Votez sur les tops !






Wanted


Derniers Sujets

OST



Black Out

Fate Stay Night RPG
Forum RPG 16+ - Fate Zero - Fate/stay night - Tsukihime - Nasuverse
Fantasy - Fantastique - SF - Magie - Mangas

Sam 20 Aoû - 18:26

Jeanne d'Arc

Age : 17 ans
Nationalité : Française
Organisation : /
Fonction : Servant



Crédit avatar : hfp~kubiao

CARACTÉRISTIQUES

Type : Servant
Classe : Lancer

Statistiques :
STR : C
END : B
AGI : B
MAG : E
LCK : E



CAPACITÉ(S) DE CLASSE

Battle Continuation [Rang C] :
permet après une blessure fatale de puiser dans d’ultimes ressources pour finir le combat.

EQUIPEMENT

Hallebarde à la fleur de Lys :
L'arme principale de Lancer. Une sublime hallebarde à laquelle l'étendard de la fleur de lys y a été accroché, on peut y lire Jhesus Maria. Cette arme fait partie de son Noble Phantasm.

L'armure d'une sainte - Armure moyenne :
Cette protection faite du meilleur métal fut l'armure que porta la jeune femme sur les champs de bataille. Elle fut donnée par Yolande d'Aragon en remerciement de la dévotion de Lancer envers le royaume de France et en reconnaissance de la nature divine de son combat.

SORTS

Sort [Elément - Type - Rang] :
FAITES BRULER LA SORCIERE

POUVOIRS

Voices [Rang A - actif] :
Cette capacité fait preuve des voix surnaturelles que le servant entendait. Dans le cas de Jeanne elles lui donnaient des conseils, la guidait et l'aidait en combat quand elle en avait besoin. De plus, elles lui permettaient d'avoir une perception des choses l'entourant supérieure à la normale, lui expliquant des choses qu'elle ne pouvait savoir ou comprendre de par elle même. En revanche elles ne font que donner du support, les actions de Lancer étaient bel et bien de son choix. Voix de saints ? D'anges ? De démons ? Ou bien encore autre chose ? Pour la lancière il n'y a pas d'autre possibilité que celle de créatures célestes, mais pour d'autres...

- Permet d'optimiser ses aptitudes physiques.
- Offre au servant une plus fine perception de ce qui l'entoure. Ainsi les voix se manifestent pour aider Jeanne dans son but, qu'elle recherche une boutique de pancakes comme lors d'un combat, il faut simplement qu'elle choisisse la route vers laquelle elle va. Cela lui permet aussi d'éviter parfois des ennuis considérables ou même de l'avertir d'influences négatives pour sa personne.


Protection of Faith [Rang A - passif] :
C'est une capacité possédée par ceux qui se sont battus et sacrifiés au nom de leur foi. Bien que cette capacité soit une protection divine elle n'est pas le résultat d'un don d'un être supérieur mais "l'incarnation" de la foi absolue du héros. Possédée à un très haut rang cette capacité peut altérer l'état mental de son possesseur. Jeanne était probablement l'une des personnes les plus pieuses que ce monde n'ai jamais porté, elle n'écoutait rien d'autre que sa foi et sa propre confiance. Même lorsque son roi s'est retourné contre ses conseils elle n'a eu cure de ce qu'il pouvait penser tant que la mission que les cieux lui avait confié serait réalisée.
Contre les adversaire de foi différente, elle est donc beaucoup plus coriace, plus résitante.


Miracle [Rang A- actif] :
La reconnaissance d'une personne ayant réalisé des miracles et la qualification en tant que Saint dans l'Eglise catholique. Jeanne a été capable de produire à plusieurs reprises des évènements impossibles, ses diverses prises de châteaux qu'aucun généraux sur pratiquement 100 ans n'avait réussi à prendre entre autre. La découverte de l'épée de Charles Martel ou encore la guérison d'un duc après avoir suivi son conseil alors qu'aucun médecin ni prêtre ne pouvait y arriver. De plus, Jacques de Molay avait maudit sur 13 générations la France, cette malédiction avait été vue comme la cause de la guerre de Cent-Ans en grande partie et son enlisement, on peut voir donc Jeanne comme celle ayant pu la briser et déclencher sa chute.

- Permet la réalisation de 3 actes décrits comme impossible durant la durée de la guerre et seulement 3. Par exemple tuer un servant en un seul coup n'est pas considéré comme un acte impossible car sous de bonnes conditions il serait réalisable. En revanche faire pousser des plantes sur une terre morte ou la guérison d'une maladie incurable est vu comme un miracle.
- Témoignage de la pureté du saint cela rend aussi Jeanne moins sensible aux tentatives de contrôle mental et à la magie qui va à l'encontre des croyances chrétiennes.


NOBLE PHANTASMS

Luminosité éternelle : Deus tecum est in me [Barrière - Rang B - Passif et Actif] :
Le fameux étendard de Jeanne. Lorsqu'il est activé, il se déroule de la hallebarde et brille avec intensité d'une lumière protectrice. Il protège contre les maux physiques et magiques de ses alliés. Au contraire, ses ennemis ne sont pas considérés dans la protection. Elle créer un bâton de lumière auquel vient s'ajouter l'étendard qu'elle enfonce dans le sol. Toute la zone sanctifiée est protégée. De plus, il offre une protection plus faible lorsqu'il n'est pas activé.

- Offre une protection passive assez importante.
- Lorsqu'activé, l'étendard protège de toute forme de dégât magique ou physique dont la puissance ne dépasse pas celle du NP. Si c'est le cas, l'attaque se voie affaiblie selon la différence qui les sépare.
- Signe de ralliement, galvanisant les troupes, c'est aussi un symbole de puissance. Tout allié présent dans la zone voit sa force de toute nature augmenter.
- Jeanne perd le bonus passif quand elle active son étendard. Il est efficace pendant une durée de 4 tours et sur environ 400 mètres.


Le Bûcher : Hic ardet, haereticus est [Anti-château - Rang B - Actif] :
Jeanne est l'une des rares humaines à avoir débloqué son origine de part son pacte avec Alaya, l'entité qu'elle considère comme étant le Tout-Puissant. C'est aussi la véritable forme de son arme qui est en réalité un Reality Marble sous forme cristallisée de par sa nature de servant, de counter guardian et aussi de part le fait que Jeanne n'était simplement pas une magus.

Ce Noble Phantasm représente l'appel, tout ce en quoi Lancer a cru malgré l'adversité, malgré les autorités supérieures à elle, jamais elle n'a trahi cet appel. Lorsqu'il est utilisé, Jeanne s'enfonce l'arme dans la cage thoracique. L'arme prend subitement feu et Jeanne elle aussi. Une fois recouverte de flammes une gigantesque gerbe, telle une vengeance divine infligée par la sainte sous le regard du Roi des Cieux à ceux qui ont pu se damner en brûlant une messagère vivante prend forme. Toute la zone autour d'elle se calcine en prenant une immense forme de croix. Ce Noble Phantasm fait ressentir toute la fureur de la piété de Lancer, tout ce pourquoi elle s'est battue, tout ce en quoi elle a cru cristallisé dans cette explosion de puissance.

Il s'agit d'une attaque de zone prenant forme tout autour de Lancer.



PHYSIQUE



Lancer est une jeune femme. Encore prise entre un corps d'adulte et celui d'une enfant, elle est pour toujours figée dans cette morphologie entre deux âges.

Elle n'est pas grande. Du haut de son mètre cinquante-deux pour quarante-quatre kilos elle pourrait ne paraître guère impressionnante. Elle a cette candeur de ceux qui n'ont pas eu l'occasion de vivre longtemps, ce regard pétillant et frais sur le monde loin de l'expérience des ans. De ceux qui ont toujours eu leur yeux tournés vers la vie.

Et pourtant, Jeanne est dotée d'une grande beauté. Ses longs cheveux sont d'un blond pur à la limite du platine. Ses yeux améthyste sont deux joyaux. Elle possède des formes plutôt prononcées cachées sous son armure ou des vêtements amples. Elle est d'une beauté simple, elle ne porte pas d'artifices, n'est pas maquillée, n'est pas vêtue des plus belles soies et pourtant... Pourtant un royaume entier s'est soulevé pour la suivre. Cela est dû à ce qu'elle dégage indubitablement.

Elle a la démarche d'un soldat, de celle qui a connu les champs de bataille assez longtemps et les nids de vipère pendant assez d'années pour savoir rester sur ses gardes. Ses mouvements ne sont pas superflus mais chacun de ses pas est accompagnée d'une grâce à la limite du divin. Quelque chose semble hors de ce monde lorsqu'on la regarde. Elle n'est néanmoins pas la plus belle femme que cette terre ai portée, loin de là, mais quelque chose attire le regard, une forme de piété qu'elle exulte qui fait qu'on ne peut l'ignorer, qu'on ne peut remettre en question la foi dont elle parle si souvent.

En tant que servant, son armure est lourde, faite de métal résistant et forgée par les forgerons du commissionnées par Yolande d'Aragon qui la voulait protégée du meilleur alliage. Elle ressemble à l'une de ces anciennes valkyries des temps passés armurée de la sorte. Cette tenue, entre chevalier et soeur d'église renseignait sur qui elle était à son époque sans pour autant cacher son sexe car elle ne voulait pas pour autant passer pour un homme, ce qu'elle n'était pas.

Si elle devait s'habiller de vêtements modernes elle choisirai des tenues plus féminines. N'ayant jamais eu la chance de jouir des avantages d'être une femme elle voudrait porter des robes. Ne sachant que faire de riches artifices, elles préfèrerait quelque chose de ample. Des tenues plus pratiques pour bouger, la laissant respirer. Ses longs cheveux seraient libres, elle pourrait profiter de l'air... Mais ne serait-ce pas trop demander ?

Son corps témoigne encore de sa jeunesse. Ses traits gardent toujours la légère rondeur de l'enfance, elle ne ressemble pas totalement à une femme, perdue entre deux. Athlétique, si de nos jours cela serait vu comme normal, à son époque elle était traité d'aberration pour ne pas avoir l'air faible. Toujours est-il que cela dégage aussi un air de confiance en soit. Comme si elle ne doutait pas une seule seconde de ce qu'elle pouvait faire.

Elle possède des formes marquées n'étant pas tout à fait fine. Elle a tout simplement le corps d'une paysanne. Quand bien même si l'on remarque sa poitrine et ses hanches bien présentes on peut rapidement voir son ventre plat et ses bras musclés. Quand bien même elle ne pu toujours manger à sa fin et le traitement qu'elle eu à subir en tant que prisonnière fut des plus affreux. Son corps garde encore des signes de cela sous la forme de fines cicatrices la parcheminant ou encore de l'étrange impression que peut donner cet être entre deux âges



CARACTÈRE



Vivre pour ce qui est juste. Vivre pour ce qui est bon.

Voilà quel était le crédo de la vierge. D'aucun pensent qu'elle était une femme auréolée de gloire, de bonté, de gentillesse, trop pure pour ce monde. Ils n'avaient pas tord.

Jeanne était et est trop pure pour ce monde. Elle veut le sauver, elle veut sauver les hommes d'eux même, de leur folie, les conduire vers ce qui est vrai, vers ce qui est juste, les conduire dans la lumière du Seigneur.

Mais Lancer n'est pas une chevalière, Lancer n'a pas été éduquée dans la grâce sociale de l'honneur. Lancer n'a pas connu la galanterie militaire du moyen-âge, non, Lancer n'a connu que la mort, l'insalubrité, les larmes, les cris et la folie humaine. C'est dans cette horreur qu'elle s'est avancée, lumineuse, divine, remontant le moral des hommes, se battant à leurs côtés.

Mais la pucelle le sait et elle l'a toujours su. Pour que quelque chose marche, parfois, un mal est nécessaire pour causer un bien plus grand. Elle s'est battue, elle a tué, elle a massacré des hommes qui étaient probablement de bons époux, des pères de familles aimant, peut être même des gens plus saints qu'elle encore. Elle le sait. Mais elle ne le regrette pas.

