Votez sur les tops !






Wanted


Derniers Sujets

OST



Black Out

Fate Stay Night RPG
Forum RPG 16+ - Fate Zero - Fate/stay night - Tsukihime - Nasuverse
Fantasy - Fantastique - SF - Magie - Mangas
Le forum fête ses 10 ans ! Bon anniversaire FSN RPG !
Le forum recherche en priorité des Masters et les prédéfinis.
[Event] Les ombres de Kyoto : tous les détails ici

Mad Dog Maddie [DC Wing Chun]

 :: Avant de débuter :: Présentations :: Masters validés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 24 Juil - 14:30

MADDISON WALLACE YARHI

Age : 168 ans
Nationalité : 'muricaine, Israélienne
Organisation : N/A
Fonction : Chasseuse



M4 SOPMOD II - Girls Frontline

CARACTÉRISTIQUES

Type : Surnatural
Classe : Dead Apostle Magus
Alignement : Chaotique Neutre

Statistiques :
STR : C
END : C
AGI : A
MAG : C
LCK : B



CAPACITÉ(S) DE CLASSE

Ghoulish Blood [Rang B]
Permet à un Dead Apostle de mordre un individu pendant un tour et de récupérer. Si la morsure dure jusqu’à la mort de la cible elle est transformée en DA, goule ou zombie (sauf servants). De plus il bénéficie en combat d’une régénération.
=> Rang B : restaure de 2 états de santé tous les tours.

Elemental Mastery
Maîtrise d’un ou plusieurs éléments. Confère les sorts Workshop, Memory Erasure et Safe Zone (non-inclus dans le nombre maximal de sort du personnage) si le mage a eu une instruction minimale en magie (cf sorts pour leurs descriptions).


EQUIPEMENT


Maddie desu !

Jagged Claw [Mystic Code - Rang A]
Jagged Clawla Griffe Déchiquetée, est le Mystic Code qui remplace le bras gauche perdu de Maddison. Cet objet étrange à l’apparence inquiétante est composé de dizaines d’éclats sombres et polis comme des pièces de métal. Ces pièces sont solides et leurs arêtes peuvent devenir extrêmement affûtées et sont également capables de rentrer en contact avec des corps immatériels comme des spectres et de les affecter. Elles s’articulent entre elles selon un mécanisme fortement semblable à la magnétique mais sont contrôlées par Maddison comme s’il s’agissait d’un véritable membre. Leur composition est inconnue, mais la capacité d’assimilation organiques de Dead Apostle pourrait déjà donner un début de réponse quant à la véritable nature du matériau.

Si ces éclats sont d’ordinaire disposés sous la forme d’un bras et d’une main par souci de commodité, leur intérêt principal repose dans le fait qu’ils peuvent être déployés. Même éloignés de plusieurs mètres de Maddison, les pièces peuvent se mouvoir avec le vitesse et la précision d’un doigt. S’agissant d’une extension même de son corps, celui lui permet d’effectuer des actions précises sur une certaine distance en gardant ses mains libre, d’avoir à sa disposition des projectiles rapides ou encore simplement d’étendre la portée de sa main gauche.

=> Jagged Claw dispose d’une action par tour. Cette action permet d’effectuer une action précise pouvant être réalisée avec un ou plusieurs doigts. La portée maximale des éclats est de Rang x10 mètres (E=10 à A=50). La vitesse, la dureté et la température des éclats est adaptable, ceux-ci peuvent entrer en contact avec les corps immatériels et causer des dommages augmentés de Rang A. Le coût en mana est dérisoire s’agissant de mouvements qui demandent un effort humain (saisir un objet, agripper, s’accrocher…), mais si l’utilisation très intensive en vitesse ou en puissance (soit au-délà de ses limites naturelles), le coût est de l’ordre de Rang mana/action.

M4* SOPMOD Block II [Arme de guerre : Fusil d’assaut]
Le M4A1 est une variante plus courte et plus légère du fusil d’assaut M16A1, de calibre 5.56 × 45 mm OTAN. Il dispose d’un canon de 370 mm et de matériel télescopable. Ce modèle est très largement utilisé par les forces fédérales de l’armée américaine et remplace aujourd’hui les M16 vieillissants de l’armée régulière et des Marines, s’imposant comme l’arme d’infanterie par excellence. Ce modèle utilisé en particulier a reçu des modifications lui permettant, avec quelques réglages, d’utiliser le calibre 7,62 × 51 mm OTAN.

L’USSOCOM (U.S. Special Operations Command) a lancé le développement du kit Block I du SOPMOD (Special Operations Peculiar Modification) pour les unités sous sa juridiction dans un premier temps. Il était destiné à uniformiser les armes et accessoires employés parmi les forces spéciales américaines. Il consiste en un SOPMOD Accessory Kit fourni pour les fusils M4A1 comprenant une vaste gamme d'accessoires standardisés idéalement adaptés aux besoins rencontrés lors des opérations spéciales. Ces modifications du M4A1 ont pour but d'augmenter la létalité et la survivabilité des opérateurs des forces spéciales en améliorant des points particuliers de l'arme comme l'acquisition de la cible, la discrétion du tir ou la puissance de feu.

Ainsi, on y trouve, en plus de l’arme, un garde main RIS (Rail Interface System), développé par Knight's Armament Company ; un lance-grenade court M203 rapidement détachable et ses organes de visée ; un silencieux et pare-flamme KAC ; un viseur KAC ; divers lunettes et dispositifs de vision infrarouge Trijicon ; des lasers de visée Trijicon et AN/PEQ-5 CVL avec plusieurs modèles de pointeurs ; un viseur nocturne AN/PVS-17 MNVS ; un couteau tactique ; une série de torches ; etc…La seconde génération SOPMOD, le Block II, a agrémenté le kit de matériels optiques plus performants, comme des protections anti-reflets et anti-lasers, les systèmes ECOS d’aide à la visée, ainsi que les CNVD (vision thermique et intensification d’image), une série de silencieux ou encore une amélioration significative du lance-grenade M203 permettant un chargement plus rapide des modèles 40 x 46 mm évolués de grenades utilisées.

Hoodie d’intervention spéciale [Armure légère]
Une tenue tactique sombre et résistante permettant de fondre aisément dans l’obscurité, idéale pour les opérations discrètes. Elle se compose principalement d’un juste au corps recouvrant le tronc qui descend sous la taille, constitué de lamelles souples entrelacées tombant sur les cuisses. Celles-ci offrent une très bonne protection et ne gênent que très peu les mouvements. Il est complété d’un survêtement imperméable doté d’une capuche. Le matériau utilisés dans la composition de la tenue est un mélange de fibres de carbone, de kevlar et de céramique répartis de manière à gêner le moins possible le porteur, tout en lui offrant une protection militaire efficace. Les jambes sont recouvertes d’un composé de carbone souple et fin isolant, léger afin d’éviter d’alourdir les déplacements. Les bottes enfin sont faites dans le même matériau imperméable que le haut et possèdent une semelle souple antidérapante très efficace pour amortir les chocs. La tenue est accompagnée de plusieurs sacoches et emplacements pour accueillir les magasins de munition, accessoires et grenades, ainsi qu’un unique gant de protection porté à la main droite. Gant qui s’avère également très pratique pour coller des beignes. L’ensemble est ignifugé, non conducteur et résistant aux brusques changements de température.

