Votez sur les tops !






Wanted


Derniers Sujets

OST



Black Out

Fate Stay Night RPG
Forum RPG 16+ - Fate Zero - Fate/stay night - Tsukihime - Nasuverse
Fantasy - Fantastique - SF - Magie - Mangas

[En Cours] Raytoku, la Lance des Dieux

 :: Avant de débuter :: Présentations :: Panthéon des âmes :: Civils Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sam 16 Juil - 13:20

   
Raytōku, la Lance des Dieux
   

   Age : 33 ans
   Nationalité : / (Japonais)
   Organisation : Aucune
   Fonction : Chasseur d'anormaux
   



   
   

   
Houken, Kingdom
   

   
CARACTÉRISTIQUES
   

   Type : Surnaturel
   Classe :Lancer Yokai

   
Stats de base
   STR : 6
   CON : 6
   AGI : 6
   INT : B
   MAG : /
   WIL : 6
   LCK : A
   
Stats effectives
   HP :
   MP :
   ATT :
   ATT M :
   DEF :
   DEF M :
   ESC :
   CRT D :
   CRT R :

   
   


   
CAPACITÉ(S) DE CLASSE
   

Racial Skills : Hôte des Dieux
Depuis ses huit ans, Raytoku entend des voix dans sa tête. Bien que la source des voix reste incertaine lorsque l'on conserve une approche objective, le lancier n'a aucun doute à ce sujet : ce sont des dieux qui lui parlent. Chacun a son identité et ses goûts propres, et prodigue conseils ou non, selon son humeur. Malgré leurs caractères variés et leurs inimitiés entre elles-même, les voix semblent toutes apprécier Raytoku, aucune n'ayant encore cherché à lui nuire.
Cependant, la présence de ces voix dans l'esprit de Raytoku a des effets secondaires. En effet, les voix arrivent manifestement à juger du caractère d'une personne au premier regard, et croient souvent bon d'émettre chacune son petit commentaire, amenant ainsi à une certaine confusion dans la tête de Raytoku chaque fois qu'il rencontre une nouvelle personne. Il y est d'autant moins habitué qu'il a passé sa vie à la montagne. Heureusement, Raytoku conserve quasi-systématiquement sa contenance, et est capable d'ignorer les voix lorsqu'elles chahutent trop. Dans une certaine mesure.
De plus, leur présence peut poser des problèmes à d'autres occasions, notamment lorsqu'il s'agit d'interférer avec l'esprit du lancier. En effet, bien qu'elles ne l'exercent normalement pas – préférant observer le lancier dans son état naturel – les voix ont la possibilité de contrôler l'esprit de Raytoku, et donc si nécessaire le remettre en place, si jamais il venait à être affecté par une perturbation extérieure. Que les voix soient extérieures à Raytoku, ou qu'il ait réussi à scinder son esprit de manière aussi remarquable, il faut tout de même noter que les voix semblent distinctes de l'esprit du lancier : elles ne seront pas affectées par les perturbations qu'il subira. L'harmonie qu'il possède également avec certaines d'entre elles rend impossible l'usurpation de leur identité.
Un dernier souci que peut causer la présence de ces voix est la perturbation des communications par l'esprit. S'introduire dans l'esprit de Raytoku est une très mauvaise idée, qui en devient même désastreuse si jamais il s'agit d'une intrusion : les voix qu'entend Raytoku seront immédiatement audibles pour toute personne pénétrant dans son esprit. Enfin, si jamais l'esprit de Raytoku est au repos (sommeil, inconscience) à cet instant, une intrusion sera d'autant plus insupportable que les voix n'auront aucune limitation dans leurs interventions, puisque leur auditeur habituel ne sera alors pas lui-même perturbé par les voix.

- Augmente l'Intelligence effective de Raytoku, tant qu'il peut entendre les voix (variable, selon la qualité des conseils)
- Gêne Raytoku lors de discussions via des voix parasites. A tendance à s'accentuer avec le nombre de participants.
- Perturbe fortement toute tentative d'interférence mentale. Rend toute intrusion dans l'esprit de Raytoku extrêmement dangereuse pour l'intrus.
- Perturbe toute tentative de communication télépathique (même amicale/acceptée).
-  Raytoku peut changer de souffle gratuitement et instantanément. Il ne peut cependant changer de souffle qu'une fois lorsqu'il est pris dans un combat, et devra être capable de se calmer et se reconcentrer s'il est brusquement sorti d'un souffle (Mainar, impossibilité de respirer, ...), avant d'en réactiver un.

   
EQUIPEMENT
   

   Tonbogiri (Mystic Code de Rang A) :

Tonbogiri est une des Trois Grandes Lances du Japon, et fut l'arme de Tonda Hadakatsu, dont on dit qu'il ne fut jamais blessé au combat. Tonbogiri, signifiant « Lance coupeuse de libellule » est une arme aussi redoutable que la légende de son premier porteur le laisse présager. Son tranchant, lorsque la lance est renforcée par du prana, devient extraordinaire, et les dégâts qu'elle occasionne sont dévastateurs, et seules les plus grandes lames ont résisté au tranchant de cette lance affutée.
La lance fut officiellement perdue par le Japon, mais pas par tous ses habitants: Cette arme disparut en effet du regard de la population lorsqu'elle fut confiée à un héros anonyme. Son talent et sa grandeur auraient dû lui accorder une place parmi les légendes, mais sa modestie et sa discrétion le poussèrent à garder son anonymat, qu'il transmit même à sa famille, en même temps que la Grande Lance.

Effet : Attaque  +120 lorsque tenue.

   
POUVOIRS
   

   Souffle Divin [8 - passif] :
   Certaines voix sont particulièrement proches de lui, et l'ont influencé à un point tel qu'il a trouvé une respiration pour chacune d'entre elle. Ces souffles représentent l'harmonie que peuvent posséder Raytoku et la voix associée. Lorsqu'il y recourt, son esprit entre en transe, et son corps s'adapte instinctivement au changement en se calibrant sur la respiration différente de Raytoku.
La puissance apportée par les souffles est d'ordinaire incroyable, mais Raytoku étant habitué à l'air pur de haute montagne, l'exposition à l'air malsain de la ville perturbe ses souffles, et l'empêche d'entrer parfaitement en phase, ce qui réduit considérablement leur impact (NB: Les chiffres sont ceux des effets en ville, pas en cas de phase plus profonde).