Car c'était ce qu'elle avait à faire.

Tous la voient comme un ange descendu sur terre, un miracle amené par Dieu et elle sait que, d'une certaine façon, ils n'ont pas tord.

Mais Dieu ne proscrit-il pas le meurtre ?

Elle ne se pose plus ces questions. Elle ne doute plus. Ce fut le cas, il y a longtemps, mais elle n'a plus ce luxe que d'avoir des états d'âme. Elle a été choisie, elle a accepté cet état de fait il y a maintenant bien longtemps et jamais n'a-t-elle remis en question cela. Pourtant, certaines nuits restent plus dures que d'autres. Quel droit avait-elle sur la vie de ces personnes ? Etait-ce vraiment ce que Lui voulait ? Elle ne peut en être sûre mais le doute n'est pas la réponse. Ca ne l'a jamais été, pas en son époque.

On voit Lancer comme une créature divine, et pourtant, pourtant ils devraient savoir qu'elle est capable de planter sa lance entre les omoplates de son ennemi si cela doit être fait. Elle a vécu la guerre, elle s'est trouvée sur le front et elle sait parfaitement que des galanteries, des gants jetés à la figure ou bien des phrases pleines d'honneur ne la sauveront pas. Est-ce que l'on ne dit pas de se sauver soit même afin de pouvoir s'occuper des autres ? Elle s'est laissée mourir car elle savait son heure venue. Car elle savait que son sacrifice causerait un bien de longue durée et elle referait encore si elle le devrait. Mais pour rien, absolument rien au monde ne se laisserait-elle mourir face à ce qu'elle ne peut accepter. Jeanne est comme tous, elle est humaine, elle aussi à peur de laisser son âme partir.

Sa foi est parfaite, les voix sont ses meilleures guides et même si les évêques, les prêtres, les soeurs, même si le pape lui même lui dirait avoir tord, elle sait au fond d'elle que ce en quoi elle croit est pur. Elle sait qu'elle a été choisie par le monde, par le seigneur pour porter sa volonté. Pour défendre l'humain face à qui l'anglais était machiavélique et mauvais... Oui, il ne pourrait en être autrement. Envers et contre tout elle se bat, contre toute adversité elle se bat, contre ceux qui veulent du mal à l'humanité elle se bat. Elle en est la gardienne.

Elle ne voulait voir que des sourires naitre sur les visages, que les hommes puissent voir leurs enfants, les femmes leurs maris, c'est pourquoi elle priait avec tant d'ardeur. Pour que le mal qui s'abattait sur le royaume de France soit bouté hors de celui-ci. Pour que tous puissent revenir à leur vie.

Alors elle reprend les armes, encore une fois elle se soulève pour que tous puissent avoir ce bonheur. Que tous puisse continue de vivre. Pour que cette belle humanité ne pleure plus. Et pour ça, pour ce simple but, elle fera tout brûler devant elle, sa mission est divine, son but pur, mais elle ne le sait maintenant que trop bien, le mal ne peut exister sans le bien et le bien sans le mal, et, parfois, les deux sont intimement liés. Alors, si elle doit faire ce mal pour que tous puissent aller bien, elle le fera, sans aucune hésitation.

Et elle priera, elle priera pour les âmes de tous, pour que la lumière les inonde de sa grâce comme elle en eu la chance...




A PROPOS DE VOUS



Âge :
Expérience RP : Depuis un peu plus de 6 ans maintenant
Les animes/jeux Fate que vous connaissez : Honnêtement j'ai vraiment entendu parler de tout xD
Comment avez-vous connu le forum ? : Aaaaaah, ça date maintenant. Je l'avais trouvé via google à l'époque.
Quelque chose à ajouter ? : Faisons brûler les hérétiques, masta ~
avatar
Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 21/04/2014
Voir le profil de l'utilisateur



"Jeanne c'est ton hymen qui te parle." - Wing Chun 21/08/16 12:43
Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Aoû - 19:00
HISTOIRE


I am not afraid, I was born to do this




Les étoiles. Les étoiles. Les étoiles.

Partout, elles étaient infinies, elles couvraient tout de leur regard étincelant, brillant légèrement comme une soeur, un amant, un ami égaré veillant de loin sur vous. Oui, elles étaient là, immuable, toujours aussi présentes, immortelles.

Que font-elles ? Que veulent-elles ? Elle se souvient, une fois une vieille dame le lui avait dit "chaque étoile est une âme, un voeu, une personne." Elle avait été abasourdie avec la candeur dont sont capables les enfants. Est-ce qu'elle irait ici alors ? Etait-ce donc les cieux dont elle entendait parler à la messe et pour qui elle priait avec tant de ferveur ? Laquelle était grand-mère ? Laquelle était Justin, le chien de la ferme ? Ce ciel qui semblait s'étirer à l'infinie lui faisait peur et l'émerveillait. Leur douceur mais leur distance. Elle pouvait lever la main, essayer de les toucher du bout de ses doigts sans succès.

C'était injuste. Pourquoi dans ce cas ne venaient-elles pas aider aux travaux de la ferme ? C'est vrai cela, père l'avait encore grondée car elle prenait trop de temps à amener le foin jusqu'à l'étable, pourquoi grand-mère ne pourrait-elle pas...

- Jeanne.

Le ciel frémit. Elle leva la tête, rien. Elle voulu parler, sa voix s'étouffait dans la nuit, les étoiles brillaient toujours, le vent soufflait tendrement dans ses cheveux d'or, les étoiles, toujours les étoiles, rien que les étoiles.

- Pucelle.

Le silence, rien que le silence, elle tendit la main, un peu plus, son bras lui faisait mal. L'incompréhension la saisissait. Les étoiles, loin mais présentes ne bougeaient pas. Rien ne bougeait, rien ne changeait, tout n'était qu'immuable, intangible, inchangé.

- Héroïne.

Sa main tremblait. Elle ne la contrôlait pas. Elle voulait les toucher, les prendre, les garder avec elle. Elles allaient disparaître, une à une, elle le savait, oui, elle le savait, ce ne pouvait être autrement, elle l'avait entendu, l'apocalypse, la fin du monde, le jugement dernier, était-ce le sien ? Non, ce n'était pas possible, elle n'avait rien vu, rien entendu, Il n'avait pas prévenu, Il n'avait rien dit, ce ne pouvait être-

- Sainte.

Sa poitrine était douloureuse, son coeur battait à un rythme effréné, son bras la déchirait, elle aurait voulu le couper mais elle n'abandonnait pas, elle continuait à s'étirer. Plus, ne jamais laisser, croire en soit, toujours avancer. Rien ne pourrait la toucher, absolument rien. Elle se savait en sécurité, elle savait son âme sauvée.

- Sorcière.

Son coeur brûlait, les larmes lui coulaient sur les joues. Son bras allait bientôt laisser tomber. L'odeur du feu, l'odeur du bois, l'odeur de la chair calcifiée. Elle, elle...

- Qu'es-tu ? Jeanne. Pucelle. Héroïne. Sainte. Sorcière. Qu'es-tu de tout ces noms dont-ils t'ont appelée ?

Elle luta. Essayant de se battre contre une force qu'elle ne comprenait pas. Une force invisible, le démon ? Etait-ce l'ange déchu qui tentait de s'emparer d'elle ? Etait-ce une tentation ? Peur, doute, anxiété.

- Que veux-tu ? Pourquoi te bats-tu ? De quoi as-tu peur?

Sa bouche était sèche. Elle l'ouvrit une seconde fois, cette fois-ci sa langue fonctionnait. Elle sentait le goût des cendres sur sa langue, le goût du brûlé.

- Je... Je suis Jeanne D'Arc, fille de Jacques D'Arc et d'Isabelle de Romée, soeur de...


- Qu'es-tu ?

La voix la fit taire. Elle ne pouvait luter contre cette pression assommante, elle ne comprenait pas, n'était-ce pas clair ? N'était-ce pas ce qu'elle était ? Une fille de fermier, une simple jeune femme qui se marierai et continuerai la lignée de son père ? De l'humanité ? Est-ce qu'elle ne souhaitait pas simplement une vie nor... Une vie norma-

- Non. Tu es plus, tu es moins et tu es tout cela à la fois Jeanne. Souviens toi. Qu'es-tu ? Que veux-tu ?

Une colère commença à crépiter dans la douleur, elle ne comprenait rien, rien ne faisait sens, elle sentait cette rage monter en elle, qu'était cette chose pour la faire taire ainsi ? Qu'était cette chose pour penser lui poser des questions auxquelles elle n'avait pas de réponses ?!

- Allez, allez, essaye et souviens toi. Souviens toi de ce que tu es.

Elle tendit encore la main, elle n'allait pas se laisser faire, non, elle n'était pas incapable, elle n'était pas qu'une fillette sans défenses, elle n'était pas, elle... Elle n'était pas ?

Elle poussa, plus loin, plus fort, non, elle n'était pas faible, elle n'abandonnait jamais, il ne pouvait en être autrement ! Jeanne, Pucelle, Héroïne, Sainte, tout cela ne voulait rien dire, absolument rien, elle était plus que cela, elle le savait, elle le comprenait. Elle était bien plus qu'une simple enveloppe charnelle autour d'une âme. Elle savait ce à quoi elle était destinée ! Elle était plus, beaucoup plus, infiniment plus ! Elle était ! Elle serait et pour toujours elle serait elle aussi une étoile, elle aussi elle brillerait, elle aussi elle éclairerait le genre humain elle aussi elle répondrait à -

- L'appel.
- JE SUIS L'APPEL !


Tout deux avaient prononcé cela d'une seule et même voix. Tout deux venaient de résonner dans le silence de la nuit.

- La contrat est signé. Jeanne. Tu seras tout cela et rien à la fois.

Une couronne de feu brilla sur son front. Les étoiles étincelèrent de plus bel.

Une craquelure dans le ciel nocturne.

Une deuxième.

Une troisième.

Puis un bruit de verre brisé.

Le ciel s'effondra sur elle...

____________________





- Jeanne ?

Elle ouvrit les yeux. Elle avait l'impression d'avoir dormi pendant une éternité. Elle se sentait lourde, elle ne savait pas si elle pouvait bouger ses membres. Elle essaya d'abord la main gauche. C'était bon, elle lui répondait, petit à petit ses sens revenaient à elle.

Au dessus d'elle se dressait un ciel bleu foncé. Ce qui ressemblait à un gigantesque trou ornait le ciel d'une teinte plus profonde. Elle était allongée sur un par terre de fleurs de lys au parfum délicat.

- Oui Michel ? Répondit-elle simplement d'une voix fatiguée.

Le ton de cette voix familière qui l'avait accompagnée pendant tant de temps était neutre. Elle savait où elle était. Le trône des héros, où elle attendait. A chaque fois la même chose, Il l'appelait pour contrer une catastrophe, elle répondait, elle revenait dans ce lieu où le temps n'est pas. Elle ne s'en plaignait pas. Elle faisait cela pour le Seigneur et l'humanité. Voilà pourquoi elle avait passé ce contrat il y a maintenant si longtemps, ou bien était-ce hier ? Elle ne savait pas. Elle ne gardait jamais vraiment de souvenirs de ce qu'il s'y passait, seulement de ce pourquoi elle était là

- S'il te plaît Jeanne, raconte moi ton histoire. Lui dit-elle de ce ton neutre, une voix ni féminine, ni masculine.
- Ne te l'ai-je pas racontée assez ?

Elle soupira. Aucune réponse, elle ne s'attendait pas à ce qu'il le fasse de toute façon. Ce n'est pas la première fois qu'il lui demandait. C'était devenu une sorte de... Rituel, à chaque fois, quand sa conscience regagnait le trône, avant de partir et d'attendre de nouveau, c'est ce qu'elle faisait, raconter son histoire, pour ne pas oublier qui elle était. Quand bien même, était-il seulement possible d'oublier dans cet espèce de purgatoire ? Elle n'en savait rien. Elle ne pensait pas que cela était possible. Elle avait passé ce contrat avec le Seigneur pour être sa main contre ce qui menaçait l'humanité, il ne voudrait sûrement pas qu'elle perde ce qu'elle était, non ? Et chaque fois qu'elle repartait, elle ne gardait rien de ce qu'elle avait accompli en tant que gardienne de l'humanité.