IC Operation Kit
Ensemble de communication et d’information tactique. Il se compose d’un boîtier autonome capable de gérer un grand nombre de fréquences sur un large spectre. Ce casque permet une captation claire des sons et de la voix et sert également d’antenne veilleuse. Il est relié à un boîtier digital enregistrant les transmissions qui dispose également de son propre système d’émission-réception crypté en cas de besoin. Petit bonus : le casque est conçu de manière amoindrir les sons puissants, comme les détonations.

Masque respiratoire ARF-ARI
Une masque à gaz filtrant les particules fines. Dispose de plusieurs recharges transportables et offre également la possibilité d’y installer des bouteilles d’oxygène de petite capacité. Le dispositif ne couvre normalement que les voies respiratoires, mais il est possible d’y ajouter une visière amovible étanche recouvrant l’ensemble du visage.

“MAW”
Un simple foulard noir très résistant porté au cou ou sur le visage. Il est orné d’un étrange dessin blanc rappelant vaguement la forme d’une mâchoire ou un sourire stylisé.


SORTS

Workshop [Rang C]
Permet de créer un Atelier (1 seul à la fois). Il s’agit d’une zone à part, plongée dans l’obscurité et protégée. Une tanière pour le Dead Apostle. Seuls peuvent y entrer ceux qui y sont en général invités, car il est très difficile de la trouver et de l’envahir. Les humains l’évitent naturellement, et les non-magi sont incapables de la découvrir.

Memory Erasure [Rang C]
Efface les souvenirs des dernières minutes d’un personnage non-magus.

Safe Zone [Rang C]
Dresse un Boundary Field de 150 mètres + MAG x 10 mètres (E=1 à A=5) qui éloigne les non-magi.

Fehu [Rune - Offensif]
Rune de la richesse et du feu primordial, qui permet de créer un feu destructeur et purificateur.
=> Permet de déclencher un feu.

Uruz [Rune - Soutien]
Rune de la force et de la puissance physique, qui permet d'augmenter considérablement la puissance d'attaque.
=> Bonus de dégâts.

Thurisaz [Rune - Défensif]
Rune du géant et de l'épine, qui permet d'augmenter la résistance aux attaques physique.
=> Procure une protection contre les attaques physiques.

Ansuz [Rune - Soutien]
Rune de la communication et de l'accroissement active ou passive des énergies magiques, qui permet, par exemple, de transformer une braise en un feu.
=> Augmente la durée d'un sort de la durée de la rune.

Raidho [Rune - Soutien]
Rune du voyage, qui permet d'acquérir une vitesse surhumaine.
=> Accroît les esquives et la course.

Kenaz [Rune - Soutien]
Rune de la vision et de l'inspiration, qui permet d'améliorer considérablement la vision.
=> Permet de voir quatre fois plus loin que la normale.

Jeran [Rune - Soutien]
Rune du changement, qui permet d’éviter une immobilisation.
=> Dissipe un sort de restriction ou immobilisation du rang de la rune ou moins.

Berkana [Rune - Soutien]
Rune de la dissimulation et de la fertilité, qui permet de suivre et de traquer une cible.
=> Permet de retrouver une cible dans un rayon de MAGx20 mètres, où qu'elle se trouve tant que celle-ci ne se dissimule pas sous un Boundary Field de rang supérieur à la rune ou sous une capacité du style Presence Concealement. Cesse de fonctionner au bout de 1 heure.

Inguz [Rune - Soutien]
Rune de la concentration, permet d'augmenter l'acuité des sens.
=> Améliore temporairement les 5 sens.

Dagaz [Rune - Soutien]
Rune du jour, qui permet de voir dans le noir.
=> Donne une vision nocturne à la cible.


POUVOIRS

Mystic Eyes of Enchantment [Rang C]
Deux joyaux rougeoyant sur un visage pâle. Ce sont les yeux possédés par la plupart des vampires. Ils sont capables d'un haut niveau d'hypnose.



PHYSIQUE


Fragile poupée.

Taille : 157 cm
Poids : 42 kg
Peau : Blanche
Yeux : Rouges
Cheveux : Blancs

Maddison arbore l’apparence d’une jeune femme entre quinze et dix-huit ans. Sa petite taille et son visage doux lui donnent un aspect enfantin, et les expressions spontanées qu’elle affiche avec une certaine innocence renforcent ce sentiment. Derrière la frange de longs cheveux clairs qui tombe sur son front, on peut apercevoir l’éclat de deux iris rougeoyants dont la couleur carmine rappelle la mèche qui tombe le long de sa joue droite, et il est rare de voir son sourire candide quitter son visage. Quant au reste de son corps, du fait de sa peau blanche légèrement rosée et de sa carrure fine aux formes douces, on serait davantage tenté de le croire issu du travail de mains expertes d’un artisan plutôt que d’un simple être humain. Ou de ce qui fut jadis un simple être humain.

Mais lorsque ses yeux se font dévorants et son sourire carnassier, l’illusion de la douceur apathique et insipide de cette fragile poupée se craquelle, et laisse apercevoir, dans l’obscurité des fissures qui la lézardent, l’oeil écarlate et affamé d’un bête tapie dans l’ombre.

Cet objet de porcelaine aux traits finement ciselés relèverait de la perfection si malheureusement ce corps de poupée ne souffrait pas d’une rature grossière. En effet, comme s’il avait été brisé juste au-dessus de son coude, son bras gauche est manquant. En lieu et place de ce membre gracile on ne trouve plus qu’un moignon dont la cicatrice horrible témoigne de la violence de la perte, comme si ce bras magnifique lui avait été sauvagement arraché. Et pour en combler l’absence, c’est une prothèse de métal gris et froid, aux formes anguleuses percées de nombreuses cavités aux arêtes incisives, qui orne froidement l’extrémité cette douce épaule. Une pièce dissonante qui brise l’harmonie de ce corps d’albâtre, et dont la froideur mécanique laisse échapper quelque chose d’inquiétant.

À ce propos, Maddison a tendance à toujours porter des vêtement sombres et des hauts larges aux grandes manches, plus pratiques pour masquer sa main mécanique aux yeux du commun des curieux. Elle ne la laisse que rarement à découvert lorsqu’elle est en civil et trouve toujours un moyen plus ou moins fantaisie de recouvrir son bras avec un accessoire quelconque, comme un gant long ou des lanières à sangle. Elle porte d’ailleurs souvent un brassard ou un foulard pour masquer la jonction entre la prothèse et son bras. Une précaution dont elle ne s’embarrasse pas le reste du temps.


CARACTÈRE

Maddie est une fille toujours souriante et enthousiaste. Son naturel impulsif, ses humeurs changeantes et ses mimiques soudaines et expressives font aisément passer son caractère pour celui d’une enfant un peu capricieuse, une particularité à laquelle sa voix fluette, son ton mordant et son air souvent malicieux contribuent beaucoup. Maddison n’a pas sa langue dans sa poche et sa spontanéité se révèle facilement désarmante, plus souvent du fait de son manque total de tact et de gêne que de la pertinence de son propos. Cela dit, les années ont rendu sa langue bien plus acérée qu’il ne pourrait y paraître. Une langue qu’elle n’hésite pas à utiliser pour noyer ses interlocuteurs dans le malaise et la confusion quand cela peut l’amuser. Car c’est bien cela qu’elle recherche : l’amusement.