Raytoku possède pour l'instant trois souffles:

–  Souffle de Mainar (ou Souffle de Destruction)  : Ce souffle est celui qui a le plus d'impact sur le corps et l'esprit de Raytoku. Son corps repousse alors ses limites, et augmente considérablement son efficacité, alors que ses capacités physiques sont poussées à leur paroxysme. Ses mouvements s'accélèrent encore, ses coups sont plus lourds, ses parades plus fermes, ses esquives plus lestes. Dans le même temps, l'esprit de Raytoku s'aiguise semblablement : ses sens lui permettent de suivre sans aucun problème la vitesse qu'il atteint, et le Destructeur guide alors son favori, affûtant son instinct, et murmurant les dangers. En plus de son amélioration physique et mentale, l'aura de Raytoku change radicalement. Toute la détermination du lancier apparaît alors, en même temps que son objectif : tuer les nuisibles qui menacent l'humanité. Les frappes du guerrier sont alors amplifiées par une force mystique détruisant tout ce qu'il juge dangereux: le voeu de Raytoku de détruire les non-humains nuisant à l'humanité entrent en résonnance avec les facultés de Mainar, et toute destruction causée par Raytoku est définitive, et affecte directement l'être de la cible. Un familier détruit ne pourra pas être recréé (à ne pas confondre avec l'incapacité de créer un autre familier), un clone contrôlé directement reportera également ses blessures sur le contrôleur (si le clone est indépendant, il sera considéré comme un être distinct), un membre tranché ne pourra pas être remplacé (un être qui se fait trancher le bras droit par Raytoku ne pourra plus jamais utiliser son bras droit, même s'il repousse ou est remplacé par une prothèse). Les plaies peuvent être refermées, les saignements arrêtés, mais toute perte est définitive.


   Style de combat associé, la Lance de la Destruction : Les mouvements de Raytoku se distinguent de par leur agressivité certaine. Lorsqu'il recourt à cette forme, il ne recourt presque jamais à la parade, mais se contente d'esquives rapides et d'attaques violentes et subites. Si les mouvements classiques de Raytoku restent perceptibles pour un expert, cela change radicalement lorsqu'il assène un coup. La lame vole alors vers le point le plus faible avec une vitesse inouïe. Tenter d'anticiper cette constance dans le choix de la cible de l'attaque serait cependant vain, car la soudaineté et la brutalité du coup pourront outrepasser une préparation trop insouciante. Et si l'adversaire veut s'assurer de veiller en permanence sur un point faible maintenu artificiellement, la concentration nécessaire sera telle que cet adversaire sera immobilisé dans cette posture sans pouvoir la quitter sans risquer d'encaisser une de ces attaques qu'il craint au point d'avoir tant tenté de s'en prémunir.[/i]


   - Renforce l'ATT de 160.
   - Raytoku utilise l'instinct découlant de l'expérience de Mainar pour anticiper les coups adverses.
   - Contre un ennemi de Raytoku, tous les dégâts infligés sont irréversibles. Les plaies guérissent normalement, mais toute facultée perdue à cause d'une blessure infligée par Raytoku ne pourra jamais être récupérée (ex: un bras coupé peut être remplacé par une machine collée au moignon et bougeant d'une volonté propre, mais une personne ayant eu le bras tranché par Raytoku sera à jamais incapable de manier ce bras, même s'il repousse, est remplacé par une prothèse, ...). Par ailleurs, les attaques de Raytoku ignorent les immunités (pas les résistances).

   Le souffle présente cependant des effets secondaires non négligeables:

   - Le corps de Raytoku ne peut maintenir le souffle que pendant 2 tours, et met deux heures (une seule uniquement s'il n'utilise ensuite aucun souffle, et sans combattre) pour s'en remettre, et l'utiliser à nouveau (il peut utiliser un autre souffle après s'être calmé et avoir récupéré, mais ce souffle-là ne sera à nouveau disponible qu'à ces conditions).
   - Raytoku émet une pression et une agressivité extrême envers ses cibles.
   - Raytoku aura une présence décuplée. Les gens normaux voient leur attention attirée par lui, et tous les êtres capables de sentir des présences le percevront aussi bien qu'on entend un feu d'artifice. Il n'apparaîtra cependant pas menaçant si l'observateur n'est pas une cible.
   - Raytoku ne peut pas utiliser ce souffle contre un adversaire qui ne soit pas un Anormal clairement néfaste.
   - Raytoku entre en transe, devient incapable de communiquer d'une quelconque facon, et devient complètement immunisé à toute interférence mentale.




   – Souffle de Lorn (ou Souffle de Ruse) : Le souffle de Lorn, fidèle à la voix qui l'inspire, n'affecte que l'esprit de Raytoku, et n'offre pas d'avantage supplémentaire au corps du lancier. Celui-ci ne devient pas plus intelligent, mais devient particulièrement perceptif, et apprend instinctivement à cacher ses intentions et sa présence. Bien qu'il faille, en plus de la communion par le souffle, un conseil de Lorn pour aider Raytoku à concocter une tromperie, sa perception de celle des autres augmente drastiquement, et il devient alors extrêmement ardu de le berner, ou de le prendre par surprise. En combat, Raytoku peut alors utiliser des feintes, et parvient surtout à cacher son objectif réel, ce qui rend ses mouvements difficilement perceptibles. Raytoku voit également ses sens bien davantage affûtés que lorsqu'il utilise le souffle de Mainar, et la présence de ses cibles n'échappe plus au lancier qui devient un maître chasseur.

Style de combat associé, la Lance Fantôme : Cette forme particulière n'octroie à Raytoku aucun avantage particulier en terme de vitesse ou de puissance, ou même de solidité dans ses postures. En revanche, sa lance devient extrêmement difficile à suivre, non pas en raison de sa vitesse, mais plutôt du style dont elle est empreinte. La ruse du conseiller du lancier se manifeste dans des mouvements trompeurs et flous, se fondant dans l'environnement. Les attaques de Raytoku ne sont absolument pas plus violentes, mais la difficulté qu'on peut ressentir à les percevoir impacte non pas le style du lancier, mais bel et bien celui de son adversaire, qui ne pourra jamais relâcher sa garde, sous peine de voir une pointe imprévue fuser vers un organe vital.


- Diminue DEF et ESC de l'adversaire 160 tant que le style est activé.
- Raytoku détecte sur * mètres tous les êtres anormaux (de son point de vue) et intelligents, ainsi que les intentions de tromper/duper/prendre par surprise le ciblant.
- Raytoku gêne les capacités d'analyse adverse, ce qui empêche l'adversaire de s'habituer à ses coups ou de les prévoir.
- Raytoku peut amplifier ou réduire sa présence.


