Votez sur les tops !






Wanted


Derniers Sujets

OST



Black Out

Fate Stay Night RPG
Forum RPG 16+ - Fate Zero - Fate/stay night - Tsukihime - Nasuverse
Fantasy - Fantastique - SF - Magie - Mangas
Le forum fête ses 10 ans ! Bon anniversaire FSN RPG !
Le forum recherche en priorité des Masters et les prédéfinis.
[Event] Les ombres de Kyoto : tous les détails ici

Jeu 14 Sep - 9:26
Navré de ne revenir que maintenant, j'ai mis un certain temps pour régler des problèmes personnels et me libérer du temps, ce qui est enfin fait!


Cùchulainn

Age : indéterminé, entre 25 et 30 ans
Nationalité : Irlandais
Organisation : Chevalier de la Branche Rouge, guerrier d'Ulster
Fonction : guerrier



Crédit avatar

CARACTÉRISTIQUES

Type : Servant
Classe : Lancer
Alignement : Loyal / Bon

Statistiques :
STR : B
END : C
AGI : A
MAG : C
LCK : E



CAPACITÉ(S) DE CLASSE


Magic Resistance [C - Passif] :
Annule les sorts magiques d'un niveau égal ou inférieur en prononçant un chant de moins de deux vers. Ne peut protéger contre la Haute thaumaturgie et les rituels majeurs





EQUIPEMENT




Objet : Armure
Cùchulainn porte en comparaison de nombreux autres servants de type Lancer une protection plus importante qui lui permet toutefois de conserver son habileté. Celle recouvre notamment ses épaules et bras, sa ceinture et la partie inférieure de ses jambes. Cette armure, loin d'être élégante, mise surtout sur un style simple, robuste mais efficace.

Objet : Amulette protectrice
Objet qui lui a permis d'être invoqué, il s'agit d'une amulette protectrice représentant la tête d'un loup tenant un croissant de lune dans sa gueule

Objet : Gae bolg
Cùchulainn manie une superbe lance écarlate longue de deux mètres. Il s'agit d'une arme maudite qu'il tient de Scathach. Cette arme est mortelle, et Cùchulainn, qui la maniera uniquement en dernier recours, causera lors la Táin Bó Cúailnge la perte de celle de son meilleur ami, Ferdiad, alors allié de la reine Medb. Il tuera également Connla, alors qu'il était acculé, avant de réaliser qu'il s'agissait de son fils.    

SORTS




Fehu [Feu - Rune - B]:
Rune de  la richesse et du feu primordial, qui permet de créer un feu destructeur et purificateur.
=> Permet de déclencher un feu. 


Uruz [Rune - B]:
Rune de la force et de la puissance physique, qui permet d'augmenter considérablement la puissance d'attaque.
=> bonus de dégâts


Thurisaz [Rune - B ]:
Rune du Géant et de l'épine, qui permet d'augmenter la résistance aux attaques physiques
=> procure une protection contre les attaques physiques


Ansuz [Rune - B]:
Rune de la communication et de l'accroissement active ou passive des énergies magiques, qui permet par exemple de transformer une braise en feu
=> augmente la durée d'un sort de la durée de la rune


Raidho [Rune - B]:
Rune du voyage, qui permet d'acquérir une vitesse surhumaine
=> accroît les esquives et la course



Kenaz [Rune - B]:
Rune de la vision et de l'inspiration, qui permet d'améliorer considérablement la vision
=> permet de voir 4 fois plus loin que la normale


Nautiz [Rune - B]:
Rune de la restriction et du courage face à une mort certaine
=> augmente les dégâts et les esquives quand le personnage devient gravement blessé




Isaz [Glace - Rune - B]:
Rune de glace, permet de transformer l'eau en glace
=> transforme de l'eau en glace. Ce sort affecte les autres sorts seulement si ils sont inférieurs au rang de la rune




Jeran [Rune - B]:
Rune du changement, qui permet d'éviter une immobilisation
=> dissipe un sort de restriction ou immobilisation du rang de la rune ou inférieur




Algiz [Rune - B]:
Rune de garde, qui permet de canaliser les énergies des autres runes
=> augmente l'effet d'une rune




Sowilo [Lumière - Rune - B]:
Rune du Soleil, de la volonté, de la confiance et de la victoire, qui permet de résister les résistances mentales
=> procure un bonus pour résister aux assauts mentaux




Tiwaz [Rune - B]:
Rune du sacrifice et de la justice, permet de subir le premier coup à la place de la cible
=> dirige un coup ou un sort du rang égal ou inférieur de la rune




Berkana [Rune - B]:
Rune de la dissimulation et de la fertilité, qui permet de suivre et de traquer une cible
=> permet de retrouver une cible dans un rayon de MAGx20 mètres où qu'elle se trouve tant que celle ci ne se trouve pas sous un Boundary Field de rang supérieur à la rune ou sous une capacité du style Present Concealement. Cesse de fonctionner au bout d'une heure



Mannaz [Rune - B]:
Rune de la mémoire et de l'esprit, qui permet d'effacer ses souvenirs ou de manipuler un esprit
=> efface les souvenirs récents de la cible




Laguz [Eau- Rune - B]:
Rune de la croissance et de l'eau, qui permet de purifier et de guérir les blessures
=> soigne une cible comme un sort et dissipe les poisons,  maladies magiques (ou naturelles) du rang ou inférieur de la rune




Inguz [Rune - B]:
Rune de la concentration, permet d'augmenter l'acuité des sens

=> améliore temporairement les 5 sens


Dagaz [Lumière- Rune - B]:
Rune du jour, qui permet de voir dans le noir
=> donne une vision nocturne à la cible




 
POUVOIRS





Battle Continuation[A - Passif]:
Cùchulainn est un guerrier particulièrement fier et acharné. Tenace, il continuera de se battre jusqu'au bout, voir même au delà. Il est mort debout face à ses ennemis, preuve de sa ténacité

-Permet de continuer le combat après avoir reçu une blessure mortelle

Disengage [C - Actif] :
Si Cùchulainn est un guerrier féroce, il n'en reste pas moins un combattant intelligent plus que apte à mettre en place des stratégies poussées. Alliant sa maîtrise des runes, des défis, et de la guérilla, il a réussi à retenir à lui seul toute une armée dans le passé, n'hésitant pas à se désengager des combats quand il le fallait.


-Permet de quitter un champ de bataille durant un combat

Protection from Arrows  [B- Passif] :
Le Chien de Culann est un combattant dont l'habileté et l'adresse ne sont plus à prouver. Du moment qu'il voit l'assaillant, il lui est possible d'éviter toute attaque à longue distance. Mais il est également capable de dévier et gérer toute attaque de type lancé, même si il s'agit d'un noble phantasme, et ce quand bien même l'adversaire serait dissimulé, le plus important pour lui dans un tel cas de figure étant de visualiser les projectiles. Toutefois, il ne peut rien contre les attaques de zone.


-Permet d'éviter les attaques à distance

Rune Magic [ B - Passif] :
"Un guerrier ne pouvant utiliser qu'une lance ne mérite pas d'être formé". Telle était la politique de Scathach, et c'est pour cela que Cùchulainn est, en plus d'être un maître dans l'art du maniement des armes, versé dans l'art de la magie des runes. Bien que cela ne soit pas forcément à son goût, il est donc parfaitement capable de les utiliser à sa guise. 


-Permet d'utiliser les runes de Scatach (cf sort)


Divinity [B- Passif ]:
De par son père, le dieu celte Lug, Cùchulainn est un demi dieu. En tant que tel, son aura divine lui permet d'atténuer les effets de certaines capacités et protection magique telle que la Protection de la Foi ou l'Illumination de la Figure Sainte







NOBLE PHANTASMS






Gae bolga, Barbed Spear that Pierces with Dead! [Anti-personnel - Rang B - Actif] :
Cette technique a fait la renommée de Cùchulainn, étant réputée pour être à la fois imparable et mortelle. A première vue, lorsque le guerrier irlandais projette sa lance, il semble que celle ci se tord de sorte à atteindre immanquablement le coeur de sa cible. Mais la réalité est plus complexe que cela.

En effet, au moment où Cùchulainn prononce le nom de "Gae Bolga", le coeur de son adversaire est alors percé par cette "malédiction", inversant alors les concepts de "cause et conséquence". La lance ne fait alors que réunir les conditions, aussi incroyable puissent elles être, pour frapper sa cible, y déployant des épines de métal après avoir pénétré son coeur. Cette technique ne consomme que très peu de prana et frappe une zone très restreinte pour réaliser un maximum de dégâts, souvent le maximum de vie de la victime. 

Seul un niveau exceptionnel en Chance naturel ou par une capacité (comme Pioneer of the Stars, Protection of the Fairies,...), des capacités permettant de continuer à se battre malgré les blessures infligées (telle que Battle Continuation) ou des capacités permettant une réaction exceptionnel (tel que Eyes of the Mind True, Instinct,....) peuvent permettre de ne pas succomber à ce Noble Phantasm.