Maddison est plutôt vivante, bonne vivante. Elle aime s’amuser et profite de tout ce qui peut croiser sa route comme d’une potentielle source de divertissement. Elle se montre le plus souvent très ouverte aux autres, agréable, souriante et accueillante, mais toujours dérangeante à sa manière. Mais faut-il encore réussir à la croiser : c’est un loup solitaire et nocturne qui prend généralement ses distances avec le commun des mortels - sauf dans les cas où elle en a décidé autrement.

Tout le monde ne supporte pas sa franchise excessive, son manque de délicatesse sociale et son attitude parfois beaucoup trop irresponsable. Mais pour peu qu’aucun de ces points ne vous pose problème, Maddison se révèle être une personne très chaleureuse et toujours pleine d’énergie, ce qui ne laisse que peu d’indices concernant la véritable nature de ses hobbies favoris. Mais ne vous méprenez pas. Derrière ses airs ingénus et enfantins, et si impulsive qu’elle soit, ce n’est plus une enfant depuis bien longtemps. Elle aussi a ses petits secrets.

De tous ses traits, c’est l’impulsivité de Maddison qui est sans doute ce qui la caractérise le plus. De la même manière que ses réflexions ont l’air sorties de nulle part, ses actions sont souvent aussi soudaines qu’inattendues. Elle qui aime par dessus tout s’amuser et s’en donner à coeur joie a en horreur ces instants d’oisiveté où il est de rigueur de s’asseoir pour réfléchir des heures durant sur un problème. Non pas qu’elle mésestime l’importance de ces moments clés - qui finissent souvent en parodie de réunion tactique quand elle ne s’endort pas en plein milieu - et elle est d’ailleurs dotée d’une surprenante capacité d’attention et d’écoute quand elle le veut bien. Mais la demoiselle a ses propres méthodes et place en elles bien plus de confiance que tous les triturages neuronaux du monde. Lorsque l’on se fie autant à son instinct et à ses capacités de perception et de réaction hors du commun, ces choses là ne ressemblent souvent à rien de plus qu’une perte de temps.

Maddison est faite pour être dans l’action. Sa rapidité d’analyse et de prise de décision hors normes lui offrent une capacité d’action et d’adaptation qui font qu’elle s’autorise cette légèreté, et c’est dans la frénésie de la chasse, l’excitation de la confrontation et l’exaltation de l’affrontement qu’elle se sent le plus libre. Le plus vivante. Comme si son être tout entier tendait vers ces seuls instants, et que dans ces seuls instants son être tout entier pouvait vibrer et se sentir enfin… vrai. La passion ne peut suffire à décrire ce qui la pousse à se jeter à corps perdu dans ces luttes. Cela tient presque plus du besoin. Peut-être ses pulsions surnaturelles jouent-elles leur part dans ce phénomène, mais qui sait si au fond il ne s’agit pas tout simplement de sa propre nature profonde. Elle s’abandonne à ce sentiment, entièrement, se noie dans cette hystérie qui la gagne. Son instinct et son expérience de chasseuse prennent le dessus. Son impulsivité se mue une tempête animale, sauvage, son espièglerie en pulsions sadiques, bestiales, sautant, arrachant, écrasant, brûlant, riant, déchirant, bondissant sans jamais s’épuiser. Elle devient une bête, un chien fou lâché sur son terrain de jeu favori. Et il devient alors difficile de croire qu’il s’agit de la même personne qui, quelques minuts plus tôt, souriait innocemment, un air candide et enfantin peint sur le visage.

Le combat a toujours été, et sera encore certainement longtemps, le moteur de la vie de Maddison. Plus qu’une addiction, cette passion qui l’anime est ce qui se rapproche le plus de sa raison de vivre. Elle ne cesse jamais de chercher plus gros gibier à chasser, plus grosse proie à traquer, agissant à la fois avec une méthode nette et une sauvagerie bestiale. Nul ne sait ce qui la pousse réellement. Une façon pour elle, peut-être, de prouver sa force ? Ou peut-être que toutes ces batailles ont un sens et un but plus profond à ses yeux ? Quoiqu’il en soit, c’est cette quête du frisson de la chasse, cette recherche du défi qui l’a amenée jusqu’à un nouveau champ de bataille, unique en son genre. Un champ de bataille auquel elle s’est invitée, comme à son habitude, sans prendre réellement la peine de toquer à la porte.


HISTOIRE


...

Qui... Qui je suis ? Moi ?

..!

Haha, c'est facile ça comme question ! C'est Maddison. Maddison... Wallace ? Mon premier Papa s'appelait comme ça. Mais ça fait longtemps que je ne l'utilise plus celui-là. C'était celui d'une autre Maddison avant moi, alors c'est normal de ne pas l'utiliser, non ? Mon nouveau nom après celui là ça a été Yarhi. Ça s'écrit ירחי, ça veut dire lune en hébreux. C'est Papa qui me l'a dit. C'est lui qui me l'a donné quand je me suis réveillée. Mais tu peux m'appeler Maddie, ça me dérange pas tu sais. Les gens m'appellent souvent comme ça, c'est plus simple. Mad Dog Maddie. C'est comme ça qu'on m'appelle maintenant. Et toi ton nom...

!..

Ah oui. Désolée, j'avais oublié, haha.

Mmh... Je n'ai pas beaucoup de souvenirs de l'endroit d'où je viens en fait. J'ai encore des images, des sons qui reviennent, quand j'y pense. Je me souviens que la petite ville où je suis née s'appelait Gettysburg. Oui, je suis née en Amérique, en Pennsylvanie. Mon Papi était danois, mais il avait décidé de changer de vie et de tenter sa chance aux États-Unis à l'époque. Maman me parlait souvent de lui quand on travaillait la thaumaturgie. Papi était parti du jour au lendemain avec des amis, dont Mamie. Elle disait toujours qu'il avait quitté la maison sur un coup de tête et que Grand-Papi ne lui avait jamais pardonné d'avoir laissé sa famille. Mais je ne les ai jamais rencontrés alors je ne peux pas te dire si c'est vrai ou pas. La lignée dont Papi était l'héritier n'était pas toute jeune et Grand-Papi comptait beaucoup sur lui pour prendre la relève, apparemment. Les runes, l'alchimie, les recherches, tout ce que Maman m'a enseigné. Alors qu'il parte d'un coup sans prévenir avec tous ses livres et le Crest de la famille pour aller vivre son rêve de l'autre côté de l'Atlantique, je comprends que Grand-Papi ait pu grincer des dents, hahaha. Mais c'est important la famille.

Je ne pense pas que Papi voulait tout arrêter et laisser sa famille derrière lui. Sinon il n'aurait pas donné toutes ses connaissances à Maman, et ne serait jamais reparti en Europe à la mort de Grand-Papi... Enfin bref, ça n'a rien à voir avec moi ça de toute façon ! C'est même plus ma famille en plus.