- Appel... Murmura-t-elle à elle même. Ce mot qui résonnait fort en son sein, qui faisait vibrer son âme rien que d'y penser. - Je suis Jeanne D'Arc, née à Domrémy, petite, j'aidais mon père à la ferme et j'allais à la messe le dimanche...

Le monde se colora autour d'elle. Elle se souvenait... Elle se souvint du père qui la félicitait de sa piété. Elle avait toujours été une fervente croyante. Elle se souvenait de son sourire, de sa mère, de Catherine, Jacques, Jean et Pierre aussi... Puis elle se souvient de ce jour en particulier.

La nouvelle avait fait le tour des villages. Les anglais étaient en guerre avec le royaume de France. Tout cela ne les avait que peu touché jusqu'à présent et c'est ainsi qu'ils recevaient de sporadiques informations sur le déroulement des batailles. Une chose était néanmoins sure, ils gagnaient du terrain, de plus en plus.

Un étrange climat s'installa au village. Son père revenait de plus en plus tard des rassemblements de villageois auxquels il participait. Il ne disait rien à Jeanne ni à ses frères et soeurs mais elle le voyait bien sur son visage. Chaque semaine les nouvelles empirait, on entendait plus parler d'endroit aux alentours. Une légère atmosphère de tension s'était élevée dans la bourgade. Et, à chaque fois, il revenait un peu plus vieux, son visage trahissant ses inquiétudes.

Jeanne priait de plus en plus, sa pitié n'en était que décuplée. Elle priait. Tous les soirs, tous les matins, toutes les après-midi, dès qu'elle avait du temps libre, c'est là que tout commença. Qu'elle s'éveilla dans ce lieu sans soleil qu'elle se senti brûler et que le Seigneur lui montra qui elle était vraiment. Qu'elle obtint le pouvoir,

- Bouter les anglais hors de France... Dit-elle t'un ton neutre, perdue dans ses pensées.

Lorsqu'elle s'était éveillée, elle se sentait différente, plus forte, grandie. Elle était folle de joie, la grâce divine l'avait choisie, elle ! Une simple fille de fermier ! Elle décida de le garder pour elle. Mais déjà elle n'avait plus que cela en tête. Elle se sentait elle même, comme si elle n'avait jamais été aussi en phase avec sa propre nature. Comme si à présent elle ne pouvait vivre que selon son objectif.

- J'avais affirmé à mes parents entendre des voix. Ta voix d'abord Michel, ils avaient eu peur au début.

C'était le moins qu'on puisse dire, elle avait treize ans à peu près, peu de temps après ce pacte avec le Seigneur peu de temps après avoir découvert qui elle était vraiment qu'elle l'avait affirmé haut et fort, chose qu'elle n'avait jamais fait avant.

Le monde autour d'elle changea de nouveau, prenant les teintes de la maison dans laquelle elle vivait, une ancienne chaumière;

Il leur avait fallut quelques semaines pour l'accepter, pour comprendre que Jeanne n'était pas folle. Plusieurs fois elle leur prédisait un évènement mineur dans la journée qui s'avérait être vrai. Plusieurs fois elle s'enfermait pour prier de longs moments.

Les autres se moquaient. Ils ne pouvaient pas comprendre, eux qui n'avaient pas été touchés. Ses amis, son fiancé, tous sauf sa famille commençaient doucement à la renier petit à petit. Les messages de Michel eux, bientôt suivis d'autres voix qu'elle identifia comme Sainte Catherine et Sainte Marguerite. Toutes la prévenait chaque jours des dangers à venir. Que les anglais arrivaient. Qu'ils tueraient tout sur leur passage.

C'est là qu'elle prévint oncle Durant vers ses seize ans.

Ensemble ils s'en allèrent à Vaucouleurs après qu'elle ait réussi à le convaincre de ce qu'elle avançait. Guidée par Michel, elle trouva un homme qui pu la conduire vers la personne qu'elle cherchait vers le seigneur de ce grand village.

- Lieutenant ? Pourquoi avez-vous fait rentrer ces deux là ?
- C'est ma nièce, elle veut...
- Mon seigneur, je sais que nous allons être attaqués par les forces anglaises d'ici quelques temps. Nous devrions tous nous préparer pour les combattre, c'est une affaire de la plus haute importa-
- Qui es-tu pour parler ainsi au seigneur de ses lieux ? Répondit-il d'une froideur glaciale.
- Je... Je m'appelle Jeanne d'Arc, de Domrémy, j'ai... J'ai entendu la voix de l'archange et des saints, ils m'ont prévenue que...
- Sortez moi cette folle des lieux. J'ai autre chose à faire qu'écouter les élucubration d'une nouvelle diseuse de bonne aventure.
- Mais vous ne comprenez pas ! Si vous ne réagissez pas vite vous allez-
- J'AI DIT DEHORS, DEHORS AVANT QUE JE TE FASSE PENDRE ! ET VOUS, VOUS DEVRIEZ L'EDUQUER D'UNE BONNE GIFFLE !

Le monde s'effondra l'espace d'une seconde autour d'elle. Elle grimaçait. Elle se souvenait de ce passage désagréable, jetée des portes de la ville comme une vulgaire cinglée alors qu'ils ne comprenaient pas, alors qu'elle avait...

- Tu avais raison Jeanne. Nous te l'avions dit. Lui répondit Michel d'un ton qui se voulait probablement être rassurant mais toujours aussi vide de toute émotion.
- Je sais. Vous ne m'avez jamais fait défaut. Mais est-ce que je suis bien placée pour le juger ? Est-ce que j'aurai aussi cru une jeune femme venant m'arrêter dans mes obligations pour me parler d'une défaite lointaine ?

Les voix restèrent silencieuses. Elles n'avaient pas réponse à tout après tout. Elles la prévenaient. Elles la guidaient. Mais jamais elles ne prenaient les décisions ni n'agissaient quand cela n'était pas nécessaire... Elle caressait les douces fleurs de lys sur lesquelles elle était à présent allongée, dans ce lieu sans temps ni véritable espace ci ce n'était sa conscience... Ce purgatoire d'où elle réglait les maux du Seigneur...

Elle soupira. Elle avait beau dire qu'elle le comprenait, elle avait toujours une légère colère en elle. Si il avait écouté, alors peut être... Peut être que de nombreuses vies auraient étés sauvées, pourquoi le Seigneur ne l'avait-elle pas dotée de la capacité de faire croire tout ce qu'elle disait ? Non... Cela n'aurait pas été bien, il avait offert le libre arbitre pour une raison. Pour juger les justes des corrompus.

Elle se concentra à nouveau, de nouvelles images défilèrent, le monde se forma à nouveau, elle se retrouve dans un château, une ancienne bâtisse entre moyen-âge et renaissance.





Elle était sale, tremblante, ils s'étaient enfuis de Domrémy. Elle avait eu raison, les forces anglaises avaient bien attaqué et tout. Tout avait été réduit en cendres, les personnes qu'elle connaissait étaient tombées devant elle, leurs visages figés dans des expressions de terreur.

- Je vous l'avait dit monseigneur ! Je vous avais dit que les anglais allaient bientôt attaquer ! Dit-elle, la rage bouillonnant en son sein, elle avait fait fit de toute règle de respect envers un noble, elle s'était moquée de tout et avait attendu un moment opportun pour l'alpaguer, poussant le vice jusqu'à pratiquement s'infiltrer dans sa cour.
- Je... Ce n'était qu'un hasard, ce n'était que... Balbutia-t-il, il essayait de trouver une raison censée. Il était livide, voyant devant lui une jeune fille dans un état pitoyable, ses longs cheveux d'un blond presque blanc plaqués par la sueur et le sang, une expression de colère qu'elle essayait de contenir au visage. Des yeux améthystes brillants, brillants de la rage de vivre, de l'humain qui n'a tenu que par sa simple volonté.
- J'y ai perdu presque tout ceux que je connaissais seigneur ! Ils ont incendié l'église ! Ils... Ils ont violé les femmes, tué les enfants ! Ils ont pendu les hommes en signe de représailles, ILS ONT TUE VOTRE PEUPLE ! Je porte des voix ! J'entend le conseil qui m'annonce ce qu'il va se passer, alors laissez moi vous le dire, seigneur... Le silence régnait autour d'elle, elle venait de gagner l'attention de la cour et par conséquent celle du régent par la même occasion. Elle le pointait d'un doigt, d'un doigt tremblant de sa fureur alors qu'elle énonça d'une voix plate, froide, du même ton sans émotion que l'archange lui adressait à chaque fois;
- Je vous annonce que je me battrai, jusqu'au bout contre ces envahisseurs, et vous finirez par me croire car mon message est pur, car j'ai été choisie par le Tout-Puissant pour accomplir sa volonté à la maigre force de mes bras !

Et elle avait été frappée. Par la colère, par l'impuissance. Il Lui avait donné ce pouvoir latent, cette puissance à laquelle elle avait accès. Mais les hommes ne voulaient pas la croire, ils ne voulaient pas écouter ce qu'elle savait comme étant juste. Ce en quoi elle ne doutait pas. Elle avait tout ce nouveau pouvoir que le Seigneur lui avait donné pour qu'elle défende le royaume de France et cela ne changeait rien. Elle fut adoptée par la famille des Le Royer, des bourgeois qui croyaient en ce qu'elle disait, qui ne la traitaient pas de folle, de cinglée ou même de sorcière. Elle réussi à partir à Nancy, après avoir trouvé comment en soigner le régent local, lui disant simplement devant toute sa cour qu'il devrait se débarrasser de sa maîtresse. De plus, elle leur prédit aussi la journée des harengs, une bataille durant laquelle les français se firent écraser une fois de plus par les anglais. Doutant encore un peu d'elle mais ne pouvant refuser les faits qui s'étaient tous réalisés ils lui donnèrent donc son escorte. Jean de Metz et Bertrand de Poulengy, deux écuyers devinrent rapidement deux de ses plus fidèles compagnons avec qui elle partagea les meilleurs moments de leur situation précaire.

Ils traversèrent les terres bourguignonnes en évitant les villages et les troupes militaires, se faisant passer pour une marchande et ses protecteurs partout où ils étaient obligés d'y rencontrer d'autres personnes. Leur but était Chinon, là où résidait le roi Charles VII. Le miracle opérait, cette périlleuse route aurait, par toute vraisemblance du ne pas fonctionner. Et pourtant, elle arriva saine et sauve, n'ayant perdu aucun des hommes qui l'accompagnait.

Le décor changea de nouveau. Un château loin de celui des contes de fée s'y matérialisa, des pierres abimées, une cour aux tenues rapiécées, certaines dépassées depuis longtemps. La robe de la reine elle même semblait appauvrie. La guerre, qui était déjà là depuis plus de quatre-vingt ans avait vidé les coffres du royaume. Et, c'est au milieu de cette noblesse disparate, elle même pratiquement réduite au rang de paysan que Jeanne, habillée de sa jaque de ses bottes et d'une arme de fortune, accompagnée de ses hommes les plus proches se retrouva. Devant elle se dressait le roi et sa femme, tous les deux assis sur leurs trônes.

- Tu dis être Jeanne d'Arc donc ? Celle qui prétend pouvoir réunifier mon royaume ?Lui demanda-t-il d'un ton égal.

Elle fronçait les sourcils. Quelque chose n'allait pas, elle le sentait, il n'avait pas l'air à sa place, elle avait remarqué que la reine regardait furtivement ailleurs par moments, quelque chose qu'elle n'aurait jamais vu au paravant mais...

- Jeanne. Il n'est pas celui que tu recherches. Commenta la voix de Catherine. Elle tourna la tête et remarqua un léger rayon de lumière allant vers la tête de quelqu'un d'autre, habillé en servant.