– Souffle de Destin :  Ce souffle est d'ordinaire peu utilisé par Raytoku, car il représente davantage une volonté précise qu'une approche différente. Ce souffle n'est adopté qu'en situation critique, et reflète la détermination du lancier à survivre et n'être pas mis de côté. Au contraire du souffle de Lorn, l'esprit de Raytoku n'est pas influencé par celui-ci, et c'est au contraire son corps et son instinct qui sont affectés. Lorsque ce souffle est choisi par le Héros, son corps entier est renforcé par la volonté de tout surmonter, et la résistance de Raytoku est considérablement accrue, de même que sa capacité à se remettre de ses blessures. De plus, Destin murmure alors à l'oreille de Raytoku les événements à venir, afin de lui permettre de s'en prévenir.

Style de combat associé, la Lance Protectrice : Cette forme permet à Raytoku de mettre l'accent sur la parade et la garde. Les parades de Raytoku se font alors bien plus techniques, amortissant et déviant les coups, pour absorber les résidus avec fermeté. De plus, si les mouvements de Raytoku sont alors bien plus faciles à lire que pour les deux formes précédentes, celle-ci lui permet de se remettre en garde et de parer à une vitesse surprenante, ce qui lui permet d'amortir davantage encore le choc des attaques adverses. Si le lancier se révèle bien moins dangereux avec cette forme, il devient en revanche bien plus difficile à mettre hors-jeu, car cent petites perturbations viendront alléger les coups les plus fatals, pour les rendre parables sans difficulté.



- Raytoku pressent les événements le mettant en danger directement et personnellement (les alliés ne sont pas concernés, même s'ils sont d'une importance capitale).
- En combat : augmente l'ESC de DEF/2
- Hors combat : la regénération de Raytoku passe à CON * 3.


// FIXME : Ajouter le "style" Petite Lance
   

   

   
PHYSIQUE
   


   Raytoku est né humain. Son corps a été créé humain, et n'a pas eu d'apport extérieur. C'est à peu près tout le rapprochement qu'il est acceptable de faire avec le corps d'un humain normal. Raytoku est un monstre de deux mètres de haut, et d'une largeur terrifiante, lorsque l'on considère que les muscles sont quasiment les seuls responsables de cette stature. S'il est possible de dépasser le lancier en hauteur, le faire en stature est autrement plus ardu. Son corps robuste par nature s'est développé selon sa volonté depuis le début de son entraînement, qui a commencé à ses huit ans, et s'est terminé vingt-cinq ans plus tard. S'étant entraîné dans un coin perdu de la montagne, Raytoku n'a été nourri que par le village voisin, qui a toujours fourni assez de nourriture pour doter généreusement une famille entière, permettant à Raytoku – puis également à Tao – de subvenir à tous leurs besoins alimentaires avec des ingrédients d'une qualité certaine. Sa position géographique l'ayant également soustrait à toute exposition significative à la pollution, son corps est remarquablement pur.
Les seules souillures que son corps ait subi sont les cicatrices qu'il possède : une longue cicatrice couvrant son visage en diagonale, ainsi que d'autres sur le reste de son corps, bien que plutôt rares. Si certaines sont dues à son propre entraînement l'ayant plus d'une fois amené à développer des techniques dangereuses, la plupart sont en réalité dues à des affrontements. Raytoku ayant, depuis sa majorité, accordé, deux jours par an, des affrontements aux visiteurs, on pourrait penser qu'elles sont dues à ces combats. Cependant, aucune n'en provient, car aucun des adversaires ainsi rencontré n'aura réussi à l'atteindre. Ces blessures, y compris celle de son visage, proviennent en réalité de la période où Tao, sa disciple, a développé son style de combat de Chasse. Le manque de contrôle initial qu'elle exerçait alors a entraîné des combats féroces chaque fois que le sang de sa disciple bouillonnait trop. La cicatrice du visage provient d'une crise particulièrement rude au cours de laquelle le lancier a eu la plus grande difficulté à arrêter sa disciple sans la blesser.

Raytoku porte des vêtements légers pour ne pas entraver ses mouvements. Si une ancienne – bien que très bien entretenue par la famille –  armure de samouraï était disponible dans sa maison, il n'a jamais combattu avec, trouvant l'armure trop handicapante. Ses vêtements eux-même ne couvrent aucune articulation, car le lancier ne saurait tolérer que ses mouvements soient entravés.
Les cheveux comme les yeux de Raytoku sont noirs, et son visage arbore presque constamment un air grave et sérieux. Si sa stature colossale ne manque pas de le faire remarque aisément, Raytoku ayant l'habitude d'utiliser le souffle de Lorn au quotidien, sa présence d'ordinaire marquée est sérieusement effacée, pour laisser un homme plutôt discret pour sa silhouette.

Ayant forgé son corps depuis sa tendre enfance, et ce pendant de nombreuses années, Raytoku est doté d'une force monstrueuse. La lance qu'il porte, loin de peser sur son bras, est pour lui de la légèreté d'une plume. Sans jamais s'être entraîné à manier une lance plus lourde que la sienne, Raytoku a constamment développé sa force musculaire en s'entraînant à porter des charges folles et à briser divers objets à mains nues. La force qu'il possède est au-dessus même de l'idéal d'un humain. Quelles que soient les limites qui soient imposées à un corps humain, celles-ci semblent avoir été surpassées par ce qu'est le lancier. Il n'a pas la force d'un humain, mais celle d'un Héros des temps jadis : voir Raytoku user ne serait-ce que d'une fraction de sa force convaincrait n'importe quel sceptique du réalisme des bien des récits mythologiques.
Malgré une carrure colossale et une musculature surhumaine, Raytoku fait preuve d'une célérité et d'une précision stupéfiantes. Bien qu'il ne soit pas du style à bondir et virevolter en plein affrontement, le lancier maîtrise ses mouvements et son équilibre à la perfection, et dépense le minimum d'énergie lorsqu'il s'agit de défendre : inutile d'esquiver une lame de plusieurs mètres lorsque quelques centimètres suffisent. Si les esquives discrètes et la musculature de Raytoku laissent aisément penser qu'une accélération de la cadence laisserait ses capacités défensives à la traîne, il s'avère en réalité que sa précision et son agilité restent alors parfaitement stable, et le combattant expert constatera rapidement que le seuil de vitesse limitant la défense du lancier est bien supérieur à celui limitant l'attaque de tout humain. De même, la précision sans faille de ses coups ne disparaît jamais, même lorsque sa propre vitesse est poussée à son paroxysme, lorsqu'il utilise le souffle de Mainar.
Habitué à s'entraîner et à combattre dans des situations extrêmes, le corps de Raytoku a déjà surmonté le froid de l'hiver en altitude, la chaleur des flammes de sa disciple, la fatigue suivant des journées de combat, et la douleur des blessures. La résistance du lancier le rend digne des plus grands Héros : non seulement est-il capable de déployer une force et une rapidité époustouflante, mais sa capacité à les maintenir dans des situations critiques complète parfaitement la démence de son calibre.



