Votez sur les tops !






Wanted


Derniers Sujets

OST



Black Out

Fate Stay Night RPG
Forum RPG 16+ - Fate Zero - Fate/stay night - Tsukihime - Nasuverse
Fantasy - Fantastique - SF - Magie - Mangas
Le forum fête ses 10 ans ! Bon anniversaire FSN RPG !
Le forum recherche en priorité des Masters et les prédéfinis.
[Event] Les ombres de Kyoto : tous les détails ici

Le courroux de dieu - [terminé]

 :: Avant de débuter :: Présentations :: Servants validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mar 25 Juil - 16:51

Etienne de Vignolle

Age : 52 ans
Nationalité : Français
Organisation : Écorcheur
Fonction : Mercenaire, Champion du roi Charles VII et compagnon de Jeanne d'Arc



Fan-art

CARACTÉRISTIQUES

Type : Servant
Classe : Berserker
Alignement : Loyal Neutre

Statistiques :
STR : D
END : (C)B
AGI : D
MAG : E
LCK : C



CAPACITÉ(S) DE CLASSE

MAD Enchantment  [Rang D] :
capacités physiques augmentées (+1 rang) et -1NP.

EQUIPEMENT


Objet : Armure des Écorcheurs
C’est une armure de combat lourde porté à l’époque par les chevaliers Écorcheurs de la guerre de Cent-ans. Les plaques d’armures sont faites en Acier trempé mélangées à de l’argent. Par-dessous les parties faites en plaques Lahire porte un gilet en cotte de maille renforcé, avec un sous-revêtement intérieur en lin. Au niveau des jambes, il porte un cuissard entièrement plaqué et faite en cotte de maille, qui va du bas des jambes à la taille du corps, dont le revêtement intérieur est fait en tissu. Lahire porte également un casque afin de dissimuler son visage.

Arme : Claymore de l’avant-garde d’Orléans
C’est une épée longues à deux mains et dont la lame fut forgée en acier et en plomb. Comme son nom l’indique, elle fut employée par les chevaliers de l’avant-garde de la ville ou Lahire avait rencontré Jeanne d’Arc.

Arme : Hallebarde de franc-chevalier
La hallebarde est une arme d'hast comportant au bout d'une hampe en bois assez longue une pointe de lance dotée d'un fer de hache et un crochet. Cette arme de combat rapproché permettait aux fantassins de pouvoir combattre efficacement l'infanterie et la cavalerie adverse. Celle de Lahire fut forgé en fer trempé pour être utilisé par les chevalier ayant juré fidélité à Charles VII. Sa forme est comparable a celle du bouclier du roi Henri II, mais les dessins correspondent plus a ceux que portaient les chevalier maçonniques de cent-ans.

POUVOIRS

Eternal Arms Mastership  [Rang NR - passif] :
Aussi appelé "Maître d'armes", c'est une compétence qui indique que le Servant a atteint la maîtrise absolue dans l'art du combat, ce qui permet de conserver son talent au maniement des armes malgré la fureur du MAD Enchantement. Etienne de Vignolles ayant accomplit de véritables prouesses d'armes que aucuns autre chevalier à pu réaliser durant la guerre de 100 ans, il fut donc considéré comme étant le meilleur combattant de son époque.

Effets : Permet aux Berserkers de posséder et maîtriser jusqu’à 2 armes.


Robust Healht [Rang C - passif] :
C'est une compétence qui désigne les servants ayant eut un corps si robuste, qu'il pouvait être considéré comme étant à l'épreuve voir totalement à l'abris des blessures les plus mortelles et handicapantes qui soit. En dépit de ne pas disposer d'un rang plus élevé de cette compétence comme cela pourrait être le cas pour d'autres servant tel que Arash ou encore Tadakatsu Honda qui n'ont jamais subit le moindre coup, Etienne à de nombreuses fois survécut et récupérer rapidement de bon nombres de blessures que beaucoup considéreraient comme étant fatal pour n'importe qui, ce qui à également contribué a la naissance de son surnom de La hire.

Effets : Gagne +1 rang en Endurance, ainsi qu'une résistance aux poisons de rang C et inférieur. Améliore également l'encaissement des coups reçus ce qui permet de conserver une parfaite mobilité après avoirs subit des attaques normaux et des sorts offensif de rang inférieur ou égale à C.


Tactic Knight [Rang A - actif] :
C'est une méthode de combat dans laquelle on saisit le flux de la bataille (en gros le timing d'attaque et de défense de soit par rapport à celui de l'adversaire), afin d'induire l'opposant en erreur. C'est donc une compétence non pas pour se renforcer, mais pour obliger l'adversaire à louper son coup, afin de le contrer et de prendre la situation à son avantage. Peut-être contré par Eternal Arm Mastership, Knowledge of respect and Harmony, Chinese Martial Art, Chinese Kempô, Kalapyutta et autre compétence du même bord ayant un rang supérieur ou égale à celui de la capacité.

