commencer par la vie de son neveu.
Alors que l'arrière-garde, composée de 20 000 soldats, franchissait le col de Roncevaux, l'armée sarasinne, forte de plus de 200 000 hommes, dévala les pentes et la prit en tenaille. Le branle-bas de combat fut sonné. L'arrière-garde de Charlemagnes, sous le commandement de Roland et d'Olivier, ne céda pas à la panique et engagea le combat. Le sol du col de Roncevaux fut couvert de sang. Encerclés par les Sarrasins, les chevaliers francs luttèrent avec bravoure. Levant les yeux vers les montagnes, Roland aperçut les archers et le reste de l'armée sarrasine. Ainsi, l'ennemi était prêt à prendre au piège d'éventuels renforts. Roland comprit que cela était le plan de Ganelon. Celui-là même qu'il avait si souvent questionné sur la foi et la chevalerie avait trahi la chrétienté et l'empereur. Roland se jura que cet affront serait lavé. Son ami Olivier lui demanda s'il allait sonner du cor pour appeler des renforts. Roland se refusa à mettre en péril la vie de son suzerain qui lui avait fait entière confiance. De plus, même si le son du cor parvenait au reste de l'armée francque, celle-ci mettrait trop de temps à revenir aider l'arrière-garde.

Roland et ses hommes combattirent jusqu'à la mort, des heures durant. Chaque minute, un chevalier franc tombait, mais pas avant d'avoir fauché au moins cinq Sarrasins. Les Sarrasins encerclaient l'arrière-garde de Charlemagnes, mais n'osaient s'approcher, craignant à juste titre la fougue et la lame des Francs. Du haut du col de Roncevaux, les renforts sarrasins noyèrent le col sous une pluie de flèches, touchant indifféremment alliés et ennemis. Les archers de Roland répliquèrent, faisant à leur tour un carnage dans les troupes sarrasines. L'arrière-garde de Charlemagnes n'était pas encore vaincue. Certes, les chevaux avaient tous succombés, mais la soixantaine de chevaliers restants continuait à combattre à pied les renforts sarrasins. Un à un, les chevaliers francs tombèrent. Mais ce n'était rien à côté des pertes du côté des Sarrasins. Plus les chevaliers francs tombaient, plus la peur paralysait les Sarrasins, ils n'osaient s'approcher des Francs, qui n'avaient rien perdu de leur fougue, malgré les heures passées à combattre.
Le soleil se coucha. Les derniers chevaliers francs tombaient. Seuls au milieu d'une centaine de Sarrasins Roland et Olivier continuaient le combat. Ils ne trouveraient nul repos avant la victoire. A présent les Sarrasins reculaient devant eux. Faisant tournoyer leurs lames blanches recouvertes du sang de l'ennemi, les deux chevaliers, abattirent encore plusieurs dizaines d'ennemis. A présent, les Sarrasins n'osaient plus combattre au corps à corps. Ils saisirent les arcs de leurs compagnons pour en finir avec les deux derniers Francs. Le chevalier Olivier s'interposa et fut criblé de flèches, sauvant ainsi la vie de Roland. Ce dernier, pour la deuxième fois de sa vie, se mit à pleurer. De la lame de son épée Durandal, il pourfendit ceux qui avaient blessé son ami. La nuit était tombé sur le col de Roncevaux, dont la terre n'avait plus que la couleur rouge du sang. Les Sarrasins prenaient la fuite. L'arrière-garde de Charlemagnes avait remporté la bataille. Maintenant il fallait prévenir la grande armée francque d'entrer en guerre contre les traîtres. Roland n'avait plus la force de poursuivre les fuyards, mais si ceux-ci parvenaient à rentrer au pays, cette bataille aurait été inutile. Alors Roland détacha le cor que lui avait donné son oncle de sa ceinture, et y souffla de toute ses forces et de toute son âme, le sang bouillonant avec tant de violence dans son corps que ses tympans éclatèrent. Plus encore que les épées qu'ils venaient d'affronter, ce son suscita une telle peur chez les Sarrasins restants qu'ils se mirent à hurler en prenant leurs jambes à leur coup. Le son résonna dans toute la montagne, puissant et grave, la mélodie du sang et des larmes de Roland arriva aux oreilles de Charlemagnes. Celui-ci reconnut le cor de Roland. Sur l'ordre de l'empereur, l'armée francque fit demi tour.