Gae bolga, Soaring Spear that Strikes with Dead[Anti-armée - Rang B - Actif] :
Cùchulainn a toutefois une autre manière d'utiliser la lance maudite. S'éloignant tout d'abord de sa cible, il prend alors de l'élan avant de sauter dans les airs. Puis concentrant toutes ses forces dans ses muscles, convertissant toute sa prana en énergie dans sa lance, il l'envoie alors vers sa cible. La lance, altérant l'espace, devient alors une pluie de projectiles puissants et explosifs, dont le moindre impact provoque une explosion dantesque et terrible. Cette technique couvre une large zone et provoque d'énormes dégâts, prouvant ainsi la réputation qui lui est dû: "frapper l'ennemi quelque soit le nombre de fois qu'il esquive!" . 


Pouvant anéantir tout ennemis se trouvant dans la zone grâce à ce qui ressemble réellement à un bombardement massif, cette technique consomme contrairement à son autre Noble Phantasm énormément de prana. 




PHYSIQUE





Cùchulainn est un jeune homme bien bâti d'un mètre quatre vingt cinq pour soixante dix kilos.  D'une silhouette athlétique, il parait aussi svelte que fort, et si on devait le comparer à un animal, il aurait sans doute le physique d'un félin. Sa chevelure est d'un bleu tel qu'il met en avant ses étonnants yeux rouge , lui conférant alors une beauté irréelle renforcée par ses traits fins. Mais bien plus qu'un simple apollon charmant par sa magnificence, il fait preuve une certaine grâce, ses mouvements souples et habiles étant conjugués à une assurance aussi formidable que désarmante. La confiance qu'il a en lui même déteint nettement dans sa manière d'être et de paraître, d'autant que son charisme est également renforcée par sa tenue. Des plaques de métal protégeant ses épaules, bras, jambes ainsi que sa taille, le reste étant recouvert d'une tenue pratique et commode, sans doute en cuir, lui prodiguait alors une allure guerrière qui témoignait alors du féroce et rude combattant qu'il était. Cette protection pouvait paraître lourd pour un guerrier tel que lui qui manie une lance, mais cela ne le gênait aucunement dans ses mouvements.

L'allure qui se dégageait de lui était singulière, lui donnant un air à la fois noble et simple, sauvage mais chevaleresque, mais surtout, avec sa longue chevelure en queue de cheval, la fourrure de son épaule gauche et son pendentif, il avait l'air cool! Il possédait cette petite étincelle qui faisait que l'on devinait au premier regard qu'il était un guerrier formidable
 et surtout expressif! 


Sous l'effet du Riastrad, sa frénésie de bataille incontrôlable, il se contorsionne de manière brutale de sorte à devenir véritablement un monstre de guerre. Gagnant en stature et en épaisseur, ses articulations s'inversent, ses organes remontent dans son corps, se tassant derrière ses côtes. Un de ses yeux s'enfonce dans son orbite au point de disparaître tandis que l'autre en sort exagérément, lui conférant ainsi le surnom du "Borgne"! Ses dents deviennent également pointues tandis que ses cheveux se dressent en prenant la teinte du sang. Celle allure matérialise le monstre qu'il devient au combat, fauchant amis et ennemis en vrac sans la moindre distinction, tuant les plus faibles rien qu'en apparaissant devant eux! 

Appelé en tant que Héros de classe 'Lancer' (Cùchulainn, de par ses nombreux talents, pouvait être très invoqué sous une autre classe telle que Caster ou encore Berserker), le Riastrad se manifeste alors de façon moindre sur son physique. Cela se répercute principalement sur son visage, son regard devenant alors furieusement bestial, ses yeux grandissant tandis que ses veines se crispent alors de façon inquiétante, lui prodiguant un faciès féroce et menaçant témoignant de la rage qui l'anime alors à ce moment là! 


CARACTÈRE








Cùchulainn est un homme relativement simple quand on le connait bien. Apparaissant  aux premiers abords un brin impulsif et sanguin, il n'est pas si chien sauvage qu'il le paraît, se rapprochant davantage d'un guerrier protecteur, d'un chevalier dévoué que d'un fauve déchaîné qui n'en ferait qu'à sa tête.  C'est un fier guerrier, qui a un grand sens de l'honneur, si grand que cela peut devenir une gêne. En effet, son orgueil est tel que cela le met dans des situations pour le moins délicates, le poussant même à se mettre en danger, qu'importe les risques encourus. Il possède également une grande loyauté. Celle ci permet alors à Cùchulainn d'obéir et respecter son master, quitte à marcher, la mort dans l'âme, sur son honneur. Il est de ces guerriers qui n'aiment pas tuer des innocents, mais, respectant les règles et les ordres de son Master, le fera tout de même. Car étant également un homme pour qui l'honneur importe davantage que la vie, il fera tout pour respecter les lois et les coutumes que lui dictent son rang et sa position. Oui, Cùchulainn est ce genre d'homme.  


Toutefois, quand on le connait un peu plus, il se révèle plus complexe qu'on pourrait l'imaginer. Car en effet, il est également de ceux qui se battront envers et contre tout pour la cause ou les êtres qui lui sont chers, ou tout du moins qu'il décide de défendre. Tel est son sens du devoir. Il a beau posséder une grande loyauté, quitte à renoncer à sa fierté ou son honneur, si certaines décisions et actions de son master vont trop à l'encontre de ses valeurs, il se rebiffera. En effet, le Chien de Culann, est quelqu'un de bon, et de part son sens de la justice et de l'honneur, méprise fortement la fourberie, la sournoiserie, le mensonge et la trahison. D'autant que son fort tempérament peut le pousser à surmonter ses limites. En effet, de par sa susceptibilité, pour ne pas dire sa colère, il est capable de prouesses inimaginables, ainsi que d'user de tout les moyens possibles pour arriver à ses fins! 

Lorsqu'il est sous l'emprise du Riastrad, il n'est plus que fureur, incarnation de la frénésie guerrière. Son existence est alors dédiée entièrement à tuer, en masse, avec violence et rage. Loin d'être le héros solaire qu'il est sensé être, il n'est plus qu'une bête féroce, un chien enragé digne de sa légende!



Cùchulainn est le genre d'individu qui vit le présent et le savoure. Peu importe les drames du passé, les garder en mémoire ne l'empêche pas de vivre l'instant présent, tout comme le futur ne le préoccupe pas tant que ça. Bon vivant et homme d'action, il aime les défis, repousser les limites, mais également prendre du bon temps. Séducteur, il apprécie les belles femmes, et plus particulièrement lorsqu'elles ont du caractère. Et quand il en aime une, il ne saurait trouver de limite pour la satisfaire, et prêt à tout pour cela, il peut se montrer fort déraisonnable, voir même se mettre en danger sans la moindre hésitation.  Mais limiter les plaisirs de l'irlandais aux femmes et à la boisson ne serait qu'un cliché, car Cùchulainn apprécie particulièrement les plaisirs simples que sont la chasse ou la pêche.  



HISTOIRE






Cùchulainn a des origines pour le moins trouble. En effet, le Roi Conchobar Mac Nessa, appliqua le droit de cuissage sur sa soeur, Dechtire, lors d'un voyage dans le Sidh, le monde de l'Au-Delà. Durant cette aventure, la jeune femme avala alors qu'elle buvait un ver. C'est alors que dans un songe, Lug, dieu du soleil et de la connaissance, lui apparu alors, lui révélant qu'elle était enceinte d'un garçon qu'elle nommerait Setanta, et qu'il s'agissait là de son fils, ainsi que celui d'Eithne. Il fut prédit alors très rapidement que Setanta, dont le nom signifiait "Le Chemin" était  destiné à un grand destin, destin qu'il choisirait de lui même! Le jeune garçon fut élevé alors par différents précepteurs en Ulster et rapidement, il démontra des capacités physiques hors normes.


Le Chien du Forgeron

Encore tout jeune enfant, Setanta qui devait se rendre avec son oncle, le Roi Conchobar, à un banquet chez le forgeron Culann, jouait avec des amis. Promettant à son oncle de le rejoindre une fois le jeu terminé, le cortège s'en alla alors sans lui. Seulement, un serviteur de Culann referma les portes peu après l'arrivée du Roi, et libéra le fameux chien de garde du forgeron, si réputé pour sa férocité qu'il était redouté des meilleurs guerriers d'Ulster. Setanta arrivant alors comme promis, le chien se jeta sur lui,prêt à le dévorer. Culann, Conchobar et les autres invités furent alors interpellés par les cris du chien, et quelle ne fut pas leur stupeur de découvrir alors le molosse du forgeron en train d'agoniser, les mâchoires brisés et le corps en vrac, traversé par la balle du petit Setanta. Conscient de la perte qu'il avait malheureusement causé au forgeron en voyant sa tristesse, Setanta se proposa de dédommager celui ci en remplaçant lui même son chien le temps qu'il dresse les chiots descendants du fameux chien. Culann, impressionné par le sens du devoir du petit garçon, le libéra de cette obligation, lui expliquant qu'il devait, plutôt que de devenir son chien, devenir le Bouclier de l'Ulster. Afin de témoigner de la force du garçon et de la valeur de sa parole, tous commencèrent à l'appeler alors le "Chien sauvage de Culann", et c'est ainsi que Setanta reçu alors le nom de Cùchulainn.  Alors qu'il n'était alors encore qu'un apprenti guerrier, Cùchulainn prit alors, en plus de ceux qu'il avait déjà, un nouveau Geis: l'interdit de manger de la viande de chien. Il était dit également que ce jeune garçon vivra alors comme un héros. 




