Votez sur les tops !






Wanted


Derniers Sujets

OST



Black Out

Fate Stay Night RPG
Forum RPG 16+ - Fate Zero - Fate/stay night - Tsukihime - Nasuverse
Fantasy - Fantastique - SF - Magie - Mangas

Sam 16 Juil - 14:41

BRYNHILD

Autres noms : Brynhildr / Brynhilde / Brunehilde / Brunhild
Age : 10800-11000 ans (25-27 en apparence)
Nationalité : asgardienne (Dise)
Organisation : /
Fonction : Général d'Asgard, Commandant des Valkyries
Langues maîtrisées : suédois (natale), allemand, norvégien, danois, hollandais, finnois, anglais, langage des signes des Valkyries
Langues connues : latin, grec, franc



Aya Brea (Parasite Eve)

CARACTÉRISTIQUES

Type : Servant
Classe : Saber

Statistiques :
STR : B (A)
END : B
AGI : B (A)
MAG : D
LCK : C (E)



CAPACITÉ(S) DE CLASSE

Magic Resistance [Rang B] :  
confère une résistance à la magie.

Riding [Rang B] :
ajoute rang aux dégâts des NP. Permet de chevaucher une monture ou conduire des véhicules. Si un servant possède Riding et un Pouvoir ou NP dans lequel entre en jeu la ou une monture liée à sa légende, il peut l’invoquer pour se déplacer. En combat utiliser cette invocation coûte une action gratuite et son influence est rp (sauf si elle est utilisée dans le Pouvoir ou NP auquel elle est liée).

-rang E => montures classiques (ex : cheval), simples véhicules sans moteurs (ex : vélo)-rang D => simples véhicules à moteurs (ex : scooter) et montures de plus haut standard (ex : pur sang, étalon).-rang C => tous les véhicules et montures courants (ex : voitures communes et motos à petites cylindrées, char tiré par des chevaux,..).-rang B => créatures de type phantasma beast, véhicules de plus grande puissance (voitures et motos à grosses cylindrées).-rang A => créatures de type divine beast de rang supérieur, tous les véhicules (grosses cylindrées, hélicoptère,...) et montures, assimile vite leur fonctionnement.


EQUIPEMENT

Randgrid [épée runique à une main] :
Une lame runique solide, tranchante et très bien équilibrée, qui n'a jamais failli durant toute sa vie. Comme son nom l'indique, elle a une rune gravée sur la lame, lui permettant d'être enchantée.



Beskyddare [bouclier] :
Ce bouclier est sans doute l'un des meilleurs d'Asgard. Nombreux sont les coups qu'ils soient physique ou magiques qu'il arrêta sans jamais se briser. Brynhild le prêta à Siegfried pour qu'il lui revienne en vie et elle le récupéra quelques temps après.



Alvitr [armure lourde] :
Un armure finement ouvragée, mais très solide, garantissant protection à la Valkyrie aux points les plus vulnérables, tout en lui laissant de la liberté de mouvement en n'étant pas trop encombrante.



RUNES


f : Fehu, Rune de la richesse et du feu primordial, qui permet de créer un feu destructeur et purificateur.
=> Permet de déclencher un feu.

u : Uruz, Rune de la force et de la puissance physique, qui permet d'augmenter considérablement la puissance d'attaque.
=> Bonus de dégâts.

th : i, Rune du géant et de l'épine, qui permet d'augmenter la résistance aux attaques physique.
=> Procure une protection les attaques physiques.

a : Ansuz, Rune de la communication et de l'accroissement active ou passive des énergies magiques, qui permet, par exemple, de transformer une braise en un feu.
=> Augmente la durée d'un sort du nombre d’action non gratuites pour le lancer.

r : Raidho, Rune du voyage, qui permet d'acquérir une vitesse surhumaine.
=> Accroît les esquives et la course.

k : Kenaz, Rune de la vision et de l'inspiration, qui permet d'améliorer considérablement la vision.
=> Permet de voir quatre fois plus loin que la normale.

n : Nauthiz, Rune de la restriction et du courage face a une mort certaine.
=> Augmente les dégâts et les esquives quand le personnage devient gravement blessé.

i : Isaz, Rune de glace, permet de transformer l’eau en glace.
=> Transforme de l'eau en glace. Ce sort affecte les autres sorts seulement si leurs rangs sont inférieurs au rang de la rune.

j : Jeran, Rune du changement, qui permet d’éviter une immobilisation.
=> Dissipe un sort de restriction ou immobilisation du rang de la rune ou moins.

z : Algiz, Rune de garde, qui permet de canaliser les énergies des autres runes.
=> Augmente l'effet d'une rune de un rang.

s : Sowilo, Rune du soleil, de la volonté, de la confiance et de la victoire, qui permet d'augmenter les résistances mentales.
- Procure un bonus pour résister aux assauts mentaux.

b : Tiwaz, Rune du sacrifice et de la justice, permet de subir le premier coup à la place de la cible.
=> Dirige un coup ou sort du rang de la rune ou moins sur le lanceur.

b : Berkana, Rune de la dissimulation et de la fertilité, qui permet de suivre et de traquer une cible.
=> Permet de retrouver une cible dans un rayon de MAGx20 mètres, où qu'elle se trouve tant que celle-ci ne se dissimule pas sous un Boundary Field de rang supérieur à la rune ou sous une capacité du style Presence Concealement. Cesse de fonctionner au bout de 1 heures.

m : Mannaz, Rune de la mémoire et de l'esprit, qui permet d'effacer les souvenirs ou de manipuler un esprit.
=> Efface les souvenirs récents de la cible.

l : Laguz, Rune de la croissance et de l'eau, qui permet de purifier et de guérir les blessures.
=> Soigne une cible comme un sort et dissipe les poisons, maladies magiques (ou naturelles) du rang de la rune ou moins.

in : Inguz, Rune de la concentration, permet d'augmenter l'acuité des sens.
=> Améliore temporairement les 5 sens.

r : Dagaz, Rune du jour, qui permet de voir dans le noir.
=> Donne une vision nocturne à la cible.

POUVOIRS


Double Summon [NR - passif] :
Comme toute Valkyrie, Brynhild possède un cheval ailé et elle se révèle donc excellente cavalière, une spécialité s'ajoutant à celles qui lui sont propres.

Sedhr [Rang A - passif] :
Ce pouvoir est celui détenu par toutes les Valkyries dès la naissance, il est inné et elles apprennent à le maîtriser dès que possible. Il permet de voir l'avenir des hommes et le déroulement des batailles. Ainsi cela leur permet de faire basculer les combats à leur guise et de trouver ceux qui seront élus au rang d'Einherjar. Ce pouvoir a également une utilité personnelle, puisque voyant le destin d'un homme qu'elles combattent, elles peuvent voir à l'avance s'il leur portera un coup redoutable et donc s'en prémunir.
=> Confère Instinct au rang B
=> Confère Military Tactics au rang B (augmente les dégâts infligés par un Anti-armée et diminue les dégâts subis par un Anti-armée ).
=> Permet de voir le destin d'une personne jusqu'à sa mort.


Rune Magic [rang A - passif] :
Cela représente la capacité du héros à se servir de runes magiques.
=> le personnage peut utiliser toutes les runes, du min des aptitudes (E) au rang de Rune Magic.


POUVOIRS PERDUS


Divinity :
Au moment même où Brynhild céda à Siegfried elle perdit son immortalité. Si le sang divin coule encore dans ses veines, elle n'est plus une Dise, si bien que sa divinité est négligeable.

Val Einherjar :
Les Valkyries ont pour rôle de sélectionner les guerriers tombés au combat qui combattront aux côtés d'Odin lors du Ragnarök et ceux qui défendront les clans auprès de Freyja. En cela Brynhild peut désigner comme Einherjar un humain tombé au combat. Si Brynhild a conservé ses pouvoirs de Valkyrie, le Crépuscule des dieux ayant eu lieu, les âmes des Eiherjar ne peuvent plus être liées à Odin ou Freyja et donc envoyées à Valhalla ou à Sessrumnir.

NOBLE PHANTASMS


Ride av Valkyria [Anti-armée - Rang B - actif] :
Les 39 sœurs de Brynhild n'ont jamais quitté son cœur, ni son esprit  et en tant que sœur aînée ainsi que Général elle peut invoquer leurs esprits. Ainsi chevauchant leurs montures ailées, Storminga pour Brynhild, les Valkyries auréolées dans une aurore boréale, fondent sur le ou les adversaire des cieux, balayant tout sur leur passage. Cette charge dévastatrice, allie puissance et rapidité, les coups portés par les Valkyries étant de diverses natures (épées, lances, flèches, projectiles magiques), chaque combattante ayant sa spécialité, certaines étant plus magiciennes que guerrières.

Nibelungen Ring [Renforcement/malédiction - Rang Ex - passif] :
L'Anneau de Nibelungen est sans conteste l'objet le plus lié à Brynhild, qu'elle entraîna avec elle dans la mort. Revenant en tant que Servant, l'Anneau est en sa possession, restant avec sa dernière détentrice. Cet objet forgé par Alberich avec l'Or du Rhin, a pour propriété qu'en échange de renoncer à tout amour il apporte richesse et puissance à son porteur., mais aussi la convoitise de ceux qui ne le possèdent pas. Maudit par Alberich, le simple renoncement à l'amour s'est transformé en condamnation. Il répand le malheur autour de lui, même les Ases ne peuvent y résister et sa destruction marqua le début du Crépuscule des Dieux.
=> l'anneau confère de la puissance, mais en contrepartie il apporte le malheur. Augmente du nombre de rang de LCK perdu jusqu'au rang E de Brynhild ses caractéristiques physiques (STR, AGI puis END).
=> l'anneau attirant la convoitise il trouble la concentration des adversaires qui sont attirés par lui et réduit les dégâts qu'ils infligent.
=> apporte la richesse et confère donc le pouvoir Golden Rule.
=> condamne tout amour à une fin tragique pour la Valkyrie mais aussi son Master.
=> effet de manque  : si Odin, Loki et d'autres n'ont pu se séparer de l'anneau facilement, ressentant un effet de manque quand il ne l'avaient plus. Brynhild n'échappe pas à la règle si elle ne l'a pas sur elle, mais elle s'efforce de cacher cela. Si elle s'en sépare, elle sera affaiblie de 1 rang sur toutes ses caractéristiques physiques.




PHYSIQUE


Au cœur de nombreux récits au coin du feu, les filles d'Odin sont des Dises, des divinités mineurs et ont longtemps alimentés les légendes circulant dans Midgard la terre des hommes. Ces histoires les décrivent souvent les Valkyries comme l'équivalent d'anges guerrières, belles et farouches, brisant le cœur des hommes quand elles se présentent à eux, que cela soit au sens figuré comme au sens propre, quand elles viennent mettre un terme à leur vie de guerrier.Le sang d'Asgard et des Valkyries coulant dans ses veines, Brynhild est l'une d'entre elles. Nordique jusqu'au bout des ongles, elle est qualifiable de beauté froide, blonde, les yeux bleus clairs, la peau blanche. Une femme qui ne laisse pas indifférente en Yggdrasil et encore plus hors des neuf mondes. Un charme qu'elle dégage qui est renforcé hors de chez elle quand elle parle, l'accent de son pays lui donnant un atout supplémentaire.Mesurant environ 1m80, elle est mince, athlétique, mais féminine dans ses formes. Elle dégage une noblesse naturelle, mais également, dureté, vigueur et jeunesse, ses traits lui donnant un quart de siècle alors qu'elle a vécu presque onze mille ans. Le tout s'allie à la froideur qu'elle dégage par ses caractéristiques nordiques mais aussi son attitude.Ses cheveux mi-longs, qu'elle ne natte plus depuis sa rencontre avec Siegfried, puis qu'elle a raccourci quand il l'a trahie, encadrent un visage assez fin, son regard de glace et sa fine bouche ne souriant jamais. Un seul regard suffit pour comprendre à la femme de glace à qui l'on a à faire et finalement, même si elle est belle, on réfléchit deux fois avant de s'en approcher, car Brynhild se révèle impressionnante, sans dire un mot, seulement par son allure et son attitude.La plupart du temps, à cette époque, elle s'habille simplement pour être à l'aise, comme par exemple avec un jean noir troué, serré par une grosse ceinture à clou, un débardeur noir et des bottes noires à lacets. En guise d'accessoires elle porte quatre joncs en argents au poignet droit et un simple collier lui aussi en argent au cou, tous venant de son époque. L'anneau de Nibelungen est toujours présent sur elle, à son collier caché sous son haut hors combat, à son annulaire gauche en combat pour infliger certains de ses effets à ses adversaires. Lorsqu'elle porte son armure, alliant les nécessités pour la protéger et féminité, l'anneau s'incruste dans le gantelet et reste donc toujours visible.