Sans même lui répondre elle alla vers cette direction, la cour murmura, des sons d'indignation, d'autres d'émerveillements, elle ne laissait pas sans opinion. Enfin, ils s'écartèrent devant elle, ne voulant sûrement pas toucher une femme de basse extraction ou peut être par respect, sachant ce qui se déroulait. Elle s'agenouilla devant ce serviteur et s'exprima.

- Votre Grâce. Je vois que vous avez utilisé un stratagème pour vérifier qu'il s'agissait bien de moi. Veuillez m'excuser d'avoir manqué de respect à l'homme que vous avez mit sur votre trône mais il n'est pas vous.

Un silence pesant resta quelques secondes. La Pucelle ne se releva pas, un genoux à terre en signe de soumission à son roi dont elle était sûre de l'identité. Le servant la regardait, ne disant rien, la jugeant du regard alors que le régent sur le trône lui avait l'air paniqué.

- Relève toi. Jeanne de Domrémy. Dit-il sur un ton amusé alors qu'un léger sourire commença à naître sur les lèvres de la sainte qu'elle fit taire tout de suite.
- Tu as raison. Cet homme n'était qu'un de mes serviteurs. Il fallait bien que je vérifie si les choses que l'on dit sur toi sont vraies. Dis moi, que peux-tu m'apporter ? Ma cour est aux abois, les anglais pressent un peu plus chaque jours, qu'est-ce qu'une femme peut y faire ?

Elle était confuse, un monarque ne devait-il pas inspirer le courage, la foi et la force ? Qu'en était-il de cet homme qui avouait devant elle, une simple roturière, devant ses nobles, qu'ils étaient à un doigt de la destruction. Elle senti l'air devenir pesant, mais personne ne sembla le contredire, les regard étaient fuyants, les bien-nés ne pouvaient pas même le contredire tant l'avancée de cette guerre avait encré une pensé puissante : la France allait perdre.

La sainte commença à bouillir de nouveau, comment le roi pouvait-il l'accepter ? Comment ne pouvait-il qu'essayer de réduire ce qu'ils pensaient inéluctable ? Comment pouvait-elle accepter de laisser ces monstres mettre à sac plus de villages ? Tuer plus d'innocents ? Elle plaqua son poing ganté contre sa poitrine, son regard brûlait d'une nouvelle détermination. Sa mission était sacré, elle le savait, tant que les voix lui parleraient elle le serait, c'est d'une voix implacable qu'elle s'exprima;

- Votre grâce, non, Dauphin. Vous avez raison. Je ne suis qu'une femme. Mais sachez le, ces voix que j'entend sont celles envoyées par le Roi du ciel. Je suis venue ici pour vous donner mon épée, pour devenir votre main armée dans le combat contre l'Angleterre, contre la Bourgogne ! Laissez moi vous annoncer ces faits. Orléans sera libéré. Vous serez couronné roi. Paris sera aussi libérée et le duc d'Orléans rejoindra vos côtés.

Un silence de mort tomba. Plus personne n'osait dire mot, tous les regards étaient pointés devant ce monarque qui n'était pas encore sacré. Des centaines d'expressions différentes agrémentaient les visages, peur, intrigue, dégoût, émerveillement, admiration, consternation... Enfin un murmure effréné s'éleva dans la salle du trône uniquement pour se voir taire par la main levée du dauphin.

- Que l'on fasse ausculter cette... Sainte, que l'on puisse prouver qu'elle est bien vierge, qu'elle comparaisse devant notre clergé. Envoyez aussi des hommes à Domrémy, qu'ils vérifient qu'elle est bien celle qu'elle prétend. Et si tout cela s'avère vrai... Alors il se pourrait bien que Dieu nous ait envoyé une véritable libératrice.

Un étrange sourire vint illuminer le visage du monarque, elle lui répondit du sien, confiant et sûr, rassurant.

Lors du test de piété qu'on lui fit passer elle dû subir des interrogations incessantes d'hommes qui voyaient d'un mauvais oeil une femme ayant des pouvoirs surpassant leur rôles, tous usaient de questions pour la piéger afin de vérifier ses dires auxquelles elles n'affirma rien de plus que sa volonté;

- Et dans quelle langue parle ces voix au juste ? Lui avait une fois demandé l'un des prêtres avec un fort accent.
- Dans un meilleur français que le votre. Avait-elle répondu froidement, en ayant assez des questions sans buts.





Elle s'en alla pour Orléans quelque temps plus tard, vêtue d'une armure, armée d'une épée et de sa lance surmontée de l'étendard blanc à la fleur de lys sur lequel elle avait fait inscrire Jhesus Maria en hommage à sa foi. Elle était à la tête d'un convoi de ravitaillement, aidée de Jean D'Orléans, sa première action fut d'expulser toutes les prostituées suivant leur groupe, elle en faisait marier d'autre aux soldats quand elles témoignaient d'une véritable pensée chrétienne et voulaient changer leur vie. Les autres elle les laissait car elle ne pouvait juger de leur salut.

Orléans. Ce siège n'avait pas été levé depuis des mois. Lorsque Jeanne y arriva la première chose qui la frappa fut l'odeur, l'horreur des combats, les cadavres sur la terre tellement défigurés, massacrés, qu'on ne pouvait à peine reconnaître à quelle faction ils appartenaient originellement. Elle fut prise de terreur en voyant cela, son estomac se retournait sur lui même. Gilles de Rais, un de ses nouveaux compagnons se tint à ses côtés, la rassurant d'une main sur l'épaule.

La rage vint ensuite, lorsqu'elle se présenta devant les généraux beaucoup montrèrent leur mécontentement à l'idée qu'une jeune femme les représente. Ils furent encore plus en colère quand elle commença à exposer ses théories. Elles ne faisaient aucun sens, allaient à l'encontre de tout bon sens stratégique. Ils ne pouvaient rien faire, ils avaient ordre du roi Charles de l'écouter elle et les voix qui la guidait.

- Aujourd'hui, nous récupérons Orléans, aujourd'hui nous récupérons les terres du Dauphin Charles, aujourd'hui nous récupérons nos familles, nous boutons les anglais hors des terres sacrées de France, nous nous débarrasserons de nos ennemis car le Tout-Puissant le veut ! Car l'archange me guide ! Suivez moi et regardez !

C'est sur ces mots qu'elle s'élança sur son cheval, lance et étendard au vent, fière, droite, alors que les voix des hommes hurlèrent toutes en même temps, l'effet de Jeanne sur les troupes était remarquable, jamais les généraux n'avaient vu des hommes prêts à donner leur vie pour suivre une femme.

Et la pucelle tua, elle se rua, transperça, piétina, soulevée par sa foi et sa confiance elle s'élança, est-ce qu'elle commit des horreurs ? Oui. Est-ce qu'elle le regrettait ? Non. Elle ne tua pas ceux qui fuyait, elle ne s'attaqua pas aux femmes, ni aux enfants alors que les portes tombaient, elle hurlait aux hommes de ne pas leur faire de mal et la plupart l'écoutèrent car ils avaient peur des répercussion du Divin sur eux.

Elle était sale, couverte du sang des anglais, sa tunique blanche n'avait plus que la couleur du soleil couchant, ses cheveux collaient en une épaisse masse sur son visage, elle était exténuée par la bataille. Elle avait survécu par les conseils de l'archange et par la puissance qui lui avait été offert. Elle avait tranché. Elle avait vaincu. En quelques jours à peine elle avait mit terme à une ville qui résistait à toute offensive française depuis des années.

- LA PUCELLE !

Ce cri retenti partout dans la ville d'Orléans toute la nuit durant les femmes voulaient qu'elle embrasse leurs enfants pour les protéger, les hommes la considérait comme l'une des leurs. Les généraux s'inclinaient presque sur son passage.

Un sourire naquit sur son visage dont elle ne put se défaire ce soir là. Maintenant elle en était persuadée, maintenant, la moindre once d'un doute s'était effacée, ce qu'elle faisait était bien. Cette soirée là, elle pria, remerciant le Seigneur, l'archange et les saintes de l'avoir dotée de cette force, elle pria pour le salut des tombés, des français comme des anglais, enfin, elle pria pour que Tout-Puissant ait pitié de leur jugement passé, présent, et à venir.


- Tu sais ce qu'il s'est passé par la suite. Commenta la familière voix, faisant s'effondrer la vision.[/color]
- Oui je le sais. J'ai été trahie. Lui répondit-elle presque dans un murmure.
- Lui aussi a été trahi, par l'un de ses proches qui plus est.
- Penses-tu que ce soit le destin de tout ceux qui acceptent d'être l'instrument du Tout-Puissant ?
- ... Je ne sais pas. Il semble qu'il s'agisse d'une récurrence dans l'histoire humaine. Votre existence est contradictoire.
- ...

Il n'avait pas tord. Les humains sont contradictoires, oui. Donnez leur un sauveur et d'autant plus se soulèveront contre. Elle était mal placée pour dire le contraire, n'ayant connu que le conflit.

Elle soupira légèrement, les images se faisant rapides, elle y vit de nombreuses choses, la bataille de Patay à laquelle elle ne participa pas mais conseilla les généraux, Loches, où elle arriva à convaincre le Dauphin d'aller se faire sacrer à Reims, l'assurant qu'elle saurait protéger sa délégation.

Elle avait raison.

Tous les villages aux mains des bourguignons tombaient sous ses assauts, des lieux qui n'avaient pas été repris depuis des années du joug des ennemis anglais.

Une fois arrivée à Reims elle fut présente au sacrement du roi. Elle fit envoyer une lettre annonçant la nouvelle à tous, surtout à ses détracteurs et aux forces britanniques représentées par Philipe le Bon de Bourgogne. Déjà une rumeur commença à s'élever, Charles VII venait d'avoir une légitimité sur le trône de France, un pouvoir divin, et si cette Pucelle était véritablement une envoyée de Dieu ?

Elle conduisit sa troupe dans de nombreux villages, les libérant tous, l'épée de de Charles Martel qu'elle découvrit sous l'autel de Sainte-Catherine-de-Fierbois alors qu'elle avait brisé son ancienne arme sur le dos d'une catin, de sa position de guerrière et de chef de guerre aux méthodes peu conventionnelles mais qui fonctionnaient, l'étendard toujours au vent, la victoire au bout des lèvres et les cris des hommes pour la suivre, elle se souvient de Gilles, de La Haye, de tous ses compagnons qui étaient là pour la soutenir. Sa compagnie ressemblait plus à celle de mercenaires que de nobles et pourtant elle y passa ses meilleurs moments, des rires, tous ensemble, de la joie, de la rage des combats, partout elle se sentait chez elle grâce à eux. Elle dansait avec eux dans des festins improvisés, elle riait, pleurait, s'énervait à leurs côtés. Et tous l'adorait pour cela, pour cette Pucelle si humaine.

- Je t'ai déjà dit de cesser de m'appeler "ma dame" Gilles, je ne suis pas noble tu le sais. Elle sortait de la tente de commandement avec lui, il l'avait accompagnée, il refusait presque qu'elle parte quelque part sans lui.
- Mais ma... Jeanne, ce n'est qu'une marque de respect. Dit-il, visiblement frustré.
- Je sais, mais je le préfère ainsi, nous ne sommes qu'une bande armée de canailles. Lui dit-elle avec un sourire amusé.
- Plutôt en mission divine.
- C'est vrai, nous sommes en mission, mais ça ne fait pas moins de nous des canailles, non ?
- Parfois je ne sais pas si tu es une idiote ou bien une incomprise.
- Probablement les deux à la fois ?
- Hey ! La Haye, qui est Jeanne pour toi ? Il venait d'alpaguer un autre des plus proches compagnons de la sainte.
- Une grande femme doublée d'une sacrée paire de couilles monseigneur de Rais !
Jeanne éclata de rire suivie par ses deux amis, donnant une forte accolade aux deux. Elle se sentait infiniment bien en compagnie de ces hommes qu'elle voyait maintenant comme sa propre famille.