Le choix de son destin


Peu de temps après, de nombreux apprentis guerriers se rassemblèrent autour du grand Druide Cathbad. Leur doléance était relativement simple, savoir lesquels d'entre eux allaient devenir des héros célèbres. Malgré son talent et son expérience, le druide était dépassé, ou plutôt décontenancé par l'insistance de ces jeunes gens. La divination de Cathbad fut, ce jour là, sombre. Il présagea alors aux jeunes guerriers que celui qui prendrait les armes en ce jour deviendrait célèbre du fait de ses futurs faits d'armes, mais qu'en conséquence, sa vie serait bien courte. Contrairement à la plupart des apprentis, cela ne dérangea pas le moins du monde Cùchulainn, pour qui une vie courte mais héroïque  emplie d'aventures et d'exploits valait bien mieux qu'une longue existence paisible mais ennuyeuse. Il s'en alla alors voir le Roi Conor pour l'informer de la divination de Cathbad et qu'il venait pour prendre des armes.

Son oncle, le Roi, fut alors furieux que son neveu ait pris cette divination pour lui, Cathbad lui révélant qu'elle ne lui était, de prime abord, pas destinée. Irrité par la réaction de Conchobar, Cùchulainn brisa lances et chariots dans le palais, le défiant de lui redire qu'il n'était pas assez fort pour être un guerrier! Face à la fureur impressionnante du jeune garçon, alors à peine âge de 7 ans, Conchobar lui confia alors ses armes et son char, les seuls étant capables de résister à sa force. Partant alors à l'aventure en quête d'exploits à accomplir, le petit chien se débarrassa alors de son frère de lait, Conall Cernach, qui tenait à veiller sur lui pendant ses pérégrinations, et quitta alors la frontière de l'Ulster.  A l'époque, trois jeunes guerriers étaient réputés pour être imbattables: les fils de Necht le Féroce. Et ce fut sur eux que la renommée guerrière de Cùchulainn commença à être forgée, ce dernier décidant qu'ils seraient les premiers guerriers à tomber sous ses coups.  Le premier était  invulnérable aux armes pointues, alors Cùchulainn le tua avec une balle en fer. Le second ne pouvant être tué qu'en un seul coup, le jeune Ulate lui transperça alors le coeur. Quant au troisième, ce dernier pouvait voler, alors Cùchulainn l'attrapa puis le plongea dans l'eau avant de le décapiter. Revenant victorieux, sa fureur guerrière peinant à se calmer, il dû être plongé dans trois cuves d'eau glacée, chacune d'entre elles voyant l'eau s'évaporer sous la chaleur qui se dégageait du garçon. Cùchulainn intégra alors officiellement l'ordre des Chevaliers de la Branche Rouge, en conservant toutefois une certaine liberté du moment qu'il restait loyal à l'Ulster. Il arrivait ainsi fréquemment que le garçon défia d'autres pays, rentrant le soir même en oubliant ce qu'il avait fait, mais la Branche Rouge étant ce qu'elle est, de nombreux jeunes guerriers trop sûrs d'eux et imprévisibles la composant, il surveillait davantage sa propre contrée que les autres. 



La courtise d'Emer

Vers ses 16 ans Cùchulainn tomba amoureux de la princesse Emer, fille de Forgall Monach, Roi de Meath. Malheureusement pour lui, et malgré leurs attirances respectives, Forgall était contre cette union, prétexta qu'il ne donnerait jamais sa fille à un guerrier qui n'aurait pas une réputation de guerrier digne d'elle, et conseilla alors au prétendant d'aller en Ecosse suivre l'enseignement de la sorcière Scathach, espérant ainsi se débarrasser de lui. Et si jamais il y parvenait, il lui confiera sa fille. Sans hésiter, Cùchulainn, déterminé à tout faire pour obtenir la femme que son coeur avait choisit, accompagné de son frère de lait Conall Cernach et de Loegairé,  se rendit alors dans les Terres de l'Ombre pour y trouver Scathach. Ils rencontrèrent alors sur leur chemin Dormaid, une autre guerrière de la Terre de l'Ombre. Celle ci les mit à l'épreuve en leur faisant passer une épreuve consistant à retomber horizontalement sur la pointe d'une épée. Seul Cùchulainn y arrivant, Conall Cernach et Loegairé le laissèrent alors avec elles pour repartir en Ulster. Après avoir passé une année à se former auprès d'elle, le Chien de Culann reprit la route pour aller trouver Scathach. Cette dernière était une fameuse guerrière dont la réputation dépassait largement les frontières de sa contrée, au point que de nombreux guerriers venaient la voir dans l'espoir de suivre son enseignement. Cùchulainn parvint à la convaincre de le former après avoir réussi l'épreuve du saut du Pont en moins d'une heure par ses propres moyens, sa volonté et sa détermination étant alors sans faille, et non sans avoir mis à mal celui qui était le champion de Scathach, bien que l'influence d'Uathach, la fille de Scathach alors amoureuse de lui, l'aida. Cette dernière tenta alors de le charmer le premier jour, mais Cùchulainn, alors irrité par ses avances, la renvoya brutalement, lui tordant un doigt par cette occasion. Cela  n'empêchera toutefois pas les deux jeunes gens de profiter de leur jeunesse par la suite.  Il rencontra durant cette période Ferdiad, un autre disciple de Scathach, avec qui il devint ami. La guerrière commença alors à l'éduquer, autant sur les armes que dans l'art magique des runes, mais également en ce qui concernait les relations charnelles, faisait de lui un homme. Malgré Ferdiad qui rivalisait avec lui pour apprendre la fameuse technique meurtrière de Scathach, le Gae Bolga, Cùchulainn se montra être le plus digne aux yeux de la guerrière. Scathach lui confia alors sa lance pourpre, manifestant le désir qu'il la tue mais regrettant que cela soit impossible.


 A cette époque, Scathach était en conflit avec une autre femme guerrière, Aifé. Malgré l'interdiction de Scathach, Cùchulainn interviendra, et arrivera même à la capturer. Il libéra celle ci après lui avoir arraché trois promesses: celle de faire la paix avec Scathach, accepter la suprématie de celle ci, et enfin de lui offrir "l'amitié de ses cuisses". Si cette dernière devait mettre au monde un fils suite à cette dernière promesse, Aifé devait l'envoyer retrouver son Père afin qu'il lui enseigne le maniement du Gae bolga. Le garçon ne devrait, lorsqu'il partirait à sa recherche, ni décliner son identité, ni refuser un combat, et montrera alors un anneau que Cùchulainn confia à Aifé pour prouver qu'il était son fils. Apprenant cela, Scathach le retrouva pour le battre, désapprouvant son comportement. 

Ce fut dans l'ensemble une période agréable pour lui, se sentant alors comme chez lui, mais son enseignement étant terminé, il se devait de repartir en Irlande et obtenir la main de celle qu'il aimait. Il quitta alors les Terres de l'Ombre sans revoir Scathach, tout étant dit entre eux. Laissant derrière lui les regrets, il retourna donc en Meath, afin d'aller chercher celle qui allait être son épouse. Mais le Roi Forgall Monach, loin de tenir sa parole, refusa d'accéder à sa requête, et lui présenta alors porte close à l'entrée de son château. Furieux, et bien que cela le contraria fortement, allant contre ses principes, Cùchulainn, déterminé à revenir avec sa bien aimée, agit ainsi avec ruse. Avec la complicité d'Emer elle même, il s'infiltra alors dans le château, élimina pas moins de 3 groupes de 9 guerriers puis s'empara de la forteresse. Forgall Monach étant 'tombé' des remparts, Cùchulainn emporta alors sa promise avec lui, n'oubliant pas en passant de prendre possession des richesses du roi décédé de Meath. 


La tragédie de Derbforgaille


Tandis qu'il revenait de la Terre des Ombres, accompagné de jeunes irlandais, Cùchulainn rencontra sur son chemin une jeune femme malheureuse destinée à être offerte en offrande aux terrifiants Fomorés. Sans réfléchir et sans chercher à en savoir davantage sur son identité, le fougueux héros attendit alors les fameux Fomorés. Ces derniers eurent beaux être terribles, ils ne firent pas le poids face au Chien de Culann qui les mis en pièce. Comme si de rien n'était, après les avoir promptement éliminé, il reprit alors sa route. Mais la jeune femme, qui n'était autre que la fille du roi Aed le rouge, tomba alors amoureuse de lui. Délaissant sa récompense au profit du groupe de jeunes irlandais qui le suivait, du roi et de la dot de la princesse, il retourna alors promptement en Irlande récupérer sa promise, Emer. 