CARACTÈRE


Brynhild est à l'image des histoires que l'on trouve à son sujet, différente de ce que l'on peut imaginer, en cause de nombreuses interprétations de sa vie et descriptions d'elles, déformées par le temps, changées pour aller dans le sens de la volonté des conteurs. Souvent romancée, écartant en partie sa nature de guerrière pour laisser place à une femme au destin tragique, elle est souvent présentée comme ceci. Même s'il reste dans cette description un fond de vérité, la Valkyrie n'en reste pas moins très différente de cela.La Valkyrie est une personne complexe aux multiples facettes. Elle a la froideur des nordiques et la dureté des germaniques qui coule dans ses veines, mais elle se révèle l'être plus que les autres habitants d'Yggdrasil,  ceux-ci la définissant comme quelqu'un de dur et froid. Elle n'est guère sympathique au premier abord et même au second à vrai dire, car elle se montre peu sociable. Difficile donc d'engager la conversation avec elle, pour que cela ne s'arrête pas dans les secondes qui suivent, d'autant qu'elle ne s'étale jamais en paroles inutiles. Elle va à l'essentiel et même quand elle parle plus longuement, on ne peut guère dire ce qu'elle pense ou ressent vraiment avec sa froideur et dureté apparente.Pourtant les choses peuvent être bien différentes entre ce qu'elle montre et ce qu'elle ressent. Dans sa jeunesse, elle a dû très vite apprendre à devoir être forte et se montrer comme cela, ainsi qu'imposer son autorité. Aussi malgré son caractère déjà bien trempé, elle dressa une barrière autour d'elle, qui ne fit que se renforcer par les épreuves qu'elle subit par la suite. D'une certaine manière, c’est une part naturelle de son caractère, elle n'aime pas se dévoiler ou se laisser approcher. Le manque peut-être d'une éducation normale, n'ayant pas eu de mère, élevée comme un soldat dès ses premiers pas, puis très vite amenée à apprendre à commander. Il en est de même pour la confiance, elle a toujours mis longtemps avant de l'accorder, la fin de sa vie n'arrangeant pas les choses de ce point de vue là, ayant perdu en grande partie foi envers autrui.Son côté soldate dévouée est assez visible, allié à un grand sens de l'honneur. Sa fidélité en Asgard et ses convictions n'ont jamais vacillé et elle part au combat sans crainte, pour ne pas dire qu'une fois lancée rien ne l'arrête. Brynhild est une Valkyrie et elle combat jusqu'au bout, elle ne renonce jamais, poussée par sa mission et la prophétie du Ragnarök. Alors qu'il est prédit que tous doivent mourir lors de la grande bataille, pourquoi craindre la mort tant que Fenrir ne se soit pas libéré de ses chaînes ? Le Ragnarök a d'ailleurs toujours été son objectif, car il est la raison de sa naissance et elle a toujours œuvré pour son succès. Aussi quand Brynhild a un objectif, elle fait tout pour y parvenir et parfois cela l'amène à dévoiler une autre facette d'elle-même.En tant que Général, elle ne fut jamais tendre avec ses sœurs, acceptant peu les erreurs, les manques de respect et elle pardonne peu. Autoritaire, ses ordres n'étaient pas à discuter, ses colères sont des tempêtes polaires avec un ton sec et dur, un regard vous transperçant jusqu'à la moelle. Malgré cela, elle est  protectrice envers les siens dans le fond. Derrière sa dureté, elle a toujours veillé au succès des missions, à ce que tout le monde rentre sain et sauf et lorsque le moral était au plus bas, elle ranimait les troupes, seulement par sa présence, car les gens croyaient et avaient confiance en elle . Ainsi, c'est quelqu'un sur qui on peut toujours compter et qui sera là quand il faut.La réussite des missions était plus qu'importante vu les enjeux et elle n'était pas regardante sur la moralité des actes qu'elle pouvait faire commettre ou commettait elle-même. Ce côté là est le plus obscur de Brynhild. Si on la voit comme une personne bienveillante et gentille malgré sa froideur, on ignore ou oublie souvent qu'on l'a parfois perçu comme un monstre, ordonnant et commettant des massacres et d'autres actes peu louables. Elle fait ce qu'elle doit faire pour atteindre son objectif, mais ses décisions restent mesurées. Elle ne tue pas pour tuer, mais parce que cela est nécessaire. Ne croyez pas qu'elle regrette ses actes et en dort mal la nuit. Il n'en est rien, à refaire elle prendrait les mêmes décisions, car cela était nécessaire pour le destin d'Yggdrasil. Tout cela fait qu'elle était crainte et respectée par tout le monde à l'époque.Si cette description de la Valkyrie est associée à la grande majorité de son histoire, on ne peut pas ne pas évoquer ce qui lié à l'Anneau de Nibelungen, tant son influence sur elle fut grande malgré le nombre d'années. Dans ce qui fut le dernier chapitre de sa vie, il y avait un homme au rôle majeur, qui n'était autre que Siegfried. Il fut le seul qui réussit à briser la barrière de l'asgardienne,  parvenant même à conquérir son cœur et que se dévoile la femme qu'elle était et non seulement la guerrière. Cependant compte tenu de la tournure de leur histoire, cette aventure est devenue aussi son seul regret. Elle dit haïr Siegfried et aurait préféré ne jamais l'avoir rencontré, ce qui est vrai en un sens. Cependant, même si elle ne l'avouera jamais, il reste le seul amour qu'elle a connu et derrière son cœur haineux, il y a un cœur profondément blessé de l'avoir perdu, une femme brisée. Ainsi, elle ne se laissera approcher par aucun homme à cause de son vécu, n'étant pas remise de ce qui s’est passé, mais aussi parce qu'elle a compris qu'avec l'Anneau de Nibelungen tout amour est condamné. Elle ne prendra pas le risque de le laisser accomplir ses maléfices et de lui faire revivre une fois de plus ce qu'elle a vécu, mais aussi de réduire ses chances de victoires dans la guerre. Même si elle n'en a pas l'air, elle n'est pas totalement immunisée à l'anneau. Il n’accroît pas en elle comme Fafnir ses traits les plus mauvais, mais comme Odin, elle ressent un manque profond si elle ne l'a pas sur elle. Mais cela, elle le cache aussi pour se montrer forte.

FAMILLE


Odin (père), Thor (demi-frère), Baldr (demi-frère), Bragi (demi-frère), Widar (demi-frère), Hrist (sœur et première sous-officier), Mist (sœur et seconde sous-officier), Trûd (nièce)

Autres sœurs : Alruna, Eir, Geirahöd, Gerhilde, Göll, Gondül, Grimgerde, Grimhildr, Gunrr, Helmvige, Herfjötur, Herja, Hervör, Hilda, Hlökk, Kára, Kreimhildr, Olrun, Ortlinde, Þrúðr, Radgridr, Reginleif, Rossweisse, Rota, Runestone, Sanngridr, Schwertleite, Sigrdrifa, Sigrún, Skeggjöl, Skögull, Svanhvit, Sváfa, Svipul, Walraute, Hildr.

HISTOIRE


O'er the battle grim,
The valkyrie preside,
Brave soul upon her wings,
To Asgard forth she rides.

Minion of the gods,
Einherjar dubbed are they,
In Valhalla toasting every night,
The battles of each day.

« The chooser of the Slain »,
« Battle Maiden » be her names,
Yet others has the valkyrie,
To those whose kin she claims.

To the widow and the orphans,
An Angel of Death is she,
The Thief of Their Beloved,
The Accursed Valkyrie.

And so begins a tale,
Of vengeance and betrayal,
Destiny by sinner sought,
Tragedy by power wrought.

0 à 50 ans : NAISSANCE


Tout commence à l'aube des temps, alors que le monde et l'humanité s’éveillaient. Dans les cimes d'Yggdrasil l'arbre-monde, au cœur d'Asgard, le royaume des Ases, les dieux nordiques, une prophétie venait de tomber : la fin des temps annoncerait la renaissance du monde sous un meilleur jour. Ce jour, le Ragnarök, serait provoqué par l'affrontement des dieux et des géants dans une ultime bataille où tous s’entre-tueraient. Les Ases s'étaient tous réunis sur ce sujet, car une telle bataille devait se préparer des millénaires avant, les géants étant accompagnés de diverses créatures, nombreuses et puissantes. Les Ases seraient inférieurs en nombre contre eux et pour que la prophétie s'accomplisse, ils devaient être à force égale. La solution se trouvait sur Midgard, la terre des hommes où ils pourraient trouver de valeureux guerriers. Les meilleurs d'entre-eux deviendraient des guerriers élus, des Einherjar lorsqu'ils tomberaient au combat et serviraient une dernière fois Midgard après leur mort. Afin de choisir ces héros, il fut décidé de fonder un corps armé. Ses membres seraient des femmes, vierges et pures, filles du plus puissant et sage des Ases : Odin. Elles seraient donc des Dises, des divinités mineures, chargées de sélectionner ces mortels et de veiller au maintien du monde jusqu'au Ragnarök. Elle se nommeraient les Valkyries, signifiant ''celles qui choisissent les abattus''. Des guerriers qu'elles sélectionneraient, une moitié irait au Valhalla dans le palais d'Odin et celle-ci feraient partie du groupe d'attaque lors du jour ultime. L'autre moitié irait dans le Sessrumnir, le palais de Freyya et s'occuperait de la défense des clans. Afin que les Valkyries, aient un modèle, Freyja fut désignée pour les futures guerrières. Outre qu'elles seraient belles comme la déesse, elles seraient braves, justes dans leur jugements et dotées également du Sejdhr, le don permettant de voir le destin des hommes, indispensable pour choisir les élus.

Ainsi les choses fut décidées et vint le jour où la première Valkyrie naquit. Elle arriva à Asgard alors qu'elle était encore un nouveau-né, dans les bras d'Odin. Frigg, la femme du roi des Ases et déesse de la maternité, qui voyait aisément quelle personne allait être un nouveau-né, fut la première à la voir et l'observa en se penchant sur son berceau, sous le regard de son époux.

- Son cœur est noble, son tempérament taillé dans la glace, mais au cœur sensible. Elle sera douée et déterminée et sa fidélité envers Asgard sera sans faille. Peut-être qu'elle sera celle qui les commandera, mais il est bien trop tôt pour le dire. Tu lui as donné son nom ?
- Pas encore, j'attendais ton jugement.
- Alors Brynhild ou Brunhilde, brunja pour l'armure hildr, la guerrière cuirassée lui conviendra à merveille, car rien ne l'arrêtera.

C'est ainsi que naquit Brynhild suivit quelques années après par les premières de ses sœurs Valkyries. Alors qu'elles grandissaient au départ comme les humains, leur croissance ralentissait petit à petit, jusqu'à ce qu'elles atteignent leur apparence adulte définitive. Bien que leur évolution était longue à l'échelle humaine, elle était normale à celle des dieux. Brynhild passa ses premières années en grandissant comme la plupart des jeunes enfants, dans l'innocence, ne recevant que de premières instructions élémentaires, dont la maîtrise de base du Sedhr, pour éviter tout problème avec qui pourrait la perturber. On commença à cette époque tout fois à la préparer pour ce qui serait son rôle et sa mission en tant que Valkyrie. Les nordiques avaient beau avoir une certaine froideur et dureté, ils n'allaient pas la brusquer aussi tôt, bien quelle allait tout de même comprendre assez jeune, le poids qui allait peser sur ses épaules en tant que Valkyrie, et un peu plus tard en tant que Général. D'ailleurs, en parlant du caractère général des nordiques, celui de la petite Brynhild commençait à pointer le bout de son nez, se révélant fidèle à celui de son peuple et même plus accru, faisant d'elle déjà le sale caractère parmi les jeunes Valkyries.