Effets : Quand elle est activé, les attaques de l'adversaire manquent sa cible 1 coups sur 2 et supprime les actions supplémentaires adverses lié à son écart d'agilité avec le détenteur de la compétence pendant 5 tours. Peut être utilisable par les Berserker disposant de Eternal Arms Mastership


NOBLE PHANTASMS


Ira-Dei : la colère de Dieu [Personnel - Rang B - Passif] :
Bien que l'origine du surnom de "Lahire" d'Étienne reste assez confondu, il est pour la plupart des historiens reconnu comme étant officiellement parenté a "Lahire-dieu" qui est rattaché au mot "ira-dei" signifiant "la colère de dieu", en raison du fait que ce surnom lui avait été donné par les armées Anglaises, car Étienne n'avait strictement rien d'étranger à ses ennemies qui le craignait en raison des ses crises de colères dites "légendaires". En effet ce chevalier été connu pour être capable de récupérer rapidement de ses blessures comme la fois ou il survécut a la chute d'une cheminée en ruine qui lui était tombé dessus, sans compter que plus il se battait avec fougue et fureur, plus ses adversaires avaient du mal à le contenir sans l'aide d'un surnombre assez important.



  • Permet à La hire de récupérer +1 en état de santé tout les 3 tours.

  • Booste les augmentation physique du MAD Enchantement à chaque fois que La hire subit un statut de santé négatif sur son état de santé sans affecter la détérioration mental sauf excès de rages.

  • Les valeurs augmentées sont progressivement retirées à chaque fois que La Hire retrouve un statut de santé positif et apaise les excès de rages.

  • Les valeurs augmentées ne peuvent pas excéder le rang A.


Hausse des statistiques selon l'état de santé actuel:
 



PHYSIQUE


Lahire est un homme de 52 ans qui physiquement parlant fait 10 ans de moins qu'il n'y parait. Il possède un corps doté d'une musculature impressionnante, bien plus que celle d'un athlète olympique avec des épaules carrées et des mains d'une grosseur et d'une formation musculaire qui pourraient facilement être qualifiées de "herculéenne", avec des jambes qui semblent êtres façonné aussi bien pour la mobilité que pour le combat et des bras d'une puissance capable de soulever son propre corps sans la moindre difficulté.

En plus de détenir un buste avec des pectoraux bien marqué et don la robustesse offre à son corps une silhouette parfaite et que vous ajoutez à cela sa taille de 1m95 pour une masse de muscle d'environ 105 kilogrammes, autant vous en faire une raison oui c'est typiquement parlant un véritable mastodonte.

Son faciès bien que dissimulé par son casque noir et déformé par les effets du MAD est celui d'un homme fort de caractère avec un menton est une mâchoire assez carré et marqué par un bon nombres de cicatrices sur le visage.

Toutefois, en raison de sa fureur propre à tout Berserker qui se respecte, il porte toujours un regard haineux dilaté et un sourire disons...peu commode quand il se bat et de noter que le teint de sa peau s'est quelque peu assombri au point de passer du ton légèrement mate au pâle grisé.

Bien que la pupille de ses yeux sont originellement d'une teinte bleu ambré, ces dernières sont masqués par un voile de lumière rouge écarlate au niveau de la visière de son casque don la partie supérieur semble être similaire à celle d'une paire de corne de dragon.  

Quand au niveau de sa tenue vestimentaire et bien en tant que Berserker, il porte constamment une armure lourde d'une teinte noir ébène provoqué par les effets néfastes de sa compétence de classe, auquel s'ajoute une cape quelque peu déchiré et marqué d'une couleur rouge sang.


CARACTÈRE


Bien que téméraire, violent, vulgaire et sans aucune pitié pour ses adversaires, Étienne est cependant d'une loyauté sans égale envers son maître et ses camarades. En effet, en dépit d'être du genre à clamer des propos comparatifs, cyniques et déplacés sur les guerres et les actes sanglants tout juste bon à foutre un blanc à tout philosophe qui soit du genre : "faire un pillage sans incendie, c'est comme manger une andouillette sans moutarde, c'est inconcevable!", c'est un homme prêt à traverser l'enfer et à se salir les mains au nom de l'honneur de ses camardes, chose que Jeanne a maintes fois louangé chez ce barbare des champs de batailles au sens noble du sacrifice.

Ce qui aurait été le cas dans une autre classe que celle des Berserker, car en tant que tel si le côtoyer en tant qu'allier vous donnera l'impression d'avoir sur le dos une sorte de chien de garde attentif, rarement pourvu de mots et parlant de manière quelque peu déformé et réagissant au quart de tour pour protéger son maître, alors en tant qu'ennemi, attendez vous à être attaqué par un « Terminator Médiéval » peu sociable qui n'à qu'un seul objectif : Tuer tout ceux qui s'opposeront à son vœu qui est le suivant : Sauver son amie la pucelle de son bûcher.

Bien que Étienne de Vignolles en tant que Berserker soit un être animé par une fureur certaine, sa détérioration mentale n'est pas suffisamment profonde pour voir ses aptitudes au combat se dégrader et ses paroles réduites au silence, même si son désir de vengeance reste encore enfouit au plus profond de lui, ce qui peut le rendre reconnaissable chez les servants ayant croisé sa route durant son vivant quand il porte son casque.