- Savais-tu qu'il t... L'archange venait de couper sa vision.
- Oui je le savais. J'ai toujours su que Gilles m'aimait plus que comme un mentor, un frère ou encore un père. Mais vous ne me l'aviez pas dit.
- Nous ne pouvons pas tout savoir. Pourquoi ne pas lui en avoir parlé ?
- Je ne l'ai jamais vu ainsi. Je lui aurais fait du mal et ce n'était pas ce que je souhaitais. Peut être était-ce une erreur mais... J'ose espérer qu'il a vécu une belle vie après tout ceci.

Gilles avait toujours laissé une certaine amertume dans son coeur. Elle l'avait su assez rapidement à ses côté qu'il l'appréciait plus qu'il n'aurait dû. Elle n'avait jamais rien fait pour ou contre cela, elle n'en avait pas le temps ou bien est-ce une excuse car elle ne voulait pas s'en occuper ? Elle ne savait pas quoi faire de cette affection qu'elle n'éprouvait pas. Son statut de symbole, de chef de guerre l'avait rapidement mise hors de conditions pourtant simples et le regard de Gilles sur elle, bien que toujours respectueux avait fait naître un mal à l'aise en son coeur qu'elle avait apprit à ignorer. Lui, de son côté n'avait jamais fait un mouvement vers, il la respectait bien trop pour cela, mais ses yeux, ce regard profond trahissait souvent une pensée romantique. Pensée à laquelle la Pucelle d'Orléans ne savait pas comment répondre.

elle secoua sa tête, des gerbes de cheveux blonds presque argentés remuant en rythme avec son mouvement elle évacua ces pensées parasite qui commençaient à donner naissance à plus d'images de Gilles et s'attela au reste.

Paris. Elle était sûre de pouvoir y arriver, après tout elle n'avait pas perdu une seule bataille depuis et malgré le doute du Roi à y aller elle arriva à le convaincre tout de même, suivant toujours ses voix et son sens militaire la bataille semblait gagnée jusqu'à qu'une flèche la blesse, elle voulait continuer de plus belle, ne pas s'arrêter mais ses hommes la rapatrièrent sous ses insultes.

Elle était choquée de voir que le peuple parisien refusait d'être libéré. Enragée de voir qu'ils voulaient rester sous le joug des anglais. Car, lorsqu'elle s'était présentée en les menaçant d'attaquer cette immense forteresse ils lui avaient rétorqué qu'ils n'obéiraient pas au roi de France et qu'elle n'était pas une envoyée divine.

Le moral des hommes baissa de voir leur Sainte blessée quand bien même elle l'avait annoncé dans l'une de ses prophéties et le siège fut vite abandonné, laissant la ville aux anglais. Elle fut amenée à la cour du régent qui lui interdit de mener toute autre compagne en son nom.

Elle passa plusieurs jours à guerroyer et à réfléchir à ce peuple qui ne voulait pas d'elle. Elle en vint à une conclusion, et à une décision lorsqu'elle entendit parler de Compiègne.

- Certains ne peuvent se rendre compte que le salut est devant eux. Le mal et le bien sont deux barrières fines, pour eux, j'étais une envoyée du royaume des damnés lui même. J'étais trop naïve sur ce point, je n'abandonnerai pas ma quête. Et si je dois être leur mal pour que les Cieux triomphent alors j'accepte ce rôle avec joie. Se dit-elle enfin.

Elle n'eu donc que faire de cette interdiction, elle s'enfuit du château royal et de la cour, grâce à ses nouveaux contacts elle assembla une troupe de mercenaires, aidée de ses compagnons de toujours et se déclara indépendante, elle regagne beaucoup de villages grâce à ses combattants et fait d'eux une compagnie sainte, se battant pour le seul véritable objectif de Jeanne, bouter les anglais hors de France. Si pour elle, asseoir le roi sur le trône était un mouvement divin, elle n'avait plus besoin de lui, tirant ses révélations directement des cieux. Ses amis et les troupes écossaises l'accompagnaient. Enfin elle retrouva la joie qui lui manquait, les rires, les pleurs, la colère, cette humanité à laquelle elle se sentait attirée, appelée. Elle se souvient des parties de cartes, du mélange d'écossais et de français qu'elle entendait, des bagarres que l'incompréhension pouvait causer. Mais surtout, de cette unité.

Mais c'est en libérant Compiègne, une fois sortie vers une nouvelle conquête qu'elle se fit capturer par les Bourguignons, elle essaya plusieurs fois de s'enfuir sans succès. Elle se jeta même depuis la tour du château de Beaurevoir mais se blessa dans sa chute, se faisant rapidement rattraper par ses ennemis. Sa survie étant miraculeuse et de peur qu'elle recommence elle fut vendue par les anglais, et transportée à Rouen pour y subir un procès mené par Pierre Cauchon.

Soumise à un interrogatoire sans pitié, ils étaient forcés d'inventer des chefs d'accusation pour rendre cette farce crédible, vivant des des conditions déplorables, jamais elle ne laissa tomber, jamais elle ne fut rendue plus bas que terre, toujours elle priait, toujours elle déviait les remarques du juge. Même en refusant qu'elle communie, elle tenait bon. Quand on la força à signer un contrat stipulant que ses voix venaient du démon sans la prévenir de la nature de ce dernier elle le fit, seulement pour l'apprendre des nones qui venaient lui rendre visite pour lui faire cracher leur "vérité", alors prise de rage elle réfuta ce papier les força à continuer le procès. Pendant trois mois les faux témoignages se succédèrent, pendant trois mois elle les démentis continuellement, pendant trois mois elle fut traitée comme une simple esclave.

Quand on lui avait demandé si elle avait essayé de s'enfuir elle avait répondu :

- Bien sûr, n'est-ce pas la cause légitime que cherchent tous les prisonniers ?

Quand on lui avait demandé si elle servait le Christ et donc Dieu, l'Eglise, ou bien les deux elle avait répondu :

- Jésus Christ et l'Eglise ? Je sais qu'ils représentent une seule et unique chose. Inutile de compliquer plus que nécessaire.

Quand on lui avait demandé si Dieu détestait bel et bien les anglais elle avait répondu :

- Je n'en sais rien, mais je suis convaincue qu'ils seront boutés hors de France, exceptés ceux qui mourront sur cette terre.

On lui demanda si elle était en état de Grâce, une grande question piège car si elle l'était alors elle se considérait comme Sainte ce qui était un blasphème. Si elle ne l'était pas, alors elle était une sorcière, elle répondit calmement à cette accusation voilée;

- Si je ne le suis pas, que Dieu veuille m'y mettre. Si je le suis,  qu'il veuille bien m'y garder...

Enfin, quand le juge lui dit que son autorité supplantait celle de Jeanne en matière de théologie, qu'elle n'aurait pas accès au soutient du Pape, elle tint fermement son regard et prononça glacialement :

- Vous vous dites être mon juge, ce dont je ne suis pas sûre ! Mais laissez moi vous dire de ne pas faussement rendre verdict car vous vous mettriez en grand danger.

Elle suscitait l'admiration même de ses juges qui se trouvaient dans une impasse. Mais l'histoire est écrite par les vainqueurs, aussi décidèrent-ils de tout de même se débarrasser d'elle avant qu'il ne soit trop tard pour eux.

Malgré ses tournures de phrase intelligentes. Malgré sa foi inégalée et malgré sa volonté, un nid de vipères reste ce qu'il est et Jeanne fut conduite au bûcher le 30 mais 1431. Ligotée, le feu du bourreau commença à prendre, la Pucelle priait avec ardeur quand une voix familière se fit entendre.

- JEANNE !





Elle regarda subitement vers le bas, Gilles, son ami, Gilles, celui qui ne l'avait jamais abandonnée, surprise, terrifiée, des larmes coulèrent le long de ses joues.

- Jeanne... Excuse moi... Je suis désolé. On a fait tout ce qu'on pouvait, on a contacté le Roi, on a essayé de venir, on... Je... Je suis désolé...

Sa voix se tordait de douleur, de colère, les larmes coulaient elles aussi sur son visage, il voulait l'attraper, s'enfuir avec elle, mais il ne pouvait pas, elle ne l'aurait pas voulu. Elle regarda un instant la croix de bois sur sa poitrine qu'un gentilhomme anglais lui avait donné par pitié, son regard en disait long sur ce qu'il pensait de cette exécution. Elle regarda simplement Gilles, lui offrit son plus beau sourire, se voulant être le plus rassurant alors que déjà les flammes lui léchaient les pieds avant de prononcer avec une douceur maternelle :

- Je n'ai pas peur. Je suis née pour accomplir tout cela.

Les dernières choses qu'elle entendirent furent les sanglots de Gilles et une phrase, prononcée par l'anglais;

- Dieu ait pitié de nous... Nous avons sûrement tué une sainte...


...
...
...

Elle se réveilla de nouveau dans son champ de fleurs, des larmes coulaient le long de ses yeux.

- Gilles... Je n'ai pas été la meilleure des amies...

Un vent se leva, tout d'abord doux, puis plus violent. Mais il était différent, ô combien différent de l'appel qu'elle connaissait et oubliait à chaque fois.

- Jeanne ? Il est différent. Tu vas tout oublier cette fois-ci quand tu apparaîtras. Et tu te souviendras d'encore moins à ton retour.
- Je sais. Mais je n'ai pas peur...

Elle regarda le ciel qui commença à se déchirer comme si un rêve prenait fin.

Je suis née pour cela.
avatar
Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 21/04/2014
Voir le profil de l'utilisateur



"Jeanne c'est ton hymen qui te parle." - Wing Chun 21/08/16 12:43
Revenir en haut Aller en bas
Ven 26 Aoû - 19:01
Et voilà la fiche complète ! L'histoire n'est qu'un premier jet qui sera corrigé par la suite (doit y avoir plein de fautes omg noes et pas de musique en plus damnation !) mais au moins vous pourrez vous faire une bonne idée de ce qu'il y a déjà comme ça !
avatar
Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 21/04/2014
Voir le profil de l'utilisateur



"Jeanne c'est ton hymen qui te parle." - Wing Chun 21/08/16 12:43
Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Aoû - 12:12
Allons y pour le premier passage.

Les stats tout d'abord. Il va falloir les revoir à la baisse.
STR: 3 Jeanne est une jeune femme dont le corps n'a même pas vraiment atteint le stade adulte, donc je ne la vois pas comme particulièrement forte physiquement.
AGI: 2 Même argument que plus haut, elle n'est pas spécialement athlétique donc je pense qu'un 2 convient.
INT: 4 Jeanne n'est pas vraiment un stratège: ses réussites militaires font justement partie de son côté "messagère de dieu", et dans l'histoire Jeanne n'était pas présentée comme une commandante particulièrement expérimentée.
MAG: 6 Jeanne n'a aucune maitrise de la magie donc pas d'augmentation à ce niveau là.
LUCK: 5 Les réussites de Jeanne ne sont pas vraiment dues à de la chance, là encore c'est plus le côté messagère de dieu qui est pris en compte. Surtout si on prend en compte sa capture, sa tentatives d'évasions ratées et le simulacre de procès auquel elle a eu droit.

armure: L'armure de Jeanne ne lui a pas été offerte par Charles mais par Yolande d'Aragon la principale financière du roi.

révélation: si on suit le nasu le pouvoir est similaire à instinct, donc le bonus d'applique à la DEF, l'ESC ou la CRT D.

le bucher: je suis assez surpris de la voir capable d'invoquer les flammes  pour se battre. D'accord il s'agit d'un trait important de sa légende, mais ca renvoi quand même à sa mort non volontaire (c'est pas comme si elle s'était jetée d'elle même sur le bucher). Ce NP serait plutôt du type kamikaze si elle l'utilisait ( http://typemoon.wikia.com/wiki/La_Pucelle ). Le côté chasseuse de monstre est aussi à retirer, Jeanne n'est pas une chasseuse de monstre. Si elle avait été une inquisitrice j'aurais pas dit non mais là c'est étrange.