Pour en revenir à où je suis née... Oui, Gettysburg. Ce n'était pas le grand luxe mais je crois que j'aimais bien cette vie. Je suis née pendant l'été, mais il pleuvait. Tout le monde a toujours été très gentil avec moi là bas. J'aimais sortir, profiter du soleil, des champs, discuter avec les gens. De temps en temps j'allais aider à la ferme quand un ami de Papa - le premier hein - en avait besoin, sinon j'aidais Maman quand j'avais pas classe. Une vie toute bête, mais j'en étais contente. J'ai même eu des histoires d'amour huhuhu... Et puis il y a eu la guerre.

Je n'ai jamais trop su comment ça avait commencé, mais très vite tout le pays était parti pour s'écharper. Les États du Nord, ceux du Sud, les villes entre les deux... Je me souviens que Maman avait peur qu'il nous arrive quelque chose. La thaumaturgie, c'était le secret de notre famille. En extérieur, on était des gens comme les autres. Plusieurs fois elle a essayé de convaincre Papa de rejoindre une grande ville ou de repartir vers l'Europe, mais il a jamais voulu laisser la maison. De toute manière, il est parti juste après pour rejoindre l'armée.

Quelques semaines avant de s'en aller, quand la guerre commençait, il m'avait prise à part et m'avait tendu un fusil. Je me souviens de son regard, triste mais déterminé... Je devais avoir quoi, treize ans quand c'est arrivé ? 63 moins 3, 47, 3, 50, 60... Oui c'est ça, treize ans. Presque quatorze. Il voulait m'enseigner à tirer. "Comme ça", m'avait-il dit, "vous serez capables de vous défendre. Si une menace s'approche de vous et que vous ne pouvez pas vous échapper, c'est la seule défense qu'il vous restera." Il me disait qu'il aurait aimé nous protéger lui-même et qu'il était désolé de m'imposer ça. Que ça n'aurait pas dû être le rôle d'une fille de porter une arme, mais que dès lors qu'il serait parti, il s'imaginerait le pire. Blablabla. Je n'ai jamais trop compris pourquoi ça lui était venu d'un coup, comme ça. Après tout, je savais que Maman était tout à fait capable de se défendre. Mais il avait l'air très sérieux, et ça n'aurait pas été gentil de lui opposer un refus. C'était mon père quand même.

Ton père à toi t'a déjà confié quelque chose d'important ? On ne peut pas vraiment dire non à ces choses là.

...

Je me demande si aujourd'hui je serais comme je suis s'il ne m'avait pas donné ce fusil... J'aurais peut-être appris plus tard. Mais comme c'est à ce moment là que j'ai découvert que j'aimais ça, sans doute que non.

Il a fallu trois ans avant que la guerre n'arrive chez nous. Mais même avant ça, presque tous les hommes étaient déjà partis. Et c'était sans compter les maladies, elles tuaient presque autant que les combats. Maman était débordée avec la boutique et je faisais tout ce que je pouvais pour l'aider à préparer les remèdes. De temps en temps je sortais en cachette pour m'entraîner à tirer dans les bois avec le fusil que Papa m'avait laissé. Je me souviens comme je me sentais forte de pouvoir tirer. C'est quelque chose que je sens toujours aujourd'hui, même si le sentiment a un peu changé depuis.

Et puis un jour, la guerre était là. Je ne me souviens pas de grand chose en fait... Je sais que beaucoup de gens sont morts. Évidemment, c'est une guerre après tout. Ceux qui n'avaient pas fui en ont aussi profité, de toutes ces balles qui fusaient, et ceux qui réussissaient à passer à travers finissaient par se terrer comme des lapins en priant de toute leurs forces pour que la tempête passe. Moi aussi je me cachais. Maman n'avait pas voulu quitter le chevet des malades et elle semblait résignée à ce qui était en train de nous arriver.

Pour moi par contre, pas question de se laisser faire. Alors pendant qu'elle s'occupait des blessés, je sortais en cachette pour observer la bataille, de loin. Je surveillais qu'aucun Sudiste ne s'approche trop près de la grange où tout le monde se cachait. Je n'avais pas peur de grand chose avec mon fusil. Et quand l'occasion se présentait... BAM ! Je pense que Maman n'aurait pas été contente de savoir ce que je faisais... J'étais un peu réticente au début, normal. Tout le monde l'aurait été. Tuer ses semblables, ce n'est pas naturel pour les hommes. Et ce n'est pas très gentil. Mais ce Papa ne m'avait pas confié ça pour rien. Alors j'ai pris ma résolution et j'ai décidé de l'utiliser. Je me souviens comme j'étais surprise de les voir s'effondrer aussi vite dès qu'une balle les touchait. Il faut dire que ceux qui couraient vers nous avaient souvent moins l'air de guerriers que de couards blessés... Mais dans le doute, BAM ! BAM ! Hahaha... Je n'en ai pas eu beaucoup quand même. Je ne me souviens plus combien exactement, mais ce n'est pas très important ça.

...

...

...

Pourquoi ? Mmh... Ben après je ne me souviens plus très bien comme j'ai dit... Mais c'était triste. Si tu veux je peux te dire hein, mais si tu n'aimes pas les choses tristes, c'est peut-être mieux que je le fasse pas, quoi.

..!

Non ? C'est comme tu veux alors. Enfin, c'est triste, c'est un peu triste mais ça va vite mieux quand même. Tu vas voir.

Donc, c'est là que vient le moment de ma rencontre avec Papa. Le vrai Papa cette fois hein, pas le premier du début. C'était la nuit, donc j ne me rappelle pas trop des détails, mais je me souviens qu'on a tous entendu un grand bruit un peu après que le soleil se soit couché. Normalement la nuit, les combats cessaient pour que les soldats se reposent. Au début, j'ai pensé que c'était une attaque surprise sur la ville, alors je me suis jetée dehors en prenant mon fusil. Et c'est là que je l'ai vu pour la première fois.

Il était tout seul et il marchait vers nous à pas tranquilles. Je me souviens du sourire charmeur sur son visage, de ses yeux pétillants, de ses cheveux noirs soigneusement rabattus en arrière. De son grand manteau et de ses habits raffinés. Et du sang qui recouvrait ses mains et sa bouche aussi. Mais par dessus tout, c'est son regard qui m'a pétrifiée. Deux joyaux luisants dans l'obscurité et qui posaient sur moi un regard doux et inquisiteur.

Aaaaah, rien que d'y repenser j'ai des frissons !! C'était à la fois tellement effrayant mais aussi tellement grisant ! Papa a toujours eu la classe... ça a toujours été très drôle de voir les filles se l'arracher d'ailleurs, hahaha ! Je suis sûre qu'il aurait plus à toutes les femmes du monde. Quel homme... aaaah... Enfin bref, c'est pas le sujet. J'en étais au moment où Papa est venu m'enlever sur son cheval blanc.