Quelques temps plus tard, Derbforgaille ne pouvant l'oublier, se changea alors en cygne avec sa servante et s'en alla à sa recherche. Cùchulainn qui se promenait alors avec Lugaid, son fils adoptif,  aperçu les cygnes s'approcher. Les trouvant magnifiques, il décida de les capturer et leur lança alors des pierres, les blessant alors. Chutant, les deux cygnes reprirent formes humaines après avoir touché le sol et se lamentèrent. Comprenant la situation, et le fait qu'il ne pouvait répondre à sa demande étant donné qu'il l'avait blessée en lui lançant des pierres, il proposa alors à Derbforgaille de s'unir à Lugaid, ce que les deux intéressés acceptèrent. Ils vécurent heureux, mais le désir de Lugaid pour elle rendit alors jalouse bon nombres de femmes de l'Ulster qui l'agressèrent et la défigurèrent pour se venger. Lorsque Cùchulainn et Lugaid la retrouvèrent, la malheureuse Derbforgaille mourut alors de honte, et Lugaid alors de chagrin. Furieux comme rarement il ne l'avait jamais été par la perte de ses deux proches, Cùchulainn fit alors s'écrouler la forteresse dans laquelle les responsables se trouvèrent, se vengeant alors et cela sans le moindre état d'âme de ces femmes.



L'ivresse des ulates

Peu de temps avant l'une des fêtes de Samain, qui allait être célébré à Emain Macha la Capitale royale de l'Ulster, le druide Sencha s'adressa à Cùchulainn puis à Finta Mac Neill dans le but de leur demander de ne pas réclamer, comme ils en avaient le droit, un tiers du Comté de l'Ulster, et ce afin que le Roi Conchobar Mac Nessa conserve la royauté totale. Ceux ci acceptèrent volontiers, en échange que la prochaine fête de Samain soit alors fêtée chez eux. Un conflit les opposant alors, ni l'un ni l'autre ne souhaitant céder sur cette contrepartie, le druide Sencha trancha alors le litige de la sorte: les ulates allaient fêter la première moitié de la prochaine célébration de Samain chez Finta, et la seconde chez Cùchulainn. Cela était acceptable alors pour les deux héros et la fête de Samain se déroula alors tranquillement. 

L'année suivante, il était grand temps de réaliser ce marché. Le roi Conchobar et les ulates, Cùchulainn compris, allèrent ainsi festoyer la première moitié de la fête de Samain chez Finta. Tout s'y déroula alors merveilleusement bien. A la moitié de la nuit, il était temps alors pour les ulates de se rendre chez le Chien de Culann. Sauf qu'ils étaient tous ivres, tellement qu'ils s'égarèrent en chemin, et ils arrivèrent alors, tels des sauvageons, devant la forteresse de Ailil et de Maeve, Roi et Reine du Connaught. La reine Maeve y vit alors la réalisation d'une ancienne prophétie et décida de la suivre. Elle fit alors construire en toute hâte une maison en fer, entourée de deux maisons de bois. Une fois cela fait, elle accueillie alors les ulates éméchés et les invita à loger dans l'endroit de leur choix. Etant donné qu'ils estimaient Cùchulainn responsable de leur errance, il fut dit que la responsabilité de choisir l'endroit lui incombait. De bonne grâce, il s'y plia, et après avoir inspecté les bâtisses, déclara que celle en fer était la plus sûre.  Les ulates pénétrèrent alors dans la maison en fer, et avant même qu'ils ne comprennent ce qu'il se passait, le dernier serviteur se retira alors en refermant les portes derrière lui avec de solides chaînes. Puis c'est alors que fut mis le feu aux maisons de bois qui les entouraient. La chaleur commençant à les étouffer et réalisant qu'ils étaient pris au piège, la faute fut alors portée sur Cùchulainn qui les avait menés dans ce traquenard. Déterminé malgré son ivresse à veiller à la sécurité de ses invités, il réalisa un bond prodigieux qui lui permit de s'échapper par le toit et entrepris alors de libérer les ulates, brisant furieusement les chaînes. Entendant la clameur des ulates et le vacarme provoqué par Cùchulainn, les hommes du Connaught paniqués prirent alors les armes, contrairement à ce que leur demandait le Roi Ailil, et assaillirent les ulates. La bataille fut rude, mais malgré leur ivresse, ou grâce à elle qui sait, les guerriers de l'Ulster , Cùchulainn le premier, repoussèrent sans retenue aucune ceux du Connaught, avec difficulté certes mais non sans acharnement. Dans leur déchaînement, ils laissèrent en paix Ailil qui avait tenté de calmer ses hommes, en vain, et repartirent aussi sec chez Cùchulainn pour finir de festoyer comme il se devait Samain. Etrange nuit que passa le Roi Ailil et la Reine Maeve, témoin du dévouement que portait Cùchulainn envers ceux dont il était responsable. 




Le festin de Bricriu

Comme tout guerriers réputés, Cùchulainn fut convié à un somptueux banquet organisé par Bricriu. Ce dernier était alors réputé pour avoir une mauvaise langue, s'amusant à semer discorde et zizanie là où il passait. Dans un premier temps, beaucoup, le roi le premier, se méfièrent de l'invitation de Bricriu, envisageant même de refuser d'y prendre part. Mais L'habile Bricriu, les menaçant d'un Geis, les força à accepter son invitation, cédant alors  quelques garanties afin de prouver sa bonne foi. Mais cela était sans compter sur la ruse et l'intelligence de Bricriu. Il avait mis une année à préparer cet événement, son palais étant une réplique plus somptueuse encore que le palais royal, la salle des banquets étant si luxueuse que rien que les dorures et les pierres précieuses qui ornaient les meubles suffisaient à l'éclairer. Le repas n'était pas en reste non plus, et il avait fait préparé un plat particulièrement savoureux, qu'il désigna alors comme étant le "Morceau du Héros". Alors il comptait bien s'amuser au dépend de ses invités. Accueillant ceux ci, il flatta alors particulièrement et exagérément les trois plus grands champions ulates: Conall Cernach, Loegairé Budach et bien évidemment Cùchulainn, leur promettant alors à tout trois que le Morceau du Héros leur reviendrait de droit. Ainsi, au moment où le Morceau du Héros allait être servi, les trois guerriers se levèrent pour le réclamer. S'en suivit alors une dispute entre eux, les armes aux poings. La tumulte était telle que tous, prenant partit pour l'un ou l'autre, étaient prêts à intervenir et à déclencher une bataille générale. Sencha, le druide, dû intervenir en personne pour les raisonner, et décida alors avec le Roi que le Morceau du Héros allait être répartit entre tous de façon équitable. 

Mais Bricriu, loin d'être satisfait de la tournure que prenait la situation, réfléchit longuement afin de pimenter une fois de plus ce banquet. Et il eût l'illumination. Tandis que les hommes festoyaient, il s'adressa alors aux femmes des trois champions, et les flatta outrageusement les unes après les autres, et Emer la femme de Cùchulainn encore davantage même, les poussant à réclamer chacune d'entre elle la préséance sur les autres femmes de part la renommée de leurs époux. A l'extérieur de la salle du banquet une violente clameur alors explosa, et les champions reconnurent alors immédiatement les voix de leurs épouses. Se levant tous d'un bond, ils prirent les armes et commencèrent alors à créer un passage pour elles. Mais Cùchul
ainn était si déterminé à faire que sa femme rentre la première qu'il souleva alors du sol le mur qu'il laissa tomber une fois que Emer fut passée. Le choc fut si terrible que le mur s'enfonça violemment dans le sol, rendant alors la demeure somptueuse de Bricriu bancale. Ce dernier s'emporta alors, accusant les ulates de ruiner son banquet et de mettre à mal la demeure qu'il avait mis tant de temps à faire construire, et leur intima alors de redresser celle ci. Mais elle était si enfoncée dans le sol qu'ils n'y parvinrent pas, et, mis devant le fait accompli par Sencha qu'il s'agissait alors de sa faute et qu'il était à lui et lui seul de la réparer, Cùchulainn, dans un effort surhumain, la redressa. 


Les tensions diminuèrent alors, mais la rivalité entre les trois champions ne s'estompaient pas, loin de là. Alors le Roi Conchobar  et Sencha, sentant alors une nouvelle dispute arriver, décidèrent alors que Cùchulainn, Conall Cernach et Loegairé allaient consulter Ailil et Maeve, Roi et Reine du Connaught, ainsi que  Cûroi Mac Daeré, Roi du Munster, afin de désigner selon eux qui méritait alors le Morceau du Héros et dont la femme hériterait de la préséance sur toutes les autres. 