Histoire:

Citation :
- Qu'es-tu ? Jeanne. Pucelle. Héroïne. Sainte. Sorcière. Qu'es-tu ?
Que l'ange qualifie Jeanne de sorcière me semble assez étrange alors qu'il envoie en mission divine.

siège de Paris: la bataille n'était pas vraiment sur le point d'être remportée lorsque Jeanne fut blessée. Tu pourrais aussi insister sur le fait que ce sont les parisiens eux même qui défendent la ville contre les français et qui provoquent sa défaite, je pense que ca serait intéressant.


Citation :
Elle n'en eu que faire, elle s'enfuit du château royal et de la cour, grâce à ses nouveaux contacts elle assembla une troupe de mercenaires, aidée de ses compagnons de toujours et se déclara indépendante, elle regagne beaucoup de villages grâce à ses combattants et fait d'eux une compagnie sainte
Si on suit l'histoire de Jeanne ses actions indépendantes n'ont pas rencontrés de réels succès militaires donc ce passage est à changer.

mort de Jeanne: Dans le nasu, un passage indique que Jeanne a des visions aux moments de sa mort sur ce que sa vie aurait pu être ( http://typemoon.wikia.com/wiki/Ruler_(Fate/Apocrypha) ). Je pense qu'il serait intéressant que tu inclus ce passage dans l'histoire qui s'en trouverait enrichie, cela permet en effet de montrer d'autant plus la dévotion de Jeanne à sa mission divine.

Il y'a en effet plusieurs fautes dans la partie personnage et je t'invite à les corriger. Des musiques seront les bienvenues pour la rendre plus intéressantes encore! Je pense qu'une fois ces modifications effectuées le plus gros sera fait.
Blondin cosmique
avatar
Nombre de messages : 278
Date d'inscription : 20/06/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 30 Aoû - 22:43
A mon tour aussi dans ce cas ~

Citation :
STR: 3 Jeanne est une jeune femme dont le corps n'a même pas vraiment atteint le stade adulte, donc je ne la vois pas comme particulièrement forte physiquement.

Alors dans ce cas faut revoir à la baisse les 3/4 des servants au corps "faiblard" de visuel à commencer par Arthuria/Hassan/Wing (bref la liste peut être longue ^^), je rappelle que Jeanne est une femme qui a vécue comme fermière quand bien même sa famille était aisée par le fait d'être, et oui, des laboureurs, ce qui veut dire, en gros, qu'ils avaient des terres et des bêtes et s'occuper des bêtes ça fait le corps.

De plus, ayant passé un pacte avec Alaya (l'entité qu'elle confond avec Dieu et qui selon certaines théories EST Dieu, le mysticisme marchant de sorte à si quelque chose dans le cas d'un servant est confondu avec un autre mais fonctionne dans la dite légende alors il est vrai) elle était déjà boostée physiquement aussi.

Aussi, elle portait sans soucis visibles l'armure qu'on lui avait fait et avec un minimum d'entrainement martial et militaire donc pour une "simple" frêle fille c'est pas mal aussi, je te conseille d'aller lire plus que la page wikipédia la concernant :). C'est pas léger une armure lourde.

Enfin, suivant encore une fois la légende (et non pas l'histoire hein, les servants fonctionnent sur la légende et pas que l'historique sinon les 3/4 des servants de l'âge des dieux vont à la poubelle).

Sinon en soit la stat elle me va.

Citation :
AGI: 2 Même argument que plus haut, elle n'est pas spécialement athlétique donc je pense qu'un 2 convient.

CF ce que j'ai dit plus haut mais ça me va.

Citation :
INT: 4 Jeanne n'est pas vraiment un stratège: ses réussites militaires font justement partie de son côté "messagère de dieu", et dans l'histoire Jeanne n'était pas présentée comme une commandante particulièrement expérimentée.

Ben si en fait. Comme je l'ai noté partout les voix donnent des conseils et uniquement des conseils, les décisions viennent de Jeanne tout comme un gps te donne une indication et non ne t'y force, ce n'était qu'une messagère pas un avatar contrôlé par pilote automatique sans quoi je me prend un NP qui up ses stats parce qu'elle a la grâce de Dieu xD.

Donc je partirai plus sur un 3. L'intelligence ce n'est pas que le savoir, c'est aussi l'ingéniosité, la capacité à improviser, le fait de savoir réfléchir tout simplement. Après tout elle a un peu réussi à faire vivre un enfer de réthorique à ses tortionnaires, des gens qui ont passé des années dans les manipulations politiques, la théologie, les quelques rares gens qui étaient éduqués tout simplement. Pas mal une fille de fermier, non ? Aussi, ayant vécu au sein de la cour française pendant un temps, ayant réussi à maintenir un groupe de mercenaire géré uniquement par elle même et ayant appris à réaliser des sacrements, cela prouve qu'elle avait effectivement certes, peu de culture et de connaissances pratiques mais beaucoup d'intelligence innée. Et ce, juste pour une fille sortant d'un trou du cul paumé français, c'est foutrement bien.

Elle était une stratège, ce n'était pas conventionnel, mais si ce n'est dire "Il faudrait enfoncer cette porte là" les voix ne lui donnaient pas avec une précision de satellite militaire de la NASA ce qu'il fallait faire, penses-tu qu'ils auraient conseillé d'envoyer une tour de siège contre une porte pour la faire céder ? Ce qui caractérise l'intelligence de Jeanne ce sont deux choses, son audace et son ingéniosité. Les voix aidaient en cela mais pas plus.

Citation :
MAG: 6 Jeanne n'a aucune maitrise de la magie donc pas d'augmentation à ce niveau là.

Et encore une fois pas d'accord (décidément ~). Elle savait réaliser des sacrements (encore je te rappelle que les rumeurs, les légendes et ce qu'on dit des servants influence BEAUCOUP sur le résultats de ce qu'ils sont, sinon Gilgamesh c'est juste un pauvre roi mégalo avec rien de plus que beaucoup de sous et une homosexualité à peine refoulée).

Je verrai donc plus un 5 au moins. Encore une fois un pacte avec l'entité de l'humanité plus des connaissances en sacrements plus la réputation de sorcière plus envoyée divine ça fait beaucoup de surnaturelle pour une seule personne à une époque où les légendes se font de plus en plus rares au profit de beaucoup d'historique (elle fait même une grosse exception à cette règle).

Citation :
LUCK: 5 Les réussites de Jeanne ne sont pas vraiment dues à de la chance, là encore c'est plus le côté messagère de dieu qui est pris en compte. Surtout si on prend en compte sa capture, sa tentatives d'évasions ratées et le simulacre de procès auquel elle a eu droit.

Cf ce que je disais. La chance représente beaucoup de choses, effectivement, si on a eu de la chance ou pas, la façon dont le personnage considère sa vie et comment le dit personnage a mené cette existence. Jeanne ne regrette absolument pas sa fin. La capture et les tentatives foirées ? C'est peu contre tout ce qu'elle a libéré au nez et à la barbe d'armées mieux entraînées, plus performantes, avec plus de moyens et avec des généraux avec l'avantage du terrain.

Réaliser des miracles, trouver des objets qui ne devraient plus exister ou encore forcer une garnison entière à renoncer aux prostitués ou à ce marier à elle n'est pas aussi preuve de cela ?

Enfin ! La guerre de cent ans est vu comme carrément une putain de malédiction. Un truc que personne ne voyait se terminer. ELLE, elle y a mit un terme, ça fait aussi une autre preuve sympa.


Citation :
armure: L'armure de Jeanne ne lui a pas été offerte par Charles mais par Yolande d'Aragon la principale financière du roi.


Est-ce pertinent quand je me base sur une légende agrémentée d'historique ?


Citation :
révélation: si on suit le nasu le pouvoir est similaire à instinct, donc le bonus d'applique à la DEF, l'ESC ou la CRT D.

Nope, il agit de façon similaire à Instinct sans être Instinct. Là où ce dernier est littéralement un sixième sens très développé qui vient aussi d'une forme d'expérience ou alors inné chez certains servants il permet d'anticiper ce qui va se passer en le voyant venir à l'avance.

Revelation, comme sa description anglaise le décrit, permet de trouver la meilleure façon de faire quelque chose. Si mon but est (comme je le décrit aussi dans la fiche) de trouver un magasin de cupcakes, Revelation m'aidera dans ce but. Si mon objectif est de trouver la meilleure façon de me débarrasser du servant en face de moi, Revelation m'aidera à trouver des points faibles et à survivre (par le biais des voix dans le cas de Jeanne entre autres)


Citation :
le bucher: je suis assez surpris de la voir capable d'invoquer les flammes  pour se battre. D'accord il s'agit d'un trait important de sa légende, mais ca renvoi quand même à sa mort non volontaire (c'est pas comme si elle s'était jetée d'elle même sur le bucher). Ce NP serait plutôt du type kamikaze si elle l'utilisait ( http://typemoon.wikia.com/wiki/La_Pucelle ). Le côté chasseuse de monstre est aussi à retirer, Jeanne n'est pas une chasseuse de monstre. Si elle avait été une inquisitrice j'aurais pas dit non mais là c'est étrange.

Elle a accepté cette mort là. C'est donc une cristallisation de ce moment précis. De plus c'est faux, tu as mal lu, ce NP fait référence à cet instant ET à "L'appel" qui est l'origine de Jeanne. Ce qu'elle Appelle sur le champ de bataille ce sont les flammes qui caractérisent sa fin et des flammes divines qui sont ce qu'elle perçoit comme le jugement apporté aussi par l'archange Michel (un archange de la guerre quand même le fiston) et par la main de Dieu qui l'aide. BEAUCOUP de choses sont faites au juger du servant sur ce qu'il est je te le rappelle.

Citation :
Histoire:

Citation :

- Qu'es-tu ? Jeanne. Pucelle. Héroïne. Sainte. Sorcière. Qu'es-tu ?

Que l'ange qualifie Jeanne de sorcière me semble assez étrange alors qu'il envoie en mission divine.

siège de Paris: la bataille n'était pas vraiment sur le point d'être remportée lorsque Jeanne fut blessée. Tu pourrais aussi insister sur le fait que ce sont les parisiens eux même qui défendent la ville contre les français et qui provoquent sa défaite, je pense que ca serait intéressant.

Ben en fait il ne fait qu'énumérer les surnoms qu'elle a eu dans sa vie et qu'elle aura dans sa vie, logique vu qu'elle est transposée (dans son esprit) dans un endroit sans temps qui sait déjà ce qui va lui arriver sans le lui dire.

Ensuite... Ben encore une fois je me base sur la légende. La légende qui fait que Jeanne s'est belle et bien battue et à reversé le cour grâce à ses propres décisions et à ce qu'elle représentait sur le champ de bataille, pas parce que les pécores de Paris ont décidé de faire une révolution avant l'heure. La légende avant la vérité historique (non parce que sinon on retire aussi pratiquement tout ce qu'à fait Arthuria hein, une épée qui tire des rayons c'pas très crédible).


Citation :
Si on suit l'histoire de Jeanne ses actions indépendantes n'ont pas rencontrés de réels succès militaires donc ce passage est à changer.

mort de Jeanne: Dans le nasu, un passage indique que Jeanne a des visions aux moments de sa mort sur ce que sa vie aurait pu être ( http://typemoon.wikia.com/wiki/Ruler_(Fate/Apocrypha) ). Je pense qu'il serait intéressant que tu inclus ce passage dans l'histoire qui s'en trouverait enrichie, cela permet en effet de montrer d'autant plus la dévotion de Jeanne à sa mission divine.

Il y'a en effet plusieurs fautes dans la partie personnage et je t'invite à les corriger. Des musiques seront les bienvenues pour la rendre plus intéressantes encore! Je pense qu'une fois ces modifications effectuées le plus gros sera fait.

Elle était accompagnée par ses voix jusqu'à sa fin. Elle a remporté un certain nombre de batailles quand elle était en solo avec sa troupe encore une fois face à une armée mieux entraînée, avec plus d'hommes, avec un meilleur équipement qu'une bande de mercenaires et deux pauvres seigneurs qui ne pouvaient avoir accès à tous leurs moyens partout où elle allait.