   
CARACTÈRE
   


   Mainar :
« Le plus surprenant avec Mainar, c'est qu'il est parfaitement sain d'esprit. »
« Il avait l'occasion de s'affranchir de son destin, mais il a préféré le sceller. »
Mainar est un être pragmatique, déterminé et lucide. Il défend l'adoption d'un but pour donner soi-même un sens à son existence, quel que soit ce but. La notion de bien ou de mal lui est étrangère – comme aux autres voix – seul importe la vision de l'individu. Un ennemi n'est pas nécessairement quelqu'un de mauvais, mais simplement quelqu'un dont les objectifs ont mené à un conflit.
Parallèlement à son sérieux, Mainar reste quelqu'un d'assez bonne compagnie, quand il connaît son interlocuteur. Réceptif à l'humour et aux légèretés, il a conscience que si le but est la ligne directrice d'une vie, il ne suffit pas à résumer une existence. D'ordinaire peu intéressé par les humains, il reste attentifs aux cas particuliers, qui semblent aiguiser sa curiosité.
C'est la voix qui a toujours été la plus proche de Raytoku, et également le premier à prendre contact avec lui. Bien qu'il fasse attention à garder ses distances avec Raytoku pour ne pas trop déteindre sur lui, il apprécie beaucoup le lancier, et fait partie de ses interlocuteurs les plus fréquents.
Ses relations avec les autres voix sont tout à fait correctes, de par sa tolérance et sa tenue. Il est la voix la plus respectée, mais les autres semblent éviter les contacts prolongés avec lui, non pas par méfiance, mais par une prudence presque superstitieuse.


Lorn :
« Ce petit futé est si retors que ses critiques permettent souvent de changer de point de vue. »
« Un parfait exemple de ce qu'on peut pardonner sous couvert d'humour. »
Lorn est tel un lutin facétieux. Inattentif au bien-être des autres, ses actions sont guidées uniquement par ses goûts et ses caprices. Puisqu'il n'est pas particulièrement mal intentionné, ses plaisanteries ne sont pas systématiquement nuisibles, et peuvent même parfois se révéler bénéfiques pour la victime. Il fait preuve d'une façon de penser souvent tordue, et sait intuitivement comment duper ses victimes. Des voix, c'est certainement le plus intéressé par les humains, avec lesquels il prend grand plaisir à jouer, puisqu'ils sont si peu précieux.
Lorn n'était initialement pas particulièrement intéressé par Raytoku, car le manque d'affinités de ce dernier avec la ruse représentait un obstacle significatif. Cependant, lorsque le lancier, après avoir tué le patriarche mixed-blood, réalisa qu'il ne pouvait exposer ses intentions en permanence au grand jour, sous peine de s'attirer des ennuis, et de provoquer des combats indésirables, il comprit que la duperie était parfois nécessaire, et qu'il aurait besoin de l'aide de Lorn. La voix se mit donc en tête d'enseigner à Raytoku l'art de la rouerie, et qu'il lui montrerait comment être léger, instable et trompeur. Cependant, son hôte ne se trouvant pas plus d'affinités qu'auparavant en matière de tromperie, Lorn réalisa bien vite que l'apprentissage de Raytoku se révèlerait difficile et distrayant.
S'il s'entend bien avec ses égaux, ceux-ci se méfient de lui, car ils sont loin de se croire à l'abri de sa ruse, à raison: Lorn est pour eux un compagnon distrayant, un précieux conseiller, mais aussi un être fourbe recourant à des discours trompeurs visant à détourner sa cible de ses principes, pour le simple plaisir de montrer à quel point l'esprit est instable.


Destin :
« Être Destin est une désillusion des plus cruelles quand on possède sa vision des choses. »
« Son complexe m'impressionnera toujours autant. »
Destin n'est pas un être simple. Empli de mépris pour tous les êtres, il ne ressent que rancœur envers ceux qu'il ne peut regarder de haut. Son cynisme et son pessimisme révèlent un être trompé. Intimement persuadé que le destin est un ultime cadeau qui est offert à chaque vie, et qu'il convient d'honorer, méritant qu'on lui consacre toute une vie, la différence entre sa vision des choses et celles des autres êtres vivants lui a progressivement fait regretter sa propre existence. Ceux qu'il méprise sont les ingrats qui ne savent que se plaindre et se résigner, sans saisir que le destin n'est pas un carcan mais une éclosion. Les pires restent cependant ceux qui tentent de s'affranchir de leur destin, persuadés que leur choix vaut mieux que la raison même de leur existence. Incompris même de la plupart de ses semblables, Destin ne cesse de haïr davantage chaque jour les lâches, les arrogants et la solitude de sa vision de choses.
De même que Lorn, Destin ne possédait que peu d'intérêt envers Raytoku, mais son changement d'avis eut lieu quelques années plus tôt, lorsque Raytoku recueillit Tao. Il vit alors les deux chemins que pouvait emprunter la vie du lancier, et en informa l'intéressé. Son choix déconcerta Destin, qui, pour la première fois, eut une rélle discussion avec Raytoku, et en vint à réaliser l'acceptation que le jeune homme avait de son avenir, et à apprécier sa réponse. C'est à partir de moment qu'il commenca à enseigner à Raytoku comment s'assurer de ne pas être écarté de sa destinée.
Destin est une des rares voix à contacter Mainar sans réserve, et répond à la compréhension de Mainar par du respect. Ses relations avec les autres voix sont en revanche mauvaises, et il reste la moins sociable des voix, gardant ses interventions rares, pour une source de souffle.