Partant alors vers le Connaught, les trois guerriers rencontrèrent alors un géant terrible sur leur chemin tandis qu'ils s'arrêtèrent dans un pré plongé dans le brouillard. Loegairé et Conall Cernach furent alors mis en déroute, abandonnant chars et cochers tellement leurs défaites furent cinglantes. Mais Cùchulainn, lui, tint bon et après des échanges de coups violents, le géant fut vaincu. Le héros rentra alors avec les armes, le char et le cocher du géant. Tandis que Bricriu déclarait alors la victoire en faveur de Cùchulainn, Loegairé et Conall protestèrent. Ils allèrent alors au Connaught.

Arrivant chez Ailil et Maeve, ils leur exposèrent alors la raison de leur venue. Se retirant pour en discuter, Ailil était paniqué à l'idée de contrarié deux des trois champions en en désignant un parmi eux. Mais la reine Maeve voyait les choses autrement, les jugeant Loegairé et Conall Cernach aussi différents que le bronze et le laiton, tout comme Conall Cernarch et Cùchulainn différents que le laiton et l'or rouge. Elle alla ainsi les voir les uns après les autres, donnant ainsi une coupe en bronze à Loegarié, une en laiton à Conall Cernarch, et enfin une en or rouge à Cùchulainn, leur assurant à chacun que la coupe leur rapporterait le Morceau du Héros. Mais elle les retint encore un peu, ayant encore d'autres épreuves à leur soumettre. 

Le lendemain, elle leur fit jeter une roue dans la maison dans laquelle ils se trouvaient. Loegairé la jeta à mi hauteur de la pièce, et prit les rires moqueurs de l'assemblée pour des acclamations. Conall quant à lui, la jeta jusqu'à toucher le plafond, suscitant alors des moqueries qu'il prit lui aussi pour de l'admiration. Cùchulainn lui, lança alors la roue si fort qu'elle passa à travers le toît et en retombant, s'enfonça alors dans le sol. Les cris étaient alors sincèrement emplis d'admirations, mais lui les prit pour des moqueries. Il demanda alors à 150 femmes des aiguilles, et les planta dans le sol avec une telle habileté qu'elles se plantaient dans le trou de la précédente, formant ainsi une ligne parfaite. Puis il les rendit à chacune des femmes, acclamé par l'assemblée. 

Maeve les envoya alors chez Ercoil, son tuteur, afin qu'il les juge. Ce faisant, ce dernier leur indiqua de trouver Samsera. Celle ci les envoya  alors dans la Vallée des Fées. Loegairé s'y rendit le premier, mais en revint sans vêtements, ni armes. Quant à Conall Cernach, lui, ses habits furent déchirés et ne lui laissèrent que son épée. Cùchulainn s'avança alors dans la vallée, et ses javelots furent alors brisés, tout comme son bouclier. Jeté à terre, malmené, la fureur du Chien du forgeron explosa alors tandis que son cocher le raillait, et de son épée, il massacra alors les fées, teignant la vallée de leur sang. Puis il rapporta le manteau de leur chef à Samsera qui le déclara vainqueur.


Ils revinrent alors vers Ercoil qui leur lança un défi singulier à chacun d'eux, mais sur leurs chars. Loegairé fut le premier à le relever, mais son cheval fut tué alors par celui d'Ercoil. La violence fut telle que le ulate s'enfuit. Conall Cernach connu pareille débâcle. Vint alors le tour de Cùchulainn, dont le cheval, le Gris de Macha, tua alors le cheval de Ercoil. Attachant ce dernier à l'arrière de son cheval, il repartit alors vers Emain Macha, le Palais royal du roi Conor. En chemin, il retrouva alors Conall qui marchait péniblement, et le prit sur son char. Mais à leur arrivée, ils découvrirent alors que Loegairé, sonné par les coups qu'il avait reçu, les avait déclaré morts. Une fois que la situation fut éclaircie, ils commencèrent à festoyer. Les trois champions dévoilèrent alors les coupes qu'ils avaient reçu et se disputèrent de nouveau le Morceau du Héros, Loegairé et Conall accusant Cùchulainn d'avoir acheté sa coupe en or rouge. 

Etant donné qu'il leur restait encore à recevoir le jugement de Cûroi Mac Daeré, Roi du Munster, ils repartirent alors vers de nouvelles épreuves. Il furent alors aiguiller vers Terrible, fils de Grande Crainte. Ce géant sauvage était impressionnant et après les avoir entendu, leur déclara qu'il était prêt à condition qu'ils s'engageaient à accepter sa sentence. Après avoir fait le serment de l'accepter, il expliqua alors ce qu'il attendait d'eux. Le défi était simple, ils devaient le décapiter avec sa hache, et le lendemain, il ferait de même avec eux. Si Loegairé et Conall le décapitèrent, ils s'enfuirent alors en le voyant ramasser sa tête après, et revenir vers eux afin qu'ils respectent leurs engagements. Seul Cùchulainn accepta alors de se faire décoller la tête des épaules, et au moment où la hache allait le décapiter, le géant l'arrêta et déclara alors, trois fois, que le Morceau du Héros revenait alors à Cùchulainn. Mais contrairement à leurs engagements, Loegairé et Conall continuèrent de lui disputer le titre du plus grand héros. Il ne leur restait plus qu'à aller écouter le jugement de Cûroi Mac Daeré. 

Arrivant à sa forteresse, ils furent accueillis par sa femme, Blathnait. Celle ci leur demanda alors si, chacun leur tour, ils pouvaient garder la forteresse la nuit, pour la protéger en l'absence de Cûroi. Le premier à veiller fut Loegairé. La nuit se passa calmement, jusqu'au moment où une ombre géante l'attaqua, le saisissant d'une main et l'envoya alors au loin hors de la forteresse. La seconde nuit, se fut au tour de Conall Cernach qui connu pareille mésaventure, l'ombre géante l'assaillant telle une vague sombre et indicible avant de s'en débarrasser comme si il n'était rien de plus qu'un vulgaire jouet . Et enfin, fut le tour de Cùchulainn. Au milieu de la nuit, des intrus tentèrent d'assaillir la forteresse, mais le vaillant Chien de Culann, vigilant, les tua rapidement, déposant alors les têtes de 3 fois 9 guerriers à son poste de garde. Puis le lac proche se mit à enfler, enfler et encore enfler pour libérer un monstre formidable, si énorme qu'il semblait pouvoir avaler le palais en une seule fois. Loin d'être impressionné malgré la fatigue qui lui tombait dessus, Cùchulainn mit en pratique ce qu'il avait appris de Scatach et parvint lui aussi à l'abattre, passant le bras par sa gueule pour lui arracher le coeur avant de déposer là encore la tête du monstre à son poste de garde. Puis revint alors enfin au bout de cette nuit qui semblait alors sans fin, telle une menace inéluctable qui revenait sans cesse, l'ombre géante qui s'était débarrassé de Loegairé et de Conall Cernach. Utilisant la technique qu'il avait employé pour surmonter l'épreuve du pont chez Scatach, il passa au dessus de cette ombre menaçante, quittant la forteresse par les airs, puis usant d'autres passes d'armes, la fit prisonnière, la lame de son épée plaquée contre la gorge de cette chose innommable. Celle ci lui demanda grâce, et Cùchulainn exigea alors d'elle qu'il reçoive alors sans contestation la royauté sur les guerriers d'Irlande, que le Morceau du héros soit sien, et que sa femme ait la préséance sur tout les femmes de l'Ulster. L'ombre accepta et disparue mystérieusement. Cùchulainn se fit alors une réflexion erronée. Il s'imaginait en effet que ses deux compagnons avaient quittés la forteresse d'un bond bien plus prodigieux que celui qu'il avait fait pour passer au dessus de cet étonnant ennemi. Et sa fierté s'y mêlant, décida alors de réaliser un bond encore plus prodigieux pour revenir à la forteresse. Après deux échecs, son impatience naturelle et son caractère entêté lui firent faire alors un miracle. Léger comme une brise, il fit un bond merveilleux, sautant par dessus les remparts, et en touchant le sol de pierre, y laissa la marque de ses pieds! 


Cûroi fit alors son apparition peu de temps après, rapportant tout les trophées qu'il avait amassé devant cette nuit, et les déposa là où il y avait la marque de ses pieds. Il déclara alors que ce jeune guerrier serait toujours capable de protéger la forteresse d'un roi et qu'à lui devait revenir le Morceau du Héros! 
Après qu'il ait été récompensé comme il se devait, ils rentrèrent alors à Emain Macha. Mais une fois encore, Loegairé et Conall refusèrent de s'incliner face au jugement rendu par Cûroi. Cùchulainn, las, décida de ne plus le réclamer, car cela lui avait rapporté davantage de peines que de récompenses. Le morceau du Héros ne fut donc attribué à personne jusqu'à la venue d'un étrange géant. 