Je ne suis pas exactement tout ce qu'il se passe dans le nasu pour son histoire (sinon je demande à avoir ses stats lol) mais j'y jetterai un oeil, je te remercie pour cela.

Effectivement les fautes et musiques et tout le toutim sera rajouté après tout cela ~

Personnellement je t'invite donc à regarder plus le côté légendaire que l'historique, c'est ce qu'il y a de plus intéressant pour un servant et aussi simplement la façon dont ils fonctionnent.

Enfin, à l'avenir, essaye s'il te plaît d'avoir un ton plus avenant (j'ai utilisé le même pour les 3/4 de mon post comme tu peux le voir ça a pas l'air sympa) pour de nouveaux venus c'est plus avenants. :)

Donc voilà je pense avoir fait un bon compte rendu de ce que je pensais de tout cela. Merci pour ta lecture.
avatar
Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 21/04/2014
Voir le profil de l'utilisateur



"Jeanne c'est ton hymen qui te parle." - Wing Chun 21/08/16 12:43
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 1 Sep - 11:01
Après discussion au sein du staff voila ce qui est proposé, à toi de me dire ce que tu en pense.

STR: 3 La justification du labourage et d'être capable de porter une armure lourde ne suffit pas vraiment pour une augmentation en force, même si ca a entretenu une forme physique. Pour te donner une idée, on a Cuchulain qui est plus fort que Jeanne et qui pourtant avec la conversion de notre système se retrouve également avec un 3 en force. Après pour Arturia la comparaison n'est pas possible puisqu'elle est invoquée en tant que saber, donc supérieure physiquement à la base. Quand à Wing elle explose du béton à main nue, et Hassan est un tueur entrainé donc là encore ça se justifie.

AGI: 1 Vu qu'en Ruler (nasu) Jeanne a un A en AGI et que Lancer est supposé être meilleur sur cette stat (même si les comparaisons sont difficiles vu que Ruler est une classe particulière) ce serait justifié surtout qu'elle serait plus du genre à éviter les attaques qu'à tanker.
Edit Brynhild : on avait dit 2 en AGI ;)

INT: 4 Jeanne a des capacités de raisonnement et de rhétorique, mais à la base ça reste quand même une jeune femme qui reçoit les conseils de ses voix. Si elle a tenu la confrontation rhétorique, c'est justement grâce à sa Révélation (et aussi certainement grâce à sa foi inébranlable en dieu). Après elle garde une certaine ingéniosité donc je pense qu'elle mérite la moyenne.

MAG: 5 Le côté bénie lui donne une certaine magie mais ça ne va pas beaucoup plus loin. Quand à sa réputation de sorcière il s'agit surtout d'une tentative de discréditation de la part de ses ennemis qui voulaient la présenter comme une envoyée du diable qui voulaient minimiser leurs propres échecs. Ce n'est pas comme si elle avait réellement été une sorcière, même dans sa légende, c'est surtout une affaire de points de vues.

LUCK: 5 Jeanne a une élue de dieu c'est indéniable et elle a connu plusieurs succès. En même temps quand on voit comment ça s'est fini pour elle je n'appelle pas vraiment ça une bénédiction. Elle a quand même fini brulée vive en étant accusée de sorcellerie. Quand à la guerre de cent ans, il n'est pas tout à fait exact de dire qu'elle y a mis fin (elle ne s'est achevée réellement qu'en 1453 soit plus de 20 ans après sa mort) je dirais plutôt qu'elle a lancé le processus qui a mis fin à la guerre.

armure: Le problème c'est surtout qu'à l'époque Charles VII avait à peine de quoi entretenir une armée. Donc il est étrange qu'il donne une armure de si bonne qualité à une jeune fille qui se prétend messagère de dieu (ce qui ne semblait pas encore vraiment évident à ce moment pour le roi et sa cour, même si certaines indices le laissaient déjà penser) et qui n'a encore connu aucun succès militaire. Après je conviens que ce n'est qu'un détail.

révélation: Il y'a des moyens plus simples que des voix divines pour trouver des magasins de cupcakes. A part ça je n'ai rien à redire ^^.

bucher: Il ne s'agit pas à proprement parler de flammes divines, après tout Jeanne n'a pas été brulée par dieu lui même ou l'un de ses anges (même si finir brulée faisait probablement parti de son destin en tant qu'envoyée de dieu). Je ne suis pas contre le fait en soit qu'elle puisse convoquer les flammes de son bucher, mais pour qu'il s'agisse d'une véritable matérialisation d'une part de sa légende il faudrait que le côté kamikaze soit plus accentué. Je m'explique: si Jeanne matérialise simplement des flammes pour attaquer son ennemi ça ne renvoi pas vraiment à sa légende (vu que ce n'est pas une pyromane ou une inquisitrice). Par contre si Jeanne est enveloppée de flammes et attaque son adversaire de cette manière là on pense tout de suite à elle (du moins pour ma part). Tu peux donc réfléchir à un effet particulier en rapport avec ce côté (sachant que l'attaque n'implique pas nécessairement non plus son décès sinon ce NP serait quelque peu étrange). Si jamais tu n'as pas d'idée à ce sujet je t'en proposerai et tu me diras si ça te vas, je vais y réfléchir.

histoire: J'essaierai de prêter un peu plus attention à la légende plutôt qu'à l'histoire, après le problème c'est que c'est à la base un personnage historique donc les faits historique sont tout de même une grande importance. Tu peux regarder la Jeanne du nasu par contre je crains que ça ne t'avance pas beaucoup pour les stats vu qu'elle est invoquée dans une classe à part.

Désolé si je t'ai paru peu accommodant lors de mon premier message, je ne devais pas être en grande forme et je ne m'en suis pas rendu compte sur le moment. Je tacherais de faire plus attention par la suite.
Blondin cosmique
avatar
Nombre de messages : 278
Date d'inscription : 20/06/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Sep - 8:55
Ne t'en fais pas Orion je ne l'ai pas mal pris c'était simplement pour montrer. Personne n'est toujours ultra agréable à 200% à commencer par moi ! :)

Mais revenons en à la fiche !

Citation :
STR: 3 La justification du labourage et d'être capable de porter une armure lourde ne suffit pas vraiment pour une augmentation en force, même si ca a entretenu une forme physique. Pour te donner une idée, on a Cuchulain qui est plus fort que Jeanne et qui pourtant avec la conversion de notre système se retrouve également avec un 3 en force. Après pour Arturia la comparaison n'est pas possible puisqu'elle est invoquée en tant que saber, donc supérieure physiquement à la base. Quand à Wing elle explose du béton à main nue, et Hassan est un tueur entrainé donc là encore ça se justifie.

La stat me va en soit.

Seulement un léger soucis, les Assassins ne sont pas connus pour leur force, ils ne font pas partie des classes chevalières et à raison, ce ne sont pas des combattants mais des tueurs surentraînés comme tu le disais, des gens donc très agiles, très techniques, capables d'éliminer rapidement et sans bavure mais pas des combattants.

J'espère donc que tu comprends le fait que j'ai du mal à voir comment les stats fonctionnent quand je me vois partager une stat de force avec la classe soit disante la plus faible dans ce domaine après Caster. D'autant plus quand l'un est un Hassan donc un wraith et l'autre une martialiste du 17ème soit quand même presqu 5 siècles d'écart et quand les deux sont ultra moins connus que la fameuse Jeanne en question. Peut être dans ce cas faut-il plutôt revoir ces stats ? Je me doute bien que le but n'est pas de faire des assassins des faiblards que personne ne voudra jouer et ce n'est pas mon but mais être moins bien foutu que ces deux là me fait tiquer légèrement. Je ne sais pas où me placer dans ce système, si il est logique d'avoir des stats moins bonnes qu'une Jeanne Saber ce qui est normal je le concède cela m'intrigue beaucoup plus d'être en dessous des Asssassins du forum.

Citation :
AGI: 1 Vu qu'en Ruler (nasu) Jeanne a un A en AGI et que Lancer est supposé être meilleur sur cette stat (même si les comparaisons sont difficiles vu que Ruler est une classe particulière) ce serait justifié surtout qu'elle serait plus du genre à éviter les attaques qu'à tanker.
Edit Brynhild : on avait dit 2 en AGI ;)

Justement je ne me basais pas sur Ruler, je ne le peux pas pour une raison simple, la classe n'est pas statée dans l'univers, je me suis simplement basée sur la stat de base des lancers dans ce domaine. Je pointerai Diarmuid qui certes si il est un meilleurs combattant dans l'absolu et plus vieux que Jeanne n'a pas passé de pacte avec Alaya (aka la conscience de l'humanité) et n'a pas non plus son fame. Et oui, il a un A lui aussi, c'est un peu une tangeante facile des Lancer tant qu'ils sont vraiment pas trop jeunes ou trop obscurs.

Mais la stat me va aussi.

Citation :

INT: 4 Jeanne a des capacités de raisonnement et de rhétorique, mais à la base ça reste quand même une jeune femme qui reçoit les conseils de ses voix. Si elle a tenu la confrontation rhétorique, c'est justement grâce à sa Révélation (et aussi certainement grâce à sa foi inébranlable en dieu). Après elle garde une certaine ingéniosité donc je pense qu'elle mérite la moyenne.


J'aimerai bien que vous rediscutiez encore une fois de ce point entre vous (oui je suis chiant je sais, pardon) simplement car pouvoir poutrer quelqu'un comme du niveau d'un évêque en réthorique à l'époque moyen-âgeuse avec l'éducation et le pouvoir politique qu'ils avaient c'est plus que des connaissances basiques. C'est une vraie intelligence supérieure qui encore une fois peut être justifiée par ses capacités innées d'humaine et son up en tant que CG. D'autant plus qu'elle avait été maltraitée, torturée, bref, pas en état normal de faire un débat avec un membre haut gradé de l'Eglise.

Aussi je rappelle encore que les voix ne sont pas un mode d'autopilote, elles ne donnent pas des scripts que Jeanne n'a qu'à lire. Elles donnent des conseils sur comment réagir face à quelque chose quand elle le souhaite elles ne font pas un coup de "Dis lui que sa mère est grosse", elles ne le pourraient pas, ce n'est ni leur but ni l'étendu de leurs capacités, la réthorique de Jeanne était bien uniquement la sienne.

Pour moi elle mérite un 3 ne serait-ce que par rapport à ce à quoi elle démarrait dans la vie elle l'a foutue dans le fondement de pratiquement tous et ce pas en y allant à coup d'épaules dans la gueule comme beaucoup de héros antiques.

Citation :
MAG: 5 Le côté bénie lui donne une certaine magie mais ça ne va pas beaucoup plus loin. Quand à sa réputation de sorcière il s'agit surtout d'une tentative de discréditation de la part de ses ennemis qui voulaient la présenter comme une envoyée du diable qui voulaient minimiser leurs propres échecs. Ce n'est pas comme si elle avait réellement été une sorcière, même dans sa légende, c'est surtout une affaire de points de vues.

Comme tu le dis bien. Question de point de vue. Sauf que du coup ça rajoute au mysticisme. Une femme capable de performer des sacrements, avec une aura de mystique dans une époque devenant de plus en plus rationaliste au grand damn de l'Eglise, à la porte de la renaissance pour certains et du questionnement progressif de la religion c'est quand même pas mal non ? D'autant plus que Jacques de Molay avait maudit la France sur je crois quelque chose comme 13 générations des années avant ce qui a été vu par une énorme partie du royaume comme une vraie malédiction. Et tu sais ce qu'il se passe quand des humains croient trop fort en quelque chose dans un univers avec ce type de réaction ? Cela arrive vraiment. Jeanne est celle qui a défait cette malédiction et créer littéralement le pont pour que la France se relève, ses batailles comme son sacrifice ont mit fin à cette malédiction.

Voilà pourquoi je verrai un 4 et non un 5.