En fait, tu vas rire mais quand je l'ai aperçu j'ai tiré par réflexe dans sa direction. J'étais sûre que je l'avais touché, il avait même arrêté de marcher pendant une seconde. Mais juste après il a regardé dans ma direction et à partir de là je n'ai plus pu bouger d'un cheveux. Quand il est arrivé à ma hauteur, il a tendu la main vers moi et du bout des doigts il a caressé mon visage en me murmurant des mots qui me feraient exploser d'embarras et de plaisir s'il me les murmurait aujourd'hui... Comment ça qu'est-ce qu'il a dit ? C'est privé, ça te regarde pas ! Ce sont mes mots à moi. Nah !

...

Après ça... Je ne me rappelle plus de tout. Il a continué son chemin. Je me souviens avoir eu mal. Je me souviens du sang. Il y en avait beaucoup, partout. Je me souviens m'être sentie partir, comme si je me noyais dans mon corps. Et puis quand j'ai rouvert les yeux... Une boîte. J'étais dans dans une boîte, une boîte en métal. J'avais chaud, j'avais froid à la fois. Je te laisse imaginer la panique. En fait, des années s'étaient écoulées avant que je ne me réveille, et mon corps, doué, revient à la vie en plein milieu de l'Atlantique haha ! Oui c'est ça, en fait Papa avait décidé de déménager et m'avait rangée dans la cale avec les autres. Il paraît que j'ai été une vraie furie là dedans. Pourtant, Papa m'a raconté qu'une fois à Acre je me tenais sage comme une image dans mon cercueil cabossé. "On aurait dit un ange", c'est ce qu'il a dit ! Si si, je te jure !

C'est lui qui m'a réveillée. Ou plutôt, quand il s'est approché, je suis revenue, soudainement. Je pense que mon instinct devait penser qu'il était l'heure pour la princesse de recevoir le baiser de son chevalier, huhu... Bon, sauf que je n'ai pas eu de bisou. Enfin si, un petit, mais c'est tout. Il faut dire aussi que mon état n'était pas glorieux. Autant d'années dans une boîte à six pieds sous terre, ça laisse des traces que même le meilleur maquillage du monde aurait du mal à rattraper ! Enfin, tu sais de quoi je parle.

Et là ça a été le début de ma nouvelle vie. Enfin, de ma première nouvelle vie, la petite, avec les autres et avec Papa. Le vrai Papa cette fois.

Le reste tu connais... Sortie, chasse, massacre, repas, dodo, et on recommence ! Papa prenait soin de moi et c'est tout ce dont je me souviens. De toute façon je n'ai pas besoin de me souvenir de plus de trucs que ça. C'était tout ce qui comptait.

...

Mmh ? Oh c'est mignon quand tu as ces yeux là !

!!!

Hahaha ! À moi maintenant ! Les miens sont quand même plus beaux. Je suis sûre que c'était ceux que Papa préférait. En tout cas, moi, je n'en ai jamais vu de plus beaux que les siens. Je me souviens encore de son regard quand je me suis réveillée pour la seconde fois... "Qui es-tu ?" "D'où viens-tu ?" "Sais-tu qui je suis ?" "Sais-tu qui tu es ?" Il me posait des tas de questions et moi, muette, je n'arrivais pas à me détacher de ses yeux... Et puis il a dit : "Tu t'appelles Yarhi. C'est le nom que je te donne en tant que père, mais je ne veux pas que tu oublies qui tu étais avant. Je suis ici pour te demander une faveur. Je voudrais que tu rejoignes ma famille". Et après ça, il m'a dit : "Si tu acceptes, tu seras ma XVIIIème fille. Est-ce que tu es d'accord ?"

Comment est-ce que j'aurais pu dire non ? Je n'ai pas pu prononcer le moindre mot tellement ma gorge était serrée. J'avais les larmes aux yeux ! Je crois que ça a été le moment le plus heureux de ma vie. Pourquoi est-ce que j'aurais refusé ? J'ai essayé de parler mais aucun mot n'arrivait à sortir. C'était un bazar dans ma tête ! J'ai eu tellement peur qu'il prenne mon silence pour un "non" que je me suis déchaînée de toute mes forces pour lui faire comprendre que je voulais venir avec lui. Heureusement, les chaînes étaient solides quand même. Quand il a vu ça, Papa a souri. C'était un sourire doux, gentil, chaleureux. Il a ouvert la grille et s'est approché de moi. Il a posé sa main sur ma joue pour la caresser. Ses doigts étaient un peu rugueux mais chaque frottement, chaque contact de sa peau avec la mienne me faisait frissonner. Puis il a posé ses lèvres sur les miennes, tendrement. Mon premier baiser. J'ai eu l'impression qu'il a duré des heures, c'était comme si j'étais ivre. Mais quand il s'est éloigné, je n'avais qu'une envie c'était qu'il continue. Il a détaché mes liens et je suis tombée dans ses bras, et fébrilement j'essayais d'atteindre ses lèvres. Je n'en ai plus connu de pareil après...

Aaah... Ca me manque...

...

On a fini par sortir de la cellule, après quelques heures. J'étais exténuée, mais... heureuse comme jamais. Je m'accrochais faiblement à Papa tandis qu'il marchait. Mais il ne s'est pas retourné pour m'attendre, alors je me suis forcée à aller à son rythme. Quand on est arrivés en haut, il faisait nuit. À cette époque, on habitait encore à Haïfa. La ville était belle, la lune brillait et sa lueur pâle se reflétait sur les vagues. Ma première nouvelle nuit. Je me souviendrai toujours de ce sentiment apaisant qui m'a envahie ce soir là. Sur le balcon, à côté de Papa. Il m'a laissé regarder quelques instants, en silence. Avant de me rappeler à l'ordre. "Yarhi" avait-il fini par dire. Un ton sec. Je me suis immédiatement retournée pour le suivre.

Il m'a emmenée dans la grande salle où tout un tas d'objets et de livres étaient entassés. J'avais l'impression que l'endroit était immense et que je risquais de me perdre si je ne le suivais pas de près. Il m'a lavée, il m'a donné des vêtements. Puis il m'a demandé ce que je savais faire. Il m'a tendu des livres, des objets, des armes, des pierres, comme il a dû le faire pour nous toutes. Je me souviens de son air ravi j'ai reconnu certaines runes, certains écrits. C'est lui qui m'a appris à utiliser toutes ces choses pendant les chasses. C'était dur mais j'étais la seule qui pouvais le faire. Je me souviens aussi à quel point il a ri quand il m'a vu empoigner le fusil accroché à côté de la hallebarde, haha ! En fait il m'avait dit "Prends ce qui est accroché là" mais il ne parlait pas du fusil. "Fais comme tu en as envie, Yarhi. Tu peux le garder." Au final, je l'ai gardé longtemps, ce fusil.

Quand on a fini, il m'a emmenée voir les autres et il nous a toutes présentées. De I à XVII, sans qu'elles précisent leur nom. D'ailleurs, personne à part Papa ne m'a jamais appelée Yarhi. Ça lui était réservé. On n'était pas exactement dix-huit, il en manquait deux ou trois. À ce moment là je ne sais pas trop pourquoi mais je ne me posais pas vraiment la question non plus. Je venais de recommencer à vivre. J'avais autre chose à penser. Il m'a fallu un peu de temps pour me détacher de Papa et m'habituer à la présence des autres. Certaines étaient là depuis des années, et certaines sont arrivées après moi. Chacune avait son caractère, ses habitudes. Mais dans l'ensemble, je crois que tout le monde essayait de cohabiter du mieux qu'elle pouvait avec les autres. Les premières sorties ont été un peu problématiques d'ailleurs, comme je ne savais pas trop comment me placer. Mais les aînées m'ont bien aidée.