50 à 100 ans : PREMIERS PAS


Arrivée aux environs de cinquante ans, l’équivalent de cinq ou six ans humains, Brynhild commença véritablement à être instruite avec ses premières sœurs. Lire et écrire bien évidemment dans sa langue natale de manière plus avancée, mais aussi l'apprentissage des autres dialectes d'Yggdrasil, ceux-ci étant nombreux surtout dans Midgard. Les premiers exercices physiques débutèrent également afin de la préparer pour la suite. Tout leur était enseigné avec plus de rigueur que chez les humains, car elles seraient amenées à suivre une instruction militaire dans l'avenir. Comme ses sœurs, elle assimila les choses assez vite, mais se montrant plus attentive et concentrée, elle progressa plus vite qu'elles. Déjà plus sérieuse qu'elles, parfois quand ses sœurs jouaient ensembles, elle était dans son coin, se distrayant dans certaines disciplines vues lors des moments d'instructions. Il n'était pas rare que curieuse, elle sortait du quartier des Valkyries pour voir ce qui se passait ailleurs. C'est ainsi qu'elle fut la première à entrer dans le Valhalla. Un jour elle tenta d'y aller et  se retrouva devant les lourdes portes, essayant de les pousser mais incapable de le faire. Odin la surpris et resta dans l'ombre un moment à regarder la scène. Le dieu était sage et savait qu'après avoir déjà entendu parler de ces lieux, sans en connaître encore tous les détails, la curiosité de la jeune fille était normale. Il était assez clair devant cette scène que si elle ne parvenait pas à y entre cette fois-ci, elle essaierait à nouveau plus tard, jusqu'à y parvenir pour savoir ce qu'il y avait derrière ces portes. Alors Odin se manifesta faisant que Brynhild ne savait plus où se mettre, pris en sur le fait. A son étonnement, elle ne fut pas réprimandée et Odin poussa les portes, l'amenant dans le Hall des héros. Odin lui fit découvrir les lieux avec ses six cent quarante portes, lui expliquant quand elles s'ouvriraient et qui en sortirait. On lui avait déjà expliqué certaines de ces choses, le Ragnarök, les Einherjar et en voyant ces lieux, les pièces de ce qui serait son rôle s'assemblaient un peu plus. La visite s'acheva au bout des lieux, devant Hlidskialf, le trône d'Odin sur lequel le roi des Ases s'assit. Ainsi à l'issue de cette visite, Brynhild prit conscience plus tôt de ce qui allait leur être demandé. Une chose qui pour une fillette de son âge semblait insurmontable, mais ce fut peut-être ce qui provoqua chez elle l'envie de toujours mener à bien son devoir, sans jamais reculer ou renoncer et de ne pas accepter l'échec.

Cela ne fut pas sa seule excursion, car si elle se montrait plus à l'écart que ses sœurs, elle se montrait aussi plus aventureuse. Cependant, toutes ses sorties ne furent pas approuvées et certaines lui valurent quelques punitions. Le plus souvent, on lui reprochait surtout le fait que par la grandeur, au sens de taille, d'Asgard chercher une fillette qui s'était dérobée revenait à chercher une aiguille dans une meule de foin. La plupart du temps, c'était Heimdall qui grâce à sa vision finissait par pointer du doigt exactement où elle se trouvait. Une de ses sorties la conduit un jour vers les forges et ateliers d'Asgard. C’est à cette époque qu'elle se rapprocha de son demi-frère Thor, qui était un peu plus âgé qu'elle. Le jeune Ases était au milieu des forgerons quand il remarqua une tête de blonde dépasser d'un recoin et observer les lieux. Déjà quelque peu brute dans son comportement, Thor n'alla pas la surprendre, mais s'approcha directement. Alors qu'elle allait filer, il la rattrapa et après quelques échanges, comme elle dit avoir juste voulu regarder les lieux, il lui fit visiter. Autant dire la vérité, Brynhild trouva son demi-frère complètement inintéressant à ce moment-là. Déjà parce que c'était un garçon qui était une brute en devenir et qu'elle ne voyait aucun intérêt à aimer taper avec un marteau du métal sur une enclume toute la journée. Même si elle reconnaissait que forger était un art et que leurs réalisations n'avaient pas de pareilles. Curieusement, Thor qui avait déjà croisé à plusieurs reprises d'autres Valkyries en accompagnant son père, se prit plus d'affection pour Brynhild, qui était pourtant la plus distante et la plus caractérielle. Ce qui fait qu'au final, après plusieurs siècles d'insistance, il devint l'une des personnes les plus proches d'elle, même si cette notion est relative avec elle.

100 à 150 ans : INSTRUCTION


Brynhild avait l'équivalent d'une dizaine d'année humaine lorsque son instruction commença à devenir moins générale, s'axant vers les domaines qui seraient utiles à ses sœurs et elle dans leurs futures missions. Des cours tous plus rigoureux où les arts les plus divertissants laissèrent leur place pour des choses plus manuelles, pouvant être utiles au quotidien telles que la couture, cuisine, l'apprentissage des herbes et de leurs préparations pour faire divers décoctions. Les cours théoriques devinrent plus sérieux avec de la géographie, de l'histoire sur les neuf mondes d'Yggdrasil car il fallait connaître ses voisins et leurs fonctionnements. On commença également à leur enseigner un langage des signes que seules elles connaissent. Un jour Asgard apprit l'existence d'un homme assez savant pour l'époque, qui mettait au point un langage avec les mains. Odin le fit venir à Asgard pour qu'il finisse de le créer et l'enseigner aux Valkyries et uniquement à elles, qui le transmettraient aux nouvelles par la suite. Une fois sa mission achevée l'homme disparu sans laisser de trace, mais il y a fort à parier que son silence fut assuré en l'envoyant chez Hel.

Côté physique, les entraînements débutèrent réellement. En plus des exercices généraux tels que de longues marches, la nage, la course, l'endurance, Brynhild commença à apprendre à se battre. Combat à mains nues , bâton, tout ce qui était basique lui fut enseigné. C’est à peu près à cette période que l'on regardait qu'elles étaient les affinités de chaque Valkyrie au combat. Certaines étaient plus mages, d'autres plus combattantes. Au sein des guerrières toutes n'avaient pas la même aisance selon les armes, de même que chez les mages toutes n'avaient pas les mêmes domaines de prédilection. Même si elles n'étaient pas encore toutes là, certaines trop jeunes ou tout simplement pas encore nées, elles étaient déjà assez nombreuses pour qu'organiser leurs entraînements, afin de continuer à les instruire sur tout, mais en privilégiant leur domaine respectif, devienne un véritable casse-tête. Mais ils y finirent par parvenir et les choses se mirent en place.

Il n'a pas été évoqué d'ailleurs qui les instruisaient. Odin avait fait venir les meilleurs instructeurs de tous les royaumes d'Yggdrasil : Vanes, elfes, nains, humains. Il arrivait parfois que des dieux leurs donnent des cours. Freyja se chargea de leur apprendre à maîtriser totalement leur Sedhr. La déesse leur enseigna également peu à peu quel serait leur rôle et cela ne fut pas facile pour toutes à assimiler, même si certaines le montrèrent moins. Elle durent réaliser le poids de leur tâche à venir, que leur vie serait dédiée à Asgard jusqu'à la fin des temps. Toutes avaient envie d'accomplir ce qui leur était attribué et étaient décidées à tout faire pour être les mieux préparées. Brynhild fut mentalement prête plus rapidement, ayant déjà conscience d'une partie de tout cela après qu'Odin lui ai raconté certaines choses au Valhalla. Beaucoup sentirent qu'elle en savait un petit plus que les autres et quand Freyja leur fit visiter le Valhalla, elle comprit assez vite en regardant Brynhild, qu'elle connaissait déjà très bien les lieux. Plusieurs fois la jeune Valkyrie fut surprise en train de discuter avec le roi des Ases. Traitement de faveur ou non envers elle, Brynhild fut assez vite désignée comme la préférée d'Odin.

Les cours qui devinrent assez rapidement militaires dans leur encadrement et Brynhild était toujours aussi assidue et sérieuse. Elle apprenait vite et bien, rarement on avait besoin de lui montrer ou expliquer deux fois les choses et elle retenait toujours les leçons de ses erreurs. Dans le combat, il fut vite avéré que l'épée serait son arme, même si elle excellait également avec les autres. Comme d'autres de ses sœurs, elle apprit à maîtriser les runes, un savoir acquit par Odin. On racontait qu'il était resté pendu à Yggdrasil par les pieds et blessé par Gugnir sa propre lance pendant neuf jours complets. Entrant en transe, les runes lui auraient été révélées et il les transmis aux siens, puis plus tard aux hommes. Beaucoup d'autres choses lui furent enseignées, certaines disciplines l'intéressant moins, mais elle restait toujours aussi sérieuse, par souci d'être le plus préparée possible pour être à la hauteur de ce que l'on attendait d'elle. Les rapports entres les Valkyries avaient commencé à changer à cette époque, laissant moins de place à la fratrie, pour devenir plus proche de celui entre soldats. Le fait qu'elle soit jugée comme la préférée de leur père l'écartait plus des autres qu'elle ne l'était déjà avec son caractère. Cela avait cependant un effet positif, la poussant à vouloir faire ses preuves, afin qu'on la laisse tranquille, mais aussi pour se faire respecter. En étant dans cet esprit là et avec son désir d'être prête pour assumer son devoir, elle commença à se montrer plus dure qu'elle ne l'était auparavant. Ce qui n'allait pas s'arranger quand vers ses quinze-seize ans humains, on la plaça dans des cours particuliers. Au vu de ses performances, Odin et Freyja avaient tranchés : Brynhild était celle qui serait préparée pour commander les Valkyries…

150 à 200-250 ans : STORMIGA


Alors que Brynhild allait voir son instruction changer partiellement par rapport à ses sœurs, vint un moment qui était important pour une Valkyrie. Tyr, le dieu de la guerre, l'emmena dans le champ où étaient tous les chevaux qui étaient destinés à devenir leurs montures. De puissants chevaux qui pouvaient voler, mais qui étaient aussi de véritables chevaux de guerre. Le moment était venu pour Brynhild de choisir lequel de ses chevaux serait le sien. Elle traversa le champ longuement, observant chaque bête, sans rien dire, ni sembler se décider, jusqu'à ce que son regard s'attarde sur une jument qui semblait plus hargneuse que les autres.



- Elle s'appelle Stormiga. Elle a un fort caractère et ses têtes, fais attention.

Brynhild haussa des épaules et s'approcha de l'animal qui se dressa sur ses pattes arrières en hennissant. La Valkyrie resta immobile, fixant l'animal, alors qu'il retombait sur ses pattes juste devant elle, en piaffant.

Elle s'approcha de lui, le pris par la bride d'un coup sec. Stormiga devint calme et tenta de lui lécher la joue, appréciant visiblement cette jeune femme qui lui tenait tête.

- N'y pense même pas dit la Valkyrie en repoussa de la main la tête de la jument.

Tyr sourit, peu étonné que la glaciale et la jument hargneuse se trouvent, entre sales caractères. Suite à cela Brynhild reprit son instruction. A la place ou en dehors des leçons communes avec ses sœurs, où on continuait de la préparer toujours dans les mêmes disciplines, de nouvelles leçons s'ajoutèrent pour elle. Des cours concernant le commandement, l'organisation des troupes, la stratégie militaire etc... , tout ce qu'un officier supérieur devait connaître. Autant dire qu'elle n'eut guère de temps libre durant cette période, avec tout ce qu'elle devait assimiler. Plus elle avançait, plus elle prenait conscience du poids de son rôle, accru en devant être Général. Elle avait besoin de se montrer exemplaire, sûre d'elle, ferme, que ses sœurs aient confiance en elle et qu'elles suivent ses ordres avec confiance. Au fil des années, la Valkyrie se durcit et se montra plus glaciale qu'elle ne l'était déjà. La barrière qu’elle avait autour d'elle, pour ne pas montrer sa sensibilité fut renforcée pour se montrer forte et infaillible. Lorsqu'elle arriva à la fin de son instruction, elle était prête. L'heure vint pour elle de bientôt entrer en service, il ne restait que quelques préparatifs…

200-250 ans à 800 :  UNE ARME, UNE ARMURE ET UN BLASON


Vint le moment où la fin des classes de Brynhild arriva, il était temps pour elle de recevoir ses armes et son armure. Thor qui forgeait brillamment lui proposa de lui faire son équipement avec ses aides. Ainsi ils passèrent plusieurs heures pour calculer tout cela. Une épée, qui se devait être équilibrée, maniable et dont la lame pouvait être enchantée, un solide bouclier et une armure. La Valkyrie se montra assez exigeante pour tout, mais en soit cela était compréhensible. Thor ne rechigna que sur l'armure par rapport à l'absence de certains éléments.

- Tu ne veux pas de protection sur les cuisses, un casque et un plastron moins décolleté ? Tu te dois d'être bien protégée et pour une Général une armure imposante inspire le respect.
- J'ai besoin de pouvoir bouger comme je le désire. Quant à la tête, un serre-tête suffira, je ne veux pas de casque qui me coupe en partie la vision.
- Ha ben là tes ennemis tomberont par terre juste en te regardant et pour le côté Général rien alors ?

Brynhild donna un « petit » coup de coude dans les flottantes de Thor.

- Ne t'inquiètes pas pour cela, ce n'est pas l'armure qui doit inspirer le respect mais celle qui  se trouve dedans avant tout par son attitude, ses mots et ses décisions.
- Soit, j'avais oublié ton sale caractère qui se suffit à lui seul. Je te fais donc tout cela comme tu le désires, les protections de Stormiga assorties à ton armure évidemment.