Raytoku:
« Ce garçon a le plus pur des vœux : la protection par la destruction. »
« Il est tellement désespérément honnête que je me demande s'il m'écoute. »
« Son héroïsme puéril me ferait le tuer s'il n'était pas mon protégé. »

Raytoku est un être froid et impassible. Ses sentiments semblent avoir été sacrifiés il y a longtemps, sur l'autel du pragmatisme. Capable en toutes circonstances de jugements lucides, Raytoku est tellement stable qu'un observateur extérieur en viendrait à se demander si son esprit est celui d'un humain. Seules Tao et les voix ne se posent pas la question : pour la jeune combattante, il est son Maître et l'idéal absolu. S'il ne pense pas comme les humains, c'est que les humains pensent mal. Les voix, elles, n'ont jamais douté de son statut: Raytoku est, et sera toujours un humain.
Ayant grandi à la montagne, Raytoku n'a jamais été mis en contact avec une société humaine complexe, mais sa réaction, lorsque les voix lui expliquèrent ses principes de fonctionnement de base, fut claire: il refusait d'en faire partie. En raison de son passé, des Dieux qu'il héberge, et de ce qu'il est devenu, il est impossible pour Raytoku de reconnaitre que la justice aveugle de complets étrangers soit plus légitime que sa justice partiale. Dévoué à sa mission de protection de l'humanité corps et âme, il ne peut tolérer d'être soumis aux restrictions que la société impose à ses composants. La plus grande preuve d'humanité de Raytoku est probablement sa décision de dédier son existence à la protéger des autres êtres néfastes. Les voix en ont appris suffisamment à Raytoku pour lui faire comprendre à quel point la majorité des humains qu'il voulait sauver était moins admirable que lui, mais cela lui importe bien peu, et toute objection s'efface devant cette réalité limpide: il est un humain, et d'autres créatures nuisent à l'humanité. Il est donc naturel d'éradiquer ces menaces. Que cette forte identification soit due à son éducation au sein d'une famille descendant de héros protecteurs, ou aux conclusions qu'il a tiré de sa période après la mort de ses proches, le résultat reste inchangé: Raytoku fera ce qui est en son pouvoir pour protéger l'humanité des menaces extérieures. Le lancier a déjà accepté la présence d'individus répugnants parmi les humains. Il a déjà accepté l'ingratitude de sa propre espèce, sa capacité à s'auto-détruire, et le fait que de nombreux humains puissent se révéler moins dignes de vivre que les espèces qu'ils chassent, et que celles qui s'opposent à eux. Raytoku n'est pas du bétail, pas plus qu'il n'est un enfant de Gaia, et de ce fait, son camp est clair.

Raytoku rejetant la société humaine, et étant au service de l'humanité dans son intégralité, ne reconnaît pas la notion d'inégalité aux sein des humains. À ses yeux, rois et esclaves ont autant de valeur en tant qu'humains, et il ne voit pas de raison d'adresser plus de respect à un être humain en particulier. Si Raytoku doit faire un choix entre plusieurs humains à sauver alors qu'un groupe est menacé, il préservera celui qu'il juge être le plus capable de préserver les vies des gens de ce groupe, et ne considérera pas leurs principes ni leurs qualités si ceux-ci ne donnent pas plus de chance au groupe de survivre à la menace d'un non-humain. Les jugements de Raytoku ne prennent jamais en compte la productivité d'un humain par rapport à la société, puisque ce sont des problèmes propres à l'humanité. S'il doit choisir entre sauver d'une meute de loups un humain qui s'enfuirait en laissant ses compatriotes se faire dévorer, puis reviendrait dans la société pour devenir le meilleur dirigeant qu'elle eut connu, et un autre qui sauverait trois hommes des loups, avant de déclencher une guerre atomique qui détruirait l'humanité et la planète, Raytoku sauverait sans hésitation le second. S'il doit choisir entre deux individus apportant autant de bénéfices l'un que l'autre par rapport aux critères de Raytoku, le choix importera peu, et il suivra n'importe quel caprice des Dieux, de Tao ou de lui-même.

Même si Raytoku base ses décisions sur ses principes avant tout, il ne s'abstient pas pour autant de juger les humains à titre personnel. L'égoisme irrite Raytoku, mais pas autant que le mépris. De par ses principes, il désapprouve très vivement le mépris. de même que tout sentiment de supériorité. Tous les humains n'ont pas la même utilité, mais leur égalité est certaine à ses yeux. Il a beau accepter en principe le manque de coopération des humains entre eux, le manque d'honnêteté l'agace, de même que tout sentiment d'hostilité entre humains. Si Raytoku peut faire cesser un affrontement entre des humains sans compromettre son objectif premier, alors il recourra jusqu'à la contrainte pour faire cesser le conflit.
La méchanceté gratuite dérange le lancier au plus haut point. Toute volonté destructive qui n'a pas pour source une volonté protectrice est clairement une nuisance. Raytoku ayant conscience qu'il n'est pas assez versé dans les relations humaines pour éliminer la méchanceté à la source, et rendre les gens meilleurs, il se contentera de nettoyer les symptômes, s'il peut le faire sans empirer la situation.

Les jugements et principes de Raytoku se portent sur les humains, et ne s'appliquent donc pas aux Dieux ni à Tao. Ces êtres sont pour lui un cas particulièrement singulier, puisqu'il placera leur vie au-dessus de celle d'êtres humains. L'attachement de Raytoku pour sa disciple, et son respect pour les Dieux, rendent tout jugement particulièrement difficile pour lui quand ceux-ci le forcent à faire un choix entre la vie de quelques humains et la leur. Raytoku se dressera contre n'importe qui se mettent radicalement en travers de son objectif, que ce soit Tao ou un Dieu, mais il aura de grandes difficultés à déterminer leur valeur, comparée à celle d'êtres humains.
Les Dieux sont pour Raytoku quelque chose d'admirable et de respectable. Même s'il n'est pas du même avis que la plupart d'entre eux en général, il serait stupide d'en vouloir aux dieux pour ce qu'ils sont. Ils ne sont pas des humains qui peuvent changer, prenant une direction ou une autre. Tout principe moral ne peut leur être appliqué aussi aisément, que ce soit parce qu'ils sont des extrêmes et des personnifications par nature, ou plus simplement parce qu'ayant un statut radicalement différent de celui des humains, il serait inenvisageable d'attendre d'eux qu'ils les traitent en égaux.
Tao, quant à elle, est un cas encore plus particulier. Elle est ce que le lancier a de plus cher. Pour être précis, elle est la seule chose qui soit précieuse à ses yeux, parce que les dieux et les objets ne sont pas quelque chose qu'on chérit, et que Raytoku ne possède ni ne recherche quoi que ce soit d'autre. Tao respecte et admire Raytoku d'une manière semblable à sa relation avec Dieux, mais ses sentiments envers sa disciple sont tout autres. Tao est celle qui doit hériter de sa lance, de sa volonté. Raytoku, pressentant son potentiel, a abandonné sa vie confortable de solitaire, et s'est ouvert aux sentiments que sont l'inquiétude, la déception, la fierté, l'amusement, la tristesse. Raytoku a sacrifié une part de sa stabilité -- provenant de son isolation -- pour en faire sa disciple, et avant cela, il l'a sauvée, malgré la prédiction de Destin qu'elle causerait sa perte. Et Tao s'est prouvée digne de chacun de ses sacrifices, et bien plus. Raytoku ne sait pas si elle pourra un jour le surpasser, mais sa fierté n'en est en rien atténuée. Et même si sa disciple a un caractère radicalement différent du sien, cela n'atténue en rien ce sentiment : Tao n'est pas une humaine, n'a pas été éduquée à leur contact, et est un être différent de Raytoku, et n'a donc aucune obligation de penser comme lui. La seule attente que Raytoku a de Tao est qu'elle protège l'humanité en détruisant les autres espèces voulant lui nuire, et qu'elle ne tue aucun humain. Son style, son caractère, et ses goûts n'appartiennent qu'à elle.