Tandis que les trois grands guerriers s'étaient retirés pour se reposer, un géant hideux fit son entrée dans le palais.  Se vantant de sa force et de son talent, il tenait une poutre ainsi qu'une puissante hache dans ses mains et réclamait un combat contre un guerrier digne de ce nom. Il défia alors les guerriers ulates de le décapiter ce soir, et que le lendemain il reviendrait se venger. Un guerrier, Munremur, se porta volontaire, et après lui avoir promis d'être là le lendemain, décapita le géant. Ce dernier se présenta alors le jour suivant, mais ne trouva pas Munremur qui s'était défilé. Loegairé fit alors le même marché au géant et le décapita de nouveau. Mais lui aussi ne revint pas. Le géant était alors furieux, et défia alors Cùchulainn de passer un pacte avec lui. Irrité, le héros décapita directement alors le géant. Et l'attendit le lendemain soir, prêt à être tué, déclarant à son oncle le Roi Conchobar qu'il préférait mourir dans l'honneur que vivre dans le déshonneur. Le géant se présenta, et s'apprêta à le décapiter. Puis il dicta alors à Cùchulainn de se redresser, car la royauté sur les guerriers d'Irlande lui revenait de droit, ainsi que le Morceau du Héros et sa femme la préséance sur toutes les femmes de l'Ulster!  Et il disparu alors, promettant que quiconque oserait remettre ce jugement en doute serait en danger. 




La razzia des boeufs

Cùchulainn vécu de nombreuses aventures, si nombreuses que lui même ne pouvait se rappeler de toutes. Mais une d'entre elle marquera à jamais l'Histoire de son empreinte. En effet, suite à une dispute entre les deux époux royaux du Connaught, la Reine Maeve, réalisa et  ne supporta pas d'avoir moins de possession que son époux le Roi Ailill, ce dernier possédant en plus du reste un taureau magnifique connu comme étant le "Blanc Cornu". Elle tenta alors d'acheter  le Brun de Cooley, taureau fabuleux appartenant à un habitant de l'Ulster, Dàre. Mais le messager, trouvant intelligent de préciser que si il venait à refuser l'offre généreuse de Maeve, ils le prendraient tout simplement par la force. Dàre, qui était sur le point d'accepter, en entendant cela, refusa net. Apprenant cela, la reine furieuse rassembla alors une armée de puissants seigneurs, de redoutables guerriers provenant de toute l'Irlande et, profita du fait que l'Ulster était sans défense, les guerriers ulates étant tous sous le coup de la Malédiction de Macha qui les rendaient aussi faibles et souffrants que des femmes en couches, pour l'envahir. Mais cela était sans compter sur la présence de Cùchulainn qui, étant né dans le sidh, n'était pas affecté par cette malédiction.


Surprenant l'avant garde des armées, il décapita les deux fils de Nera avant de renvoyer leurs chars, avec les corps sans têtes attachés à eux. Le jour suivant, il surprit de nouveau 4 autres guerriers réputés, et laissa leurs corps en morceaux sur place. Le jour suivant, ce fut une centaine d'hommes qui tombèrent face à lui. Cùchulainn devenait une gêne, les piégeant en utilisant des runes diverses qui restreignaient les mouvements de l'armée. Maeve avait alors à son service Fergus Mac Roich, précédent roi de l'Ulster. Celui ci ayant été trahi par Conchobar, il avait décidé de se venger et servait depuis la Reine Maeve, l'aidant dans son expédition. Il fut alors dépêché auprès de Cùchulainn afin de parlementer et trouver un terrain d'entente, car il était son oncle adoptif et en tant que tel, l'un comme l'autre ne souhaitait se battre. Il en résultat alors le marché suivant: à partir de ce moment là, l'armée ne pouvait avancer uniquement que pendant qu'il combattait un des champions de la Reine, en n'acceptant qu'un seul duel par jour. L'armée avança alors très lentement, le fougueux Chien de Culann abattant sans tarder ceux qui lui faisaient face, quelles que pouvaient être leurs réputations. Mais la reine Maeve était si déterminée qu'elle décida de ruser et, enfreignant l'interdiction sacrée, continua de faire avancer son armée par petits groupes. Cùchulainn combattit alors autant qu'il le pût, mais il fut contraint par la fatigue de s'endormir pendant une journée. La reine tenta alors de se débarrasser de lui pendant ce temps, mais un groupe de chevaliers de la Branche Rouge, qui s'était ralliée à elle car insatisfaits du Roi Conchobar, se ressaisir et le protégèrent au prix de leurs vies. En constatant cela à son réveil, Cùchulainn se reprocha alors leurs morts. Morrigan apparue alors à lui, lui proposant de le protéger, mais le guerrier, envahi par la colère, la repoussa, plusieurs fois, avec violence. Face à une telle détermination, la déesse de la Mort resta alors en retrait, observant alors la voie que le héros prenait de lui même. Animé par une fureur guerrière monstrueuse, il décima les rangs de l'armée ennemie avec une férocité sans pareille. 

Acculée par la pression qu'exerçait alors le puissant Cùchulainn, Maeve tenta alors d'envoyer Fergus face au redoutable protecteur de l'Ulster. Mais Fergus et Cùchulainn étant très liés, et peu motivés pour s'affronter, ils passèrent alors un pacte. Ce Geis fit en sorte alors que l'un puis l'autre perde le combat. C'est ainsi que Cùchulainn perdit alors son seul combat face à un porteur légitime de Caladbolg. Mais cela n'était pas suffisant pour la Reine qui manipula alors Ferdiad pour qu'il aille affronter son ami. N'ayant plus le choix, l'affrontement entre les deux étant aussi féroce qu'éprouvant, Cùchulainn fut contraint d'utiliser le Gae bolga et tua son ami. Maeve avait comptée sur la longueur qu'allait prendre ce douloureux affrontement, son armée réussissant à capturer le Brun de Cooley pendant ce temps là. Cùchulainn, dévasté par la mort de son ami, l'emmena pour l'enterrer tandis que le taureau était envoyé en Connaught. Bien évidemment, une fois après avoir rendu hommage à Ferdiad, le guerrier ulate reprit l'affrontement, poursuivant l'armée qui était alors sacrifiée pour protéger l'animal. Entre la fatigue, l'usure, la solitude ressentie face aux armées des 4 autres pays de l'Irlande, le protecteur de l'Ulster ne put retenir plus longtemps sa fureur. Sous l'emprise du Riastrad, il devint alors un véritable fléau. Lançant son char sur la coalition, il faucha alors une centaine de guerriers à chacun de ses passages, ses griffes, ses lames, sa lance tuant en masse sans la moindre retenue. Ce jour là, la pluie était devenue écarlate tellement le sang avait été versé par le terrifiant Chien de l'Ulster! Il était semblable au bras armé de la Mort en personne, un monstre guerrier difforme, dont les mouvements contorsionnés atteignaient quiconque tentait de le fuir ou de lui faire face! Il massacra ainsi impitoyablement des milliers de guerriers, emporté par sa fureur!  


Après cette nuit de cauchemar, il réapparu alors face aux armes, redevenu lui même, un éclat de lumière émanant de son front comme le héros solaire qu'il était! Et la lutte reprit ainsi face aux envahisseurs.


La malédiction de Macha prenant alors fin, les guerriers ulates purent alors le rejoindre et massacrer la coalition qui était en déroute. Mais malgré le soutien qui venait enfin d'arriver, la bataille n'en restai pas moins éprouvante pour le Chien de Culann, ce dernier ayant échappé de peu à la mort. En effet, au milieu de la fureur de la bataille, Fergus qui frappait avec acharnement les ulates, allait lui porter un coup fatal de Caladbolg, la terrible et légendaire épée à laquelle rien ne pouvait résister, si Cormac, le fils exilé de Conchobar ne l'en avait pas empêché. La colère marqua alors durablement le paysage et trancha alors trois collines. L'armée de la coalition étant mise en déroute, Maeve fut alors capturée et son sort offert à celui qui avait été le bouclier de l'Ulster face à elle mais Cùchulainn décida de la traiter avant tout comme une reine. Il n'aimait pas tuer les femmes, et pour lui, les aimer ou les haïr importait peu. A la surprise générale, il décida de la libérer et la renvoyer au Connaught. Le destin étant sans doute déçu d'une telle décision, lorsque Maeve revint dans son royaume, ce fut pour voir le Brun de Cooley s'entretuer avec le Blanc Corné. 

Mais l'Histoire retiendra qu'à lui seul, le Chien du Forgeron, le fils de Lugh, avait tenu seul face à une armée réunissant 4 des 5 royaumes de l'Irlande, marquant son nom dans les Légendes pour toujours. Ce fut l'âge d'or de Cùchulainn, et il était temps pour lui d'entrer dans son crépuscule. 