Le temps que Thor lui prépare tout cela, car bien qu'ayant des aides cela prenait un certain temps, Bynhild se retrouva en « vacances », ce qui était assez frustrant pour elle, car elle se retrouvait à ne pas savoir quoi faire. Quoiqu'elle eu le temps de dessiner son blason, chose qu'elle trouvait inutile mais Frigg avait trouvé l'idée qu'elle en est un bonne et Odin avait approuvé. Elle avait opté pour une paire d'ailes représentant la Valkyrie, avec une épée au centre car c'était son arme. Un soir Odin et Frigg l'invitèrent à leur table et au cours du repas la déesse lui demanda de lui montrer.

- Je peux modifier quelque chose si tu le permets ?
- Vous pouvez, j'en ai fais une copie.

Frigg effaça l'aile de droite du motif pour la remplacer par une rose blanche et tendit le dessin à Brynhild.

- Une rose blanche ?
- Un blason ne doit pas représenter que ton sang et ta fonction, mais aussi qui tu es. Cette fleur te va très bien : blanche, froide, belle, mais qu'on ne peut saisir sous peine de se piquer.

Brynhild resta perplexe devant ce changement, mais finalement l'adopta. Mais elle ne le fit graver qu'à l'intérieur de chacune de ses pièces d'armures, ne le laissant pas visible. Quand on lui demanda pourquoi elle le gardait caché, sa réponse fut assez claire :

- Mes sœurs n'auront pas de blason, je n'en étalerai pas un, d'autant que cela est surtout pour les rois et les princes or je ne suis qu'un soldat d'Asgard.

Quelques semaines plus tard elle reçut son équipement des mains de Thor : Alvitr son armure légère et très solide, Randgrid son épée  et enfin Beskyddare une surprise que Thor lui avait. Il avait doté d'une résistance peu commune pour qu’elle puisse mieux se protéger. Malgré les dires de sa demi-soeur, il faisait partie de ces personnes qui pensaient que plus il y avait de métal et plus c'était lourd, mieux on était protégé. Aussi n'était-il pas totalement rassuré pour elle juste avec son armure et avait donc poussé un peu plus les choses pour son bouclier.

Trois jours après, elle prenait le commandement des Valkyries, imposant d'emblée son style et prouvant ses compétences. En plus de sa froideur et dureté habituelle, elle imposa rapidement son grade, balayant les quelques rumeurs restantes, qui disaient qu'elle avait eu cette fonction car elle était la préférée d'Odin. Elle ne tolérait guère les erreurs de la part de ses sœurs, ni les échecs, à moins qu'ils n'étaient pas de leurs fautes. Elle était un Général ne prenant aucune décision à la légère, donnant des ordres clairs et précis. Cependant, elle était assez protectrice dans ces décisions pour ses sœurs, même si cela n'était guère visible dans son comportement. Jamais elle en envoya en mission sans se préoccuper des risques encourus, afin que toutes rentrent saines et sauves.

Elle allait souvent sur le terrain pour tous types de missions, dont les principales étaient de sélectionner les Einherjar après les avoir observés. Enfin observés était relatif, car elle ne se préoccupait que des informations et des faits dont elle avait besoin. Aussi certaines choses dans la manière d'agir ou de penser des mortels lui échappait et même plus tard, elle ne les comprenait toujours pas totalement. Leur mission pouvait paraître horrible aux yeux de certains. Comment quelqu'un pouvait-il décider qui devait vivre ou mourir ? C'est pourtant ce qu'elle faisait tous les jours. Quand les  guerriers qui avaient été choisi ne tombaient pas jeunes au combat, les Valkyries les achevaient avant que la mort ne vienne les chercher quand ils seraient vieux et usés. Ses sœurs et elle s'introduisaient dans les batailles pour faire basculer la victoire en faveur d'un camp ou pour la renforcer. Elles s'insinuaient dans les alliances des clans, imposant le désir d'Asgard et ne laissaient guère de choix aux chefs. Quand il était décidé que tel camp devait s’allier avec celui-là et refuser avec un autre, ils obéissaient même de mauvais cœur. S’ils refusaient ou ne suivaient pas leurs engagements, les conséquences étaient lourdes pour eux. Mener une attaque alors qu'on s'était engagé à rebrousser chemin et Brynhild amenait ses sœurs contre eux, ne laissant aucun survivant. Parfois elle mena des expéditions punitives dont les conséquences allèrent bien au-delà des faits, pour servir d'exemple. Le chef de clan et ses hommes n'étaient pas les seuls à en payer le prix. Tous les habitants étaient tués et le village brûlé. Quand ses supérieurs lui demandaient de faire un exemple et de ne pas avoir de pitié, Brynhild n’en avait pas une once et veillait à ce que ses sœurs n'en aient pas non plus. Si on lui demandait si elle avait des remords, elle répondait que non, qu'elle faisait son devoir. Elle ne laissait rien passer et quand elle venait en personne traiter, ceux qui la connaissaient ou avaient entendu parler d’elle, savaient qu’elle était la pire de toutes. Elle était inflexible avec eux et rien ne la ferait changer d'avis, à moins que certains faits aient changé le temps qu'elle arrive.

Elle ne prenait guère de semaines de repos, assumant pleinement son rôle et s'y investissant à fond, au grand dam de certains Ases, qui auraient tout de même voulu qu'elle prenne plus de temps de pauses, de penser un peu à elle, au lieu de son devoir et des autres en permanence. Comme elle était bornée et continuait de même, ils lui conseillèrent de choisir deux de ses sœurs pour un peu déléguer. Elle rechigna, ne jugeant pas cela nécessaire pour une quarantaine de Valkyries à diriger, aussi la demande devint un ordre. Elle choisit Hrist et Mist, une guerrière et une magicienne pour diriger lors des batailles les deux types de valkyries, ainsi que pour l'assister dans d'autres tâches. Elle continua néanmoins à assumer la majorité du travail lié qu'elle avait faire, délégant peu, non pas par manque de confiance envers ses deux sœurs, mais parce qu'elle ne vivait que pour cela.

800 à 10160-10360 ans : TRÛD, HILDR, LOKI ET FENRIR


Narrer toutes les mission que Brynhild commanda ou exécuta durant cette période serait bien trop long, la plupart étant dans la même lignée qu'à ses débuts. Elle y consacrait énormément de temps, obligeant parfois Odin et Freyja de lui ordonner de prendre du repos, quand ils voyaient que sur de longues périodes, ses nuits ne comptaient que quelques heures.

Durant cette époque, Trûd la fille de Thor et de Sif, vint trouver Brynhild, car elle désirait intégrer les Valkyries, même si son père voyait cela d'un mauvais œil. Non pas par manque de confiance en Brynhild, bien au contraire, mais parce qu'il jugeait que sa fille par son rang devait avoir une autre place. Face à la détermination de Trûd, Sif respectant le choix de sa fille et voulant qu'elle aille où son cœur lui disait, elle alla trouver Brynhild qui accepta, mais posa immédiatement les choses avec fermeté : elle devrait finir son instruction au sein des Valkyries et elle lui fit comprendre que malgré son statut de fille de Thor, elle serait au même rang que toutes les autres. Évidemment Thor ne fut guère satisfait mais face à la volonté de sa fille et les paroles de sa femme, il finit par céder.

Un autre fait, qui celui-ci est resté inconnu pour beaucoup, se déroula à cette période également. Cela arriva très tôt, un matin où Brynhild  se rendit voir Odin pour faire le rapport d'une mission de la veille. Le roi des Ases n'était pas seul, Frigg était à ses côtés et il tenait dans ses bras celle qui serait la dernière des Valkyries, soit la quarantième.

- Très bien, tout c’est donc passé comme nous l'attendions. Fais moi le plaisir de te reposer dans la journée, ainsi que demain car je suppose que tu n'as pas dû prendre de repose depuis des semaines encore. Tu peux disposer, d'autant que je dois me rendre à Vanaheimn m'entretenir avec Freyja et d'autres Vanes.

Bryhnild resta de marbre rechignant dans sa tête. Odin se leva pour donner le nouveau-né à Frigg qui était présente, mais qui le refusa d'un signe de la main.

- Tu sais bien que je dois aller à Alfheim.

Le regard de Frigg se porta sur la Valkyrie qui secoua de la tête.

- Je n'ai pas le temps non plus, le temps de passer mon armure et...

Frigg prit le nouveau né et le mit dans les bras de Brynhild.

- Prend Hildr et emmène-la chez la nurse et ne trouve pas d'autres excuses. Tu as largement le temps, d'autant que tu passes devant. Allez, exécution. dit-elle visiblement amusée.

Brynhild fit une moue et partit dans les couloirs du palais d'Odin, tenant sa jeune sœur, enveloppée dans une couverture. Elle ne voyait même pas son visage et ne prit pas la peine de le regarder, avançant d'un pas rapide, la transportant presque comme un colis, bien qu'elle la tenait contre elle. Durant le trajet au bout de quelques minutes, elle sentit Hildr gigoter un peu et pousser un petit cri, signe qu'elle ne dormait plus. Elle écarta un peu la couverture pour voir le visage de sa jeune sœur qui devait avoir déjà quelques semaines. La petite Valkyrie la regarda en souriant et lui attrapa un doigt de sa main qui soulevait la couverture. Brynhild resta immobile, quelque peu...gênée par cette situation incongrue pour elle et se remit à avancer. Elle finit par arriver chez la nurse et l'endroit était...vide. La Valkyrie attrapa la première servante qui passa dans le couloir.

- Où est la nurse ?
- Je ne sais pas madame, elle va arriver, je pense,. Elle a dit hier qu'elle allait avoir une nouvelle à s'occuper.

Brynhild grommela, laissant la servante partir et alla s’asseoir sur un fauteuil dans la nurserie. La Valkyrie jeta d'un nouveau un œil à Hildr qui s'était rendormie. Cela lui faisait drôle de tenir une ses des sœurs comme cela, d'autant qu'elle n'avait jamais eu de proximité avec les autres. Les minutes s'écoulèrent et elle poussa un soupir ne voyant personne arriver et avec sa fatigue inavouée, elle finit par s'endormir. Quand la nurse arriva, elle rouvrit les yeux, la voyant regarder les deux endormies.

- Désolée, je ne voulais pas vous réveiller, madame. Puis vous étiez si mignonnes toutes les deux.

Regard de glace de Brynhild fusillant la nurse, qui se pétrifia sur place. Brynhild se leva et lui tendit Hildr.

- Elle s'appelle Hildr.

Le Général prit alors la sortie, assez gênée de cette situation au fond d'elle-même puis s'arrêta.

- Et gardez ça pour vous dit-elle avant de s'en aller.

Elle tenait à sa réputation et n'avait guère envie que l'on raconte d'elle dans cette situation. Bien qu'elle croisa plusieurs fois Hildr par la suite, elle ne la revit vraiment qu'environ deux cent ans plus tard, lorsque instruite, elle entra en fonction. Mais bien qu'elle n'en parla à personne, se souvenir lui resta, faisant partie des faits inhabituels dans ce qu'était son quotidien.

Dans son travail, en dehors des missions habituelles, Brynhild dû a plusieurs reprises mener ses sœurs pour assister les Ases contre les géants. Il arrivait de temps à autre que des discordes avec eux aboutissent sur des combats. Ces batailles étaient les plus redoutées, car les ennemis étaient aussi puissants que les dieux et Brynhild avait énormément de pression lors de celles-ci, même si elle se montrait comme d'habitude. Se présenter moins sûre n'était pas bon pour le moral des troupes, certaines de ses sœurs montrant leurs craintes. Qui n'en aurait pas dans de tels moments où la mort était plus proche que sur Midgard ? Les choses se passèrent relativement bien à chaque fois, car malgré de lourdes blessures, il n'eut par chance jamais de Valkyries qui tombèrent. Peut-être que cela allait avec la prophétie  et qu'aucune ne devait tomber dans ses confrontations, leur dernier jour étant durant le Ragnarök disait Freyja.

Mais les troubles provoqués par les géants ne furent pas les seuls, car Asgard en connu en interne, provoqués par le fils de deux d'entre eux : Loki. Menteur, trompeur et roublard, il était peu aimé dans la cité des dieux. Pourquoi Odin l'accueillit parmi eux, personne ne le sut à part lui. Le roi des Ases était d'ailleurs le seul à l'accepter avec Thor, même si ce dernier montrait clairement qu'il ne l'aimait pas. Brynhild ne le supportait pas et veillait à ce qu'il se tienne à l'écart du Valhalla et de ses sœurs. Elle l'évitait le plus possible, ne désirant pas perdre son temps avec lui. Loki ne provoqua que des problèmes, les arrangeant à chaque fois pour échapper aux sanctions. Il donna naissance à des monstres dont il fallut se débarrasser tels que le serpent Jörmugand qui devint le gardien de Midgard ou Fenrir qui fut le pire d'entre tous, l'une des plus grandes menaces pensant sur les Ases.