Toutefois, malgré qu'il soit dans l'impossibilité de pouvoir parler correctement, ses conversations mentaux avec son master peuvent révéler à ce dernier le tempérament fort, déterminé, sérieux et volontaire du chevalier en dépit de son langage grossier, colérique, injurieux et bourru.

Difficile pour lui d'avoirs des passes temps pour s'occuper l'esprit entre deux combats et deux meurtres, car voir un Berserker dans un lieu publique n'est pas franchement très conseillé, chose que semble approuver de façon inconsciente le chevalier malgré sa folie persistante.


HISTOIRE


La hire : le récit d’un héro

Héros de guerre médiévale né à Préchac, dans l'ouest de la Gascogne (Préchacq-les-Bains dans les Landes) en 1389. Très jeune, Étienne intégra avec ses frères  les armées de Charles VII pour y devenir chevalier peu de temps après être devenu dans un premier temps mercenaire.

Qui était Etienne de Vignolles ? Un compagnon de Jeanne d’Arc et de Gille de raie qui bien que n’ayant pas connu la gloire des grandes renommées à figurer dans les annales de l’histoire fut immortalisée en tant que valet de cœur. Vous voulez connaître son histoire ? Eh bien, la voici….


Année 1418 : La guerre  entre les Armagnacs et les Bourguignons.

Nous sommes en pleine guerre civile causée suite à une histoire d’adultère commise par des seigneurs et duchesses du pays. En effet, le frère du roi, Louis d'Orléans, "qui hennissait comme un étalon après presque toutes les belles femmes", était accusé d'avoir voulu séduire et abuser de la duchesse de Bourgogne.

Même si de base, il ne s’agissait là que d'une « simple » rumeur, ce séducteur n’en était pas à son premier coup de « haute voltige », car il était également l'amant de la reine, ce qui avait amené la propagande bourguignonne à représenter comme le père véritable du dauphin Charles.

Donc, oui, cette guerre civile fut déclenchée sur une partie de jambes en l'air entrée haut placer de hautes cours et il ne fallut donc pas longtemps pour que les choses finissent par dégénérer entre le duc d'Orléans et Jean sans peur qui fut évincé du pouvoir après que le roi expulsa les Bourguignons du conseil suite aux manigances de son frère qui avait fini par être assassiné sur la demande de Jean 1er de Bourgogne désireux de vouloirs vengé de Louis d’Orléans.

Jean sans peur, profita ensuite du mécontentement des civils à cause l'augmentation des impôts et des prix commerciaux provoqué par les Armagnacs qui s'étaient emparés de Paris, dont la population était devenue rapidement hostile envers eux à cause de l'augmentation considérable des privilèges et de la vie luxueuse que les nobles d'armagnacs détenaient.

Si l'on y ajoute à cette fresque le mariage qui eut lieu peu de temps après entre la fille de Bernard VII d’Armagnac et de Charles d’Orléans, fils de Louis, la victime du frère du roi qui, désireux de vouloir venger son père, profita de l'occasion de ses noces, afin de rejoindre une ligue dans laquelle entra également : son beau-père, les ducs de Berry, de Bourbon et de Bretagne, ainsi que les comtes d'Alençon et de Clermont.

Leur objectif était simple : Lutter contre le duc de Bourgogne et ses partisans qui avaient désormais la main prise sur les commerçants de la région suite à l’assassinat de Louis et à la rébellion des Parisiens contre les Armagnacs.

Avec la formation de deux camps ennemis se disputant les ressources financières de la ville de Paris, cela donne quoi à l’arrivée ?

Je vous le donne dans le mille : c’est la guerre civile.

Comme les Bourguignons disposaient des possessions du duc de Bourgogne en plus d’avoir eu l'appui des Lorrains, ils furent très influents à Paris. De ce fait, lorsque les nobles d’Armagnac furent éjectés de la capitale par les civils, le roi d'Angleterre Henri V en profite pour attaquer la France.

Le duc de Bourgogne le laissa faire et proposa une alliance avec le roi d’Angleterre qui accepta l’offre, lui fournissant ainsi des ressources militaires des plus avantageuses.

Ce fut donc la veille de cette bataille sous une pluie battante que galopait une troupe de soldats mercenaires (tous) recrutés sur le tas par des amis du Duc d’Orléans (qui fut entre-temps capturé par les Anglais et emprisonné à. Londres) et son cousin le Dauphin Charles VII, afin de faire assassiner Jean sans peur.

Parmi cette troupe, s’y trouvait le jeune Étienne de Vignolles accompagné de ses trois frères (Renaud, Pierre-Arnaud et Madoc de Vignolles). Étienne n’était encore que le soldat farouche d’une troupe de mercenaires qui était en train de se railler aux forces de Charles VII pour tenter de reprendre la capitale. Toutefois, Étienne et ses frères furent assignés à une autre mission, celle de l’assassinat de Jean sans peur.

Étienne était un jeune bagarreur impétueux et selon ses recruteurs, un peu trop téméraires à leur goût, mais comme l’infiltration au sein de la capitale demandait des hommes capables du pire comme du meilleur à cause de la révolte des Cabochiens, la situation allait finalement lui donner raison.