Citation :
LUCK: 5 Jeanne a une élue de dieu c'est indéniable et elle a connu plusieurs succès. En même temps quand on voit comment ça s'est fini pour elle je n'appelle pas vraiment ça une bénédiction. Elle a quand même fini brulée vive en étant accusée de sorcellerie. Quand à la guerre de cent ans, il n'est pas tout à fait exact de dire qu'elle y a mis fin (elle ne s'est achevée réellement qu'en 1453 soit plus de 20 ans après sa mort) je dirais plutôt qu'elle a lancé le processus qui a mis fin à la guerre.

La stat me va. Pas pour les mêmes raisons que toi mais elle me va. Ca reste une lancer ils ont tous une chance de merde de toute façon.

Pourtant vois-tu pour moi ce n'est pas la même chose, son sacrifice à causé le début de la fin d'une guerre qui durait depuis plus de 80 ans et ce en l'espace d'à peine une ou deux années. Ses batailles, que ce soit avec l'armée française ou sa propre troupe ont remporté toutes les batailles majeures au final.

Et, de plus, même le peuple anglais s'est révolté contre la mort de Jeanne, beaucoup ont très mal vu cela, des anglais, les gens qui pour beaucoup détestaient la France depuis un moment et étaient content de la voir tomber dans leurs mains.

Jeanne a un côté très antique, une vie courte, passionnée, héroïque et avec une fin tragique, mais dans quel but ? Celui de libérer.

Et quelle libération.

Pour moi ce n'est pas une femme qui n'a pas été chanceuse. C'est une femme qui en deux ans à changé à jamais le paysage d'un pays à une époque où ces héros n'existent plus depuis plus des siècles.

Citation :

armure: Le problème c'est surtout qu'à l'époque Charles VII avait à peine de quoi entretenir une armée. Donc il est étrange qu'il donne une armure de si bonne qualité à une jeune fille qui se prétend messagère de dieu (ce qui ne semblait pas encore vraiment évident à ce moment pour le roi et sa cour, même si certaines indices le laissaient déjà penser) et qui n'a encore connu aucun succès militaire. Après je conviens que ce n'est qu'un détail.


Non mais ça reste valable, ça me va dans l'absolu, c'est loin d'être la mort.

Citation :
révélation: Il y'a des moyens plus simples que des voix divines pour trouver des magasins de cupcakes. A part ça je n'ai rien à redire ^^.


Ce n'était que pour donner une image simple à comprendre bakarion :p

Citation :
bucher: Il ne s'agit pas à proprement parler de flammes divines, après tout Jeanne n'a pas été brulée par dieu lui même ou l'un de ses anges (même si finir brulée faisait probablement parti de son destin en tant qu'envoyée de dieu). Je ne suis pas contre le fait en soit qu'elle puisse convoquer les flammes de son bucher, mais pour qu'il s'agisse d'une véritable matérialisation d'une part de sa légende il faudrait que le côté kamikaze soit plus accentué. Je m'explique: si Jeanne matérialise simplement des flammes pour attaquer son ennemi ça ne renvoi pas vraiment à sa légende (vu que ce n'est pas une pyromane ou une inquisitrice). Par contre si Jeanne est enveloppée de flammes et attaque son adversaire de cette manière là on pense tout de suite à elle (du moins pour ma part). Tu peux donc réfléchir à un effet particulier en rapport avec ce côté (sachant que l'attaque n'implique pas nécessairement non plus son décès sinon ce NP serait quelque peu étrange). Si jamais tu n'as pas d'idée à ce sujet je t'en proposerai et tu me diras si ça te vas, je vais y réfléchir.

Et si je le changeais de sorte à ce que l'AOE parte d'elle et qu'elle se stab dans la poitrine avec sa lance et faisant prendre au feu une grande forme de croix tout autour d'elle tout en priant visiblement en l'activant ? Est-ce que cela irait mieux en terme de représentation ? (Je vais être honnête, je déteste le principe de se faire mal pour lancer un NP sauf si le truc est vraiment monstrueux, si c'est pour le lancer et être bon à se faire dépop c'est un peu naze je pense que tu en conviendras)

Je vais essayer de rendre mon explication plus claire car j'ai le sentiment qu'on me comprend mal, peut être est-ce de ma faute.

Jeanne à débloqué entre autre grâce à son pacte son origine "Appel". Les capacités des humains et des servants de façon générale sont très influencées par ce qu'ils pensent être et comment on les a perçu, on retiendra Iskandar qui est gigantesque alors qu'en réalité il n'était pas grand ou encore son Noble Phantasm dans lequel il est véritablement ami avec tous ses soldats et les connait intimement par leur prénom alors que cela était vraiment très peu probable.

C'est pour ça que je joue de symbolisme. Michel est l'archange de la guerre, ces derniers étant bien connus surtout Uriel si je ne m'abuse pour utiliser le feu pour purifier. En tant que messagère divine et possédant une origine étant "Appel" ne paraît-il pas logique qu'il soit relié en terme de symbolique à sa fin et qu'elle puisse donc faire "Appel" à des flammes qui ont tout d'une attaque céleste ? Encore plus quand c'est une femme choisie visiblement par dieu (Alaya en l'occurence mais Alaya étant plus ou moins Dieu au final...)

Est-ce que cela est plus clair ?

Citation :
histoire: J'essaierai de prêter un peu plus attention à la légende plutôt qu'à l'histoire, après le problème c'est que c'est à la base un personnage historique donc les faits historique sont tout de même une grande importance. Tu peux regarder la Jeanne du nasu par contre je crains que ça ne t'avance pas beaucoup pour les stats vu qu'elle est invoquée dans une classe à part.

Je vais m'atteler à tout cela. Simplement que dans le cadre d'un servant (et c'est une règle de l'univers qui elle est immuable quand bien même on joue sur une adaptation) les servants sont ce que l'humanité en voit. Le mysticisme qui tourne autour d'eux et les légendes. Ils ont tous au final une base historique mais sauf pour ceux qui sont vraiment ultra récents elle est minime voir inexistante au final. Un servant c'est une sorte de miracle de l'humanité donné forme par le rêve des humains en ce qui les concerne. C'est plus "haut" que ça.

Et ne t'inquiètes pas, j'évite de me baser sur la Jeanne du nasu, elle est très bien comme elle est mais elle est faite pour Apo et GO pas pour un forum :) (et puis je ne suis pas non plus d'accord avec tout ce qu'ils ont fait sur elle mais c'est plus personnel...)

Je vais m'atteler à ce qui peut être changé en attendant ta réponse !
avatar
Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 21/04/2014
Voir le profil de l'utilisateur



"Jeanne c'est ton hymen qui te parle." - Wing Chun 21/08/16 12:43
Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Sep - 11:38
Bon bon j'interviens pour ces stats histoire de finir cela, avec un petit rappel :

Maître du Jeu a écrit:
vous avez le droit de remplir les stats de base de votre personnage. Cela fera office d'estimation et le staff les ajustera et vous donnera vos stats effectives.

En V3 on vous donnait les stats après valid et c'était comme ça. En V4 on vous laisse les estimer, on en tient compte et quand ça ne va pas on ajuste ce qui permet aussi de recadrer la vision du joueur s'il se surestime trop ou sous-estime. Mais le résultat étant que quand on ré-ajuste (cf validations précédentes) et à moins d'une grosse bourde bah bah ce sont les définitives. Autant les pouvoirs et NP on en discute parce qu'ils sont très personnels, autant les stats participants à l'équilibre du forum entre les personnages, le staff garde plus de main dessus.

Je ne dis pas ça dans ton cas forcément pour matraquer un "tu prends ce qu'on te donne et tg", surtout qu'on est au bout, mais voyant je fais ce petit rappel au passage pour tout le monde, histoire que ça ne se généralise pas et nous amène à revenir comme en V3 (ce qui a été songé si cela n'allait pas dans le fonctionnement).

Donc dans ton cas en stat finales voici ce que cela donne :

STR : 3*
CON : 2
AGI : 2
INT : 3
MAG : 5 (l'aura mystique ne fait pas le mage X) )
WIL : 1
LCK : 5

*pour répondre à ce qui t'intrigue, on a par rapport à notre système des stats de bases des classes, gardant les grandes lignes du Nasu mais comme toujours c'est ajusté selon les persos. Les Assassins que tu évoquent sont des martialistes exercés sur des années. Logique donc que leur force soit assez conséquente avec un corps entraîné. Jeanne est peut-être Lancer mais elle n'est pas pour autant militaire de carrière.

Voilà je vous laisse continuer pour le reste, voyant que pour le NP ça me semble en bonne voie.
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4047
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Revenir en haut Aller en bas
Ven 2 Sep - 23:50
Et voilà j'ai fini les modifs, je pense.

J'ai rajouté un petit morceau pour Paris, changé pour l'armure, rendu le np un peu plus dans ce que vous préférez je pense. J'ai changé les stats par rapport à ce que Bryn demandait aussi,

à vous ~
avatar
Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 21/04/2014
Voir le profil de l'utilisateur



"Jeanne c'est ton hymen qui te parle." - Wing Chun 21/08/16 12:43
Revenir en haut Aller en bas
Lun 5 Sep - 17:51
Ca me va je te donne ta première validation. Je te laisse entre les mains des admins.
Blondin cosmique
avatar
Nombre de messages : 278
Date d'inscription : 20/06/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Sep - 13:19
Bon chose promise chose due, je passe avant samedi Mouhaha

Je vais aller droit au but, car comme tu as compris je suis quelque peu débordé en ce moment X)

Battle Continuation > rang 3

L'armure d'une sainte > considérée comme moyenne

Révélation > alors là ya un souci, parce que Révélation l'effet les effets que t'as mis, c'est ni ceux du Révélation du système, ni Clairvoyance, ni Instinct non plus. Donc je suppose (aidé par un de mes espions) que c'est un pouvoir perso. Donc je te laisse soit remettre le bon pouvoir avec le bon effet soit si c'est un pouvoir perso de changer le nom car ça prête à confusion. Du coup on verra le rang après.

Protection of Faith > rang 1

Miracle > actif, rang 2 (oui pas 1 car niveau miracles y a plus haut quand même)

Luminosité éternelle > rang 2
- Offre une protection passive à la défense et à la défense magique de 280.
- Lorsqu'activé, l'étendard protège de toute forme de dégât magique ou physique ne dépassant pas le rang du NP. Si c'est le cas, l'attaque se voie affaiblie de la différence de rang les séparants.
- Signe de ralliement, galvanisant les troupes, c'est aussi un symbole de puissance. Tout allié présent dans la zone voit ses dommages de toute nature augmenter de 280.
- Jeanne perd le bonus passif quand elle active son étendard. Il est efficace pendant une durée de 4 tours et sur 280 mètres.

Le Bûcher > rang 2

Caractère et physique > le personnage est bien décrit rien à redire.

Histoire > complète, on suit bien l'histoire du personnage et ses liens avec Gilles de Ray ;)

Sur l'ensemble par contre tu as des balises bbcodes d'ouvertures et de fermeture qui traînent à plusieurs endroits. Je te demanderai de le vérifier pour éviter d'avoir des soucis (on sait jamais à) en cas d'édit pour des évolutions par exemple Index
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4047
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Sep - 15:12
Et wala tout est fait miss bucheronne !
avatar
Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 21/04/2014
Voir le profil de l'utilisateur



"Jeanne c'est ton hymen qui te parle." - Wing Chun 21/08/16 12:43
Revenir en haut Aller en bas
Jeu 8 Sep - 17:35
C'est quand même triste alors que ta validation était sur le point d'être acquise de la voir sauter pour une petite phrase Hum hum


NB : bon comme je suis un admin sérieux je te valide quand même. Mais ttention toi à ce que tu dis è_é
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4047
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Revenir en haut Aller en bas
Dim 23 Avr - 21:20
Personnage totalement inactif. Dévalidé.
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4047
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Fate Stay Night RPG :: Avant de débuter :: Présentations :: Panthéon des âmes :: Servants