Ce loup géant était d'une puissance redoutable, au point d'égaler voire surpasser les dieux, de plus la prophétie du Ragnarök disait que c'était un loup qui provoquerait la grande bataille. Le conseil des dieux se réunit pour en discuter, Brynhild étant présente pour représenter sa faction mais n'ayant pas le droit d'intervenir n'étant pas une Ase, sauf si on lui donnait la parole. Après avoir délibéré, ils décidèrent d’enchaîner le loup, car s'ils le tuaient, son sang souillerait le monde. Ils tentèrent à deux reprises d’enchaîner la créature, mais à chaque fois, il finit par rompre les maillons des chaînes et s'évader. Odin, escorté de Brynhild et de quelques Valkyries allèrent alors Svartalfheim, le royaume des nains, pour qu'ils forgent de puissantes chaînes. Les nains revinrent quelques semaines plus tard avec un simple ruban, doux et soyeux créé avec leur magie ainsi que six éléments : le miaulement d'un chat, de la barbe de femme, des racines de la montagne, des tendons d'ours, un souffle de poisson et de la salive d'oiseau. Odin l'éprouva et put constater la résistance du ruban que rien ne semblait pouvoir déchirer, couper, ou rompre. Il nomma ce lien Gleipnir.

Cependant, il n'était pas facile d'attirer Fenrir, d'autant que la créature se méfiait désormais. Les dieux organisèrent un défi dans lequel ils devaient tenter de rompre le ruban. Tous tentèrent et échouèrent et ils proposèrent à Fenrir d'essayer. Le loup refusa dans un premier temps, puis finit par accepter de peur de passer pour un lâche. Cependant il imposa une condition : un des dieux mettrait sa main dans sa gueule pendant qu'il ferait son essai et s'ils tentaient de le piéger il la lui broierait. Les dieux hésitèrent mais Tyr accepta. Dès que Fenrir tenta de rompre le ruban, les dieux le lièrent avec le ruban. Le loup ne se laissa pas faire et comme il l'avait annoncé s'ils tentaient de le piéger, il broya la main de Tyr. Pour finir, Odin lui plaça une épée dans la gueule. Mais les souffrances de Fenrir étaient tellement insupportables qu'il hurlait à la mort. Pour faire cesser ces cris qui l'énervaient, Odin enfonça Glepinir au plus profond de la terre, avec Fenrir. Après cet épisode, Loki apporta tout de même de bonnes choses à Asgard, puisqu'il fit forger Gungir à Odin, offert le navire Skidblanir à Freyr et plus tard, il parvint à commander l'achèvement des murailles d'Asgard par les géants ce qui paraissait improbable lorsqu'il avait proposé cela.

10160-10360 à 10710-10910 ans : L'EMPIRE ROMAIN ET LES INVASIONS BARBARES


Les choses reprirent leur court normal du côté d'Asgard, mais Midgard changeait. A l'Est, les romains avaient débuté leur expansion. Les grecs furent les premiers à tomber, ce qui fit sourire Asgard. Ceux qui se prétendaient supérieurs dans cette partie du monde n'avaient guère tenus longtemps. Certes les nordiques reconnaissaient leurs talent dans divers domaines où ils les surpassaient, mais face aux légions romaines, ils avaient été littéralement balayés. Après avoir écrasés les gaulois, les romains finirent par arriver à Midgard. Tout Asgard était en alerte et lors d'une réunion ils choisirent de laisser les humains prendre leur sort en main. Décision prise à contre-cœur mais s'ils intervenaient, les dieux romains pourraient également prendre part aux combats et cela finirait en guerre des dieux. Ainsi ils restèrent tous en retrait, mise à part les Valkyries les seules à pouvoir parcourir les champs de batailles pour y récupérer les plus valeureux guerriers de Midgard.

Les Ases observèrent ainsi les romains, dont la civilisation était des plus étonnante et avancée, car ils avaient su conserver les meilleures choses des peuples qu'ils avaient conquis. Les enviaient-ils pour autant ? Pas vraiment car les romains voulaient les envahir, imposer leur culture et leurs dieux, ce qui sonnait pour les Ases leur chute si plus personne ne croyait en eux. Cela leur suffisait pour ni les aimer ni les envier et Brynhild avait ce même sentiment que ses supérieurs. Asgard les laissa faire ce qu'ils voulaient avec les autres peuples, ce n'était pas leur problème, d'autant que les romains ne parvinrent qu'à conquérir une petite part de Midgard. Le Rhin était une barrière infranchissable, les bloquant l'hiver par son niveau élevé et les gênant l'été avec des clans unifiés pour former plusieurs grandes factions, qui les attendaient sur l'autre rive. Et ces grandes factions allaient bientôt sonner le glas de l'Empire romain...

Les clans de Midgard finirent par se mettre en route chacun ayant son objectif. Certains allèrent vers le Sud, alors que d'autres foncèrent vers Rome. Leur marche fut implacable, rien ne résistait sur leur passage ce qui ravissait Asgard, car les peuples germains et nordiques montraient leur puissance. Les Valkyries les suivirent dans leur progression, toujours sans intervenir dans les combats, se contentant de sélectionner les héros. Le travail fut important durant cette période et Brynhild croulait tous les soirs sous les rapports. Elle multiplia les nuits blanches jusqu'à ce qu'elle soit obligée de se reposer par la force des choses. Alors que les hordes de Midgard progressaient peu à peu, ils découvrirent que les dieux romains disparaissaient au profit d'un homme des régions du Sud. Les rumeurs racontaient qu'il se disait enfant d'un dieu unique et que les romains avaient fini par le mettre à mort. Cela fit sourire les Ases ne faisant que rendre les romains plus idiots à leurs yeux qu'auparavant. Tuer quelqu'un pour le vénérer après et surtout une personne qui ne devait rien avoir de divin de leur point de vue.

La campagne vers Rome commença cependant à ralentir, car après de multiples défaites dans tout l'Empire, les romains se reconstruisirent et consolidèrent leurs défenses. Mais une grande partie des terres occidentales appartenait désormais aux hordes barbares venues du Nord. Cependant d'autres problèmes allaient survenir à Yggdrasil et non des moindres…
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4046
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juil - 14:41

HISTOIRE (SUITE)



10710_10910 à 10720-10920 : L'OR DU RHIN


A Svartalfheim, le monde souterrain des nains également appelés les Nibelungen, les prétendants au trône ne cessaient de se battre pour le pouvoir et Alberich était l'un d'eux. Échouant dans sa tentative, il fut poursuivit par les siens et s'enfuit à Midgard bien qu'il était interdit à son peuple de s'y rendre. Arrivant près du Rhin, le nain fut attiré par un chant que les Ases nomment le Chant de l'Or, celui des Nornes, gardiennes de l'Or du Rhin. Alberich tomba sous leur charme tant elles étaient belles, mais elles ne cédèrent jamais à ses faveurs. Elles se moquèrent même de son apparence, si laide et repoussante. Quand elles lui demandèrent ce qui le rendait si attiré par elles, il leur parla du chant qu'il avait entendu. Les Nornes lui donnèrent son nom et Alberich leur demanda quel était cet or. Les Nornes lui montrèrent alors cet or reposant au fond du Rhin, une boule dorée tenant dans la main, renfermant une puissante magie, offrant la richesse et la puissance. Alberich désira immédiatement l'Or devant sa beauté et ses promesses. Mais les Nornes l'avertirent, non seulement que celui qui s'emparerait de l'Or devrait renoncer à l'amour et sa vie en serait dénuée tant qu'il en serait le propriétaire et qu'elles en étaient les gardiennes, ne devant le confier à personne. Alberich alla réfléchir sur la question de l'amour, sur son utilité et envers qui, puis finalement, quand les Nornes furent endormies, il déroba l'Or. Les Nornes tentèrent de l'arrêter, mais il les tua et retourna à Svartalfheim avec son butin. Accueillit par Mime, il forgea avec lui un anneau en or...

Asgard apprit rapidement le vol de l'Or et nul ne sait ce qui se passa véritablement. Dans les régions les plus au Nord, on raconte que les géants Fafnir et Reginn, chargés d'achever les murailles d'Asgard réclamaient leur dû et les négociations pour le paiement se déroulaient mal. Odin repoussa les discussions pour s'occuper du vol de l'or. Un conseil fut organisé en présences des autres dieux, prêts à mener une expédition pour le récupérer. Cependant le roi des Ases écarta cette proposition, car avec la puissance de l'anneau, Alberich était devenu trop puissant et avait asservi tous les siens. Odin se rendit alors personnellement à Svartalfheim et se présenta devant Alberich. Il lui demanda de lui remettre l'anneau car ce bien ne lui appartenait pas. Déjà corrompu par l'anneau, Alberich refusa et le combat fut inévitable. Il tourna en faveur du dieu qui cependant ne tua pas son adversaire. Mais avant qu'Odin ne reparte, Alberich maudit l'anneau. Odin rentra à Asgard et reprit les négociations avec les géants. Face aux demandes toutes plus impossibles tant elles étaient démesurées, il finit par leur proposer le trésor d'Alberich dont l'anneau et les géants l’acceptèrent. Après leur départ Odin devint plus morne et tout Asgard s'inquiéta de son état. Frigg comprit ce qu'il se passait : le roi des Ases était victime du mal de l'anneau. Elle lui conseilla de se libérer de se mal chez les hommes avant qu'il ne le ronge complètement. Odin réunit alors tous les dieux et Brynhild pour leur annoncer qu'il partait sur Midgard. Pendant son absence, ils devraient œuvrer sans lui. Tout le monde accomplit son devoir, sans réel problème, mais l’absence d'Odin créait un immense vide. L'ambiance était différente, tous n'étant plus fédérés par leur meneur et faisant son travail de son côté. Tous ignoraient les raisons de ce voyage et les questions  se multipliaient tous dans leur tête. Etait-il malade ? Le Ragnarök approchait-il ? Personne ne pouvait le dire et Frigg éludait les questions. Brynhild comme tous les autres essaya une fois de savoir, mais elle comprit que la déesse ne lui dirait rien.

Dans les régions germaniques, on raconte qu'après le vol de l'Or, Odin, Hoenir et Loki tuèrent un jour une loutre ayant volé leur poisson dans Midgard. Le soir ils se rendirent chez Hreidmarr et échangèrent l'hospitalité contre la peau de la bête. Hreidmarr reconnu de suite dans cette peau les restes de son fils Otr qui péchait toujours sous forme de loutre. Hreidmarr avec ses deux autres fils, Fafnir et Reginn, prirent en otage les dieux et échangea leur libération contre un trésor couvrant la peau de loutre. Loki sous les ordres d'Odin alla s'emparer du trésor d'Alberich. Se retrouvant contraint de le céder, Alberich maudit l'anneau avant de le remettre. Loki déposa le trésor sur la peau de la loutre, mais il restait cependant un petit morceau non-couvert. Il dû déposer l'anneau de Nibelungen dessus, qu'il comptait au départ conserver.

Brynhild comme beaucoup d'autre ne sut jamais véritablement ce qui c'était passé et par la suite elle entendit les deux versions. L'histoire d'Hreidmarr était la moins officielle à Asgard, mais elle servait peut être à cacher la situation d'otage dans laquelle Odin et les deux autres dieux s'étaient retrouvés. Quoiqu'il en soit, dans tous les cas Odin partit errer à travers Midgard plusieurs années et il rencontra durant ce voyage une femme nommée Ilda dont il s'éprit. De son union avec elle naquit deux jumeaux, qu'Ilda nomma Siegmund et Sieglinde. Dans le cas de la première version sur l'Or du Rhin, on dit que Odin se libéra du mal de l'anneau en elle, transmettant ce mal aux deux jumeaux. Quand il rentra à Asgard, cela raviva les cœurs et dissipa le manque que son absence avait créé. Le travail se poursuivit, de nouveau sous le regard vigilant de leur roi.

En ce qui concerne les détenteurs de l'anneau, peu importe leurs origines, qu'ils soient géants ou humains, Fafnir et Reginn étaient les deux frères ayant reçu l'anneau de Nibelungen. Il finirent par se battre pour sa possession et Fafnir fut le vainqueur. Mais sa cupidité était si grande qu'elle le transforma en dragon.