En effet, alors que le plus gros de la troupe des mercenaires embauchés était encore en train de chercher à faire tomber les barricades situées à l’entrée de paris, le capitaine chargé de superviser les mercenaires enrôlés ordonna à Étienne de Vignoles et à ses frères de trouver une solution pour atteindre le commanditaire de l’assassinat de Louis d’Orléans.

De ce fait, nos quatre mercenaires venaient de s’embarquer dans une sale besogne d'assassinat donc ils profitèrent des dommages causés par les catapultes pour infiltrer Paris en pleine nuit en se faufilant au travers des égouts de la ville via une bouche  d’évacuation des eaux usées, dont la grille extérieure avait sauté à cause d’un des nombreux  jet de pierres catapulté sur les murs de la ville durant la journée du premier assaut.

Bien que la tentative de reprendre la capitale fût un échec total après trois jours et deux nuits de sièges, La Hire et ses frères parvinrent tout de même à assassiner Jean sans peur, avant de regagner le camp de Charles VII avec la tête de l’homme à abattre.

Voyant le courage de cet homme et de ses frères ainsi que leur efficacité remarquable, il proposa de les intégrer dans les rangs officiels de ses armées personnelles et de les adouber chevalier.

Voyant enfin une occasion pour eux de pouvoir obtenir un endroit décent pour leur tombe et de rentrer ainsi dans les hauts rangs militaires de la noblesse, Étienne et ses frères, accepta la proposition du dauphin qui les adouba et fit d'eux des chevaliers et capitaines de ses troupes armées.

Année 1419 : La prise et reprise du château de Coucy

Il s’était désormais écoulé environ une année entière depuis qu'Étienne et ses frères devinrent officiellement des chevaliers à la solde du Dauphin Charles VII. Un beau jour, le dauphin, présenta à La Hire un autre capitaine de son armée, le capitaine Pierre de Xaintrailles qui devrait épauler Étienne pour la mission suivante : assiéger et prendre le château de Coucy aux mains des Bourguignons.

La bataille ne fut pas simple pour arriver à prendre Coucy aux Bourguignons qui opposaient beaucoup de résistances aux troupes de Charles VII. Cependant, Étienne et Pierre parvinrent à induire l’ennemie en erreur en parvenant à faire infiltrer quelques-uns de leurs hommes dans l’enceinte de la ville après les avoir déguisés en commerçant de routes lors de la veille de la bataille.

Le plan était simple : la ville de Coucy étant un village réparti en trois zones d'habitation isolé entre elles par des murs et relié uniquement par des passerelles sur lesquelles étaient disposées trois grilles de sécurité pouvant ainsi permettre à la population d’être évacuée jusqu’à l'enceinte, il fallait donc faire entrer des hommes en toutes discrétions de manière à pouvoir aller chercher le gibier terré bien au chaud dans son château en s'y faisant "inviter" par les gardes et les civils.

La stratégie était risquée certes, mais se révéla payante au bout du compte. Car au bout de 15 journées de sièges entier, les Bourguignons furent contraints de regrouper tous les civils jusqu’à la cour intérieur du château et c’est à ce moment-là, en pleine nuit, que les hommes d'Étienne tuèrent les gardes et levèrent les grilles, ce qui permit aux troupes de Charles VII de passer le dernier rempart fortifié sans subir trop de pertes inutiles.

Finalement, après trois journées d'assauts répétés, le château de Coucy finit par tomber entre les mains des hommes de Charles VII sous la directive d’Étienne de Vignolles.

Toutefois, en raison d’une romance des plus rocambolesques entre l’une des servantes du château et l'un des prisonniers de guerre que son ami Pierre avait enfermés dans les geôles situées dans l'arrière-cour de la caserne militaire du village. Pour le libérer, elle avertit-les bourguignons et les Anglais en leur disant  de se tenir prêts, avant d’aller voler les clés d’accès aux égouts de la ville que la Hire gardait dans sa chambre, alors que ce dernier fessait sa toilette.

Averti par les bruits de l'assaut après que la servante est parvenue à ouvrir une voie d'accès aux Anglais, Étienne avait alors commencé à repousser les assaillants en contre-attaquant tout seul après avoir vu son ami et son frère se faire tuer sous ses yeux.

En raison du surnombre imposant, Étienne fut forcé de battre en retraite à cause du surnombre interminable auquel il fessait face, il fit égorger ses prisonniers après avoir massacré un bon nombre de soldats anglais qui avait tenté de les libérer.

C’était au cours de ce massacre mené par la fureur vengeresse d’un seul homme que les armées de Charles VII découvrirent leur champion, ce fut par cette lourde perte au prix de la récupération de Coucy que les Anglais trouvèrent celui qui allait devenir leur messie, alors que la plupart des soldats anglais et bourguignons les moins croyants le considéraient comme le « franc boucher » des champs de bataille avec qui il ne fallait pas croiser le fer. Ce fut depuis ce jour-ci que les plus catholiques d’entre eux le surnommèrent « Ira-deï », « le courroux de Dieu ».