Roland mourait. Le reste de l'armée francque était encore loin, mais il avait foi en elle. Laissant retomber le cor contre sa hanche, Roland reprit Durandal, son épée sainte à la valeur inestimable. Il était prêt à tout pour éviter qu'elle ne tombe entre les mains de quelques pillards qui passaient par là. Il se tourna vers un énorme bloc de marbre et abattit son épée afin de la briser. Mais ce fut la falaise toute entière qui fut fendue en deux. Le sang perlait de ses yeux, de ses oreilles et de son cou, imbibant son armure, recouvrant son corps. Dans un dernier effort,il pria Saint Michel puis se tourna vers le Nord et lança son épée de toutes ses forces. Miraculeusement, l'archange répondit à son appel et l'épée traversa plusieurs centaine de kilomètre avant de se planter dans la falaise de Rocamadour, sanctuaire où Roland avait fait escale pour implorer Dieu de lui donner la force de servir sa foi et son pays jusqu'au bout.Mais cette épée à 3 miracles et ce jour fatidique le troisième miracle n'arriva pas. Roland mourant peu de temps après avoir lancer l'épée. Et l'épée ne revint pas dans les mains de son propriétaire.

Charlemagnes arriva sur place en tête de sa grande armée peu après. Serrant dans ses bras son neveu, il donna l'ordre de rapatrier le corps à la capitale pour lui offrir des funérailles royales. Après tout, le même sang coulait dans leur veine. Les soldats de Charlemagnes enterrèrent les chevaliers de l'arrière-garde, se jurant de les venger.

L'armée francque déferla sur l'Espagne telle la main de la justice, et la soumis entièrement. Roland ainsi que tous les chevaliers de l'arrière-garde furent considérés comme des héros, remportant à 20 000 une victoire contre plus de 300 000 Sarrasins.

... Roland était un héros. Sa mort était racontée comme une légende, un exemple à suivre, une mort des plus héroïques, la mort que n'importe quel héros aurait voulu. Mais pour lui, c'était plus difficile que cela. Alors qu'il venait de lancer son épée au loin, son coeur se remplissait peu à peu de doute. S'il avait sacrifié son honneur de chevalier, s'il avait appelé à l'aide à son roi, tous ses hommes qui lui faisaient confiance ... ne seraient pas morts. Il était là, au-dessus d'une montagne de cadavres d'ennemis et d'amis. Son courage et ses espoirs, disparaissaient peu à peu comme ses forces. Il aurait pu empêcher se massacre. Il aurait pu vivre un jour de plus, pour vivre avec ses amis et frères d'armes. Les légendes n'ont jamais écrit sur cela, mais quand il mourut, son coeur était rempli de doute à cause d'une seule question "Est-ce que son sacrifice allait sauver son peuple ?"

Dans beaucoup d'histoire, à la fin, le héros brave décide de donner sa vie pour sauver le monde et c'est grâce à leur sacrifice que les gentils gagnent, les méchants sont vaincus, les survivants se réjouissent. Mais les héros ... ne voient jamais cette fin. Ils ne savent jamais si leur sacrifice aura fait la différence, ils ne sauront jamais si le monde était sauvé. À la fin, ils ne peuvent juste qu'avoir espoir. Les derniers moments de Roland étaient aussi remplis d'espoir que de doute. Il mourra sachant que s'il n'avait pas suivi le code des chevaliers à la lettre, il aurait sauvé ses hommes, il est mort en ayant regretté son choix.


A PROPOS DE VOUS


Âge : le même que Billy
Expérience RP :Billy
Les animes/jeux Fate que vous connaissez :Grace à Billy
Comment avez-vous connu le forum Comme Billy
Quelque chose à ajouter ? :Je suis Billy
avatar
Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 18/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Jan - 13:52
Alors alors alors...Ce cher Roland, un sacré personnage !
Commençons donc

Pour ce qui est des stats, dans l'ensemble je suis d'accord, j'hésiterais juste sur la Force entre B et A, mais ça c'est aux rouges de trancher. (Par contre je valide totalement le A en Endurance :p)

Pour la Magic Resistance, je la verrai plus au rang C, ou au mieux B, car Roland n'a pas vécu à l'ère des dieux, et n'a lui même rencontré que peu de magie. Mais comme toujours, tout ce qui est stats, c'est aux rouges de Trancher ^^

Équipement, pas de souci, y a même un superbe cor, et tout le monde sait que les cors, c'est vraiment le pied !


Pour les Pouvoirs:
Alors pour Guardian Knight et Protection from Arrows, c'est nickel.
Par contre, pour The Rock Splitter, je suis un peu dubitatif. Etant donné que ton premier NP stipule que ton épée est incassable, faire un pouvoir qui provoque une attaque puissante grâce à l'épée incassable, je suis pas sûr que ce soit vraiment utile. Tu pourrais juste faire une attaque "normale" in rp en expliquant la badassitude de l'action et ça serait presque pareil vu que ton épée est incassable. A toi de voir o:


Pour les NPs:
Pour le premier NP, no souci, je valide.
Pour le deuxième par contre, j'ai deux soucis: le premier c'est que bien que les effets soient différents, il a le même nom que le premier NP, "Durandal", or tu dois appeler le NP par son nom pour l'activer. Donc, il faut donner un autre nom à celui là je pense :/ Le deuxième souci, c'est que tu n'explique pas clairement les effets de ton NP, alors que tu détailles bien ses origines x)