10710-10920 à 10740-10940 ans : MORT ET TRAHISON


Alors que Loki avait peut-être joué un rôle important dans l'histoire de Nibelungen, il finit par commettre l'irréparable par la suite. Balder le fils d'Odin et Frigg était immunisé à toutes les plantes qui avaient fait serment de ne jamais le blesser... sauf le gui, qui était une plante trop jeune et méconnue à la naissance de Balder. Lors d'un jeu où les dieux touchaient Balder avec différentes choses pour éprouver son invulnérabilité, Loki donna une branche de gui à Hodhr le dieu aveugle et guida sa main. Quand Hodhr toucha  Balder avec le gui, le dieu fut transpercé comme avec une arme. Asgard fut en pleur devant cette disparition, car à l'instar des autres dieux, Balder était le contraire d'eux, moins violent, doux, aimable et serviable. Lors des funérailles tout le monde était présent, Ases, Dises, Vanes, Géants, représentants de tous les peuples excepté ceux de Midgard. Brynhild était parmi eux, les autres Valkyries à ses côtés. Elle ne versa pas de larmes, les contenant comme d'autres de ses sœurs, mais son cœur était lourd, haïssant Loki qui avait été banni d'Asgard. Si elle avait été assez forte contre lui, elle l'aurait traqué pour le mettre en pièces, mais telle avait été la décision des Ases. La dépouille du dieu fut mise sur un bateau qu'ils envoyèrent en mer après y avoir mis le feu. A cet instant funeste s'ajouta la mort de Nanna la femme de Balder, qui ne supporta pas sa mort et alla le rejoindre. Dans l'autre vie, Balder séjournerait dans le sombre royaume de Hel, car il n'était pas mort au combat. Les Ases ne pouvaient se résoudre à laisser cet être si bon chez elle et demandèrent à Hel de le libérer. Mais la déesse infernale refusa pendant longtemps, jusqu'à ce que face à l'instance d'Asgard par de longues négociations et supplications, elle finisse par accepter de le libérer. Cependant, elle imposa la condition qu'elle ne le ferait que si toute les créatures et êtres vivants pleuraient Balder. Tous le firent sauf une vieille femme, condamnant Balder à rester à Helheim jusqu'au Ragnarok. Mais très vite fut découvert que la vieille femme était Loki, revenu pour se venger d'avoir été chassé. Certains dieux comme Thor ne tenaient plus, désirant mettre la main sur le dieu trompeur pour le massacrer. Lors du conseil qui se tint, Brynhild retint son demi-frère.

- Calme-toi cela ne sert à rien de t'énerver comme cela.
- Et tu veux le laisser s'enfuir et s'en tirer ?
- Il n'en est pas question il doit payer, mais...

Brynhild regarda alors Odin, relâchant Thor.

- Il doit se diriger vers Jötunheim chez ses frères géants. Laissez-moi le repérer avec mes sœurs et une fois cela fait je vous préviendrai pour que vous le capturiez.

Elle regarda de nouveau Thor.

- Loki est malin, foncer à sa poursuite tel un bœuf ne fera que de le perdre, il te verra arriver à des lieux.

Thor fit la moue, contenant sa rage, alors que Brynhild regardait Odin.

- Cette décision me semble la meilleure, vos montures vous permettrons de le rattraper et nous tenir informé rapidement. Ainsi nous procéderons comme cela. Nous comptons sur toi dit le roi des dieux.

Brynhild sortit du conseil, hurlant ses ordres à ses sœurs et une journée plus tard, Loki était repéré. Les Ases prévenus de sa position, ils passèrent à l'action sous le commandement de Odin et l'encerclèrent. Bien que de débattant, Loki n'eut d'autre choix que de faire face à la défaite, ses chances nulles, seul face aux Ases. Les dieux l'attachèrent dans un lieu reculé à trois rochers et on lui plaça un serpent venimeux sur la tête. Il resterait là jusqu'au Ragnarök et tous partirent, le laissant ainsi, sauf sa femme Sigyn qui resta pour le maintenir en vie, récupérant le venin du serpent dans un bol. Certains ne voulurent pas la laisser avec lui, mais elle refusa de partir. Elle n'en voulait pas aux Ases d'avoir sanctionné de telle sorte son mari, mais elle ne pouvait se résoudre à le laisser comme cela car elle l'aimait toujours. Ils respectèrent son choix et quittèrent définitivement les lieux.



10740-10940 à 10760-10960 ans  : BANNISSEMENTS


Le travail avec les invasions barbares se poursuivait, poussant Brynhild à envoyer ses sœurs souvent au delà de Midgard. Elle-même s'y rendait souvent, pour superviser les opérations plus importantes et surtout veiller en personne qu'il n'y ait pas d'erreurs pouvant entraîner des conflits avec les dieux des autres civilisations, ou du moins ceux qui survivaient encore. Cependant, le problème le plus marquant qu'elle eut à régler ne fut pas en dehors de leur territoire, mais au sein même d'Asgard et plus particulièrement parmi les Valkyries. Brynhild avait bien vu ce qui se passait, mais faute de temps l'avais mis de côté et un soir, alors qu'elle lisait ses rapports, Mist vint la trouver.

- Je peux venir te parler de quelque chose ?
- Entre, qu'est-ce qu'il y a ?
- C'est à propos de Gudrun.

Brynhild lâcha négligemment la feuille qu'elle avait en main en poussant un reniflement.

- Je vois ce dont tu parles.
- Hmm, je ne pensais pas que tu t'en étais aperçue.
- J'en sais bien plus que vous le pensez sur ce que vous faites et une de mes sœurs qui passe autant de temps au Valhalla, quand les autres se réjouissent d'un moment sans avoir à s'occuper des Einherjar est suspect.
- Tu crois que...
- Je ne crois rien tant que je ne l'aurai pas vu, mais j'espère me tromper.

Le Général réfléchit un instant avant de reprendre, alors que Myst marquait une certaine surprise, réalisant que Brynhild l'avait remarqué bien avant elle.

- Visiblement ce manège commence à manquer de discrétion, demain nous nous en occuperont. En attendant tu vérifies dans les registres les mortels qu'elle a ramené depuis...disons les quatre derniers mois quand cela a commencé. Parles-en à Hrist également, j'aurai besoin de toutes les deux.
- Entendu.

Mist s'en alla et le lendemain soir, Brynhild lui donna rendez-vous avec Hrist son autre seconde.

- J'ai trouvé un Einherjar, étrange nommé Heldi. Le résumé de ses prouesses est extrêmement vague.
- Il n'est même pas sûr qu'il soit mort au combat. Quand on y pense, elle avait demandé une période à n'aller que sur Midgard en mission ajouta Hrist.
- Je pense qu'on en a assez pour devoir vérifier, finissons-en.

Les trois Valkyries guettèrent Gudrun pour la voir filer au Valhalla et la suivirent. Brynhild laissa ses deux secondes à l'entrée et continua de suivre sa sœur, espérant se tromper, mais elle la découvrit dans les bras du fameux Heldi, ce qui la rendu bien entendu furieuse. Furieuse parce que Gudrun avait trahi sa confiance, parce que cela impliquait des pertes de temps pour leur mission, mais aussi des conséquences que cela entraînait pour sa sœur. Le Général apparut à leur vue et les deux amants se relevèrent surpris pour ne pas dire terrifiés. Gudrun qui tenta de sortir un brin de justification, mais elle fut coupée net, sa supérieure lui ordonnant le silence avec toute la froideur dont elle était capable. Face à cela, Heldi esquissa un pas, mais Brynhild le  fusilla du regard.

- Je te déconseille fortement un geste stupide qui ne t'apporterai qu'une mort dénuée d'honneur. Hrist ! Mist !

Les deux secondes arrivèrent sur le champ l'air sérieux découvrant elles aussi que ce qu'elles craignaient. Brynhild attrapa Gudrun sans ménagement et la poussa vers Mist.

- Tu l'emmènes dans sa chambre et elle y reste enfermée jusqu'à nouvel ordre.

Elle regarda ensuite Hrist et désigna du menton Heldi.

- Même chose pour lui.

Le regard de la nordique passa ensuite sur tous finissant par les deux fautifs.

- Vous me les interrogez tous les deux, je veux tout en détail demain à l'aube. Je vous conseille d'être loquaces car sinon non seulement je viendrai m'occuper de vos cas en personne, mais ce qui vous attend après n'en sera que plus lourd.

Ses ordres furent exécuté et le lendemain, elle présentait Gudrun et Heldi devant le conseil composé d'Odin assit sur son trône, Freyja et elle-même. Hrist et Mist encadraient les deux fautifs. Le conseil débuta par le passage en revue des faits et les deux accusés avaient tout raconté sans rien omettre. Au final il en ressortait principalement que Gudrun avait fait venir un mortel ne méritant pas le statut d'Einherjar, alors qu'il aurait dû être envoyé à Helheim le royaume des morts. S'ajoutait à cela qu'en se donnant à lui, Gudrun avait perdu sa virginité et donc son statut de Dise. Le verdict fut sans appel, en défaveur de Gudrun et Heldi. Le cas d'Heldi fut traité rapidement, il serait conduit et confier à Hel. Quant à Gudrun, conformément à leurs lois, elle serait bannie ayant perdu son statut divin et par ses fautes.

Après le conseil Gudrun fut ramenée dans sa chambre pour qu'elle réunisse quelques affaires avant de partir.  Pas d'adieux, pas de contacts, ils la firent partir seule. Néanmoins, à la sortie d'Asgard, au début du pont Arc-en-ciel menant à Midgard, sous le regard lointain d'Heimdall qui était resté à l'écart, Brynhild l'attendait. Elle avait beau être très froide et dure, n'ayant eu aucune pitié envers sa sœur, elle n'avait pas agit de bon cœur loin de là.  A vrai dire, elle avait eu du mal à dormir avant de la mener devant le conseil, sachant d'avance qu'elles seraient les conséquences et qu'elle devrait approuver le verdict. Elle était à la fois en colère du comportement de sa sœur, mais aussi déçue par elle.

- Te rends-tu compte de ce qu'on vient de perdre ? lui dit-elle quand Gudrun arriva, après un soupir.

Gudrun n'eut pas le temps de répondre que Brynhild lui flanquait une baffe magistrale. Le Général attendit un brin de réponse, quelque chose, mais rien aussi lui donna-t'elle une seconde baffe.

- Répond-moi au moins ! Tu es une Valkyrie ! Tu es fière ! Alors reste-le ! Tu as fais la pire erreur de ta vie mais ça ne te prive pas de ta fierté !

Gudrun ne dit rien quand même, se relevant les yeux larmoyants.

- Tu as intérêt à rester en vie, qu'on ne vienne pas me dire que tu es morte bêtement, sinon c'est que tu seras restée idiote jusqu'au bout.

Et Brynhild tourna les talons, retournant dans Asgard.

Les mois passèrent et le bannissement de Gudrun ainsi que la frustration qu'il avait entraîné s'estompèrent. Une rivalité entre Odin et Freyja naquit, dont l'origine resta assez mystérieuse. Peu importe ce qu'il en était, Freyja pour se venger rendit stérile, Vara, la reine du Frankenland. Ceci n'aurait pas été si important aux yeux d'Odin, si la lignée de Vara n'était pas la seule humaine descendant de lui. Il ne pouvait laisser les choses en état et Vara devait pouvoir avoir une descendance. Il n'y avait qu'une seule solution pour soigner Vara, qui était qu'elle mange une pomme du jardin de Freyja, des fruits ayant la propriétés liées à la vie, comme maintenir l'immortalité chez les dieux, mais aussi restaurer la virginité ou guérir de la stérilité. Cependant Odin ne pouvait entrer dans le domaine de la déesse pour lui dérober une pomme, bafouant des lois qu'il avait lui-même mis en place. Un soir il convoqua Brynhild et lu ordonna d'aller chercher une des pommes et d'aller la donner à Vara. La Valkyrie se montra réticente sachant ce que cela impliquait, qu'Odin jouait sa place de roi des dieux dans cette affaire. Mais cela était un ordre et elle devait obéir. Elle profita de l'absence de Freyja, partie chez les siens à Vanaheim pour s'introduire dans son domaine, bien que cela ne l'enchantait guère de voler un de ses deux supérieurs direct. La mission se présentait facile si ce n'était qu'une fois arrivée dans le jardin, elle découvrit qu'un molosse gardait le pommier en absence de la propriétaire des lieux. La bête était de proportions peu communes et devant sa férocité, la Valkyrie n'eut d'autre choix que de l'affronter et de le tuer. Elle cueillit ensuite une pomme, nettoya les traces du combat et rentra.