Ce fut de cette crainte anglicane que les hommes d'Étienne surnommèrent leurs capitaines « La hire ». Peu de temps après cette bataille à la victoire amère pour le champion du roi, Étienne de Vignolles croisa la route du frère de son défunt ami Pierre de Xaintrailles : Jean Proton de Xaintrailles avec qui il allait désormais coopérer sur les champs de bataille sous l’étendard du dauphin.

De ce fait, Lire traversa par la suite de nombreux champs de bataille sans jamais reculer ni douter jusqu'en 1423 (en même temps risquer sa peau volontairement sur les chants de guerre aussi longtemps déjà, il faut vraiment en vouloir).

Quelques temps après ces événements, Charles VII envoya son champion dans les campagnes du Luxembourg pour ravager entièrement l’Alsace sur ordre du roi afin de protéger le domaine chrétien placé sous la tutelle du pape Eugène VI, avant de poursuivre sa campagne dans le Mans 2 ans plus tard.


Année 1425 : Confrontation continue de Mans à Orléans

Ce fut en1425, qu'Étienne allait se retrouver confronté face à une vraie teigne anglicane d'Henri V : John Talbot qui sera son adversaire le plus, retord en matière de batailles stratégiques. En effet, le champion de Charles VII l’avait affronté à deux reprises…

Tous deux s’étant clôturés par une défaite des écorcheurs contre les troupes anglaises du plus fin des stratèges de guerre du roi Henry IV qui soit. La première fut dans la forêt de Change située à l’est de la ville du Mans.

Donc autant vous dire qu’il y avait là un champ de bataille à végétation très dense. L’enjeu était le suivant : la première armée à avoir trouvé le meilleur point stratégique à gagner la bataille. Cependant, contre toute attente de la part d’Étienne, il fut trompé par un espion ennemi qui avait intégré les écorcheurs, afin que Talbot puisse les avoirs à l’œil et les doubler dans la prise des collines que visait La hire pour y poster ses Archers.

La seconde fut lors d’une course à l’armement en Normandie dans laquelle La hire devait assurer la récupération d’un site minier pouvant confier des ressources en métaux indispensables pour l’armement de Charles VII. Toutefois, John Talbot les avait doublés en pactisant avec le duc de la ville minière concernée.

Ce fut donc au final qu'Étienne de Vignolles avait décidé de régler ses comptes avec lui durant la bataille pour la défense d’Orléans auquel il allait participer activement à la résistance du siège anglais sur la ville. Ce fut d’ailleurs ce jour-là (lors de la veille de la bataille d'Orléans) qu'Étienne allait rencontrer celle qui allait lui apprendre ce qu’était la patience, la tolérance et bien sûr la foi (mais pas au point d’arriver à en changer son vocabulaire grossier…).

Cependant, en raison de son expérience personnelle de la guerre, selon lui, une jeune femme venue de Lorraine qui savait seulement se servir d’une épée, avec pour seule expérience militaire les paroles d’une soi-disant voix angélique qu’elle seule pouvait entendre revenaient à rendre l’issue de la bataille incertaine, pouvant se montrer autant susceptible de diviser les troupes entre ceux qui croyaient en la prophétie et ceux qui n’acceptaient pas l’idée  que de démoraliser les civils fanatisés qui était recruté en vitesse grand v et formé sur le tas si elle venait à tomber au combat.

Pour ce qui était de son opinion personnelle sur Jeanne d’Arc et bien au début, il voyait la jeune sainte comme une jeune femme parmi tant d'autres : c’est-à-dire une vierge tout juste bonne à être dépucelée par les Anglais si elle se faisait capturer par ces derniers, mais quand elle commença ont donné des instructions des plus osés, mais pas nécessairement des plus insensés pour des hommes d’action tels que lui et les membres de ses troupes personnelles, il commença peu à peu à voir Jeanne d’Arc comme étant une « bonne femme avec une paire de couilles aussi grosse que sa poitrine ».

C’est donc la veille de la bataille que La hire et ses hommes escortèrent la pucelle dans la prise des tours postés autour de la ville. Cependant, au moment de l’attaque, La hire constata que le moral des autres capitaines était des plus défaitistes alors que la pucelle quant à elle fondit droit dans le champ de bataille avec son étendard à la main.

De plus en plus impressionné par la jeune sainte qui se tenait devant lui, La Hire hurla à l’assaut d’un ton qui haussa le moral de ses hommes qui d’un cri de guerre poussé à l’unisson suivirent Jeanne et Étienne au cours des premières lignes de front et il ne fallut pas longtemps pour Gilles de Rai de parvenir à convaincre les autres capitaines et leurs troupes de suivre la marche menée par ces deux-là.

La victoire était de plus en plus assurée par les Français qui malgré leurs effectifs réduisent, commencèrent à démoraliser les Anglais complètement dépassés par la force morale des troupes. Cependant, Étienne et Gilles furent obligés de sonner temporairement la retraite après que Jeanne se prie un carreau d’arbalète dans la poitrine sur les ordres de John Talbot qui pensait qu’en éliminant la pucelle, cela suffirait à détruire le moral de ses troupes comme le redoutait si bien La Hire.