La fin de Cùroi Mac Daeré

Dans le passé, Cùroi Mac Daeré a pris part, incognito, à une expédition du Roi Conchobar qui souhaitait s'emparer suite à un songe d'un chaudron fabuleux. Avec l'aide de Cùchulainn, cette expédition s'était terminée sur un succès, le chaudron étant alors veillé par une magnifique jeune femme que le Protecteur de l'Ulster baptisa "Blathnait". Mais Cùroi, qui s'était déguisé pour ne pas être reconnu, prit mal le fait de ne rien recevoir lors du partage du butin, et se sentant à juste titre lésé, s'empara alors des trésors, du chaudron ainsi que de Blathnait pour en faire sa femme, et non content de repartir avec un butin des plus prestigieux, balaya alors d'un revers du bras Cùchulainn, lui plongeant le visage plusieurs fois dans la boue, puis lui couper les cheveux avant de disparaître. Suite à cela, le jeune ulate n'avait de cesse de vouloir se venger de lui. 


Mais aussi fort qu'il était, il ne pouvait tuer Cùroi en combat singulier, ce dernier étant alors protégé magiquement. Seulement, la détermination de Cùchulainn à obtenir vengeance était bien plus importante que Cùroi pouvait l'imaginer. Avec la complicité de Blathnait qui aimait le héros ulate, il pénétra de nuit, en toute discrétion dans sa forteresse. Puis la jeune femme ayant découvert la faiblesse du roi noir, en informa alors Cùchulainn qui tua ainsi dans son sommeil Cùroi Mac Daeré. Ce dernier, agonisant, les maudit alors, et cela marqua particulièrement le destin de Cùchulainn, qui par son acte avait alors trahi son statut de héros, et enclenché sans le savoir sa future chute, un tel acte n'étant jamais oublié par les forces surnaturelles de l'Irlande. Mais cela lui importait peu, car son ennemi était tombé.  


La Mort de Connla, son fils

Quelques temps plus tard, des rumeurs parvinrent jusqu'au Roi Conchobar. Il semblait qu'un jeune enfant, longeant les côtes sur une petite barque, ridiculisait tout guerrier qui se trouvait sur sa route. Il y dépêcha alors quelques uns des meilleurs combattants que comptait le royaume, et les uns après les autres enchaînèrent les défaites face à cet enfant qui refusait de révéler son nom. Il ordonna alors à Cùchulainn d'aller affronter ce jeune insolent. Malgré son épouse Emer qui tenta de l'en empêcher, pressentant au fond d'elle l'approche d'un drame, Cùchulainn s'exécuta et alla à la rencontre de l'enfant. Ce dernier repoussa et jeta à terre par deux fois le héros qui, poussé par la colère, lui asséna alors Gae Bolga, frappant mortellement l'enfant. Ce dernier, agonisant, dit alors qu'elle ne lui avait jamais enseignée cela. Cùchulainn remarqua alors l'anneau qu'il avait confié à Aifé, et des larmes coulèrent alors sur ses joues. Depuis qu'il avait appris cette technique maudite, à chaque fois qu'il l'avait employé, c'était pour tuer son ami et son fils! Mais ce drame n'était que le début de la fin pour le héros aux cent combats! 


La Maladie de Cùchulainn


 Cùchulainn était alors au bord d'un lac avec une assemblée, se préparant à un festin grandiose, et il passait le temps à amuser les femmes en leur faisant démonstration de ses talents et de ses passes d'armes. De magnifiques oiseaux volèrent alors au dessus du lac, et les femmes s'extasiant de leur beauté manifestèrent alors le désir d'en posséder. Cùchulainn décida alors d'exaucer leur voeu, et captura alors à l'aide de pierres les oiseaux. Il les captura tous et en distribua deux à chacune des femmes présentes, à l'exception d'Emer, sa propre femme. Emer ne lui reprochait en rien, sachant que son époux en capturera de bien plus beaux uniquement pour elle plus tard, mais cela tourmentait alors le héros. C'est alors que deux autres oiseaux magnifiques firent leurs apparitions, liés tout deux par une chaîne rouge et chantant une mélodie magique. Son cocher et son épouse le mirent alors en garde, les soupçonnant d'être  des créatures féeriques et qu'en plus de cela la chasse aux oiseaux lui avait souvent rapporté malchance, tentant comme ils pouvaient de le raisonner. Mais Cùchulainn, emporté par sa fierté, malmena là malgré tout les oiseaux pour les capturer, et il en blessa un à l'aile. Malheureusement pour lui, ces oiseaux n'étaient pas des oiseaux ordinaires. Pris d'un soudain vertige, le héros s'adossa à un pilier en pierre. Il eût alors la vision de deux splendides femmes qui se mirent à le battre, lui procurant alors une douleur atroce. Voyant leur champion s'éteindre sous leur yeux, pris d'une faiblesse et d'une fièvre hors norme, les hommes de l'Ulster se précipitèrent auprès de lui. Honteux de son état, il réclama alors d'être emmené à Emain Macha, sa fierté lui interdisant d'être emmené dans un tel état à son propre domaine. 


Il resta alors alité pendant un an, une longue année où ses proches, ses amis, sa femme, restèrent alors à ses côtés, impuissants. Cela dura jusqu'à ce que Li Ban vienne à lui, et lui demanda alors de venir à l'aide du royaume de Mag Mell, en échange de quoi Fand la soignerait de son maux. Li Ban était l'une des femmes qu'il avait vu dans ses songes, l'une de celles qui l'avait battu et mis à mal de la sorte. Avec sa délicatesse naturelle, il l'envoya paître. Son cocher, Loeg, proposa alors de se rendre là bas afin de vérifier les dires de Li Ban. Après avoir vérifié qu'elle avait bien dit la vérité et découvert la magnificence du royaume de Mal Mell, Loeg revint et, alla chercher de l'aide auprès d'Emer pour qu'elle pousse son époux à se reprendre. Bien que considérablement contrariée par l'attitude de Cùchulainn, elle se rendit alors à son chevet, et après lui avoir adressé maints reproches, elle l'exhorta à redevenir celui qu'il était. Mis à mal par sa propre femme, il se redressa et alla alors porter secours au royaume de Mag Mell, le seigneur de ce royaume ne pouvant se battre lui même contre les chefs des armées ennemis. Le formidable héros anéantit alors ceux ci, menant Mag Mell à la victoire. 


Comme promis, Fand le soigna de ce mal, mais Cùchulainn tomba alors sous son charme. Cela fut alors découvert par Emer. Folle de rage, celle ci décida alors d'éliminer elle même sa rivale. Avec une troupe, sous couverts de capuches, elle s'approcha d'elle, prête et déterminée à la poignarder. Après une bien longue discussion dans laquelle Cùchulainn semblait quelque peu dépassé, elles reconnurent l'amour désintéressée qu'elles lui vouaient l'une comme l'autre et demandèrent alors au guerrier de choisir l'autre. Ne pouvant arriver à se sortir d'un tel dilemme,  Fand décida alors de laisser le chien du forgeron à Emer, car non seulement elle même avait déjà un mari, Manannann Mac Lir, mais également car Emer était une femme semblable à Cùchulainn. Manannann, qui revenait chercher sa femme, fit en sorte alors que Cùchulainn et Emer oublient tout ce qu'il s'était passé.  



La Mort du héros aux cent combats

La reine Maeve n'avait toujours pas oublié sa lourde défaite en Ulster, et surtout, elle s'était sentit humiliée par Cùchulainn lorsqu'il avait décidé de la libérer. Hantée par ce sentiment d'humiliation, elle était bien décidée à se venger. Elle réunit alors trois sorcières, les soeurs Calatin, dont le père avait été justement tué par Cùchulainn. Avec leur aide, Maeve monta un stratagème pour affaiblir le héros de l'Ulster. Lorsque tout fut prêt, elle attendit que la Malédiction de Macha frappa de nouveau les Ulates pour marcher sur leur royaume. Cùchulainn, tout naturellement, se dirigea alors vers l'armée pour les bloquer de nouveau, mais c'était sans compter sur les plans de Maeve. Sur son chemin, il aperçu alors trois femmes borgnes qui préparaient un repas. Méfiant, il tenta de rebrousser chemin, mais l'une d'elle l'interpella et l'obligea ainsi à respecter son geis et partager leur repas avec elles. Seulement, au moment où il avala le premier morceau, il sentit immédiatement quelle infamie il venait de commettre. Il avait été pris au piège, forcé par un de ses Geis à en enfreindre un autre. Venant de manger du chien, ses forces commencèrent alors à l'abandonner. Furieux, il se leva brusquement et décapita alors les trois femmes, avant de reprendre sa route. 


Arrivant sur la plaine de Mag Muirthemne, là où l'attendaient ses ennemis. La bataille fut féroce et d'autant plus éprouvante que Cùchulainn voyait ses forces disparaître au fil du temps. Mais ce n'était pas pour autant qu'il se laissait abattre, frappant sans relâche, avec encore plus de hargnes qu'à l'accoutumée. Après 7 longues heures de combats acharnés, Lugaid le transperça à l'aide d'une lance magique. Gravement blessé, Cùchulainn s'éloigna pour laver sa blessure dans un ruisseau tout proche. Retenant avec peine ses entrailles, il remonta plus haut et, s'adossant à un pilier en pierre, s'y attacha afin de rester face à ses ennemis jusqu'au bout, l'épée en main. Lorsque Lugaid et les autres virent une corneille se poser sur son épaule et s'envoler, ils comprirent alors que Morrigan venait de l'emporter. Lugaid s'approcha alors, et trancha la tête du héros. Mais faisant cela, l'épée de Cùchulainn s'échappa de sa main, et trancha celle de Lugaid. C'est ainsi que périt le Héros aux cent combats! 