Seulement Freyja revint avant que Brynhild ne parte pour Midgard, découvrant l'absence du gardien de son jardin, ni son cadavre et ni traces du combat, celles-ci ayant été effacées. La déesse n'était pas dupe et compris ce qui s'était passé et demanda justice, parvenant à mettre Odin en mauvaise posture. Brynhild prit alors la plus difficile décision de sa carrière, voire de sa vie. Soit elle laissait Odin assumer ses actes et il serait probablement déchu, mais la perte de sagesse pouvait être une catastrophe pour Asgard, soit elle tombait à sa place. Lors du conseil au pied d'Yggdrasil comme le voulait la tradition, elle finit finit par choisir la seconde possibilité et déclara avoir agit de son propre chef. Personne n'y croyait bien évidemment et tous savaient ce qu'il en était réellement, car la fidélité de Brynlhild envers Odin était connue. Mais elle ne démordait pas de sa déclaration et compte tenu de son tempérament, rien ne laissait transparaître en elle si elle mentait ou non. La justice s'appuyant sur les faits et ce qui était déclaré, le verdict tomba et elle fut bannie d'Asgard pour avoir transgressé les lois. Ce deuxième bannissement d'une Valkyrie fut certainement plus dur que le premier, car il s'agissait de leur meneuse et tous savaient qu'elle avait décidé de prendre sur elle un acte dont elle n'était pas responsable. Ce fut l'un des moments les plus durs de sa vie, car elle perdait les siens, la raison même de son existence, mais également dans la manière dont cela se passa. Même s'ils savaient tous, personne ne lui adressa un mot, par trouble, par respect des règles car innocente ou non elle était rejetée. Elle réunit quelques affaires, prit Stormiga et quitta Asgard seule. Alors qu'elle arrivait sur le pont Arc-en-ciel, elle avait le cœur serré, la sensation que même le regard d'Heimdall n'était pas tourné vers elle. Elle ne se retourna pas et quitta le domaine des dieux, ne regrettant pas, car elle avait fait le choix qu'il fallait pour le bien de tous et prendrait sans doute la même décision si cela était à refaire. Elle n'en voulait personne pour leur comportement, ils suivaient les règles et elle savait qu'il y avait eu sans doute des larmes retenues, qui avaient coulé à l'abri des regards parmi ses sœurs et des cœurs lourds. Une fois le pont traversé, elle arriva à Midgard et progressa en direction des premières cités. Le soir, après avoir fait un feu pour passer la nuit, elle trouva dans une de ses sacoches la fameuse pomme. Comment était-elle arrivée alors qu'elle l'avait rendue à Freyja, elle soupçonna que la déesse l'avait mise, ayant sans doute trouvé son compte envers Odin et laissant la Valkyrie achever sa mission. Elle soupira devant cet ultime tâche qui lui était demandée ,mais pris tout de même la direction du Frankenland...

Brynhild arriva devant Vara et lui remit la pomme, la guérissant ainsi de sa stérilité. Ne sachant pas quoi encore faire de sa nouvelle vie, elle aida Vara dans quelques batailles et missions. Ses capacités, son expérience et son aide étaient précieuses et appréciées, cependant, malgré son bannissement, Odin comptait toujours sur ses services et elle eut régulièrement les visites d'Huginn et Munin, les corbeaux messagers du roi des dieux. Dans un premier temps, elle hésita à mener les missions qui lui étaient envoyées car elles étaient données telles quelles, de simple ordres de missions sans autres discours. Mais finalement elle les exécuta, car au fond d'elle elle restait Valkyrie dans l'âme et n'aspirait qu'à œuvrer pour Asgard et préparer Yggdrasil au Ragnarök. Devant vivre parmi les hommes et les côtoyer, elle les découvrit un peu plus, même si pour certaines choses, cela restait étrange pour elle. Cependant, elle nota que finalement, hommes et dieux avaient des points en communs dans leurs actes, leur manières de penser ou sur le plan des sentiments. Ayant vécu parmi les dieux, il arrivait qu'on l'interroge sur eux, chose qu'avant personne n'osait faire, même si encore à ce moment-là tout le monde ne s'y risquait pas toujours, compte tenu de la crainte qu'elle inspirait toujours. Brynhild répondait avec franchise et ne réalisa pas la faute qu'elle commettait, laissant entendre qu'en certains points dieux et hommes se ressemblaient. Ces paroles parvinrent à Asgard qui prit cela comme une insulte, car de leur point de vue, les dieux étaient bien supérieurs aux hommes et n'avait rien à voir avec eux. Une nouvelle sanction tomba sur la Valkyrie qui se vit condamnée au silence. Odin se chargea personnellement de la sanction, l'emprisonnant dans une grotte, entourée de flammes infranchissables pour l'éternité. Cependant, il la plongea dans un profond sommeil afin d'adoucir sa condamnation, car elle avait sauvé son trône et bien qu'il n'en ait jamais rien dit, il avait des remords sur ce qui c'était passé. Il fut dit que la sanction de Brynhild prendrait fin quand quelqu'un parviendrait à traverser les flammes. Ainsi une quarantaine d'année s'écoula…

10760-10960 à 10800-11000 ans  :  SIEGFRIED


Brynhild ouvrit les yeux, l'esprit confus, devant rassembler ses idées pendant quelques secondes qui pouvaient paraître une éternité. Après être restée immobile les yeux  vers le plafond, elle e se redressa sur l'autel où elle avait passé tant de temps, surprise de la présence d'un homme debout à côté d'elle. Réalisant la nature dune sensation éprouvée sur ses lèvres vaguement, dans la seconde qui suivit, l'homme se prenait une baffe, la Valkyrie se sentant quelque peu outragée. Se massant la joue il se présenta, s'appelant Siegfried et s'excusa pour son action qu'elle avait jugée déplacée, mais qui avait été nécessaire pour la réveiller. Elle accepta ses excuses car elle lui devait sa liberté et se présenta à son tour. Ils ne s'éternisèrent pas dans cette grotte que Brynhild désirait quitter au plus vite. Elle répara sa tunique pour pouvoir la refermer, en pestant, puis rassembla ses affaires et ils s'en allèrent. Siegfried ne laissa pas Brynhild seule, qui après ce long repos était assez faible, tenant à peine sur ses jambes, d'autant qu'au premier regard sur elle, il en était tombé amoureux. Il trouva une cabane abandonnée dans laquelle ils se réfugièrent et il resta à ses côtés le temps qu'elle se remette, devant supporter son sale caractère. Bien qu'elle n'en montrait pas grand chose, elle était touchée par cet homme qui avait quelques points communs avec elle. Au fil des discussions qui n'étaient pas extrêmement animées, car elle parlait peu, sans s'en rendre compte elle se rapprocha de lui, son cœur palpitant plus en sa présence. Ils se découvrirent, lui racontant sa vie et son combat contre Fafnir et elle une partie de la sienne. En plus d'apprendre à connaître Siegfried, elle  découvrait donc quelque chose qu'elle n'avait jamais connu, même dans le sens maternel, paternel ou sororal : l'amour. Bien qu'elle hésita à franchir, le pas, elle finit un soir par s'unir à lui, lui offrant sa virginité et sacrifiant son immortalité pour lui. C'était le plus grand renoncement qu'elle pouvait faire pour quelqu'un, car par cet acte, elle perdait toute chance de retourner auprès des siens, si ils estimaient qu'elle avait accompli sa pénitence. Il n'y avait désormais plus de retour possible pour elle à Asgard.

Les jours paisibles et heureux qui suivirent ne devaient cependant pas durer et quelques semaines après, Siegfried fut appelé par le roi Gjuki de Burgondie  qui avait besoin de son aide et Siegfried accepta, l'aventure le rappelant. Cela était moins du goût de Brynhild, mais elle savait qu'il ne resterait pas à ses côtés. Le Sedhr lui avait montré sans lui indiquer plus pourquoi, mais elle se doutait que cela venait du fait que Siegfried était l'un de ces héros toujours en quête de prouesse. Après Fafnir, il était venu la délivrer, toujours dans le but d'un exploit et maintenant il partait en Burgondie, une nouvelle quête qui pouvait en amener d'autres. Ainsi ils durent se séparer, faisant leur adieux momentanés, Siegfried les mains sur les hanches de la Valkyrie et elle ses mains autour du cou de son amant. Sur le pas de la porte.

- Tu es sûre ne de pas vouloir m'accompagner. Tu as les talents pour cela.
- C'est ton combat et non le mien, je n'y ai pas mal place.

Siegfried passa sa main sur la joue de Brynhild avant de poursuivre.

- Je reviendrai au plus vite et nous nous marierons, je te le promet.
- Ne fais pas de promesses que tu ne tiendras pas dit-elle en esquissant un sourire. Je suis bien placée pour pouvoir lire dans tes yeux, que tu es homme d'aventure et non à rester auprès de quelqu'un.

Même si elle refusait de véritablement accepter ce que le Sedhr lui indiquait, elle savait pertinemment que son talent ne mentait jamais. Ainsi alors qu'elle savait qu'à cet instant elle le perdait, elle voulait croire qu'elle le reverrait, bien qu'une mission pouvait en entraîner une autre, sans jamais revenir, trop éloigné ou ayant perdu la vie.

- Je te le donne en preuve de mon amour et de ma fidélité , lui dit-il en passant l'anneau de Nibelungen au doigt de Brynhild qui esquissa un nouveau sourire.

La Valkyrie se retourna, quitta les bras de Siegfried et se retourna pour prendre Beskyddare et lui tendit.

- Je te le prête pour que tu me reviennes sain et sauf. Prends en soin et ne le perds pas sinon je t'étrangle dit-elle avec sérieux.
- Merci, je ne manquerai pas de m'en servir et je te le rendrai dans le même état. Je craindrai trop de subir ta colère volcanique, répondit-il avec ironie.

Brynhild mit ses poings sur ses hanches le regardant glacialement, avant se de rapprocher de nouveau de lui et de l'embrasser.

- Va, ils t'attendent.
- Je t'aime répondit-il quittant ses bras.



La jeune femme resta sur le pas de la porte pour regarder Siegfried partir, ne rentrant que lorsqu'il disparut de sa vue. Les journées suivantes se déroulèrent sans rien de bien particulier. Brynhild était isolée dans les bois et passait ses journées seule, espérant toujours le retour de Siegfried dans quelques semaines, même si au fond de son cœur elle avait senti qu'en le laissant partir, elle le perdait. Elle se voilait la face, refusant de croire ce que son Sedhr lui avait montré, l'ignorant et finalement elle attendait Siegfried comme si elle n'en savait rien d'avance.

Quelques semaines plus tard un cavalier se présenta et Brynhild le reçu épée à la main au cas où, celui-ci ne lui inspirant guère confiance. L'homme se présenta sous le nom de Gunnar et à la grande surprise de la Valkyrie, qui ne l'avait jamais vu avant, il lui demanda sa main. Brynhild refusa disant qu'elle était promise à un autre et que quand bien même cela n'aurait pas été le cas, elle n'accepterait comme cela d'un inconnu. Gunnar se releva lui disant que dans ce cas là, il l’emmènerait de force. La Valkyrie n'était pas décidée de se laisser faire et le combat s'engagea. Brynhild rivalisait sans problème à l'épée avec lui et parvint même à prendre le dessus. Du moins c'est ce qu'elle crut jusqu'à ce qu'elle se rende compte que ses coups avaient beau être plus précis, ils ne lui faisaient absolument rien et finalement elle perdit le combat.



Elle se réveilla ligotée en travers d'un cheval, Gunnar ayant sans doute préféré prendre ses précautions, sachant très bien qu'elle se rebellerait et tenterait de fuir. Le trajet dura plusieurs jours et elle pouvait estimer à peu près la direction qu'ils prenaient sans toute fois dire précisément où, car en une quarantaine d'année, les royaumes et les hommes avaient changé. Ils finirent par arriver à un château dans lequel, Gunnar la traîna, au sens propre du terme, vu comme elle se débattait jusqu'à la salle du trône où il finit par la détacher. Devant elle se tenait ceux qui se présentèrent comme le roi Gjuki et la reine Grimhildr. Brynhild s'étonna car c'était auprès d'eux que Siegfried devait aller. Mais ce qui l'étonna le plus fut de voir à côté du couple royal sa sœur Gudrun et un sosie de Gunnar. Elle recula de quelques pas et percuta celui qui l'avait enlevée. Elle se tourna et vit son visage changer pour prendre celui de Siegfried.

- Qu'est-ce que cela signifie Siegfried ? dit-elle étonnée, le cœur battant.

Siegfried la regarda sans émotion, alors que Gjuki confirmait le mariage organisé entre Gunnar et elle, alors que Grimhild demandait à Gudrun d'y aller avec son fiancé, qui n'était autre que Siegfried. La Valkyrie se sentit à la fois comme poignardée en plein cœur, retenant par fierté les larmes qui montaient, mais elle se sentait prise d'une colère sans limite. Elle ne tolérait pas la trahison et Siegfried avait commis la pire que l'on pouvait lui faire après ce qu'elle avait sacrifié pour lui. Elle enleva l'anneau de Nibelungen à son doigt et lui jeta au visage.



- Tu me le paieras, dit-elle en serrant des dents alors que Siegfried repartait avec Gudrun, sans que cela ne lui fasse rien.