C’était là une très grosse erreur de calcul de sa part, car « dieu » était aux côtés de Jeanne qui réalisa le premier des trois miracles que cette dernière avait promis au futur roi de France : la guérison et la remise sur pied instantané de la pucelle prête à repartir à la charge. Devant ce prodige et cette fougue, La hire considéra rapidement Jeanne comme étant une véritable « sœur d’arme » qui n’avait pas froid aux yeux.

Suite à la prise des bastilles postées au nord et au sud d’Orléans, Jeanne, La Hire, Gilles et tous leurs compagnons prirent d’assaut la forteresse principale pour au final en libérer les prisonniers de guerre et réaliser ainsi un autre miracle annoncé par la pucelle : la fuite des Anglais devant la détermination des troupes françaises la veille de l’assaut final, puis comme promit la venue du troisième et dernier miracle : la libération de la ville d'Orléans elle-même.

Ce fut ainsi que depuis ce jour-là en Étienne naquit une foi certaine faisant naître sa célèbre prière qu’il fessait avant chaque bataille disant « ! mon seigneur fait pour La Hire ce que La Hire ferait pour Dieu si tu étais La hire et La hire serait dieu ».

La bataille fut gagnée, mais il restait encore beaucoup à faire. C’est donc ainsi que durant la période de la reconstruction des dommages infligés à la cité d’Orléans que Charles VII convoqua Jeanne et tous ces capitaines et généraux de guerre pour mener une nouvelle campagne : la marche de son couronnement à Reims en passant au travers des lignes ennemies…


Année 1428 : Le sacre du Roi

C’était ainsi que durant un premier temps, La Hire avec le soutien de tous ces hommes continua bravement à suivre et à assister la pucelle et Gilles de Rai dans leur campagne, notamment lors de la bataille de pâté lors de laquelle ces trois-là renversèrent le fer de lance des Anglais avant même que ces derniers puissent avoir le temps de réagir. Cette défaite à pâté fut pour les anglais ce qu'Azakour avait jadis coûté aux Français.

Peu de temps après une réunion militaire visant à planifier l'escorte du dauphin jusqu'à l’abbé de Reims, La hire et Gilles consultèrent Jeanne qui médita pendant toute une nuit à l’écoute de chaque murmure que lui soufflait l’archange.

C’est ainsi que l’on organisa une troupe d’escortes réduite afin de ne pas attirer l’attention des Bourguignons, ce qui permit à La Hire, Jeanne et leurs compagnons de mener le roi à bon port tout en rapportant certaines villes et villages qui se trouvaient sur leur chemin tel que la cité de Troyes sous la coupe de Charles VII et du camp des Français.

La marche et la campagne menée en territoire ennemi étaient longues et sinueuses, mais grâce à Jeanne et l’appui que lui louèrent les capitaines de l'escorte dont principalement Étienne et Gille, le dauphin devint le nouveau roi de France et commença à organiser la récupération des territoires du pays encore annexé par les Anglais.

Cependant, les événements qui allaient suivre allaient marquer l’un des dénouements les plus tragiques de l’histoire, notamment chez les fidèles de Jeanne et du roi Charles VII en plus de faire également basculer les destins de La hire et de Gille de rai…


1430 : La mort d’une sainte, la vengeance d’un homme

Quelques mois seulement avaient passé et Étienne participait déjà à l’organisation d’une campagne militaire visant la libération de Paris, un coursier lui fit parvenir un message de toute urgence de son ami Gilles de Rai, lui annonçant la capture de Jeanne d’Arc aux mains des Bourguignons à Compiègne, avant d’être vendu aux Anglais par Jean de Luxembourg, comte de Ligny, pour la somme de dix mille livres.

Comprenant la gravité de la situation dans laquelle se trouvait la pucelle, La hire et ses compagnons demandèrent un entretien d’urgence auprès de son roi pour lui demander de verser une prime de libération pour les Anglais en échange de la vie de Jeanne.

Cependant, comme Charles VII était encore un jeune roi et que ses conseillers étaient contre la demande de La Hire et des autres frères d’armes de la pucelle, la demande du champion de pouvoir s’entretenir avec son roi n’avait pas abouti et la pucelle fut alors jugée pour hérésie et condamnée au bûcher.

Ayant appris qu’elle allait être brûlée vive à Rouen, La Hire avec Jean Poton de Xaintrailles et le Tabar d’Orléans planifia une véritable opération commando en lignes ennemies afin de tenter de la sauver Jeanne d’Arc.

Ils parvinrent à rejoindre Gille de Rai qui était déjà sur place, mais comme celui-ci fut trahi par des habitants de la ville, l’opération fut un véritable échec et La Hire fini par être capturé en parvenant à couvrir la fuite de ses hommes et de ses camarades pour au final se retrouver enfermé dans la prison de Douban où il endura tortures et traitement dans une souffrance physique et morale au-delà de tout ce que l’on peut imaginer.

Deux années à lutter avec une volonté de fer, à devoir encaisser de façon quasi continue d'implacables tortures où le temps n’existait plus, seul, dans son cachot demeuré la douleur que ses tortionnaires lui infligé à longueur de journée et la naissance d’une haine profonde et irascible envers ces Anglais et ces Bourguignons qui l’avaient conduit dans cet enfer après avoir envoyé Jeanne d’Arc à la potence.