Descriptions physiques et mentales:
Pas de souci, mais...! Juste un truc, parce que je suis un peu chiant sur tout ce qui touche à l'historicité:
quand tu dis " Et comme les armures de plaques complètement de cette époque ", ça me fait un peu tiquer, parce que soit, en tant que servant tu peux être un peu comme tu veux, cf la grosse armure de Gil' ou l'amure de plates de Arthuria, mais évite d'aller jusqu'à dire que c'était complètement d'époque, vu que l'armure de plate n'existait pas du tout à ce moment là, et ne verra pas le jour avant au moins 300/400 ans plus tard (du coup, oui, si tu veux faire le historinazi comme moi, arthuria n'a pas plus de légitimité d'avoir une armure de plates que Gilgamesh :p) xD
Donc, retire juste cette petite précision, et mon cœur se portera mieux (vraiment juste du détail hein).



Pour l'histoire:
J'aime l'histoire de Roland, car la légende est si différente et beaucoup plus glorieuse que la version historique ça me fait sourire à chaque fois :p
Une histoire relativement courte, sans prétention, sans passage lourd. Tu as fait le choix de synthétiser grandement tout le background "préliminaire" de Roland pour mettre l'accent sur la grande bataille finale. Aucun souci avec ça, et dans l'ensemble, les fautes sont rares et on comprend bien les origines de légende de Roland.
CEPENDANT.
2 points à changer.
La premier point, c'est que ton 2e NP mentionne les 3 miracles mais tu n'en parles pas dans l'histoire. Si tu mentionnes un truc pour tes NPs, parles-en dans l'histoire ;)
Le deuxième point, c'est juste mon côté historinazi, et tu es libre de l'ignorer car il n'est pas très important. Je sais que l'histoire de Roland tient plus de la légende que de l'historicité (meme si le personnage est bien réel), mais comme le contexte est bien historique y a un truc qui m'a fait un peu tiqué. C'est le fait que tu parles "d'Espagne", alors que le concept d'Espagne n'existait pas encore à cette époque. L'Espagne n'existait pas, et la partie de l'Ibérie qui était musulmane était contrôlé par les Ummayads, ou tu peux dire aussi l'Andalousie (Al-Andalus). Mais encore une fois, c'est juste un détail, et si c'est plus clair pour toi de laisser Espagne, y a pas de souci ^^



Voilà pour ce premier passage !
Kebab-sama
avatar
Nombre de messages : 115
Date d'inscription : 18/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Jan - 15:07
Voilà, fiche modifier. En attente de vérification.
avatar
Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 18/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 3 Jan - 23:09
Pour le battle Continuation et le coup des 2 NPs avec plus ou moins le meme nom, ça a été discuté sur discord.
Donc je valide en l'état actuel ^^

Première validation
Kebab-sama
avatar
Nombre de messages : 115
Date d'inscription : 18/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Jan - 0:52
A mon tour et désolé pour le retard.

Pour commencer les stats, tu as été un peu gourmand Haha
Cela sera STR, END B, MAG E (Roland est pas pratiquant).

Magic Resistance > cela sera C, car A et B on est dans la résistance "Divine" (note bien les guillemets car c'est une façon de parler, en partie).

Le reste rien à redire pour la partie technique si ce n'est que pour ma part je suis assez déçu de ne voir aucun NP basé sur le cor (même si celui de l'archange est classe) ou au pire un pouvoir avec lui, parce que bon même si l'objet n'est pas magique en soit (du moins je pense connaissant plus le perso sous sa version historique), il y aurait possibilité de faire quelque chose.

Physique et caractère > le personnage est bien décrit.

Histoire > comme pour Billy tu as fais un travail de recherche visible et en plus tu as corrigé les détails demandés par notre modo barbu ce qui fait qu'en plus d'avoir tout le parcours du personnage, on a aussi toutes les justifications de sa partie technique. Je n'ai pas grand chose à redire si ce n'est de faire attention, il y a quelques petites fautes qui traînent dans la partie technique, mais rien de méchant (je ne t'oblige pas à les corriger, mais si tu veux le faire c'est toi qui vois).

Juste donc les petits ajustements à faire et cela sera bon Best
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4499
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com



| Fiche
| Journal
| Brynhild's Theme | Brynhild's Battle Theme |
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Jan - 20:07
*Se met des pansements après avoir pris le nerf-hammer dans la poire*

Voilà, c'est modifier Ouin
avatar
Nombre de messages : 30
Date d'inscription : 18/12/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 16 Jan - 23:34
Pleure pas petit chevalier, tu es loin d'être en reste Haha

Personnage validé, tu peux aller t'amuser Yay
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4499
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com



| Fiche
| Journal
| Brynhild's Theme | Brynhild's Battle Theme |
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Fate Stay Night RPG :: Avant de débuter :: Présentations :: Servants validés