Après ça... La guerre avec la Palestine, ça a été mon premier grand baptême du feu. Ensuite il y a eu Suez, le Sinaï, Kippour, l'Iran, l'Irak, l'arrivée des USA... Papa nous enseignait à profiter des conflits des hommes pour apprendre à survivre. C'était un peu étrange au début, mais rapidement j'ai appris à aimer ça. On sautait sur toutes les occasions pour accompagner Papa, même quand il voulait partir seul. Le reste du temps, il nous entraînait ou nous envoyait opérer à droite à gauche quand il en avait besoin.

Je pense qu'on s'entendait toutes bien, à l'époque. J'étais tellement contente quand on sortait toutes ensemble que parfois je n'arrivais plus à m'arrêter, hahaha ! Les autres étaient obligées de s'y mettre à plusieurs pour me ramener à Papa. Je me souviens de moments où je voulais tellement rester que Papa était obligé de me remettre dans la cage le temps que je me calme. Je rentrais toujours dans des états déplorables, et lui avait toujours l'air désespéré quand il me voyait. "Mais qu'est-ce que je vais faire de toi ?" qu'il me disait, avant de sourire. Souvent je gardais des souvenirs des endroits où on allait : des armes, des vêtements, des plaques, des bricoles... Mais Papa ne voulait pas qu'on ramène des serviteurs, alors qu'on avait fini de les utiliser, on les tuait pour de bon. Ma chambre était remplie de ces petits trésors.

Et parfois, on sortait pour une chasse. Ca m'a surprise au début quand j'ai appris que Papa avait essayé de faire autant de filles. Des dizaines en fait. Mais ce qui m'a le plus étonnée, ça a été d'apprendre qu'autant de filles avaient refusé d'entrer dans la famille, et surtout que certaines s'étaient enfuies. Je n'arrivais pas à comprendre pourquoi elles avaient fait ça. Papa était gentil, on ne manquait de rien. Quand elles refusaient, Papa se contentait de les lâcher dans la nature. Quand elles partaient d'elles-mêmes, il attendait un moment pour voir si elles revenaient. Mais pour moi c'était déjà trop tard. Personne n'avait le droit de tourner le dos à Papa.

...

Au final on finissait souvent par nous en charger nous-mêmes. On attendait qu'elles se rassemblent et on partait sur leurs traces. Quand on finissait par les débusquer, on les abattait. Sans sommation. Jetées en pâture aux doux rayons du soleil. Parfois une seule d'entre nous suffisait. Je me souviens de ma première sortie en solo. J'en garde de bons souvenirs. Haha, VIII. C'était un sacré morceau. Elle m'a donné du fil à retordre, mais au final j'ai quand même fini par la coincer. Cette pute. La vue devait être belle depuis la tour sur laquelle je l'avais laissée pour profiter du lever du jour. Mais grâce à elle, Papa a pu me faire un nouveau bras. Ça m'a fait très, très mal ! Mais ça en valait la peine. Il est quand même beaucoup plus pratique que l'autre, tu ne trouves pas ? Regarde !

.!!

Hahaha ! Je ne sais même plus combien il a fallu en tuer pour récolter suffisamment de morceaux ! Mais c'était amusant d'aller les récupérer. Ça me changeait des sorties habituelles. Et comme il me manquait un bras, Papa sortait exprès pour m'aider à les trouver ! Aaaah, c'était si romantique...

...

Mmh ? Oh non, elles s'en prenaient souvent à Papa après tout. Presque tout le temps, elles revenaient. Surtout celles qui étaient parties de la famille. Je me souviens quand VIII a essayé de me convaincre que c'était mal que Papa nous utilise comme des petits soldats, qu'on était ça à cause de lui, et nanani, et nanana... Elle pensait que j'avais quoi, des billes à la place des yeux ? Évidemment qu'il nous utilisait ! Et elle aurait dû être contente au lieu de jouer son ado capricieuse !

Elle a eu ce qu'elle méritait. C'était un secret pour personne que Papa devait disparaître pour que l'une de nous soit l'héritière. C'est pour ça que beaucoup revenaient en douce pour essayer de s'en prendre à lui dès qu'on avait le dos tourné. Pour couper le lien qui les unissaient à lui. Pour faire disparaître les autres aussi. C'est aussi pour ça qu'on les pourchassait. Il fallait éliminer la menace. Et de toute manière, si elles en étaient là, c'était parce c'étaient que des ratées. C'est pour ça qu'elles n'ont jamais réussi.

Mais après que je sois revenue, certaines ont commencé à me regarder bizarrement. Pourtant, tu sais, j'étais toujours gentille avec les autres. Je ne voulais pas me fâcher avec elles, avec Papa on était tous une famille. Je me souviens que j'étais triste, un peu. Parfois, j'entendais murmurer dans mon dos, quand je passais à côté d'elles. "Le Chien est encore là" "Regardez, la chienne de garde est revenue." Mais je faisais comme si je n'entendais rien. Si je m'étais fâchée ça aurait rendu les choses encore plus tristes, alors je me contentais de sourire et j'essayais de leur faire plaisir.

Mais c'était mignon comme surnom. C'est mignon un chien non ?

...

Mmh... Non. Non, je n'ai jamais regretté ça. C'était normal. Elles avaient choisi après tout, c'était leur problème. Et puis grâce à elles on pouvait s'amuser aussi, haha. Mais c'est vrai que sans VIII, il manquait quelque chose.

...

... C'est quand II est partie que les choses ont commencé à dégénérer.

Quand une des aînées décide de s'en aller en promettant de revenir pour prendre ce qui lui revient, ça n'annonce pas grand chose de bon. Papa était très triste et très inquiet à son sujet. Ils étaient ensemble depuis longtemps. Moi j'étais juste très en colère. Et très triste aussi. J'aimais bien II. C'était un peu une grande sœur pour tout le monde. Alors qu'elle nous abandonne comme ça, surtout en menaçant Papa...

Papa ne voulait pas, mais... je suis quand même partie à sa poursuite. J'ai cru que je n'allais pas réussir à la retrouver, mais j'ai fini par la rattraper à Nazareth. Pour cette fois, je voulais lui parler avant tout. Pas comme j'avais fait avec VIII qui essayait de m’assommer avec son venin. "Pourquoi tu pars ?" j'ai essayé de lui demander. "Pourquoi tu laisses ta famille II ? Pourquoi est-ce que tu as dit ces choses à Papa ?" J'étais inquiète moi aussi. "Reviens !" Mais II ne m'a pas répondu. Elle a attendu que je sois assez près d'elle et elle a appuyé sur le détonateur. Après ça on s'est battue, mais elle était trop forte pour moi. J'avais réussi à la blesser suffisamment pour la forcer à abandonner l'idée de me tuer. Mais je n'en menais pas large non plus, alors je suis rentrée.