Un beau jour, Étienne vit une occasion en or de s’échapper de sa prison en profitant de l’ivresse mal placée de l’un de ces Geôliers du nom de Martien, le pieux. Rapidement, il le tua, prit sa tenue et mit le feu à la prison de Douban avant de s’évader. Ainsi, libre, était-il au sens propre, mais prisonnier, il restait au sens figuré à cause d'une rage insondable.

La Hire était désormais plus que prêt à reprendre les armes, non pas cette fois-ci pour une question de devoir, ni idéal, mais de vengeance, une vengeance qui par le sang versé de la pucelle et des pleurs de ses fidèles au nom de celle-ci criait au plus profond de lui le mot « justice » …



1433 : Écorcheur pour Vendetta, Chevalier pour le Roi


Libre depuis peu mais déterminer à venger le nom de la pucelle et de poursuivre le combat de celle-ci, La hire fut nommé capitaine à Beauvais et parti virer les Anglais hors de la Lorraine (la région native de la pucelle), puis deux ans plus tard, en 1435, à la bataille de Gerber, il coinça et terrassa en bataille rangée le comte d'Arundel qu’il tua à coups de hallebarde dans le crâne.

Il parvient également à reprendre le nord de la Seine et à battre John Talbot avec l’assistance de Jean Poton de Xaintrailles, obligeant alors le tacticien d'Henri V de sonner la retraite lors d’une campagne à Rouen après que l'ire ravagea des villages anglo Bourguignons situés aux alentours de Paris 8 mois plus tôt tua chaque homme, femmes et enfants qui refusaient de s'agenouiller devant Charles VII, le "vrai roi".

Pour tous ces faits, Étienne fut promu général de Normandie par Charles VII en 1438. Cependant, Étienne refusa ce titre et à la place, il fit une demande à son roi : ordonner la révision du procès de Jeanne d’Arc une fois la guerre contre les Anglais sera remporté.

Par la suite, il épousa une certaine Marguerite de Droisy et devint duc de Montmorillon avant de reprendre les campagnes contre les Anglais l’année suivante au cours duquel il survécut à la chute d’une cheminée d’un bâtiment à moitié en ruine dans un village situé en Picardie.

C’est peu de temps après cet événement que vint la bataille de Montauban. Les premières lignes de l’armée française ayant été mal préparées, il fallut donc exécuter une manœuvre tactique consistant à simuler une manœuvre de retraite, afin de lancer un second assaut sur les flancs latéraux des lignes de fronts ennemies.

Ce coup immédiat (tenté si bien qu'il fonctionne) permettrait d’assurer la victoire, mais au prix de nombreuses pertes faute de s’exposer facilement aux catapultes ennemies.

Étienne et ses hommes n’avaient guère le choix, la bataille était bien trop importante pour en accepter la défaite, car elle permettrait à Charles VII de pouvoir placer les Anglais dans leur dernier retranchement.

Cependant, La hire et ses hommes chargèrent les troupes ennemies à revers comme convenu et parvinrent à prendre les catapultes grâce à un tour de force kamikaze en se jetant volontairement dans les lignes ennemies les mieux armées et préparées déciment ainsi la quasi-totalité du régiment d’Étienne qui venait de transformer cette bataille en un véritable carnage suicidaire.

La hire et ses hommes étaient-ils conscients de ce danger me diriez-vous ? La réponse était oui, mais ce qu'il faut savoir, c'est que dans sa guérilla anti anglaise, La hire avait pris "grand soin" d'intégrer dans sa troupe et cela majoritairement des hommes et même des femmes partageant sa soif de justice à vouloir laver le nom de la pucelle.

Chacun d'entre eux avait lutté avec ce feu que leur avait légué Jeanne d'Arc, le jour de sa mort, chacun d'entre eux possédait une foi patriotique plus grande que la soif de pouvoir de Henri V et chacun d'entre eux tous sous les ordres de La hire avait combattu leur opposant sans craindre la mort dans cet assaut sans retour.

Au final, Étienne de Vignolles s'éteignit à son tour, le 11 janvier 1441, suite à la victoire des Français à la bataille de Montauban en raison d'une peste qui s'était abattue sur le village où résidait son domaine.

Il sera ensuite inhumé à Montmorillon funérailles auxquelles le roi Charles VII assista et comme promis à son champion annonça à sa femme son ordre immédiat de la révision du procès de Jeanne d’Arc, quelques mois après la victoire totale des Français sur les Anglais...


[/i]

A PROPOS DE VOUS


Âge : 27 ans
Expérience RP : 3 ans
Les animes/jeux Fate que vous connaissez : Fate/Grand Order, Mahoutsukai no Yoru, Fate/Extellia, Fate/Stay Night, Fate/Zero et autre...
Comment avez-vous connu le forum ? : le hasard
Quelque chose à ajouter ? : Nope rien de plus à ajouter osef" alt="osef" title="osef">
The Knight Avenger
avatar
Nombre de messages : 138
Master de : ???
Date d'inscription : 21/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 25 Juil - 16:53
désolé d'avoir tant trainé, mais au moins c'est fait ^^
The Knight Avenger
avatar
Nombre de messages : 138
Master de : ???
Date d'inscription : 21/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 1 Aoû - 23:10
*clap clap clap*

une belle refonte, plutôt présente. La remise va etre courte:

Premiers jets de stats:

Force: D
Endurance : B
Agi: D
Magie: E
Luck: C

Equipements: le nom de claymore est écossais, mais épée a double main/espadon, je saisi le concept.
RAS.