   

HISTOIRE

   


   

I - La fin de l'enfance

- Ha !
L'enfant porta un coup d'estoc avec son arme, avant de se remettre immédiatement en garde. Dernier mouvement de sa longue série, part de son entrainement quotidien. Poussant un soupir de soulagement, il alla poser son arme contre le mur, avant de s'affaler aux côtés de la réplique miniature de Tonbogiri, forgée pour un enfant. Raytoku était né Guerrier, et avait ainsi reçu l'éducation du combattant, mais un tel cas ne s'était pas produit depuis plusieurs générations. Son père n'était pas de la famille, mais sa mère était née Clairvoyante -- c'était elle qui avait donc décelé le potentiel de son fils à sa naissance, en accord avec la tradition familiale -- tandis que son oncle était Forgeron, comme la plupart des hommes des récentes générations, et son grand-père Éleveur. À sa naissance, le jeune lancier avait impressionné sa mère par le potentiel qu'elle avait aperçu en lui, ce qui lui valut son nom. Par la suite, ses parents furent incapables de donner naissance à un deuxième enfant au cours des huit années qui suivèrent, sa mère semblant devenue complètement stérile.
Son père prit la parole d'un ton flatteur :
- Bon travail, Rayt...

Il fut interrompu par le léger craquement de la porte en boix qui s'ouvrait. La famille n'attendait aucun invité et n'en avait reçu depuis plusieurs années. Un homme se tenait, haletant, devant l'entrée, et pénétra dans la maison en refermant la porte derrière lui, et en s'y appuyant de dos, le souffle court. Cheveux et yeux noirs, il était grand et maigrelet, le visage creusé, et la souffrance était visible sur son visage. La famille de Raytoku vivant haut dans les montagnes, seul un village perdu était à portée. L'absence de lieux de vie avoisinants rendait la présence de cet intrus particulièrement incongrue. Avant que les propriétaires de la maison puissent parler, il cria d'une voix incontrôlée :

- Du sang ! S'il-vous-plait, du sang ! Donnez-moi votre sang, vite !

Surpris par la demande déraisonnable et subite de l'intrus, la famille sursauta, et les parents de Raytoku se regardèrent d'un air affolé, ne sachant quoi faire. Au moment où sa mère semblait se ressaisir, le jeune lancier, qui avait senti la peur de ses parents agit comme on l'avait éduqué : contrôlant son corps tremblant, il se releva d'un bond, saisit sa lance qu'il pointa vers l'intrus, et coura pour s'interposer, en hurlant :

- Laisse ma famille tranquille !

Un air de surprise profonde passa sur le visage de l'arrivant sursautant, vite remplacé par une expression horrifiée alors que son corps se parcourait de spasmes.
Une ombre. La froideur d'une main glaciale sur son ventre. Puis le choc du bois contre son dos. Raytoku s'effondra inconscient, alors que l'intrus bondissait en direction de ses parents.
Lorsque les paupières de Raytoku s'ouvrirent à nouveau, la première image qui s'imprima sur sa rétine fut l'exposition morbide des morceaux de chair qui jonchaient le sol dans une flaque écarlate. La tête de sa mère regardait le plafond avec intensité, le visage tordu d'un rictus de douleur. La chevelure de son père se teintait de rouge. Les yeux de son oncle étaient fermés, et son visage résigné roulait lentement contre le sol teinté.
Raytoku se sentit soulevé du sol, malgré l'immobilité de son champ de vision. La douleur d'une gifle le ramena à ses sens, et il ne vit plus que les yeux furieux de l'intrus, ses lèvres écartes, ses canines ruisselantes. Une voix s'éleva, claire et puissante :

- Bougre d'idiot ! Tu m'as fait perdre le contrôle, espèce d'abruti. J'ai tout fait pour résister au sang, mais maintenant j'ai tué par ta faute. Contemple, gamin. Contemple les corps sans vie de tes parents. Contemple le désastre que ta stupidité a causé. J'aurais pu me contenter d'un litre en tout et pour tout. J'ai bu largement plus sous l'emprise du sang, et le reste est étalé par terre. Regrette que je ne sois pas un assassin, et médite sur le sort de ta famille.

L'intrus lâcha Raytoku qui tomba sur le sol dans un bruit sourd, et fit demi tour, avant de sortir du bâtiment, laissant des empreintes écarlates sur le sol.
Le jeune enfant s'assit lentement sur le sol, repliant ses genous contre son buste, et enlacant ses jambes, le regard rivé vers les cadavres vautrés. Son visage était vide d'émotions, et son regard perdait lentement en intensité, sans que jamais ses yeux ne voient autre chose que ce qui restait de sa famille.