Mais cela ne voulait pas dire pour autant que ce fier guerrier ne combattrait plus, non. Car désormais, il était un choix de valeur pour quiconque souhaitait prendre part aux Guerres du Graal! 




A PROPOS DE VOUS





Âge : 33 ans officiellement (officieusement bien moins xD )
Expérience RP : hum... 10-11 ans je dirais
Les animes/jeux Fate que vous connaissez : Fate Stay Night et Zero. un petit peu Apocrypha, et je n'ai jamais joué aux jeux. 
Comment avez-vous connu le forum ? Par google
Quelque chose à ajouter ? : Content d'être ici, j'suis prêt à me faire défoncer par Enkidu xD 
avatar
Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 08/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 15 Sep - 22:28
Bon, et bien je pense que je peux dire que j'ai terminé. Reste à voir les corrections, je pense qu'il y en aura besoin.

Et j'aurais besoin d'aide pour le côté technique du combat pour commencer, c'est encore flou pour moi.
avatar
Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 08/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Sam 30 Sep - 18:49
Bonjour,

Un petit message pour te dire que n'oublions pas ta fiche, un modérateur passera sous peu Smile
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4287
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Oct - 0:35
pas de problèmes, de plus, après avoir discuté avec Enkidu, je vais étouffer mon histoire. Je suis en train de relire certains récits. Après un premier avis dessus pour m'aider à l'améliorer et corriger ce qui ne va pas serait un plus pour moi :)
avatar
Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 08/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 3 Nov - 21:56
Salutation a toi Cuchu!! le jugement arrive donc
Target

tout d'abord, le coté "kit de personnage"

skills:

Runes est rang B. C'ets important car le cout en mana des runes seront rang B.

Disenguage: a son rang, cela lui permet surtout de se sortir du combat de façon direct pour se retrouver en face a face. Sortir du combat est une étape a partir de ca, néanmoins il dépend de ta capacités a partir après ce stade.


Noble Phantasm a présent:

Gae Bolg: seul la chance permet de ne pas etre touché, et la blessure ne peut pas soigner tant que Lancer vit. des capas comme Instinct ou True Eyes of the Mind peuvent A LA RIGUEUR aider, mais sinon seul la stats de luck rentre en compte.
osef


Physique: Des erreurs de formulations évidentes "mais davantage son physique" par exemple est... mal dit, tout simplement. Une relecture a voix haute devrait suffire a corriger cela et a rendre la descriptions tout a fait convenable.

Pour la description du Riastrad (je n'en demendais pas ccoté physique, mais soit), en Laner la seule "marque" du truc et sa tendance à faire les gros yeux a ses ennemis façon psychopathe. genre comme ca XD : https://i.ytimg.com/vi/OvwFrtGQqKw/maxresdefault.jpg
Devil

Caractère: Sympathique description, je trouve cependant dommage la présence du coté "répétitif" d'honneur, loyal, etc. Quelques synonimes seront plus agréables.
Tu as oublié de parler (fait qui explique également beaucoup de chose chez lui) de sa conscience professionnelle qui fait qu'il va tenter de tuer Shirou par deux fois par respect des règles. C'est un Loyal, il l'est aussi envers les lois et les devoirs dont il doit s'acquitter, c'est un détail important de son caractère quand même.
Index

Autour de l'histoire...
Yeah
Tout d'abord, mes félicitations. J'ai le plaisir de t'annoncer que tu fus le Cu Chulainn du forum avec l'histoire la plus complête jamais écrite. C'est pas rien. *applaudit*
Quelques petits points de détails toutefois. Des coquilles demeurent, rien de bien méchant. (tu m'as demandé la qualitay je demande la qualitay XD)

Pour sa naissance, Deirdre a but un verre dans lequell se trouvait un ver. cela était la semeeeence (je caricature) de Lug, qui a donné naissance a Cuchu. Cet fertilisation par voix buccales est le cas chez deux ou trois héros rare de l'irlande, Cuchu en fait partie, faisant de lui le fils direct de Lug. Et oui il a deux pères vraiment.
Bon après y a eu l'apparition certes. Tu peux d'ailleurs noter que Setanta signifie "chemin", ce qui a son importance dans l'histoire de Cuchu vu que il a choisit son propre chemin plus tart.


Pour la divination, c'est toujours Conchobar et non le roi Conor XD (oui je sais je chipote mais vu que tu repetes plusieurs fois dans l'histoire...) Tsun tsun

Rien a redire sur Scathach. Ah, si, il s'est fait sa fille aussi Devil

... Tiens j'avais oublié le tabassage des fées. Merci du rappel de la.. subtilité légendaire de cet individu XD

Par contre tu as oublié le moment ou Cuchu stoppe un raz de marée chez Cûroi. Un détail mais ca fait partie de ses épreuves.
Mais a part ça le festin de Bricriu est bien compté: ça joue a qui qu'a la plus grosse.

Alors pour la suite de l'histoire, il serait bon que tu précise cependant que Medb et Maeve sont la même personne. Tu utilises les deux appellations, du coup on pourrait confondre.


Pour la fin de Cûroi, pas de soucis, même si ca coupe un peu vu que le début a lieu avant le festin de bricriu et la fin après, mais soit.

Connla et la fin, rien à redire

pareil pour Fand.

Rien d"autre à dire sur la suite.


*Hey bien ma foi, une histoire complête... ou presque! je trouve dommage, quitte à faire quelque chose d'aussi complet, que l'on ne retrouve point Fergus mc Roich, pourtant oncle adoré de Cuchu et un de ses principaux alliés malgré leurs camps opposés.
Choc

Cela étant dit, mes félicitations . Une fois tout cela corrigé, tu pourras avoir la tete haute et te lancer dans la perforation de tes ennemis

Gratz
avatar
Nombre de messages : 253
Master de : Mordred
Date d'inscription : 17/04/2012
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas
Sam 4 Nov - 17:05
corrections apportés normalement.

par contre le passage avec le raz de marée ne me revient pas et je n'en trouve mention nulle part :/
avatar
Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 08/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Nov - 3:08
Ah la la, voila qui est malheureux.

Nooooo !

En effet...

TU as ta PREMIERE VALIDATION!  Yeah

bonne chance pour la suite!

en effet, tu a stout corrigé, ta fiche s'avère donc aussi étoffé que possible à mes yeux, un travail de qualité!

au rouge à présent
avatar
Nombre de messages : 253
Master de : Mordred
Date d'inscription : 17/04/2012
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Nov - 3:10
Yeah! Merci !!!  Lalala
avatar
Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 08/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Nov - 18:22
A moi donc de passer Fight

Avant tout bravo pour tes efforts, tu as beaucoup travaillé cette fiche et pas rechigné aux modifications Best

Je vais t'embêter pour commencer par un petit détail. Divinity est à placer dans les pouvoirs et non les sorts.

Pour Barbed Spear, je te demanderai par rapport aux précisions données par Henry de changer le dernier paragraphe par ceci, car compte tenu de la nature de ce NP, mieux le préciser au maximum pour réduire les soucis d'interprétations possibles. Voici donc ce que ça donne :

Code:
Seul un niveau exceptionnel en Chance naturelle ou par une capacité (comme Pioneer of the Stars, Protection of the Fairies,...), des capacités permettant de continuer à se battre malgré les blessures infligées (telle que Battle Continuation) ou des capacités permettant une réaction exceptionnelle (tel que Eyes of the Mind True, Instinct,...)  peuvent permettre de ne pas succomber à ce Noble Phantasm.

Pour Soaring Spear, c'est rang B (on a pas de + sur le fow) Smile

Pour le physique et le caractère, le personnage est très bine décrit, quant à l'histoire, je n'ai rien à redire, tout y est et détaillé, c'est très travaillé.

Une très belle fiche donc à la hauteur du personnage, corrige juste les petits détails (enlève aussi ses vilaines balises b à la fin) et ça sera bon. Simple formalité donc pour obtenir ta validation Smile
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4287
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Revenir en haut Aller en bas
Dim 5 Nov - 19:56
Merci. Corrections effectuées :)
avatar
Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 08/05/2017
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Lun 6 Nov - 23:35
Tout est impecc et donc j'ai le plaisir de t'annoncer que tous tes efforts sont maintenant récompensés car te voilà validé Best

Amuse-toi bien Yay

nb : je vais libérer le pseudo pour t'enlever le 01
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4287
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Fate Stay Night RPG :: Avant de débuter :: Présentations :: Servants validés