Skills et Noble Phantasm:

Rien à y redire, on en avait déja discuté à coté, et les skills en soit me vont, a deux nuances prêt.

Robust Health t'accorde un rang en plus en Endurance en passif, ainsi qu'une résistance à tout ce qui est poisons et encaissement. Dans ton cas avec ce rang, cela sert principalement à monter ton endurance rang B.

En effet, cela t'aurai fait du Force D Endurance C et agi D, mais il ya  deux raisons à cela. la première, la réputation de La Hire n'est pas au beau fixe avec un mad de bas rang et un Noble Phantasm qui compense énormément, car tes rangs monteront avec ton Noble Phantasm.

Aussi, je lui mettrais trois créneaux, chacun incarnant un rang supérieur du Mad Enhancement. (tu terminerais avec du A partout au final)
Je laisserais toutefois le rouge décider desdits créneaux et de ton niveau de régénération.


Physique et Mentale: ce n'est pas un enfant de coeur, ca se fait, fléau divin toussa, nickel.

Histoire: on ressent un relachement au niveau de l’orthographe qui fait parfois mal aux yeux ( chaque un au lieu de chacun par exemple), une petite correction ne serait pas de refus.


En globalité: dit-moi si ca te va en terme de créneau pour le NP, modifie Robust Health, corrige l'histoire, et je te donne ta première validation avec plaisir
Yeah
avatar
Nombre de messages : 258
Master de : Mordred
Date d'inscription : 17/04/2012
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Aoû - 8:28
Voilà c'est fait, du coup je me suis relu en m'aidant de SCRIBENS (en espérant avoirs repéré toutes les fautes d'orthographes) et pris en compte tes autres demandes de correctifs.

Juste un truc pour être précis concernant mon NP, j'ai préféré faire un créneaux pour chaque état de santé plutôt que d'en faire trois comme tu m'as demandé (désolé je sais que ça peu paraître un peu exagérer mais c'est) dans le but que cela soit plus simple pour moi de gérer l'état de rage de Etienne en RP.

Du coup, j'ai fais un barème de la Hausse des statistique pour que cela soit plus clair pour les "ajustements" après avoir relu les MAJ et le système du forum ^^
The Knight Avenger
avatar
Nombre de messages : 138
Master de : ???
Date d'inscription : 21/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mer 2 Aoû - 13:40
Ca me va

Première Validation faite
avatar
Nombre de messages : 258
Master de : Mordred
Date d'inscription : 17/04/2012
Voir le profil de l'utilisateur



Revenir en haut Aller en bas
Sam 5 Aoû - 22:07
C'est parti pour le second passage qui sera rapide.

Stats < ok

Capa de classe, équipement, pouvoirs < ok sauf pour Robust heal : le pouvoir étant de rang C, la résistance aux poisons (il faut un rang A pour être immunisé contre tous les poisons) et la capacité à encaisser seront elles aussi au rang C

NP < rang B, permet de récupérer 1 état de santé tous les 3 tours. Concernant, les créneaux que tu proposes, je n'y vois pas d'inconvénient

Physique < ok, on s'imagine bien le gaillard

Caractère < on cerne bien le perso ( Super Saiyan )

Histoire < complète et exacte

Langue et orthographe < si il reste très peu de fautes d'orthographe après ta relecture, il reste quand même des erreurs concernant les tournures de phrase. Par exemple, certaines n'ont pas de sujet (Don l’objectif était de lutter contre le duc de Bourgogne et ses partisans qui avaient désormais la main prise sur les commerçants de la région suite à l’assassinat de Louis et à la rébellion des Parisiens contre les Armaniacs) et d'autres font carrément un paragraphe (le 5ème de l'an 1425 par exemple). Si certaines sont fortuites et secondaires, d'autres nuisent à la compréhension du texte.


Voilà voilà, plus qu'à modifier les points techniques et à corriger un peu la grammaire de l'histoire et ce sera bon Victory
Magic Hacker
avatar
Nombre de messages : 452
Master de : Tamamo-no-mae
Date d'inscription : 24/04/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 6 Aoû - 23:20
bon j'ai tout relu, recorriger et modifié les skill et le NP comme convenu, deuxième contrôle s'il vous plaît!! Yatta
The Knight Avenger
avatar
Nombre de messages : 138
Master de : ???
Date d'inscription : 21/11/2012
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Aoû - 19:22
Après ce deuxième contrôle, le résultat est sans appel : deuxième validation accordée Certif

Amuse toi bien Yay
Magic Hacker
avatar
Nombre de messages : 452
Master de : Tamamo-no-mae
Date d'inscription : 24/04/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Fate Stay Night RPG :: Avant de débuter :: Présentations :: Servants validés