Le temps que je rentre, VI et XX étaient parties aussi. Papa était furieux que je lui ai désobéi. J'ai essayé de lui expliquer que je voulais que II revienne avec nous, que cette fois j'avais... Mais il m'a giflée et il m'a enfermée dans la cage au sous-sol, comme quand j'étais trop excitée. Personne n'est venu prendre de mes nouvelles. Je me sentais un peu seule. Après ça, Papa a décidé de changer d'endroit pour rejoindre une cache loin des villes, près de Beer-Sheva, au milieu des montagnes. Mais même avec ça, les filles partaient quand même. Papa disait que c'était inutile de les poursuivre. Au début je croyais que ça allait le rendre triste, comme pour II. Mais en fait plus elles s'en allaient, moins ça semblait le gêner. À ce moment là je crois que je n'avais pas encore compris pourquoi. Moi, j'étais juste en colère. En colère et triste. J'essayais d'oublier l'épisode avec II. Alors je me tenais à carreau, et je me contentais d'éliminer tout ce qui s'approchait un peu trop de lui et d'aller là où il me le demandait. Je continuais de tuer ce qu'il voulait que je tue. Comme d'habitude.

Et au bout de quelques temps on n'était plus que quatre. Il y avait XI, XIV, I et XVIII. Papa ne sortait plus beaucoup. Plus du tout en fait. Et nous non plus. Une espèce de routine ennuyeuse s'étaient installée au château. J'avais l'impression que tout était vide. Les pièces étaient devenues trop grandes. Et nous, on ne se parlait pas beaucoup. De temps en temps la nuit, je prenais un peu le large pour respirer un autre air. Je n'aimais pas laisser Papa seul, mais la maison devenait étouffante. Je proposais à XI ou XIV de venir de temps en temps, mais aucune ne me répondait jamais. I était enfermée avec Papa la plupart du temps. Alors je partais toute seule.

...

Maintenant que j'y pense... Maintenant que j'y pense, ça me rappelait un peu les jours avant la guerre, avant que Papa ne vienne me chercher. Les gens qui désertent l'endroit, les chambres vides, les personnes silencieuses que tu croises, qui passent à côté de toi comme si tu étais un fantôme dans la rue. J'essayais de m'échapper de tout ça, en m'enfuyant en douce dans la forêt. À part qu'ici les forêts, il fallait se lever tôt pour les trouver ! Je me suis contentée des montagnes. En fait je crois que je préfère les montagnes aux arbres. Au moins d'ici tu pouvais voir la nuit. J'ai passé des heures à regarder la course de la lune et des étoiles dans le ciel d'Israël...

En fait, à part dans ces moments là, les seules fois où j'avais été aussi seule c'était quand Papa m'enfermait en bas. Mais depuis la cellule, on ne pouvait pas voir autre chose que les murs et les barreaux. Ici... c'était différent. C'était plus grand. Un peu comme maintenant en fait. Tu vois de quoi je veux parler ?

Comme un autre monde, avec un plafond tout neuf sous lequel rien de tout ça ne s'est jamais passé.

...

La poussière, le sang, l'odeur de la poudre et le bruit des détonations, les rires, les exclamations, les cris de surprises et les ordres secs, le bruit des fermetures éclairs, le claquement des bottes, des culasses, et l'excitation, la confiance ! La gratitude... C'était facile de résumer mon monde à moi à cette époque. Je savais qu'il y avait eu un avant ça. Papa m'avait dit que je ne devais pas l'oublier. Mais honnêtement, rien ne m'avait retenue là bas, contrairement à ici. Je n'avais pas grand chose, et le peu que j'avais avait disparu depuis longtemps. Je n'en avais plus besoin.

Mais quand j'étais là, et même là, maintenant... J'ai l'impression que, comme pour la première fois, il a suffi d'un coup de vent pour tout balayer. POUF. Plus rien. Comme si quelqu'un avait fait éclater la bulle. Je me demandais : "Qu'est-ce que je fais ?" "Où je vais ?" "Est-ce que j'ai le droit d'être là ?"

"... est-ce que je peux rester encore un peu ?"


...

...

...

... et puis vous êtes arrivées. Toutes en même temps. Aaah... J'avais ratissé chaque mètre carré de la région pour vous, je la connaissais comme ma poche... hehe. C'était amusant de vous voir vous tirer dans les pattes quand I est tombée. Chacun pour sa peau hein ? Même si vous étiez parties... Même si vous étiez parties...

...

...

...

... c'était bizarre ok ?! J'avais l'impression que c'était moi qui n'étais pas du bon côté... Je me sentais vraiment, vraiment bizarre !! Et personne n'aurait pu savoir que ça se passerait comme ça de toute façon !!!

.!!

Haha... Papa a eu l'air déçu quand il a vu que c'était moi tu sais ? Il essayait de le cacher mais il n'y arrivait pas. Je ne sais pas... J'étais couverte de cendre et de sang de la tête aux pieds. Quand je suis arrivée, j'ai pensé qu'il allait encore me disputer. "Mais qu'est-ce que je vais faire de toi ?"

Mais il n'a rien dit cette fois. Il m'a juste regardée, durement.

...

C'était plus facile que ce que je pensais.

Tout le monde a senti quand le lien s'est brisé.
Je me suis dit : "Ça y est, c'est fini. Tout le monde est parti."

J'étais triste. J'ai beaucoup pleuré. Je pensais que tout le monde avait disparu pour de bon.

...

XIV a essayé de me tuer un peu après.
Puis XX et IX.
Après ça j'ai décidé de prendre les devants.

...

...

...

Bon. On dirait que le soleil va se lever.

..!

Je vais te laisser du coup. Je te prends... outch ! Je te prends juste ça. Le mien s'est cassé tout à l'heure. Tu m'en veux pas hein ? Voilà, ça fait comme un souvenir, tu sais que j'adore en garder plein, haha ! Attends je te remets.

!!!

Voiiiilà. Mieux comme ça ! Tu peux mieux voir d'ici. Profite bien !

!!!!!!!!!!!!!!!!

Moi aussi j'ai trouvé ça sympa de se revoir VI ! Tu vas me manquer toi aussi. Je doute qu'on se recroise un jour, mais si ça arrive, ce sera sans doute dans un monde meilleur !

Ne t'en fais pas, Maddie a enfin trouvé un moyen de donner une fin heureuse à notre histoire.
Alors attends encore un peu. Juste encore un peu...

D'ici là, porte toi bien !

Byebye !

!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!





A PROPOS DE VOUS


Âge : 24 étés
Expérience RP : 10 ans, un peu plus maintenant, avec quelques (longues) pauses.
Les animes/jeux Fate que vous connaissez : Stay Night, les deux UBW, Zero, Kaleid Liner, Extra et CCC, GO, Prototype, Aprocrypha, KnK, Tsukihime, Mahoutsukai… et une autre paire de trucs çà et là (j’ai pu rattraper mon retard avec le potassage intense quand je suis arrivé en V3).
Comment avez-vous connu le forum ? Bah V3. Et en V3 me semble que c’était par l’intermédiaire de quelqu’un qui s’est inscrit moult fois mais n’a jamais fait de fiche.
Quelque chose à ajouter ? : Kyo wa nanda asobimasuka ? ~
Mad Dog Maddie
avatar
Nombre de messages : 59
Master de : Fáfnir
Date d'inscription : 22/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 4 Aoû - 14:13
Plop hop !