***

- Ah, te voilà. Qu'est-ce que tu fais là ?
- J'observe ce gamin. Fascinant, n'est-ce pas ?
- Cela fait longtemps qu'il est comme ca ?
- Au moins une quarantaine d'heures. Il n'a toujours pas bougé. Et pourtant, il est bel et bien vivant. Regarde ce calme. Il réfléchit. Lentement, comme s'il avait tout son temps. Le sang a déjà séché sur ses pieds. Ce gamin est né avec quelque chose. Quarante heures à contempler la carcasse de son monde inerte, et pas une seule fois il ne s'est demandé s'il devait continuer à vivre.
- Donc cela fait quarante heures que tu observes un enfant regarder des cadavres. Tu vas encore devoir réapprendre la notion du temps.
- Si j'étais encore un Dieu, je le prendrais sous mon aile. Ce petit a du potentiel, je le sens. Dommage qu'il ne puisse pas nous percevoir.
- La dernière fois que tu as fait ca, ton protégé a exterminé son propre peuple. Et un certain panthéon a perdu son Autorité, faute de fidèles.
- Tu y as contribué, juste pour embêter les autres, pendant qu'un certain génie voulait empêcher notre panthéon de s'opposer à sa destinée. Et je n'ai toujours pas compris comment tu as convaincu les autres de ne pas nous massacrer.

L'enfant se leva avec difficulté, considérablement engourdi par son immobilité prolongée, ferma les yeux et parla d'une voix faible mais respectueuse :

- Excusez-moi... Est-ce que vous pourriez parler moins fort ?


II - Tao

Raytoku ouvra les yeux, et respira, lentement, puissamment. Sa prise sur Tonbogiri se raffermit, et il se redressa, tenant la lame de la lance devant son visage, observant le reflet glacial de son visage, dont les muscles étaient au repos, laissant transparaître une sérénité profonde, qui n’était trahie que par l’éclatante lueur dans ses yeux, et l’aura de menace qu’émettait le lancier.
Telle était son interprétation de Mainar, son souffle. Une volonté suffisamment inébranlable pour ne pas avoir besoin d’être affirmée. Un calme harmonieux, une douce quiétude. Son souffle, son style ne requéraient aucune envie ni intention de tuer. Ce n’était pas un sentiment, ni un objectif, mais une affirmation. Raytoku était Mainar, et ses ennemis mourraient. Entre ses mains, Tonbogiri n’était plus la lance éternellement tranchante de ses prédécesseurs. Tonbogiri était la destruction, et sa lame tranchait l’existence.
- Non, je pense que c’est trop tôt. C’est risqué.
- Je suis d’accord. S’il meurt maintenant, je n’aurai même pas eu le temps d’en profiter pleinement.
- Vous n’y connaissez vraiment rien. Raytoku, écoute-moi.
Comprenant qu’un dieu souhaitait s’adresser à lui, et non à l’incarnation d’un de ses pairs, le jeune lancier reprit sa respiration normale sans difficulté, sa séance d’entrainement de quelques jours venant à peine de commencer.
- Bien. Le village des Ashuras va être massacré. Vas-y.
- Bien. Quel est le chemin ?
- Tu le trouveras. Maintenant, tais-toi et vas-y.
Décontenancé par l’assurance de la voix qu’il n’avait entendue qu’à de rares occasions, et dont il ignorait la nature, Raytoku fronça les sourcils, planta sa lance au sol, et croisa les bras.
Comment était-il censé trouver un village dont il ne connaissait pas la direction ni la distance ? Savoir que des ‘Ashuras’ s’y trouvaient ne l’aidait pas vraiment. À moins qu’il ne soit déjà censé avoir l’information ? Il était certain qu’au cours de ses dix ans de contact avec les dieux, ils n’avaient jamais parlé des villages voisins. Peut-être plus jeune, alors ? Il devait aller dans un village dont les habitants allaient être massacrés, donc il s’agissait de les protéger. Il se souvenait clairement des paroles de sa mère : « Les enfants nés Guerriers doivent protéger ces terres. ». Pourtant, on ne lui avait jamais dit ce qu’étaient ces terres. Il avait toujours supposé qu’il s’agît de leur maison et du village d’humains l’approvisionnant, mais peut-être était-ce trop réducteur ? Dans tous les cas, il ne pouvait pas savoir où se trouvaient ces ‘Ashuras’.
- Héhé, on dirait mon frère quand il essaie de me comprendre en réfléchissant.
- Ray, contente-toi de tenter. Base-toi sur ce que tu veux, manifestement ça ne changera rien.
Le jeune homme soupira, ferma les yeux quelques secondes, puis décida de partir vers le Nord, lance en main, en dévalant la pente abrupte, le regard parcourant le paysage pour essayer d’y trouver un endroit susceptible d’abriter un village.
- Dites. Je veux pas casser l’ambiance, mais il a pas dit que tu arriverais à temps.
------
Une clairière dévastée. Des cabanes en feu. Des murs de briques démolis. Des cadavres calcinés, des corps empalés. Diverses armes jonchaient le sol, de nombreuses brisées. Au vu des blessures des morts, la destruction des armes n’avait pas atténué la violence des combats.
Un cri d’enfant interrompit son observation, et le fit se ruer dans la direction du survivant. Des survivants. Une petite tenait, serré contre sa poitrine, le manche d’une lance. Face à elle se tenait un homme de plutôt haute stature, tenant un long coutelas dans sa main droite, et s’approchait d’elle, marmonnant :
- Jusqu’au dernier... Bande de sauvages.
D’un bond, Raytoku se jeta en direction de l’agresseur, la lance à la main. Celui-ci se mit hors de portée d’un saut prudent en arrière, et fronça les sourcils en voyant le lancier, avant de changer de cible, et de se lancer contre le nouvel arrivant, le fixant de ses yeux d’un intense bleu glacial.
Surpris par la vitesse de son agresseur, Ray recula néanmoins d’un simple pas pour esquiver la taillade qui visait son visage, tout en contre-attaquant d’un mouvement horizontal, avec Tonbogiri, qu’il tenait à une main, proche de la lame, pour s’adapter à la distance.
Une légère sensation de brûlure sur sa joue, et aucune résistance au niveau de sa lance. L’assaillant avait surpassé en vitesse ses estimations. Non, pas seulement. Il était lui-même trop lent.
- Ray, ses yeux ne sont pas normaux. On a contré une broutille qui cherchait à t’entraver mentalement, mais l’effet est probablement physique aussi, et ne compte pas sur nous pour ça. Il n’est pas complètement humain, donc tu peux y aller. Ça ne devrait pas poser de souci.
Rassuré par la nature de son ennemi, il resserra sa prise sur Tonbogiri, avant de parer un nouvel assaut de l’homme au coutelas. Cette fois, il parvient de justesse à bloquer complètement l’assaut, en utilisant son arme, mais la violence du coup le fit reculer. Profitant de la passivité du lancier, et de sa supériorité apparente, l’agresseur enchaina les attaques, tentant d’infliger une blessure décisive. Impassible, le géant continuait de parer chaque coup avec une difficulté croissante.
- Ray, tu joues à quoi, exactement ? Finis-en !
- C’était prévisible. Ray, écoute-moi. Utilise mon souffle, et fonce. Oublie la défense et abats-le d’un coup. Fais-moi confiance.
Étonné par la rare prise d’initiative de la voix, le lancier fit un bond en arrière, et expira un grand coup, avant d'adopter la respiration du souffle divin. L’agresseur, qui s’était élancé pour poursuivre son ennemi, recula soudainement, et ses yeux s’écarquillèrent, alors qu’il prenait appui sur ses jambes pour se désengager complètement d’un seul saut.
Un éclair. Et puis plus rien.
Les deux moitiés du survivant tombèrent lourdement. Le torse couvert de sang, la lance et le bras écarlates, Raytoku abaissa son arme.
Un seul assaut. Une seule attaque, un seul mouvement avait complètement anéanti l’être qui le mettait en difficulté quelques instant auparavant. Le doute l’assaillait. Il fronça les sourcils.
- Mais… Il était lent ?
- Et faible. Et fatigué. Tu n’aurais pas dû avoir besoin de recourir au souffle, tu pouvais parfaitement le dominer sans.
- Je croyais que vous aviez neutralisé l’effet mental de ses yeux.
-Et c’est le cas. Mentalement, tu n’étais sous aucune influence extérieure. C’est toi qui a déliré en étant persuadé qu’il était fort. Tu bougeais lentement, et tes mouvements étaient mous. Tu as accordé tellement d’importance à son pouvoir que tu lui as inventé une intensité qu’il n’avait pas. Dix ans d’entrainement intensif, sans la moindre expérience de combat réel. C’est pas très étonnant que ta perception soit déphasée. On corrigera ça.
Soudain, l’enfant refit surface dans l’esprit de Raytoku, qui se dirigea vers la gamine, qui n’avait pas bougé, et se tenait toujours assise par terre. Le lancier reconnut la position qu’il avait lui-même conservé pendant de nombreuses heures, une dizaine d’année auparavant. Il fit un pas en avant.
- Attends. Elle n’est pas humaine.
Il s’arrêta. Réfléchit un instant. Un autre pas.
- Elle n’a pas l’air d’être un danger. Si jamais elle se révèle en être un…
- Elle ne tuera aucun humain. Mais elle causera ta perte.
La gravité de la prédiction de la voix plongea Raytoku et les autres dieux dans la stupeur. Cette petite chétive et apeurée provoquerait de telles conséquences ? Poussé par un sentiment qu’il était incapable de décrire, il reprit sa marche.
- Ça va, petite ? Quel est ton nom ?