A ce moment-là elle aurait pu en vouloir également à sa sœur qui lui avait pris Siegfried, mais elle n'y pensait même pas. Siegfried la donnait à un autre sans que cela ne lui fasse ni chaud ni froid, comme si elle ne représentait rien. Toute sa colère était tournée contre lui et quand elle esquissa de nouveau une tentative de fuite, elle se retrouva encerclée de soldats, aussi céda-t'elle, préférant éviter une effusion de sang, ces hommes ne faisant qu'obéir aux ordres.

- Très bien je vous épouserai, de toute manière on en me laisse pas le choix, mais n'attendez rien de ma part dit-elle en fixant Gunnar.



On peut dire qu'elle tint sa promesse, car la seule fois où Gunnar eut une certaine proximité avec elle fut lors de leur mariage où il put l'embrasser. Moment où Brynhild serra du poing si fort qu'elle s'en blanchit les phalanges et envie de l'étrangler sur place. La nuit de noce, à peine furent-ils dans leur chambre que Gunnar se retrouva assommé et se réveilla ligoté au pied du lit.

- Brynhild que cela signifie ? Détachez-moi !
- Je vous avez dis que vous n'auriez rien de moi. Cela sera votre place ce soir et après nous ferons chambre à part. A moins que vous ne teniez à passer toutes vos nuits ainsi.

La Valkyrie s'approcha de Gunnar et l’attrapa par le col avec une certaine vigueur si bien qu'il crut qu'elle allait le tuer et il n'était pas loin du compte car elle était capable de le faire à tout moment..

- Vous n'aurez jamais d'héritier de moi et vous ne poserez plus jamais les mains sur moi, sinon je vous tue, est-ce clair ?

Gunnar acquiesça face au regard de glace de la Valkyrie, qui inspirait toujours autant la crainte. Malgré la peur qu'il eut de Brynhild, il l'aimait et fit tout ce qu'il put pour la conquérir. Il tentait de lui offrir tout ce qu'il pouvait, récupéra  Beskyddare pour qu'il revienne à elle, mais rien n'y changea. Brynhild le rejetait et passait la plupart de son temps seule. Peu de monde venait la voir, par crainte de son tempérament qui n'était que renforcé par sa situation. Même Gudrun qui étant sa sœur et pourtant la connaissait, n'alla pas la voir. On ne pouvait donc pas dire qu'elle brillait pas sa présence, car c'était une femme blessée, meurtrie au plus profond de son âme, en proie à un désir de vengeance peu commun, celle-ci ayant la rancune dure étant blessée dans son honneur.

Sa vengeance, elle la rumina des semaines ne sachant comment tuer Siegfried qu'elle savait invulnérable. Seul le poison lui venait mais fallait-il encore lui faire boire. La solution vint d'Hagen qui un soir, tard dans la nuit, se présenta alors qu'elle lisait seule dans la bibliothèque.

- Que me voulez vous ?
- Vous voir comme cela m'attriste, mais je peux vous aider si vous le désirez.

Brynhild referma son livre et fixa Hagen.

- Je n'ai pas besoin de votre aide.
- Inutile de faire l'innocente, vous voulez sa mort et je connais son point vulnérable.
- Et qu'auriez-vous à y gagner dans cela ?
- Rien de votre part.
- Dans ce cas là, s'il n'y a rien dans cette manœuvre pour obtenir quelque chose de ma part, pourquoi venir me le dire ?
- Afin d'avoir votre accord et votre bénédiction.
- Vous n'en avez pas besoin si vous le faites pour vos propres raisons, mais vous l'avez.

Quelque jours plus tard, tous les hommes étaient partis à la chasse et quand ils revinrent, Siegfried fut ramené mort, tué d'après Hagen par un sanglier. Quand le corps de Siegfried fut pris pour être transporté sur son lit de mort, elle vit très bien à la blessure mortelle que cela n'était pas le fruit d'un animal mais d'une arme dans le dos. Siegfried avait reçu un coup de lance, cela était certain et Hagen était le responsable sans aucun doute. Elle aurait pensé qu'en voyant Siegfried mort elle serait soulagée, mais finalement, cela ne lui fit rien. Elle était vengée mais son unique amour restait perdu et cela ne lui rendrait pas ce qu'elle avait sacrifié pour lui. A vrai dire cela lui serrait plus le cœur que l'alléger. Cependant elle pouvait désormais s'enfuir, personne n'étant capable de l'arrêter, ce qui était la consolation. Cependant, l'affaire n'était pas achevée pour autant car Gudrun, qui avait compris également que Siegfried avait été assassiné et alla trouver Hagen. Elle le fit parler et il raconta l'avoir vaincu en duel, l'ayant défié pour l'honneur de Brynhild. Il ne devait sans doute pas s'y être pris comme cela contre Siegfried, mais cela l'arrangeait bien, pour réclamer comme le voulait la tradition un bien du vaincu. Il demanda l'anneau de Nibelungen.

C’est à ce moment-là que tout s'assembla dans l'esprit de Brynhild. Nibelungen avait été forgé dans l'Or du Rhin et Albérich avait dû renoncer à l'amour pour s'en emparer. Il avait obtenu la puissance grâce à celui-ci puis l'anneau était venu à Fafnir qui était devenu un dragon cupide. Ensuite Siegfried était allé le combattre pour son trésor et l'anneau, qu'Hagen avait récupéré par ses manœuvres. Elle-même avait pu constater que l'anneau avait quelque chose d'attirant quand elle l'avait eu, mais elle avait mis cela sur sa beauté. C'était tout autre, il attirait ceux qui ne le possédaient pas et on ne désirait pas s'en séparer.  Dans son cas, sa forte émotion avait pu passer au-dessus de cela, quand elle l'avait « rendu » à Siegfried. Il devait également apporter richesse et pouvoir, compte tenu de ce qui était arrivé à ses propriétaires, mais également le malheur. Avec tout ce qui se passait autour de lui, un moment ou un autre il devait avoir été maudit, supposa-t'elle. Albérich semblait le coupable tout désigné dans l'histoire, sans doute avant de s'en séparer.

Brynhild fut en rage envers Hagen car elle lui avait servi de prétexte et elle n'allait certainement pas en rester là et faire payer Hagen qu'elle défia. Hagen se sentant pousser des ailes après avoir tué Siegfried et avoir obtenu l'anneau le releva mais le regretta vite, n'ayant aucune chance contre elle. Brynhild ne lui fit aucun cadeau et il finit sur le sol, la main qui tenait son épée coupée, le corps entaillé à plusieurs endroit, le visage meurtri par les coups qu'il avait reçu. Avant de l'achever, elle lui fit tout avouer et il lui révéla tout ce qu'on lui avait caché. Elle eut un choc en apprenant que Siegfried avait été piégé par Grimhild et que ce qu'il lui avait fait n'était que sous le coup d'un philtre magique. Elle l'avait poussé vers la mort alors qu'il n'y était pour rien et se sentit responsable de sa mort. Cependant, elle ne pouvait s’empêcher de lui en vouloir de l'avoir abandonnée pour la gloire, faisant qu'il avait ruiné leurs vies. De plus philtre magique ou pas, qu'il s'agisse d'elle ou non, il avait accepté de la conduire de force auprès de Gunnar, la traitant comme un objet.

Elle resta isolée jusqu'aux funérailles, en proie au désespoir. Elle avait tout perdu et n'avait plus ni personne rien à qui se raccrocher. Son honneur était à peu près tout ce qui lui restait, ainsi que ses possessions dont cet anneau maudit. Le jour des funérailles de Siegfried, elle revêtit son équipement et quand le bûcher fut à son embasement maximum, elle monta dessus d'un pas tranquille.



Certains tentèrent de l'arrêter ,mais ils n’eurent pas le temps. Ses cris résonnèrent quand les flammes brûlèrent sa chair et la consumèrent jusqu'à la fin. Dans cet acte, Byrnhild mit fin à son existence, détruisant avec elle l'anneau de Nibelungen pour qu'il n'accomplisse plus son œuvre. Elle était née Valkyrie et mourrait en Valkyrie en accomplissant un dernier devoir. Cependant, son acte fut  aussi l'annonciateur de la période que l'on nomma le Crépuscule des dieux…

10800-11000 ans (an 580-620)s  :  LA FIN D'UNE LÉGENDE

A PROPOS DE VOUS


Âge : 30 et + car affinités
Expérience RP : + de 12 ans
Les animes/jeux Fate que vous connaissez : Fate, Zero, UBW, Extra, Tsukihime,...
Comment avez-vous connu le forum ? Google fut mon ami dans cette quête
Quelque chose à ajouter ? : ...
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4046
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Revenir en haut Aller en bas
Sam 13 Aoû - 20:13
Fiche terminée, bon courage pour la lecture Solitude
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4046
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Revenir en haut Aller en bas
Sam 20 Aoû - 15:49
La fiche me convient vu que les quelques fautes présentes ne sont pas conséquentes au vu de la longueur du texte Je te donne ma voix!
Blondin cosmique
avatar
Nombre de messages : 278
Date d'inscription : 20/06/2015
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Sep - 0:48
Alors.

Il était temps de m'y remettre alors quoi de mieux qu'une petite fiche tranquillement pour commencer.

* 3h27min plus tard *

je démission ... comment ça je peux pas ...

* 2h12 plus tard *

J'ai survécu ... maintenant ... analyse!

Alors commençons par les stat qui me vont en l'état.

Les pouvoirs, la par contre je ferais des modifications:

Double summon ok

Sedhr la ça me dérange parce que c'est trop OP. Donc ce sera Instinct et MT de un rang inférieur à Sedhr.

Pour les Runes par contre, tu as accés au première créer par Odin, donc bon la le rang devrait être 1 de mon point de vue.


Pour les NP

Pour l'anneau je mettrais le golden rules au rang 6 vu qu'il y a déjà pas mal d'effet à l'anneau

Pour le manque je mettrais un malus en dans toutes les stat hors HP et MP et LCK de 100 si tu ne l'as pas tant que tu ne l'as pas récupérer.

Physique et caractère : Nikel (pour le caractère avec "caractère de cochon je te validais aussi ça suffisait /me sort)

L'histoire: Bon la ... que dire.

Quelques coquilles mais bon sur l'ensemble de tout ce qu'il y a rien qui vaille un refus je te note juste ce que j'ai repéré pour que tu puisse si tu veux corriger :

0-50 ans enfance :

- " Peut-être qu'elle sera elle qui les commandera, "  ==> " qu'elle sera celle " je pense

50 - 100 ans premier pas :

- "Déjà quelques brut dans son comportement Thor" ==> la je sais pas trop en fait...

100 - 150 ans :

- "Entre ceci et son désir d'être prête pour assumer son devoir, fit qu'elle commença à se montrer plus dure qu'elle ne l'était." ==> phrase un peu étrange...

200-250 à 800 ans

- "Brynhild amenait ses sœurs contre eux, ne laissait aucun survivant." soit il faut un "et" à la place de la virgule soit mettre "ne laissant"




Mort et trahison

-"Asgard ne fut jamais autant en pleur de cette disparition" ==> étrange non?

- "Cela n'aurait été que d'elle et si elle avait été assez forte" ==> ça aussi ça me fait bizarre.

Bannissement

-"Visiblement ce manège comme à manquer de discrétion,"  ==> commence...

- "Vous mes les interrogez tous les deux, je veux tout en détail demain à l'aube. " ==> "me" pas "mes" et je savais bien que dans le fond t'était une perverse, t'aime juste écouté en fait avoue XD.




Bon voila ce que j'ai vu, sur la fin toute l'histoire avec siegfried moi les amours tragiques ça me remue alors y en avait peut être encore mais j'avais tellement envie de lire que j'ai pas rien vu.


Donc juste que j'attends ton avis ou tes remarques pour les pouvoirs/NP

puis on pourra cloturer ça
Dream Hunter
avatar
Nombre de messages : 1912
Master de : Orion
Date d'inscription : 06/11/2010
Voir le profil de l'utilisateur



Sélène perdue entre devoir et passion.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Sep - 11:58
Rof tu vas pas dire que c'était long et épuisant à lire une si petite fiche ><

Bravo pour ton courage Yeah

Comme on a discuté de toute ça j'ai fais les changements convenus et j'ai corrigé les fautes relevées. A y être j'ai fais les calculs de mes stats au passage.

Je crois qu'on a bon du coup ^^
Valkyrie hjärta
avatar
Nombre de messages : 4046
Date d'inscription : 27/11/2008
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ervael.com
Revenir en haut Aller en bas
Ven 9 Sep - 16:56
mon compte ayant été correctement augmenté de 10000 euros

tu as ta seconde validation.
Dream Hunter
avatar
Nombre de messages : 1912
Master de : Orion
Date d'inscription : 06/11/2010
Voir le profil de l'utilisateur



Sélène perdue entre devoir et passion.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Fate Stay Night RPG :: Avant de débuter :: Présentations :: Servants validés