Eeeet... Je crois que c'est fini. J'ai besoin d'yeux extérieurs maintenant. Les regards hein, pas les globes oculaires. Même si ça serait joli sur mon étagère.

Du coup tant qu'à faire, autant la passer direct en validation !

Je suis pas du tout en confiance mais bon.

Enjoy o/
Mad Dog Maddie
avatar
Nombre de messages : 59
Master de : Fáfnir
Date d'inscription : 22/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 11 Aoû - 15:40
Aucun doute c'est une excellente fiche que j'ai dévoré du début à la fin. Il n'y avait pas à avoir peur du contenu, le style est parfait comme d'habitude et l'histoire captivante. J'ai beaucoup apprécié de découvrir la relation de Maddie avec le "papa" et les autres numéros.

Juste on ne sait pas exactement pourquoi Maddie se retrouve en pleine guerre du Grâal, mis à part qu'elle aime s'inviter sur les champs de bataille. Une petite précision sur le sujet serait à faire, juste pour savoir comment elle a eu l'info.

Sur le reste je valide les équipement, stats, runes.

Juste il faudrait noter les rangs souhaités, pour les runes, les ME et le MC et ce sera bon.^^

Voila ces quelques éléments apportés et ce sera bon.^^
Berserker woman
avatar
Nombre de messages : 568
Date d'inscription : 21/04/2014
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Sam 12 Aoû - 3:18
Super ! Je suis content qu'elle t'ait plu, j'avais vraiment peur de partir en cacahuète...

Concernant le pourquoi elle se retrouve au milieu c'est un point qui n'a pas réellement trouvé sa place dans la fiche. D'un côté j'aimerais dire que c'est Maddie, elle trouve toujours un moyen bizarre d'avoir ce qu'elle veut et d'apprendre ce qu'elle souhaite, mais ce serait sans doute un peu trop facile.

Un événement de cette ampleur, qui a fait autant de boucan dans le monde des magi lors de la dernière édition avec, entre autre, l'intervention de Misery qui a rameuté et l'Association et l'Eglise (plus toutes les petites guerres et prétentions de petites factions)... Elle allait guetter sa chance et essayer d'en apprendre plus. La cache de Papa contenait beaucoup de documents, de traités, de livres divers. Elle se sera sans doute mis en chasse d'informations pour savoir de quoi il retournait, pendant un temps. Peut-être cet intérêt soudain et les quelques éléments qu'elle a pu glaner ont-ils semé en elle l'envie de convoiter le Graal pour X ou Y raison, ce qui l'a plus tard amenée à se voir offrir l'opportunité d'y participer. Entre temps elle aura très certainement essayé à tout prix de trouver un moyen de gagner son ticket d'entrée, tout en continuant de profiter de ses hobbies.

Je peux l'ajouter à la fiche ou le laisser là si ça te semble suffisant.

Concernant les rangs souhaités, j'ai mis le MC et les ME à jour. En revanche il me semble que l'intérêt des runes est de pouvoir choisir le rang auquel elles sont lancées au moment où le magus les trace, donc pas de rang fixe. Corrige moi si je me trompe mais c'est ce que j'ai compris à la lecture des règles concernant les runes.

Voilà voilà, ça devrait être bon mais je suis à ta disposition s'il y a besoin de changer quelques trucs !

PS : Je me rends compte après coup que j'avais mal changé le lien de la seconde musique de l'histoire. Désolé, c'est corrigé (ainsi que quelques fautes par ci par là).
Mad Dog Maddie
avatar
Nombre de messages : 59
Master de : Fáfnir
Date d'inscription : 22/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 14 Aoû - 15:15
Désolé pour le temps de réponse.^^

Cela me parait suffisant, pas besoin d'inclure l'explication dans l'histoire. Pour les rangs des runes je laisse l'arbitrage aux rouges, tout simplement parce que pour Bazett j'ai fixé des rangs mais ta remarque est intéressante. Les rouges trancheront donc la question.

C'est donc une première validation.^^
Berserker woman
avatar
Nombre de messages : 568
Date d'inscription : 21/04/2014
Voir le profil de l'utilisateur


Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Aoû - 14:10
Wow, quel !


Sérieusement, avant toute chose, bravo pour ce travail de qualité. Comme on pouvait s'y attendre de toi, tu nous as présenté une fiche qui se lit d'une traite. La seconde validation ne prendra certainement pas beaucoup de temps, il n'y a que des détails à revoir. Mais faisons plutôt un bilan complet.


Stats < rien à redire sauf la STR qui sera rang C

Capa de classe et équipements < R.A.S.

Sorts < concernant les runes, elles peuvent être lancées au rang désiré, le rang est donc décidé lors de l'utilisation en combat

Pouvoir < R.A.S.

Physique < particulièrement bien rédigé et très complet

Caractère < on cerne très bien la petite Maddie, beau boulot

Histoire < un vrai plaisir, l'immersion est totale au point qu'on ne détourne pas le regard jusqu'à la conclusion; elle est captivante et très intéressante. Tu sais merveilleusement bien attirer l'attention du lecteur, chapeau. J'ai particulièrement aimé le passage où elle commence à se servir de son fusil et le choix de la narration. Toutefois, je te demanderai de rajouter ce qui la pousse à devenir Master. Comme l'a dit Baba, pas besoin de rajouter comment elle a découvert la guerre etc vu que c'est sous-entendu et que tu comptes rp en solo au début mais là on ne voit pas pourquoi elle y participerait. A l'inverse de comment elle participe, on ne sait pas pourquoi. Quels seraient ses motifs, la fameuse raison X ou Y que tu as mentionné? Pas besoin de le dire explicitement mais il faudrait un indice ou un prémisse.

Langue et orthographe < très peu de fautes d'orthographe ou de fautes de langue; ça fait toujours plaisir Emu


En résumé, voilà une fiche fort plaisante avec une histoire sublime. Après la stat et les motifs ce sera bon  Gratz
Magic Hacker
avatar
Nombre de messages : 452
Master de : Tamamo-no-mae
Date d'inscription : 24/04/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Aoû - 22:16
Merciii !

Tout est mis à jour, deux petites lignes rajoutées à la fin de l'histoire pour la motivation et la Force recalée.

Tout devrait être ok e.e
Mad Dog Maddie
avatar
Nombre de messages : 59
Master de : Fáfnir
Date d'inscription : 22/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 15 Aoû - 22:47
Eeeeeeeeeeet tout est ok! Seconde validation accordée Yeah

Bon amusement avec tes nouveaux kamarads de jeu Maddie-chan Yay
Magic Hacker
avatar
Nombre de messages : 452
Master de : Tamamo-no-mae
Date d'inscription : 24/04/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Fate Stay Night RPG :: Avant de débuter :: Présentations :: Masters validés