Et les dieux sourirent.





[Dis, Destin. Je suis le seul à avoir remarqué que tu n’as pas utilisé le conditionnel ?]


III - Balafres

IV - Protéger et détruire

V - Prologue

   

A PROPOS DE VOUS

   


Âge : 20
Expérience RP : Euh... Un certain nombre de RP. J'ai commencé il y a quelques années, mais je n'ai pas toujours autant de temps que je voudrais.
Les animes/jeux Fate que vous connaissez : Vu Fate/Zero, FSN UBW, et Kara no Kyoukai. Fait la route Fate et UBW. Heaven's Feel en cours.
Comment avez-vous connu le forum ? Google
Quelque chose à ajouter ? : Cette fiche était initialement prévue pour la V3. Je vais probablement faire quelques ajustements, et repenser certains effet.
avatar
Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 21/06/2015
Voir le profil de l'utilisateur


La vérité :

- Raytoku est pire que Shirô.

- Mainar est grand malade.
- Lorn est un enfoiré.
- Destin est 50% victime, 50% badass, 100% salty.

- Les dieux sont vraiment des dieux.
Revenir en haut Aller en bas
Sam 16 Juil - 13:25
Fiche pas encore finie, comme j'ai dit en bas de la fiche. Je vais revoir les effets (notamment les Souffles), j'ai juste copié la fiche que j'avais commencée pour la V3.

Je veux bien qu'on rename mon compte aussi, si possible. Je rejouerai peut-être Al' plus tard, mais autant utiliser ce compte pour l'instant
avatar
Nombre de messages : 36
Date d'inscription : 21/06/2015
Voir le profil de l'utilisateur


La vérité :

- Raytoku est pire que Shirô.

- Mainar est grand malade.
- Lorn est un enfoiré.
- Destin est 50% victime, 50% badass, 100% salty.

- Les dieux sont vraiment des dieux.
Revenir en haut Aller en bas
Mar 4 Oct - 22:04
Salut Raytoku !

La dernière modification de ta fiche remontant au 24 Août, je viens aux nouvelles !
Si tu as un souci avec l'élaboration de ton personnage, n'hésite pas à te tourner vers le staff (par MP ou directement).
Si c'est un problème de disponibilités, n'hésite pas à non plus à nous prévenir !


Pompom

Bon courage !
Petite marchande de prunes
avatar
Nombre de messages : 312
Date d'inscription : 08/05/2015
Voir le profil de l'utilisateur



The beautiful spring
Revenir en haut Aller en bas
Ven 13 Jan - 11:46
Hello Ray !

Pas de nouvelles depuis longtemps, je viens donc en prendre !
Le système a subi pas mal de modifications, je t'invite donc à en prendre connaissance et à modifier ta fiche en conséquence si tu souhaites poursuivre la création de ton personnage. Je sais que tu avais décidé de faire une pause, alors si tu préfères je peux aussi mettre la fiche de côté le temps que ça te revienne.

Bye
Petite marchande de prunes
avatar
Nombre de messages : 312
Date d'inscription : 08/05/2015
Voir le profil de l'utilisateur



The beautiful spring
Revenir en haut Aller en bas
Lun 30 Jan - 16:08
Aucune nouvelle donnée depuis la relance du 13/01/2017, fiche archivée. Pour toute réclamation, ne pas hésiter à contacter un membre du staff.
Petite marchande de prunes
avatar
Nombre de messages : 312
Date d'inscription : 08/05/2015
Voir le profil de l'utilisateur



The beautiful spring
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Fate Stay Night RPG :: Avant de débuter :: Présentations :: Panthéon des âmes :: Civils